L'écrasement du prolétariat allemand et l'avènement du fascisme (BILAN, mars 1935).

See also :

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

L'actualité de la méthode de Bilan

A l'occasion des forts résultats électoraux des partis de l'extrême-droite en France, en Belgique, en Allemagne, en Autriche, ou lors de violentes ratonnades pogromistes de bandes d'extrême-droite plus ou moins manipulées, contre les immigrés et réfugiés dans l'ex-RDA, la propagande de la bour­geoisie « démocratique », partis de gauche et gauchistes en tête, a de nouveau brandi le spectre d'un « danger fasciste ».

Comme à chaque fois que la ra­caille raciste et xénophobe de l'extrême-droite sévit, c'est le choeur unanime de la réprobation des « forces démocratiques » qui s'élève, toutes tendances poli­tiques confondues. Avec force pu­blicité, tout le monde stigmatise les succès « populaires » de l'extrême-droite aux élections, et déplore la passivité de la population, complaisamment pré­sentée comme de la sympathie, envers les agissements répugnants des sbires de cette mouvance. L'Etat « démocratique » peut alors faire apparaître sa répression comme garante des « libertés », la seule force capable d'enrayer le fléau du racisme, de conjurer le retour de l'horreur du fascisme de sinistre mémoire. Tout cela fait partie de la propagande de la classe dominante, qui multiplie les appels à la « défense de la dé­mocratie » capitaliste, dans la continuité des campagnes idéolo­giques qui chantent le « le triomphe du capitalisme et la fin du communisme ».

Ces campagnes « anti-fascistes » reposent en fait en grande partie, sur deux mensonges : le premier qui prétend que les institutions de la démocratie bourgeoise et les forces politiques qui s'en récla­ment, constitueraient un rempart contre les « dictatures totali­taires » ; le deuxième qui fait croire que des régimes de type fasciste pourraient surgir au­jourd'hui dans les pays d'Europe occidentale.

Face à ces mensonges, la lucidité des révolutionnaires des années 1930 permet de mieux com­prendre ce qu'il en est dans le cours historique actuel, comme le montre l'article de Bilan, dont nous reproduisons ci-dessous des extraits.

Cet article fut écrit il y a près de 60 ans, en pleine période de vic­toire du fascisme en Allemagne et un an avant l'instauration du Front populaire en France. Les dévelop­pements qu'il contient sur l'attitude des « forces démocra­tiques » face à la montée du fas­cisme en Allemagne, ainsi que sur les conditions historiques du triomphe de tels régimes, demeu­rent pleinement d'actualité dans le combat contre les porte-parole de l' « anti-fascisme. »

La Fraction de gauche du Parti Communiste d'Italie, contrainte à l'exil (en particulier en France) par le régime fasciste de Mussolini, défendait, à contre-courant de tout le « mouvement ouvrier » de l'époque, la lutte indépendante du prolétariat pour la défense de ses intérêts et de sa perspective révo­lutionnaire : le combat contre le capitalisme dans son ensemble.

Contre ceux qui prétendaient que les prolétaires devaient soutenir les forces bourgeoisies démocra­tiques pour empêcher l'arrivée du fascisme, Bilan démontrait dans les faits, comment les institutions et les forces politiques « démocratiques », loin de s'être dressées en Allemagne en rempart contre la montée du fascisme, fi­rent le lit de celui : « ... de la Constitution de Weimar à Hitler se déroule un processus d'une continuité parfaite et orga­nique. » Bilan établissait que ce régime n'était pas une aberration, mais une des formes du capita­lisme, une forme rendue possible et nécessaire par les conditions historiques : « ... le fascisme s'est donc édifié sur la double base des défaites prolétariennes et des nécessités impé­rieuses d'une économie acculée par une crise économique pro­fonde. »

Le fascisme en Allemagne, tout comme « la démocratie des pleins pouvoirs » en France, tra­duisaient l'accélération  de l'étatisation (de la « disciplinisation », dit Bilan) de la vie économique et sociale du capitalisme des années 1930, capitalisme confronté à une crise économique sans précédent qui exacerbait les antagonisme inter-impérialistes. Mais ce qui déterminait que cette tendance se concrétisait sous la forme du « fascisme », et non sous celle d'une « démocratie des pleins pouvoirs », se situait au niveau du rapport de forces entre les deux principales forces de la société : la bourgeoisie et la classe ou­vrière. Pour Bilan, l'établissement du fascisme reposait sur une dé­faite préalable, physique et idéo­logique, du prolétariat. Le fas­cisme en Allemagne et en Italie avait pour tâche l'achèvement de l'écrasement du prolétariat entre­pris par la « social-démocratie. »

