France

Contre les attaques anti-ouvrières - Voter ne sert à rien, il faut lutter !

Fin mars, à l'issue du scrutin, la bourgeoisie française a présenté le résultat des élections régionales et cantonales comme une grande victoire du jeu démocratique, d'une part à travers une participation électorale plus forte que prévue, d'autre part à travers un triomphe écrasant de la gauche (surtout pour le PS) qui enlevait la présidence de 21 régions sur 22 en métropole. Cela marquait surtout un camouflet cinglant pour l'équipe Chirac-Raffarin au gouvernement.

Les syndicats sabotent les luttes pour faire passer les attaques de la bourgeoisie



Avec l'aggravation de la crise économique, la bourgeoisie en France comme dans tous les pays n'a pas d'autre choix que de renforcer ses attaques contre la classe ouvrière. Ainsi, avec l'avalanche des plans de licenciements, le chômage est en train de connaître une montée en flèche. Rien qu'entre octobre et novembre 2001, les licenciements ont progressé de 15,6% et ce sont plus de 1000 chômeurs supplémentaires par jour qui sont enregistrés. Aux charrettes de licenciements, il faut encore ajouter les attaques contre les retraites, l'augmentation du coût de la vie (tel les tarifs de l'EDF), la flexibilité et l'annualisation du temps de travail avec la mise en place des 35 heures dans la fonction publique et notamment dans les hôpitaux, etc.

Les syndicats émiettent la combativité ouvrière

Bien que les attentats terroristes du 11 septembre et le déchaînement de la riposte américaine en Afghanistan ait polarisé l'attention de la classe ouvrière, celle-ci ne s'est pas laissée totalement paralyser par les campagnes bellicistes de la bourgeoisie. Ainsi, depuis deux mois, c'est dans tous les secteurs que les ouvriers ont manifesté leur mécontentement et leur volonté de ne pas courber l'échine face à la dégradation de leurs conditions de vie. C'est bien ce dont témoigne la multiplication, ces deux derniers mois, des grèves dans le public comme dans le privé : à l'usine de textiles DIM à Autun contre les licenciements début décembre, chez Mc Donald (où la grève se poursuit depuis le mois de novembre), dans les bureaux de Postes de la région parisienne contre l'intensification du travail avec le passage à l'Euro; à l'usine Scholtès Thionville pour des augmentations de salaires, chez les employés du Musée de l'Homme à Paris, dans les transports parisiens et en province, chez les employés municipaux (telle la grève de 9 jours des employés de la ville de Tours contre les 35 heures), chez les enseignants et les personnels administratifs, ouvriers et de service de l'Education Nationale, dans les banques contre la dégradation des conditions de travail, à Renault Flins contre l'application des 35 heures, etc.
Avec le succès de la grève des gendarmes qui ont obtenu, début décembre, 1000 francs d'augmentation de salaire et un renforcement de leurs effectifs, la bourgeoisie a mis a profit ce mouvement hypermédiatisé non seulement pour dénaturer la lutte de classe (voir RI n°319), mais pour pousser une fois encore la classe ouvrière derrière les syndicats. Dans tous ces conflits sociaux, dans le public comme dans le privé, les syndicats exhortent les ouvriers à engager le combat en semant l'illusion que la lutte sur un terrain corporatiste paie, et même qu'elle peut rapporter gros, comme l'aurait démontré la grève des gendarmes. Ainsi, par exemple, au lendemain de la "victoire" des gendarmes, la CGT appelle à la mobilisation des ouvriers de l'usine Scholtès Thionville en mettant en avant une revendication démagogique calquée sur celle des gendarmes : 1000 francs par mois (ce qui représente une augmentation de plus de 15% pour des salaires d'environ 6000 à 6500 francs !), et une prime de fin d'année de 3000 francs.
Alors que tous les secteurs sont confrontés aux mêmes attaques, notamment la dégradation des conditions de travail et la mise en place des 35 heures, partout les syndicats se sont efforcés d'émietter la combativité ouvrière, en enfermant et isolant les différents foyers de lutte les uns des autres, en planifiant dans le temps les journées d'action (notamment dans l'Education Nationale ou dans les hôpitaux) afin d'éviter un mouvement massif et uni de toute la classe ouvrière.
Une fois encore, face à la montée du mécontentement des ouvriers, les syndicats prennent les devants et occupent tout le terrain social. Ce sont eux qui organisent, contrôlent et dirigent les grèves, les assemblées générales et les manifestations avec comme seul objectif de lâcher un peu la vapeur en période préélectorale. En canalisant et défoulant la colère des ouvriers dans l'impasse du corporatisme, leurs manoeuvres, comme toujours, ne visent qu'un seul but : permettre au patronat et au gouvernement de faire passer leurs attaques.

