Anarchisme officiel

Les anarchistes et la guerre impérialiste

"… Or, la Social-Démocratie Allemande n'était pas seulement l'avant-garde la plus forte de l'Internationale, elle était aussi son cerveau. Aussi faut-il commencer par elle, par l'analyse de sa chute ; c'est par l'étude de son cas que doit commencer le procès d’auto-réflexion. C'est pour elle une tâche d'honneur que de devancer tout le monde pour le salut du socialisme international, c'est-à-dire de procéder la première à une autocritique impitoyable..."

La guerre d'Espagne met en évidence les lacunes fatales de l'anarchisme (II): des voix dissidentes au sein du mouvement anarchiste

Dans la première partie de cet article, nous avons examiné le processus qui a conduit à l'intégration de l'organisation officielle anarcho-syndicaliste, la Confédération nationale du travail (CNT), dans l'État républicain bourgeois en Espagne en 1936-37 et cherché à relier ces trahisons aux faiblesses programmatiques et théoriques sous-jacentes dans la vision du monde de l'anarchisme. Certes, ces capitulations ne sont pas restées sans opposition de la part de courants prolétariens à l'intérieur et à l'extérieur de la CNT.

La guerre d'Espagne met en évidence les lacunes fatales de l'anarchisme (I)

Il s'agit d'un examen critique de l'expérience historique de l'anarchisme, y compris ses tendances prolétariennes les plus cohérentes avant et pendant la guerre d'Espagne. Le texte est la première partie d'un article de la série "Le communisme est l'ordre du jour de l'histoire". En réponse aux faiblesses théoriques congénitales de l'anarchisme, surtout sur la question de l'État et de l'antifascisme, il rappelle la position prise par la Gauche communiste italienne dans les années 1930, qui a été fondée sur la nécessité, à certains moments clés, de dire NON : non à la participation à l'État capitaliste, non aux alliances (antifascistes) et aux fronts avec les partis bourgeois, même s'il doit en résulter l'exclusion politique et l'isolement.

Les anarchistes et la guerre (4e partie) : l'internationalisme, une question cruciale

Dans cette situation historique, au sein du milieu qui se revendique de l’anarchisme, tendent à s’exprimer de plus en plus clairement, dans les débats, deux positions bien distinctes.

Les anarchistes et la guerre (3) : de la Seconde Guerre mondiale à aujourd'hui

Depuis l’effondrement des régimes staliniens et du bloc de l’Est, les organisations de l’anarchisme officiel se targuent d’avoir les mains propres dans l’affrontement qui a opposé de 1945 à 1989 les blocs de l’Est et de l’Ouest et entretiennent la légende d’une opposition irréductible aux blocs militaires : “Les anarchistes se divisèrent sur le problème des blocs. La majorité décida de s’opposer à l’Est et l’Ouest…”

Les anarchistes et la guerre (3e partie) : de la Seconde Guerre mondiale à aujourd'hui

Après la Seconde Guerre mondiale, les courants officiels de l’anarchisme se reconstruisent sur des bases entièrement bourgeoises, adoptant des positions d’une complète invalidité ou ouvertement contre-révolutionnaires.

La participation des anarchistes à la Seconde Guerre mondiale (les anarchistes et la guerre, 2e partie)

Prisonnier de sa propension à défendre ‘la liberté’ contre ‘l’autoritarisme’, l’anarchisme capitule complètement face à l’antifascisme.

Les anarchistes et la guerre (1e partie)

Dans le milieu anarchiste actuel, en France et en Russie notamment, des débats se développent entre deux conceptions opposées où une certaine frange cherche à se démarquer de l’approche nationaliste.

L'antifascisme, la voie de la trahison de la CNT (1934-1936)

Le contexte international en 1934 a influencé fortement la FAI et la CNT, les poussant vers l'intégration au sein de l'Etat capitaliste au moyen de la conjonction des antifascistes avec le reste des forces "démocratiques".