Ceux qui aujourd'hui prêchent la menace imminente du fascisme, outre qu'ils reproduisent la poli­tique anti-prolétarienne des « antifascistes » de l'époque, « oublient » cette condition histo­rique mise en lumière par Bilan. Les actuelles générations de pro­létaires, en particulier en Europe occidentale, n'ont été ni défaites physiquement ni embrigadées idéologiquement. Dans ces condi­tions, la bourgeoisie ne peut se passer des armes de « l'ordre démocratique ». La propagande officielle ne brandit l'épouvantail du monstre fasciste que pour mieux enchaîner les exploités à l'ordre établi de la dictature capi­taliste de la « démocratie. »

Dans ses formulations, Bilan parle encore de l'URSS comme d'un « Etat ouvrier » et des Partis Communistes comme des partis « centristes. » Il faudra en effet attendre la seconde guerre mon­diale pour que la Gauche italienne assume entièrement l'analyse de la nature capitaliste de l'URSS et des partis staliniens. Cependant, cela n'empêcha pas ces révo­lutionnaires, dès les années 1930, de dénoncer vigoureusement et sans hésitation les staliniens comme des forces « travaillant à la consolidation du monde ca­pitaliste dans son ensemble. », « un élément de la victoire fas­ciste ». Le travail de Bilan se si­tuait en pleine débâcle de la lutte révolutionnaire du prolétariat, au tout début de la gigantesque tâche théorique que représentait l'analyse critique de la plus grande expérience révolutionnaire de l'histoire : la révolution Russe. Il était encore imprégné de confu­sions liées à l'énorme attachement des révolutionnaires à cette expérience unique, mais il constitua un moment précieux et irremplaçable de la clarification politique révolu­tionnaire. Il fut une étape cruciale dont reste entièrement vivante au­jourd'hui la méthode, celle qui consiste à analyser sans conces­sions la réalité en se situant tou­jours du point de vue historique et mondial de la lutte prolétarienne.

CCI.

L'écrasement du prolétariat allemand et l'avènement du fascisme (Mars 1935).

C'est par l'analyse critique des évé­nements de l'après-guerre, des vic­toires et défaites révolutionnaires, qu'il nous sera possible d'acquérir une vision historique de la période actuelle, assez vaste cour embras­ser les phénomènes fondamentaux qu'elle exprime. S'il est juste d'affirmer que la révolution russe se trouve au centre de notre critique, de la critique qu'elle-même pré­senta, il faut immédiatement ajou­ter que l'Allemagne est l'anneau le plus important de la chaîne qui aujourd'hui garrotte le prolétariat mondial.

En Russie la faiblesse structurelle du capitalisme,  la conscience du prolétariat russe, représentée par els bolcheviks ne permit pas une concentration immédiate des forces mondiales de la bourgeoisie autour du secteur menacé, alors qu'en Al­lemagne tous les faits de l'après-guerre expriment cette interven­tion, facilitée par un capitalisme fort de ses traditions démocra­tiques, un prolétariat arrivant à la conscience de ses tâches précipi­tamment.

Les événements d'Allemagne (de l'écrasement des spartakistes à l'avènement du fascisme) contien­nent déjà une critique d'Octobre 1917. C'est déjà une réponse du ca­pitalisme à des positions souvent en deçà de celles qui permirent la vic­toire des bolcheviks. Voila pour­quoi une analyse sérieuse de 1’Allemagne devrait débuter par un examen des thèses du 3e et 4e Congrès de l'Internationale Com­muniste  qui  contiennent  des  éléments allant non au delà de la révolution russe, mais l'opposant à l'assaut féroce des forces bour­geoises contre la révolution mon­diale. Ces Congrès ont élaboré des positions de défense du prolétariat groupé autour de l'Etat soviétique alors que l'ébranlement du monde capitaliste nécessitait une offensive sans cesse croissante des ouvriers de tous les pays en même temps qu'une progression idéologique de son organisme international. Les événements de 1923 en Allemagne furent précisément étouffés grâce à ces positions heurtant de front l'effort révolutionnaire des ou­vriers, événements qui, par eux-mêmes, furent le démenti le plus frappant de ces Congrès.

