Stalinisme

Manifestations massives dans les rues de Hong Kong: les illusions démocratiques sont un piège dangereux pour le prolétariat

Au cours du dernier mois, des centaines de milliers, voire des millions d’habitants ont envahi les rues et les places de Hong  Kong en signe de protestation contre une modification de la loi sur l’extradition, proposée par le gouverneur de Hong Kong, Carrie Lam. L’amendement à cette loi permettrait d’extrader des citoyens de Hong Kong vers la Chine continentale.

Anniversaire de l'effondrement du stalinisme : vingt ans après l'euphorie, la bourgeoisie fait profil bas

Il y a vingt ans se produisait un des événements les plus considérables de la seconde partie du vingtième siècle : l'effondrement du bloc impérialiste de l'Est et des régimes staliniens d'Europe, dont le principal d'entre eux, celui de l'URSS.

Comment Staline a exterminé les militants de la Révolution d'Octobre 1917

A l'occasion de l'anniversaire de la Révolution russe d'Octobre 1917, les plumitifs de la classe dominante nous servent régulièrement le même refrain : le dictateur Staline serait l'héritier de Lénine?; ses crimes étaient les conséquences inéluctables de la politique des bolcheviks dès 1917. Moralité: la révolution

Conférence de Moscou sur octobre 17 : le bolchévisme et la révolution prolétarienne n'ont rien à voir avec le stalinisme

Depuis plusieurs années, le CCI intervient régulièrement parmi le milieu politique qui émerge en Russie. L'article suivant a d'abord été publié sur notre site en langue russe. Il propose un aperçu et un bilan des discussions récentes qui ont impliqué les principales organisations internationalistes actives dans cette partie du monde.

Quelques commentaires sur une apologie d'Ernesto "Che" Guevara (à propos d'un livre de Besancenot)

Olivier Besancenot (co-rédacteur de l'ouvrage avec M. Löwy, un spécialiste de l'Amérique latine), s'est efforcé de tisser autour de Guevara une auréole révolutionnaire, n'hésitant pas à le présenter comme l'un des plus fermes opposants au stalinisme.Mais cette rupture avec l'orthodoxie soviétique, cette image de pur révolutionnaire luttant cœur et âme pour la classe ouvrière correspond-elle à la réalité ?.

La "Libération de 1944" : Le PCF parachève l’écrasement du prolétariat

Alors que, de concert avec toute la bourgeoisie, le PCF fête aujourd’hui la «libération de Paris», l’article ci-dessous, déjà paru il y a vingt ans dans notre presse à l’occasion des cérémonies entourant le débarquement et la «Libération», rappelle utilement le rôle particulièrement odieux qu’a joué ce parti durant la Seconde Guerre mondiale. Il rappelle ainsi le tribut payé par les ouvriers embrigadés dans la Résistance grâce aux appels et aux mots d’ordre anti-"boche" du PCF qui s’enorgueillit du titre de «parti des fusillés». Il évoque notamment l’appel à la grève ouvrière lancé par la CGT le 10 août, encore fièrement revendiqué aujourd’hui dans les colonnes de L’Humanité, grève dirigée non pas contre les exploiteurs mais contre «les forces ennemies», pour les intérêts guerriers de la bourgeoisie française. Pour le PCF, ce qui compte, c’est la lutte du "peuple" qui se retrouve dans "le souffle vivant de la libération", le triomphe de "la République, de la liberté, la fraternité, la démocratie", des "forces populaires qui s’engagèrent dans la reconstruction du pays". Pour le PCF encore, "la Libération de Paris a donné un souffle extraordinaire à l’espoir d’un monde de paix, de justice et de solidarité" et ce souffle "porte encore aujourd’hui" (éditorial de L’Humanité daté du 21 août 2004). Derrière ce verbiage lyrique et "démocratique", le PCF voudrait faire oublier de la façon la plus hypocrite ses appels haineux au pogrom contre les "sales boches" désignés alors comme l’ennemi à abattre. Ce sont ces états de service zélés dans la défense de la patrie qui lui permettront d’accéder au gouvernement après la guerre et d’œuvrer à la reconstruction du capital national français en exhortant les ouvriers à retrousser leurs manches.

"Libération" de 1944 : le PCF parachève l'écrasement du prolétariat

Non ! Le "jour J" ne fut pas un jour de gloire pour le prolétariat décimé par la contre-révolution victorieuse ! Ce jour, de triste mémoire, ce fut un jour d'horreur où 20.000 cadavres des deux camps se sont échoués sous la mitraille capitaliste (et, en trois semaines, ce sont 250.000 soldats allemands qui ont été exterminés !), où des centaines de milliers de prolétaires, venus des contrées les plus "civilisées", les plus industrialisées du monde, sont allés au massacre, la peur au ventre, pataugeant dans la boue et le sang, pour une cause qui n'était pas la leur !

Lénine : un combattant du prolétariat ; Staline : un agent du capitalisme

(D'après Révolution Internationale N° 189; avril 90)

  Aujourd'hui encore plus que par le passé, il importe de rétablir la vérité sur le rôle véritable de Lénine et de ses compagnons bolcheviks, de mettre en évidence que toute sa vie fut consacrée à la lutte pour l'émancipation de la classe ouvrière et non à l'établissement sur celle-ci d'une des formes les plus barbares d'exploitation et d'oppression comme l'a été le stalinisme.

 

 

Le prolétariat mondial face à l’effondrement du bloc de l'Est et à la faillite du stalinisme

L'année 1989 s'est terminée avec des événements d'une portée historique considérable sur la scène internationale. C'est tout un pan du monde capitaliste, celui dominé par le bloc impérialiste russe qui, en quelques mois, s'est décomposé, signant la faillite irrémédiable d'un système qui, pendant près d'un demi-siècle, s'est imposé et s'est maintenu par la terreur, la barbarie la plus sanguinaire qu'ait connue l'humanité.

La "libération" de 1944 : le PCF parachève l’écrasement du prolétariat

(D'après Révolution Internationale N°122; juillet 1984)

Sachets de sable, éclats d'obus, drapeaux tricolores et autres grigris bradés à tous les étalages au son des fanfares militaires  Voilà l'ignoble fête sabbatique que vient d'organiser la bourgeoisie mondiale pour le 40ème anniversaire de la "Libération". Commémoration en grande pompe où la frénésie nationaliste, le fétichisme guerrier le plus immonde de la bourgeoisie décadente ont transformé les plages sanglantes du Débarquement en champ de foire. Faisant de ce carnage une marchandise, voilà que le capital se met à exploiter aujourd'hui le sang dans lequel il s'est vautré hier! Voilà la plus grande victoire que la bourgeoisie mondiale vient de célébrer : celle de l'enrôlement de dizaines de millions d'ouvriers dans la 2ème boucherie impérialiste !

PCF au gouvernement : 3 ANS DE LOYAUX SERVICES POUR LE CAPITAL ; Nous ne l'oublierons pas !

  • Nous ne l'oublierons pas !

(D'après Révolution Internationale N"124; juillet 84)

  • Hier, en 81, le PCF entrait au gouvernement pour construire une France "socialiste".
  • Aujourd'hui, il en sort : il ne serait plus d'accord avec la politique qu'il a pratiquée pendant 3 ans. Pourtant, cette politique n'a rien de nouveau ni d'exceptionnel pour lui : ce n'est pas la première fois que le PCF participe à un gouvernement : il y a été avec De Gaulle après la guerre. Et c'est bien la même politique qu'il a menée il y a 40 ans.
  • Une politique capitaliste.
  • Une politique anti-ouvrière.
S'abonner à RSS - Stalinisme