L'échec de l'anarchisme pour empêcher l'intégration de la CNT à l'État bourgeois (1931-1934)

La tentative de la FAI de récupérer la CNT pour la classe ouvrière fut un échec. Ce ne fut pas la FAI qui parvint à redresser la CNT, mais la CNT qui prit la FAI au piège des engrenages de l’État capitaliste.

La contribution de la CNT à l'instauration de la République espagnole (1921-1931)

Nous allons montrer dans ce quatrième article de la série sur la CNT comment le syndicalisme avait affaibli les courants révolutionnaires existants au sein de la CNT

Histoire du mouvement ouvrier : la CNT face à la guerre et à la révolution (1914-1919)

La CNT dans la période de 1914-1919 répondit clairement à partir d'un terrain internationaliste et d'ouverture à l'Internationale communiste (avec l'impulsion active, comme nous venons de le voir, de militants remarquables et de groupes anarchistes).

Kronstadt : contre les thèses anarchistes, les leçons tirées par la Gauche communiste

Il ne fait aucun doute que de nombreux anarchistes avaient raison dans leurs critiques envers la Tcheka (le police politique du parti) et l'écrasement de Kronstadt. Le problème, c'est que l'anarchisme n'offre aucun cadre pour comprendre la signification historique de tels événements.

Critique du bulletin "A trop courber l’Echine" Les doutes de l’anarchisme sur la classe ouvrière

Suite à la crise qui déchire le milieu anarcho-syndicaliste depuis quelques années, des débats animent toute une série de regroupements. La prise de position du bulletin « A trop courber l’échine » est représentative du type de questions qui y sont discutées :

Lettre signée BW

Chers CCIstes/camarades,

 

Par la présente, je voulais vous faire savoir que je trouve ridicule votre mise à l'écart de la foire du livre anar de Utrecht. Comme visiteur régulier de cette foire, je sais qu'il s'y trouve une riche variété de stands tenus par des groupes ou des librairies, aussi bien anarchistes (avec toute la diversité de l'anarchisme), que pas clairement définis ou non-anarchistes. Que d'un tel éventail de stands divergents, soit sournoisement exclu un groupe qui se positionne pour une lutte ouvrière internationaliste est totalement arbitraire et ridicule. Si on se réfère aux rencontres et débats historiques entre socialistes libertaires et communistes internationalistes, le CCI ne devrait pas être absent de la foire du livre. De plus, le CCI est volontiers accueilli depuis des années aux journées anarchistes de la Pentecôte. Par la présente, j'appelle l'organisation de la foire à fournir un espace au CCI, ou à tout le moins, à l'autoriser à vendre sa presse à l'intérieur de la foire.

Le Dolle Hond et le CCI

Pourquoi les publications du CCI sur le stand de Dolle Hond?

Nous pouvons tranquiliser nos amis et devons hélas décevoir nos ennemis: le Dolle Hond n'est affilié à aucune secte communiste. Et pourtant, nous avons bien présenté la littérature du CCI sur notre stand à la foire du livre anarchiste. Depuis un certain nombre d'années, le CCI, organisation communiste de gauche (c'est-à-dire, ni stalinienne, ni trotskiste) se voit systématiquement refuser un stand par les organisateurs des foires du livre anarchistes et alternatives à Gand et à Utrecht. Nous nous étonnons depuis longtemps de cette politique absolument arbitraire, d'autant que d'autres clubs non-anarchistes reçoivent de ces organisateurs autant de place qu'ils en veulent, des démocrates bourgeois et réformistes aux groupes nationalistes et même staliniens. A notre demande d'une explication par écrit de cette politique arbitraire, nous n'avons, un an après, enregistré aucune réaction.

Prise de position de Wereldrevolutie concernant la foire du livre anarchiste de Utrecht du 3 décembre

Cette année aussi, les "placiers anarchistes" ont refusé, et cette fois sans aucune espèce de raison, de nous accorder un stand à la foire du livre alternatif de Utrecht. Cette attitude est en totale contradiction avec la longue tradition de discussion, aux Pays-Bas et ailleurs, entre d'une part le courant de la Gauche communiste et, d'autre part, les courants au sein de l'anarchisme qui sont à la recherche d'une alternative à la barbarie de la guerre et de la misère dans le capitalisme.