L'Allemagne prouve clairement l'insuffisance du patrimoine idéo­logique légué par les bolcheviks ; non pas que leurs efforts furent in­suffisants, mais ceux des commu­nistes du monde entier, et en parti­culier en Allemagne. Ainsi, quand et où fit-on la critique historique de la lutte idéologique et politique des spartakistes ? A notre avis, sauf de plates répétitions d'appréciations générales de Lénine, aucun effort n'a été fait. On part bien en guerre contre « le luxembourgisme », on verse évidemment quelques larmes sur l'écrasement des spartakistes, on stigmatise les crimes des Noske-Scheidemann, mais d'analyse sé­rieuse, point. Pourtant si octobre 1917 contient une négation catégo­rique de la démocratie bourgeoise, 1919 l'exprime sur un plan plus avancé. Si les bolcheviks prouvè­rent que le parti du prolétariat est un guide victorieux seulement s'il rejette, au cours de sa formation, tout alliage avec des courants op­portunistes, les événements de 1923 prouvèrent que la fusion des spar­takistes et des indépendants à Halle, avait été un appoint dans la confusion du PC devant la bataille décisive.

En somme, au lieu d'élever le ni­veau de la lutte prolétarienne plus loin qu'Octobre, de nier plus pro­fondément les formes de domina­tion du capitalisme, les compro­missions avec des forces ennemies, en prévision d'un assaut révolutionnaire imminent, on ne pouvait que faciliter le regroupement des forces capitalistes dès que l'on ra­menait les positions prolétariennes en dessous de celles qui permirent le triomphe des ouvriers russes. En ce sens la position du camarade Bordiga au 2e Congrès envers le parlementarisme était une tentative de pousser en avant les positions d'attaque du prolétariat mondial et la position de Lénine une tentative d'employer révolutionnairement cet élément historiquement dépassé devant une situation n'exprimant pas encore tous les éléments de cet assaut. Les événements ont donné raison à Bordiga, non sur ce fait mais sur une appréciation conte­nant la critique des faits de 1919 en Allemagne et consistant à élargir l'effort destructif du prolétariat avant des nouvelles batailles devant décider du sort de l'Etat prolétarien et de la révolution mondiale.

Nous essayerons dans cet article d'examiner l'évolution des posi­tions de classe du prolétariat alle­mand, afin de mettre en évidence ces éléments de principe qui peu­vent compléter l'apport des bol­cheviks, critiquer leur décalque dans des situations nouvelles, contribuer à l'oeuvre de critique générale des événements de l'après-guerre.

Dans la constitution de Weimar, article 165, se trouve le passage sui­vant : « Ouvriers et employés y col­laboreront (dans les conseils ouvriers) sur un pied d'égalité, avec les employeurs, a la réglementation des questions de salaire et de tra­vail, ainsi qu'au développement général économique des forces productives. » Ceci caractérise au mieux une période où la bourgeoi­sie allemande comprit qu'elle devait non seulement élargir son organisation politique jusqu'à la démocratie la plus extrême allant jusqu'à la reconnaissance des « Rate » (Conseils ouvriers), mais aussi donner aux ouvriers l'illusion de la puissance économique. De 1919 à 1923 le prolétariat eut l'impression d'être la force poli­tique prédominante dans le Reich. Depuis la guerre, les syndicats incorporés dans l'appareil étatique étaient devenus des piliers soute­nant tout l'édifice capitaliste et les seuls éléments pouvant faire converger les efforts prolétariens vers la reconstruction de l'économie allemande et d'un appareil de domination capitaliste stable. La démocratie bourgeoise revendiquée par la social-démocra­tie s'avéra être ici le seul moyen d'empêcher l'évolution révolution­naire de la lutte ouvrière qui fut aiguillée vers un pouvoir politique dirigé en fait par la bourgeoisie bénéficiant de l'appui des syndicats pour remettre à flot l'industrie. C'est l'époque où fleurit « la pre­mière législation sociale du monde », les contrats collectifs du travail, les cellules d'entreprises qui parfois tendent à s'opposer aux syndicats réformistes ou arrivent à concentrer l'effort révolutionnaire des prolétaires comme par exemple dans la Ruhr en 1921-22.La recons­truction allemande s'effectuant parmi cette efflorescence de liber­tés et de droits ouvriers aboutit, comme on sait, à l'inflation de 1923 où s'exprima en même temps que les difficultés pour un capitalisme vaincu et terriblement appauvri de remettre en marche son appareil de production, la réaction d un prolé­tariat voyant son salaire nominal, sa législation sociale « kolossale », son semblant de pouvoir politique, réduits à moins que rien. Si le pro­létariat allemand fut battu en 1923, malgré les « gouvernements ouvriers » de Saxe, de Thuringe, un PC très influent et non gangrené par le centrisme, dirigé au surplus par d'anciens spartakistes, si malgré toutes les circonstances favorables découlant des difficultés de l'impérialisme allemand la victoire fit défaut, il faut en rechercher les causes à Moscou, dans les thèses des 3e et 4e Congrès acceptées par les spartakistes et qui loin de compléter le « Programme de Spartakus» de 1919, se situent en deçà de celui-ci. Malgré ses rares équivoques, le discours de Rosa Luxemburg contient une négation farouche des forces démocratiques du capitalisme, une perspective économique en même temps que politique et non de vagues « gouvernements ouvriers » et des fronts uniques avec des partis contre-révolutionnaires.