Explosion de l'usine AZF à Toulouse - L'Etat bourgeois est responsable de la catastrophe



21 septembre 2001, 10h15 : une explosion d'une violence inouïe se fait entendre dans toute la ville et jusqu'à des dizaines de kilomètres à la ronde. Dans le climat d'après New-York, on pense à "des bombes un peu partout ". En fait, une seule origine : l'explosion d'un stock de nitrate d'ammonium de l'usine AZF (ex-Onia). Suivie de près par la montée dans les cieux de la Ville Rose d'un inquiétant nuage plutôt orange dont on a craint qu'il ne soit toxique.

Réponse au "Prolétaire" (PCI) - A propos des luttes à Cellatex et Adelshoffen



Dans le numéro 304 de RI (septembre 2000), nous avons pris position sur la campagne qui avait agité les médias durant l'été autour des luttes à Cellatex et dans d'autres entreprises (Adelshoffen, Forgeval...). Dans notre article, intitulé "Un exemple à ne pas suivre", nous avons montré comment et pourquoi les moyens utilisés dans ces luttes (le déversement d'acide sulfurique dans une rivière dans le cas de Cellatex, la menace de faire sauter l'usine à Adelshoffen...) ne pouvaient pas représenter une avancée pour la classe ouvrière dans son ensemble. Nous avons notamment développé que ce n'est pas par hasard si justement ces méthodes avaient eu droit à de grands coups de projecteurs de la part des médias bourgeois et si le gouvernement n'avait pas hésité à encourager leur exemple en concédant des avantages substantiels, notamment aux grévistes de Cellatex.

Danone, Marks & Spencer, ... La Gauche "soutient" les ouvriers licenciés comme la corde soutient le pendu


 

Avec une précipitation des plus suspectes, toutes les composantes de la gauche plurielle se sont empressées de lancer des protestations "de principe" dès l'annonce, coup sur coup, des licenciements et fermetures de sites chez Marks & Spencer et chez Danone. Dame ! Le gouvernement voulait surtout ne pas avoir l'air d'être complice des licencieurs et tâchait de sauvegarder son image de soi-disant défenseur de la justice sociale contre les "abus" du patronat, du "libéralisme" et autres "multinationales". On se rappelle qu'il y a deux ans, au moment des licenciements chez Michelin, la prétention de la gauche à faire croire que son gouvernement serait au service de la défense des conditions d'existence des prolétaires contre les attaques capitalistes, avait eu un peu de mal à être crédible, après que Jospin ait lancé que "il ne faut pas tout attendre de l'Etat". Il avait alors fallu tous les efforts de la "gauche de la gauche" pour redonner un peu de crédibilité au mythe d'un Etat "au dessus des classes", dont le rôle serait de rendre justice aux salariés contre leurs patrons "abusifs". En octobre 1999, le PC et les gauchistes de la LCR et de LO se fendaient d'une belle manifestation sur le thème de "l'interdiction des licenciements aux entreprises qui font des bénéfices", manifestation qui n'était qu'un plébiscite à la gauche plurielle au gouvernement, et le tout avait débouché sur l'annonce par la ministre Aubry d'un "plan de modernisation sociale", grâce auquel les patrons licencieurs allaient voir ce qu'ils allaient voir. On a vu en effet ... les licenciements continuer à tomber un peu partout. 

