Lutte de classe en Ukraine

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Les camarades de “l’Alliance des révolutionnaires socialistes” ont écrit à propos d’une lutte qui a éclaté dans l’usine de machines agricoles de la ville de Kherson en Ukraine, en février de cette année. La lutte est partie sur des revendications ouvrières (notamment d’obtenir 4,5 millions de griv­nas de salaires impayés depuis des mois) mais aussi sur la demande de la nationalisation de l’usine. D’un côté, la clique “orange” représentée par le responsable de l’administration locale (un parachuté “orange”) et par le nouveau syndicat “indépendant”, de l’autre la majorité “bleu-blanc” de l’administration de Kherson et le propriétaire de l’usine.

En fin de compte, les ouvriers ont été dupés sur toute la ligne. L’administration régionale a gracieusement octroyée 2 millions de grivnas... non pas aux ouvriers, mais au propriétaire qui devait soi-disant payer les salaires avec   ! Et cette somme de surcroît devait être prélevée sur l’argent destiné aux salariés de la fonction publique   ! Tout cela étant présenté comme un “compromis” par les délégués syndicaux. Les camarades de l’ARS tirent une conclusion claire : “Les masses ouvrières ne doivent avoir confiance en aucune des cliques bourgeoises, en aucun groupe de pouvoir, en aucun syndicat officiel, parti, Etat ou capitaliste, ils ne doivent pas se transformer en instrument d’un quelconque regroupement bourgeois   ; ils doivent préserver leur propre indépendance de classe, ils doivent combattre pour leur propre émancipation. Notre tâche, la tâche des protagonistes de la révolution sociale, est de populariser une telle conscience”.

(voir l’article complet ici )