A notre avis, la défaite de 1923 est la réponse des événements à la sta­gnation de la pensée critique du communisme recalquant au lieu d'innover, se refusant à retirer de la réalité des règles programmatiques nouvelles, alors que le capitalisme mondial occupant la Ruhr en ce moment venait objectivement à l'aide de la bourgeoisie allemande en déterminant une vague de na­tionalisme susceptible de canaliser ou du moins de brouiller la conscience des ouvriers et même des dirigeants du PC.

Une fois passé ce cap dangereux, le capitalisme allemand bénéficia en­fin de l'aide financière de pays tels les USA convaincus de la dispari­tion momentanée de tout danger révolutionnaire. C'est alors l'époque d'un mouvement de concentration et de centralisation industrielles et financières sans précédent, sur la base d'une ratio­nalisation effrénée, pendant que Stresemann succède a la série de gouvernements socialistes ou so­cialisant. La social-démocratie ap­puya cette consolidation structu­relle d'un capitalisme cherchant dans son organisation disciplinaire la force de tenir tête à ses adver­saires de Versailles, et agita devant les ouvriers le mythe de la démo­cratie économique, de la sauvegarde de l'industrie nationale, de 'avantage de traiter avec quelques patrons, seulement des prémices socialistes posées par ceux-ci.

En 1925-26, jusqu'aux premiers symptômes de la crise mondiale, le mouvement d'organisation de l'économie allemande va croissant sans cesse. On pourrait presque dire que le capitalisme allemand qui put tenir tête au monde entier grâce à ses forces industrielles et à la militarisation d'un appareil éco­nomique fabuleusement puissant, a poursuivi, après les remous sociaux de l'après-guerre, son organisation économique ultra centraliste indis­pensable dans la phase des guerres inter impérialistes, en reprenant sous le fouet des difficultés mon­diales le chemin de l'organisation économique de guerre. Dès 1926 se constituent les grands Konzerns du Stihlwerein, de l'IG Farben-industrie, le Konzern d'électricité Sie­mens, l'Allgemeine Electrizitât Gesellchaft dont la constitution est d'ailleurs facilitée par l'inflation et la hausse des valeurs industrielles qui en résulta.

Déjà avant la guerre l'organisation économique en Allemagne, les Car­tels, les Ronzerns, la fusion du ca­pital financier et industriel, avait atteint un degré supérieur. Mais dès 1926, le mouvement s'accélère et des Konzerns tels ceux de Thys-sens, la Rheinelbe-Union, Phoenix, Rheinische Stahlwerke, fu­sionnent et forment la Stahlwerein qui contrôlera l'industrie charbon­nière et tous ses sous-produits ; la métallurgie et tout ce qui s'y rat­tache. On substituera aux fours Thomas nécessitant du minerai de fer (que l'Allemagne perd avec la Lorraine et la Haute-Silésie) des fours Siemens-Martin pouvant em­ployer de la ferraille.