Contre les attaques c'est tous unis qu'il faut lutter


 
Si le mois de mars a été celui des élections municipales, celui d'avril a montré quels étaient la préocupation principale des prolétaires et leur véritable centre d'intérêt : la défense de leurs conditions de vie et de travail contre la violence des attaques capitalistes. Les journées d'action syndicales organisées en janvier puis, au lendemain des élections municipales, dès la fin mars n'ont pas suffi à enrayer la montée de la combativité. Comme la presse bourgeoise l'a souligné à plusieurs reprises, c'est le "réveil du social" qui est de plus en plus clairement au coeur de l'actualité. Finis les discours sur le "tout-va-bien" ouvrant un avenir radieux au capitalisme et aux ouvriers, enfoncés les bla-bla affirmant que les problèmes sociaux ne concernaient que quelques "exclus de la croissance" et balayés encore les mensonges sur la fin de la classe ouvrière : le développement actuel de ses luttes, en dépit de leurs limites, vient porter un coup brutal à toute cette propagande mensongère.

Attaques sur les retraites: patronat, gouvernement, syndicats, tous complices !

Et rebelote ! L'agitation qui oppose le MEDEF aux syndicats sur les modalités du financement des retraites complémentaires dans le secteur privé a un goût de déjà vu. On se rappelle il y a quelques mois des négociations sur l'assurance-chômage qui ont donné lieu au Plan d'Aide au Retour à l'Emploi (PARE).

Elections présidentielles de 1988 : La gauche utilise l'épouventail Le Pen pour tenter d'affaiblir la classe ouvrière

Les élections sont terminées. Mitterrand est de nouveau élu pour 7 ans à la tête de l’Etat bourgeois. Mais une chose est sûre : quelles que soient les équipes dirigeantes qui vont être appelées à gouverner, la seule politique qu’elles appliqueront c’est celle de l’austérité renforcée, des attaques toujours plus violentes contre l’ensemble des conditions de vie de toute la classe ouvrière. C’est ce qu’annonçait déjà un économiste bourgeois, à la veille du 1er tour, dans L’Usine Nouvelle du 21/4/88 : "Le réveil sera rude...

France - Le Front Populaire embrigade le prolétariat français dans la guerre

Deux grandes étapes du Front Populaire mettent en évidence son rôle déterminant dans la préparation de la guerre impérialiste en France, à travers un partage du travail au sein des partis de gauche de l’appareil bourgeois national. La première, c’est le désarmement et l’embrigadement idéologique de la classe ouvrière derrière le Front Populaire au nom de l’antifascisme et de "l’union sacrée" à travers la pire hystérie chauvine. Dans ce dévoiement massif du prolétariat dans la propagande nationaliste la plus exacerbée, c’est le PCF et la CGT qui jouent le rôle essentiel.

3a) Le rôle actif des trotskistes dans la stratégie de la bourgeoisie : Introduction


Dans l'énorme opération anti-ouvrière montée par la bourgeoisie lors de la lutte des hôpitaux, les gauchistes -et en particulier les trotskystes de "Lutte Ouvrière" et de la "Li­gue Communiste Révolutionnaire"- ont joué un rôle de premier plan et de grande enver­gure. Fers de lance de la mise sur pied des coordinations qui se sont partagé l'encadre­ment des travailleurs en lutte, champions de première de la magouille et de la manipula­tion au sein des assemblées convoquées par celles-ci, ils ont contribué efficacement au succès de la manœuvre d'ensemble de la bourgeoisie. Ils ont ainsi fait une fois de plus la preuve que la bourgeoisie peut compter sur eux contre les ouvriers !

Mai 1968 : le prolétariat revient à l'avant de la scène

Il y a 30 ans, s'est déroulé en France un grand mouvement de luttes dans lesquels étaient engagés, pendant près d'un mois, près de 10 millions d'ouvriers en grève. Il est très difficile pour les jeunes camarades qui s'approchent aujourd'hui des positions révolutionnaires de savoir ce qui s'est passé durant ce lointain mois de mai 1968.

Vingt-cinq ans après mai 1968 : que reste-t-il de mai 1968 ?

Les grandes luttes ouvrières laissent peu de traces visibles, quand elles sont terminées. Lorsque «l'ordre» revient, lorsque « la paix sociale » répand à nouveau son impitoyable chape de plomb quotidienne, il ne reste bientôt d'elles qu'un souvenir. Un «souvenir», cela semble bien, mais peu. En fait c'est une force re­doutable dans la tête de la classe révolutionnaire.