Le refus de stand au CCI à la bourse du livre alternatif de Gand et d'Utrecht

Cela fait maintenant plusieurs années que le CCI n’est pas admis en tant que détenteur de stand à la foire du livre anarchiste à Gand tout comme à la bourse anarchiste à Utrecht. Plusieurs années, les organisateurs ont fait comme si notre demande était introduite trop tard, ou comme s’ils manquaient de place, etc. Un peu fort. Quand nous avons insisté, les organisateurs ont répondu que nous ne correspondions pas au profil anarchiste qu’ils souhaitaient. Il ne nous viendrait naturellement pas à l’esprit de nous lamenter à propos de cette décision ou d’en appeler à plus de complaisance de la part des organisateurs. Il ne s’agit pour nous que de mettre à nu les véritables raisons du refus répété des organisateurs de ces bourses du livre.

Courrier de lecteur : le rôle contre-révolutionnaire de la CNT en Espagne (1936-1939)

Dans cette seconde partie de notre réponse, nous nous attacherons essentiellement à démentir l'assertion totalement fausse de notre lecteur selon laquelle " la CNT espagnole a mené le plus loin le mouvement d'auto-émancipation humaine jamais réalisé au 20e siècle en 1936-39 ".

Courrier de lecteur : l'incapacité chronique de l'anarchisme à comprendre la lutte de classe

Nous publions ci-dessous des extraits d'un courrier de lecteur qui entreprend de défendre l'anarcho-syndicalisme aujourd'hui et le combat de la CNT durant la guerre d'Espagne en 1936-1939. Nous nous limiterons dans notre réponse aux questions essentielles que soulève ce courrier.

L'incapacité de l'anarchisme à offrir une perspective de classe contre la guerre impérialiste

 


Parce que dans le meilleur des cas il exprime une influence de l'idéologie petite-bourgeoise dans les rangs du prolétariat (quand il n'est pas directement une composante de la bourgeoisie au travers de ses organisations les plus établies comme la FA - Fédération Anarchiste), l'anarchisme, même s'il peut condamner fermement la guerre impérialiste, ne peut offrir de réelle perspective révolutionnaire au prolétariat.

Anarchisme et communisme

Aujourd'hui, l'anarchisme a le vent en poupe. Que ce soit sous la forme de l'apparition et du renforcement de l'anarcho-syndicalisme ou bien du surgissement de nombreux petits groupes se réclamant des conceptions libertaires, les idées anarchistes commencent à avoir pignon sur rue dans plusieurs pays (et à faire l'objet d'une attention croissante de la part des médias capitalistes).

Alternative Libertaire défenseur de l'Etat - nation

Face au déchaînement des massacres impérialistes, comme ceux qui se déroulent aujourd'hui encore au Moyen-Orient, les révolutionnaires ont toujours dénoncé le poison nationaliste inoculé par tous ceux qui, au nom d'une prétendue "juste cause", appellent les prolétaires à soutenir un camp belligérant contre un autre.

Parmi ceux-là, et à côté des organisations de l'extrême-gauche trotskiste, on trouve des prétendus "révolutionnaires" du milieu anarchiste, tel le groupe "Alternative Libertaire" qui vient aujourd'hui apporter sa petite contribution à la mystification nationaliste et à l'embrigadement de la classe ouvrière derrière les drapeaux de la bourgeoisie palestinienne.

Espagne 1936 : le mythe des collectivités anarchistes

Les collectivités espagnoles de 1936 ont été présentées par les anarchistes comme le modèle parfait de la révolution. Selon eux, elles per­mettent l'autogestion ouvrière de l'économie, elles signifient l'élimination de la bureaucra­tie, elles augmentent le rendement du travail et "merveille des merveilles" sont "l'oeuvre des travailleurs eux-mêmes"..."dirigés et orientés à tout moment par les libertaires"
Syndiquer le contenu