Ces Konzerns contrôlent bientôt rigoureusement et sévèrement toute l'économie allemande et s'érigent comme une digue contre laquelle le prolétariat va se casser les reins ; leur développement est accéléré par les investissements de capitaux américains et en partie par les commandes russes. Mais dès ce moment le prolétariat, qui avec 1923 a perdu ses illusions quant à sa puissance politique réelle, va être entraîné dans une lutte décisive. La social-démocratie soutient le capitalisme allemand, démontre que les Konzerns sont des em­bryons socialistes et prône les contrats collectifs liés à la concilia­tion, chemin menant vers une dé­mocratie économique. Le PC subit sa « bolchévisation » qui,  aboutissant au « social-fascisme » coïnci­dera avec la réalisation des plans quinquennaux en Russie, mais le conduira à jouer un rôle analogue -non identique- à celui de la social-démocratie.

Pourtant, c'est dès cette époque de rationalisation, de constitution de gigantesques Konzerns qu'apparaissent en Allemagne les bases économiques et les nécessités sociales de l'avènement du fascisme en 1933. La concentration accentuée des masses proléta­riennes consécutive aux tendances capitalistes, une législation sociale jetée en pâture pour éviter des mouvements révolutionnaires dan­gereux, mais trop coûteuse, un chômage permanent troublant les rapports sociaux, de lourdes charges extérieures (Réparations) nécessitant des attaques continues contre les salaires déjà fort bas de­puis l'inflation. Ce qui appelait surtout la domination du fascisme c'était la menace qu'avait repré­senté dans l'après-guerre - et que représentait - le prolétariat, me­nace dont le capitalisme put se sauver grâce à la social-démocratie mais qui demandait une structure politique correspondante à la concentration disciplinaire effec­tuée sur le terrain économique. De même que l'unification du Reich fut précédée par une concentration et centralisation industrielle en 1865-70, l’avènement du fascisme fut précédé par une réorganisation autrement impérialiste de l'économie allemande nécessaire pour sauver l’ensemble de la classe acculée par Versailles. Quand on parle aujourd'hui des interventions économiques du fascisme, de « son » économie dirigée, « son » autarcie, on défigure passablement la réalité. Il représente seulement la structure sociale qui au terme d'une évolution économique et sociale était nécessaire au capitalisme. Faire appel au fascisme après 1919, le capitalisme allemand se décomposant lamentablement ne le pouvait pas, d'autant plus que le prolétariat était là menaçant. C'est pourquoi le putsch de Kapp est combattu par les fractions du capitalisme comme d'ailleurs par les Alliés qui comprennent l'aide inappréciable des social-traîtres. En Italie, par contre, l'assaut révolutionnaire ne s'effectue pas au milieu d'une décomposition du capitalisme, mais d'une conscience de sa faiblesse qui le fait se retirer lors de l'occupation des usines pour remettre son sort entre les socialistes, mais qui lui permet aussi de réagir immédiatement la rafale passée et d'appeler le fascisme.

En somme, toutes les innovations du fascisme, au point de vue éco­nomique, résident dans une accen­tuation de la « disciplinisation » économique, de la liaison de l'Etat et des grands Konzerns (nomination de commissaires aux diverses branches de l'économie), de la consécration d'une économie de guerre.

La démocratie comme drapeau de la domination capitaliste, ne peut correspondre à une économie ac­culée par la guerre, secouée par le prolétariat et dont la centralisation est une position de résistance dans l'attente du nouveau carnage, une manière de transposer sur le plan mondial ses contrastes internes, d'autant plus qu'elle suppose une certaine mobilité dans les rapports économiques et politiques, une fa­culté de déplacement de groupes et d'individualités qui bien que gravi­tant autour du maintien des privi­lèges d'une classe doit néanmoins donner à toutes les classes la per­ception d'une élévation possible. Dans la période de développement de l'économie allemande d'après-guerre, les Konzerns liés à 'appareil d'Etat, exigeant de celui-ci le remboursement des conces­sions que les batailles ouvrières les obligeaient à consentir, enlevaient toute possibilité de survivance de la démocratie, puisque la perspective n'était pas celle de l'exploitation de colonies aux bénéfices plantureux mais bien d'une lutte dure et âpre contre Versailles et son système de réparations et non pour un droit aux marchés mondiaux. Cette voie était celle de la lutte brutale et vio­lente contre le prolétariat et ici, comme au point de vue écono­mique, le capitalisme allemand montrait le chemin que les autres pays devaient emprunter par de tous autres moyens. Il est évident que sans l'aide du capitalisme mondial la bourgeoisie allemande ne serait jamais parvenue à réaliser ses objectifs. Pour permettre l'écrasement des ouvriers on dût enlever toutes les étiquettes améri­caines entravant l'exploitation ex­clusive des ouvriers par la bourgeoisie allemande ; consentir des moratoires ; finalement enlever la charge des Réparations. Il a aussi fallu l'intervention de l'Etat sovié­tique abandonnant les ouvriers al­lemands pour ses plans quinquen­naux, brouillant leur lutte pour de­venir enfin un élément de la victoire fasciste.