Les motions : une pratique à développer dans les assemblées générales.

Le lieu où la classe ouvrière peut exprimer sa force et décider de la conduite de sa lutte, ce sont ses assemblées générales. C'est bien pourquoi une des armes essentielles de la bourgeoisie contre les luttes ouvrières, c'est le sabotage des assemblées ouvrières. Ce n'est pas par hasard si, dans toute la phase de montée de la lutte des hôpitaux, coordinations et syndicats ont tout fait pour éviter que ne se tiennent des assemblées générales sur les lieux de travail et s'ils n'ont invité les ouvriers à le faire que lorsque la lutte était déjà engagée sur un terrain pourri et que tout le dispositif d'encadrement du mouvement était déjà solidement mis en place. Mais, lorsque les forces de la bourgeoisie ne peuvent plus s'opposer à la tenue d'assemblées générales au risque d'être débordées , ce sont généralement elles qui les convoquent et qui s'arrangent pour les manipuler de l'intérieur, pour aire en sorte que les décisions soient prises dans la plus grande confusion possible, pour étouffer toute initiative "gênante" et toute discussion et prise de position de l'assemblée sur celles-ci, bref éviter que celles-ci soient des assemblées réellement souveraines et, enfin de compte, les transformer en simples chambres d'enregistrement des décisions d'un "bureau" auto‑proclamé par les syndicats ou les gauchistes, assemblées auxquelles les ouvriers écœurés renoncent finalement à participer:

L'intervention d’un Comité de lutte


La période que nous vivons aujourd'hui voit, ici et là, au sein de la classe ouvrière, l'émergence de comités de lutte. Ce phénomène a commencé à se développer, en France au début de 1988 ‑au lendemain de la grande lutte à la SNCF. Depuis lors, plusieurs comités regroupant des ouvriers combatifs se sont formés dans différents secteurs (PTT, EDF, Enseignement, Santé, Sécurité So­ciale, etc..) voire même, et de plus en plus, sur une base inter-sectorielle.

Bilan de la lutte de classe depuis 1988


  • L'unification des luttes ne peut être l'œuvre que des travailleurs eux-mêmes

 
 Au moment où se termine l'année 88, tous les médias bourgeois se plaisent à célébrer cette année comme marquée d'une pierre blanche : elle aurait été "l'année du début du retour de la prospérité", "l'année de la paix" et autres foutaises. Pour la classe ouvrière, pour qui 88 a signifié la continuation de l'austérité, des licenciements, du chômage massif, il n'y a pas de quoi se réjouir. Au contraire, alors que les sombres perspectives d'une nouvelle accélération de la crise, longtemps écartées par la classe dominante et étouffées dans les médias à la faveur des préparatifs électoraux aux USA, refont surface, il est clair pour la classe ouvrière que les années qui s'ouvrent vont être celles d'une nouvelle aggravation de ses conditions d'existence, d'une nouvelle accélération des attaques anti-ouvrières dans tous les pays.
Moins que jamais, dans la période qui s'ouvre, la classe ouvrière ne pourra faire l'économie de la lutte. Au contraire, Il va lui falloir poursuivre et développer, encore plus massivement et avec plus de détermination, la bataille pour la défense de ses conditions de vie, contre ce système porteur d'une misère toujours plus profonde et générale. C'est pourquoi il lui faut par contre tirer le bilan de ce que 88 a apporté de son point de vue de classe à elle, c'est-à-dire sur le plan du développement de ses combats et du renforcement de ses armes de résistance à la misère capitaliste.

1b) Une manoeuvre d'ampleur de la bourgeoisie contre l'ensemble de la classe ouvrière


NON à la dispersion organisée ;
OUI à l'unité des luttes ouvrières

OUVRIERS,

C'est à un véritable travail de sape de votre combativité et de déboussolement que se livrent depuis plusieurs semaines contre vous l'ensemble de la gauche et en particulier, ces derniers temps, la CGT. Malgré cela votre colère reste intacte et elle est plus que jamais légitime.