Un examen de la situation qui va de mars 1923 à mars 1933, permet de comprendre que de la Constitution de Weimar à Hitler se déroule un processus d'une continuité parfaite et organique. La défaite des ouvriers se situe après un moment de plein épanouissement de la démocratie bourgeoise et « socialisante » exprimée par Wei­mar et permet la reconstitution des forces capitalistes. Alors progres­sivement l'étau se resserre. Bientôt c'est Hindenburg, en 1925, qui de­vient le défenseur de cette Consti­tution et pendant que le capita­lisme reconstitue son armature toujours plus la démocratie devient plus restreinte, s'élargit dans des moments de tension sociale, voit même encore des gouvernements socialistes de coalition (H. Müller), mais dans la mesure où socialistes et centristes augmentent le désarroi des ouvriers, elle a tendance à disparaître (gouvernement Brüning et ses arrêtés-lois) pour faire place, enfin, au fascisme qui ne rencontrera aucune opposition ouvrière. Entre la démocratie, son plus beau fleuron : Weimar, et le fascisme, aucune opposition ne se manifestera : l'une permettra l'écrasement de la menace révolutionnaire, dispersera le prolétariat, brouillera sa conscience, l'autre, au terme de cette évolution, sera le talon de fer capitaliste consacrant ce travail, réalisant rigidement l'unité de la société capitaliste sur la base de l’étouffement de toute menace prolétarienne.

Nous ne ferons pas comme ces pé­dants et littérateurs de tout acabit, qui après coup essayent de «corriger» l'histoire et s'efforcent de trouver une explication des évé­nements d'Allemagne dans une mauvaise application de telle ou telle autre formulation. Il est évi­dent que le prolétariat allemand ne pouvait vaincre qu'à la seule condi­tion de libérer (par les fractions de gauche) l'IC de la néfaste influence dissolvante du centrisme et se re­grouper autour de formulations niant toutes les formes de la démo­cratie et du « nationalisme proléta­rien » en se raccrochant à ses inté­rêts et à ses conquêtes. A ce point de vue le « social-fascisme » n'était pas une position allant au-delà du marais démocratique puisqu'il n'expliquait pas le déroulement des événements, se contentant de les confondre, mais bien une explica­tion de la scission syndicale faite au nom de l'OSR. Aucun front unique démocratique ne pouvait sauver le prolétariat allemand, mais bien une lutte le niant ; mais cette lutte devait être dispersée, dès lors qu'elle se rattachait à un Etat prolétarien travaillant à la consoli­dation du monde capitaliste dans son ensemble.

Aussi vrai que l'on pourrait au­jourd'hui  parler de  « fascisation » des Etats capitalistes aux « démocraties des pleins pouvoirs » il aurait été juste d'en parler au cours de l'évolution capitaliste en Allemagne, si par là on entendait caractériser la fonction de la dé­mocratie « peau de chagrin » se ré­trécissant graduellement pour aboutir à mars 1933. Dans ce cours historique la démocratie était un élément de poids indispensable et disparut sous les coups fascistes lorsqu'il s'avéra impossible d'étouffer la fermentation des masses sans un autre mouvement de masse. L'Allemagne plus que l'Italie nous montre déjà une tran­sition légale de Von Papen à Schleicher et de ce dernier à Hitler, sous l'égide du défenseur de la Constitution de Weimar : Hinden­burg. Mais comme en Italie, la fermentation des masses nécessitait des vagues de masses pour démolir les organisations ouvrières, déci­mer le mouvement ouvrier. Il est possible que le développement des situations dans nos pays marque encore une certaine progression par rapport à ces expériences et que les démocraties des pleins pouvoirs n'ayant pas en face d'elles des prolétariats ayant livré des as­sauts révolutionnaires d'envergure, jouissant au surplus de situations privilégiées par rapport à l'Italie et l'Allemagne (colonies), puissent parallèlement aux interventions disciplinaires dans l'économie, parvenir à étouffer le prolétariat sans devoir balayer totalement les forces traditionnelles de la démo­cratie qui feront d'ailleurs un effort d'adaptation appréciable (plan CGT en France, plan de Man en Belgique).

Le fascisme ne s'explique ni comme classe distincte du capitalisme, ni comme émanation des classes moyennes exaspérées. Il réalise la forme de domination du capitalisme ne parvenant plus, au travers de la démocratie, à relier toutes les classes de la société au­tour du maintien de ses privilèges. Il n'apporte pas un type nouveau de l'organisation sociale, mais une superstructure adéquate à une éco­nomie hautement développée et devant détruire politiquement le prolétariat pour anéantir tout effort de correspondance entre les contrastes toujours plus aigus qui déchirent le capitalisme et la conscience révolutionnaire des ou­vriers. Le statisticien pourra tou­jours invoquer la masse importante des petits-bourgeois en Allemagne (5 millions pour les intellectuels, fonctionnaires y compris) pour es­sayer de présenter le fascisme comme « son » mouvement. Il reste que le petit-bourgeois, plongé dans une ambiance historique où les forces productives, en l'écrasant et en lui laissant comprendre son im­puissance, déterminent une polari­sation des antagonismes sociaux autour des principaux acteurs : la bourgeoisie et le prolétariat, n'a même plus la possibilité de balan­cer de l'un à l'autre, mais instincti­vement se dirige vers ceux qui lui garantissent le maintien de sa posi­tion hiérarchique sur l'échelle so­ciale. Au lieu de se dresser contre le capitalisme, le petit-bourgeois, salarié au col amidonné ou com­merçant, gravite autour d'une ca­rapace sociale qu'il vaudrait voir assez solide pour faire régner « l'ordre et le calme » et le respect de sa dignité, en opposition à des luttes ouvrières sans issues qui l'énervent et brouillent la situation. Mais si le prolétariat se dresse sur ses jambes et passe à l'assaut, le petit-bourgeois ne peut que se ter­rer et accepter l'inévitable. Lorsqu'on présente le fascisme comme le mouvement de la petite-bourgeoisie on viole donc la réalité historique en dissimulant le terrain véritable où s'élève celui-ci. Le fas­cisme canalise tous les contrastes qui mettent en danger le capita­lisme et les dirige vers sa consolida­tion. Il contient le désir de calme du petit-bourgeois, l'exaspération du chômeur affamé, la haine aveugle de l'ouvrier désorienté et surtout la volonté capitaliste d'éliminer tout élément de pertur­bation d'une économie militarisée, de réduire au minimum les frais d'entretien d'une armée de chô­meurs permanents.

En Allemagne, le fascisme s'est donc édifié sur la double base des défaites prolétariennes et des né­cessités impérieuses d'une écono­mie acculée par une crise écono­mique profonde. C'est sous Brüning, en particulier, qu'il prit son essor, alors que les ouvriers s'avéraient incapables de défendre leurs salaires furieusement atta­qués, les chômeurs leurs alloca­tions réduites à coups de décrets-lois, dans les usines, les chantiers, les nazis créaient leurs cellules d'usine, ne reculèrent pas devant l'emploi de grèves revendicatives, convaincus que, grâce aux socia­listes et centristes, celles-ci ne dé­passeraient pas les cadres voulus ; et c'est au moment où le prolétariat s'avoua à moitié vaincu, en no­vembre 1932, avant les élections de Von Papen qui venait de congédier le gouvernement socialiste de Prusse, qu'éclata la grève des transports en commun à Berlin, di­rigée par fascistes et communistes. Cette grève désagrégea le proléta­riat berlinois parce que les com­munistes s'avérèrent déjà inca­pables d'en chasser les fascistes, de l'élargir, d'en faire le signal d'une lutte révolutionnaire. La désagré­gation du prolétariat allemand s'accompagna, d'une part, d'un développement du fascisme re­tournant les armes ouvrières contre celui-ci ; d'autre part, de mesures d'ordre économique, d'aide crois­sante au capitalisme. (Rappelons à ce sujet que c'est Von Papen qui adopta les mesures de subvention aux industries occupant des chô­meurs avec le droit de diminuer les salaires.)