2) Une nouvelle arme de la bourgeoisie contre la classe ouvrière : LES "COORDINATIONS"


Le terme de "coordination" a été employé déjà en de multiples reprises ces dernières années dans différents pays d'Europe. Ainsi nous avons connu, au milieu des années 80 en Espagne, une "Coordinadora de Estibadores" (Coordination de dockers) dont le langage radical et la très grande ouverture (notamment en permettant aux révolutionnaires d'intervenir dans ses assemblées) pouvait faire illusion, mais qui n'était pas autre chose qu'une structure permanente du syndicalisme de base. De même, nous avons vu se constituer en Italie, au cours de l'été 87, un "Coordinamento di Macchinisti" (Coordination des conducteurs de train), qui s'est révélé rapidement comme étant de même nature. Mais la terre d'élection des "coordinations" est incontestablement, à l'heure actuelle, la France où, depuis l'hiver 86-87, toutes les luttes ouvrières importantes ont vu se manifester des organes portant ce nom :

1a) Une manoeuvre d'ampleur de la bourgeoisie contre l'ensemble de la classe ouvrière

Les luttes ouvrières ne peuvent se développer et vaincre qu’en dehors et contre les syndicats et les coordinations

  le 23 octobre la "coordination infirmière" décidait l'arrêt de la grève. Après l'avoir suscitée artificiellement, avec la complicité active du parti socialiste et de la CFDT, elle a décidé de l'enterrer.

20 ANS depuis MAI 1968 : le mûrissement des conditions de la révolution prolétarienne

Les commentateurs "officiels" de l'histoire et les nostalgiques déçus des années de gloire du "mouvement étudiant" fêtent l'anniversaire des 20 ans de Mai 1968 en étant d'accord sur un point: les "rêves révolu­tionnaires de 68" n'étaient que des rêves.

II - Que s'est-il passé en octobre 88 ?

Jamais, depuis de nombreuses années, "rentrée sociale" en France n'avait été aussi explosive que celle de l'automne 88. Depuis le printemps, il était clair que d'importants affrontements de classe se préparaient. Les luttes qui s'étaient dé­roulées entre mars et mai 88 dans les entreprises "Chausson" (construction de camions) et SNECMA (moteurs d'avions) avaient fait la preuve que la période de relative passivité ouvrière qui avait suivi la défaite de la grève dans les chemins de fer en décembre 86 et janvier 87 était bien terminée. Le fait que ces mouvements aient éclaté et se soient développés alors que se déroulaient les élections présiden­tielles et législatives (pas moins de 4 élections en deux mois) était particuliè­rement significatif dans un pays où, tradi­tionnellement, ce type de période est synonyme de calme social. Et cette fois-ci, le Parti socialiste revenu au pouvoir ne pouvait espérer aucun "état de grâce" comme en 81. D'une part les ouvriers avaient déjà appris entre 81 et 86 que l'austérité "de gauche" ne vaut pas mieux que celle de "droite". D'autre part, dès son installation, le nouveau gouvernement avait clairement mis les points sur les i : il était hors de question de remettre en cause la politique économique appliquée par la droite durant les deux années pré­cédentes. Et elle avait mis à profit les mois d'été pour aggraver cette politique.

I - Pourquoi cette brochure

L'année 88 s'est terminée sur une flambée massive de colère et de combativité qui s'est exprimée en particulier parmi les ouvriers du secteur public. Aujourd'hui encore la lutte dans les hôpitaux, notamment celle des infirmières, est dans toutes les mémoires, et c'est en effet, une importante expérience que vient de faire la classe ouvrière en France.

1936 : la gauche mène le prolétariat à la boucherie impérialiste

Il y a 50 ans, en 1936, au printemps, explosait en France une vague de grèves ouvrières spontanéescontre l'aggravation de l'exploitation provoquée par la crise économique et le développement de l'économie de guerre. En juillet, en Espagne, face soulèvement militaire de Franco, l'ensemble de la classe ouvrière partait aussi en grève pour répondre à l'attaque. Trotski crut voir le début d'une nou­velle vague révolutionnaire  internationale.

Pages

S'abonner à RSS - France