En somme, la victoire de Hitler en mars 1933 n'eut besoin d'aucune violence : c'était un fruit mûri par socialistes et centristes, un résultat normal d'une forme démocratique périmée. La violence n'eut sa raison d'être qu'après l'avènement des fascistes, non en réponse à une attaque prolétarienne, mais pour la prévenir à jamais. De force désagrégée, dispersée, le prolétariat devait devenir élément actif de la consolidation d'une société toute orientée vers la guerre. C'est pour­quoi les fascistes ne pouvaient se borner à tolérer des organismes de classes dirigés cependant par des traîtres, mais devaient au contraire extirper la moindre trace de la lutte des classes pour mieux pulvériser les ouvriers et en faire des instru­ments aveugles des visées impéria­listes du capitalisme allemand.

L'année 1933 peut être considérée comme la phase de la réalisation systématisée de l'oeuvre de bâil­lonnement fasciste. Les syndicats sont anéantis et remplacés par les conseils d'entreprises contrôlés par le gouvernement. En janvier 1934 apparaît enfin le sceau juridique de cette oeuvre : la Charte du Travail, qui réglemente le problème des salaires, interdit les grèves, institue l'omnipotence des patrons et des commissaires fascistes, réalise la liaison totale de l'économie centralisée avec l'Etat.

En fait, si le capitalisme italien a mis plusieurs années avant d'accoucher son « Etat corporatif», le capitalisme allemand, plus développé, y est arrivé rapidement. L'état retardataire de l'économie italienne, par rapport au Reich, rendit laborieuse l'édification d'une structure sociale comprimant automatiquement tous les sursauts éventuels des ouvriers ; par contre, l'Allemagne possédant une économie de type plus élevé, passa immédiatement à la disciplinisation des rapports sociaux reliés intimement aux branches de la production contrôlées par des commissaires d'Etat.

Dans ces conditions, le prolétariat allemand comme d'ailleurs italien­ n’a plus d'existence propre. Pour retrouver une conscience de classe, il devra attendre que les nouvelles situations de demain déchirent la camisole de force que lui a passée le capitalisme. En attendant, l'heure n'est certes pas à clamer quant à d'utopiques possibilités de travail illégal de masses dans les pays fascistes, ce qui a d'ailleurs jeté bien des camarades héroïques entre les mains des bourreaux de Rome ou de Berlin. Il faut considé­rer les organisations anciennes se réclamant du prolétariat dissoutes par l'emprise des événements capi­talistes et passer au travail théo­rique d'analyse historique, préli­minaire pour la reconstruction d'organismes nouveaux pouvant mener le prolétariat vers la victoire, par la critique vivante du passé.

Bilan

 

Sous le signe du 14 juillet

« C'est sous le signe d'imposantes manifestations de masses que le prolétariat français se dissout au sein du régime capitaliste. Malgré les milliers d'ouvriers défilant dans les rues de paris, on peut affirmer que pas plus en France qu'en Alle­magne ne subsiste une classe prolé­tarienne luttant pour ses objectifs historiques propres. A ce sujet le 14 juillet marque un moment décisif dans le processus de désagrégation du prolétariat et dans la reconstitu­tion de l'unité sacro-sainte de la Nation capitaliste. Ce fut vraiment une fête nationale, une réconcilia­tion officielle des classes antago­nistes, des exploiteurs et des ex­ploités ; ce fut le triomphe du répu­blicanisme intégral que la bourgeoi­sie loin d'entraver par des services d'ordre vexatoires, laissa se dérou­ler en apothéose. Les ouvriers ont donc toléré le drapeau tricolore de leur impérialisme, chanté la Mar­seillaise, et même applaudi les Daladier, Cot, et autres ministres capitalistes qui avec Blum, Cachin ont solennellement juré de "donner du pain aux travailleurs, du travail à la jeunesse et la paix au monde" ou, en d'autres termes, du plomb, des casernes et la guerre impérialiste pour tous. »

Bilan n° 21, juillet-août 1935

See also :