Le Conseillisme

Le descendant dégénéré du courant Communiste de Conseil des années 1930

Spartacusbond hanté par les fantômes du bolchevisme.

Le "Spartacusbond", groupe hollandais dans la tradition du communisme de conseils, a récemment publié deux numéros d'un "bulletin de discussion internationale" en anglais. Il est extrêmement encourageant que le  "Spartacusbond" ait voulu rendre ses idées plus accessibles à ceux qui ne comprennent pas le hollandais et se soit activement préoccupé de .participer aux discussions et débats internationaux.

Critique de «LÉNINE PHILOSOPHE» de Pannekoek (Internationalisme, 1948) (3ème partie)

Cette  critique de "Lénine philosophe" de Harper  (Pannekoek)  d'INTERNATIONALISME  (1948)   est   la  suite des  articles parus  dans  les  n°25  et  27 de la REVUE  INTERNATIONALE (Se reporter à 1'introduction  du  n°25).

Critique de «LÉNINE PHILOSOPHE» de Pannekoek (Internationalisme, 1948) (2ème partie)

La première partie de cet article est parue dans la Revue Internationale n° 25.

Il existe un phénomène dans le tracé de la connaissance en société bourgeoise et dont Harper n'a pas parlé. C'est celui de l'influence de la division du travail capitaliste sur la formation de la connaissance et la synthèse des sciences de la nature, d'une part; d'autre part le procès de la formation de la connaissance dans le mouvement ouvrier.

Critique de «LÉNINE PHILOSOPHE» de Pannekoek (Internationalisme, 1948) (1ère partie)

Quand le groupe de la Gauche Communiste en France (G.C.F) décide de traduire et de publier "Lénine philosophe" de A. Pannekoek, c'est non seulement son pseudonyme de J. Harper, mais le nom même de Pannekoek qui est pratiquement inconnu en France. Ceci ne peut être expliqué comme un fait "fran­çais", même en tenant compte du fait que la Fran­ce n'a jamais brillé par son empressement dans la publication des oeuvres du mouvement ouvrier et marxiste, car cela est vrai pour tous les pays d'Europe et du monde, cet "oubli" ne concerne pas particulièrement Pannekoek. C'est toute la Gauche Communiste -à commencer par Rosa Luxemburg- qui s'est trouvée à la pointe des combats révolution­naires de la classe ouvrière à la sortie de la pre­mière guerre mondiale, c'est toute son oeuvre théo­rique, son action politique, et ses luttes passion­nées qui se trouvent englouties dans 1"'oubli". On a peine à croire qu'il a suffit d'une dizaine d'an­nées de dégénérescence de l'I.C. et de contre-révo­lution stalinienne pour "effacer" des mémoires les enseignements d'un mouvement révolutionnaire pour­tant si riches, si denses, d'une génération qui ve­nait elle-même de le vivre. On dirait qu'une épidé­mie d'amnésie venait de frapper brusquement ces millions de prolétaires qui avaient participé acti­vement à ces événements et de les plonger dans un désintérêt total pour tout ce qui est la pensée ré­volutionnaire. De cette vague qui a failli "ébran­ler le monde", ne subsistent que quelques traces, re­présentées par les maigres groupes dispersés de par le monde, isolés les uns des autres, et donc incapables d'assurer la continuation de la réflexion théorique, autrement que dans des petites re­vues à tirage réduit à l'extrême, et souvent même pas imprimées.

Les conceptions fausses du courant conseilliste sur la nature et le rôle du Parti Bolchevique

Une défense du caractère prolétarien de la révolution d'Octobre ne serait pas complète si elle ne traitait pas également de la nature du parti bolchevik qui en fut un des principaux protagonistes. Comme pour la révolution elle-même, la nature de ce parti ne fit pas de doute pour l'ensemble des courants révolutionnaires au moment des événements. Ce n'est qu'ultérieurement que l'idée d'un parti bolchevik non prolétarien s'est développé ailleurs que chez Kautsky et la social-démocratie.

La révolution russe et le courant conseilliste : La remise en cause du caractère prolétarien d'octobre

Quand la révolution éclate en Russie, les révolutionnaires sont unanimes pour la saluer comme un premier pas vers la révolution prolétarienne mondiale. Dès 1914 , Lénine avait annoncé cette perspective : "Dans tous les pays avancés, la guerre met à l'ordre du jour la révolution socialiste..." et tout au long de la guerre il n'avait cessé d'en préciser les contours :

Les déformations de la théorie marxiste

Nous donnons ici un troisième article sur le marxisme, théorie révolutionnaire du prolétariat. Dans RI n" 122, nous montrions la nature de classe du marxisme. Dans RI n ° 126, nous nous étions attachés à décrire les principales déviations de la conception marxiste du travail théorique des organisations révolutionnaires.

Dans le présent article, nous poursuivons l'étude des déformations de la théorie marxiste, en abordant plus spécialement les conceptions bordiguiste et conseilliste du Parti de classe, symétriquement erronées.

De l’austro-marxisme à l’austro-fascisme

  • Pas seulement l'usinisme gramscien, mais encore la forme de conseillisme austro-marxiste semble destinée à parvenir au zénith d'une gloire "marxiste" posthume. Mis à part les vétérans, encore de ce monde, de la social-démocratie, rares étaient ceux qui parlaient de lui et de son ambitieux projet de constituer une Internationale 2 et demie pour faire pièce au Komintern. Or, depuis quelques années, une pléiade d'historiens se met à nous instruire sur le sujet présenté comme une tentative de tenir la balance égale entre la platitude réformiste et "l'extrémisme" bolchevik, lequel aurait fait subir une déformation toute russe donc asiatique au marxisme.

A l'évidence, ces professionnels de l'Histoire connaissent sur le bout des doigts leurs leçons, mais vues au travers du prisme de "l'objectivité"? Le révolutionnaire ne prétendant pas aux honneurs de "l'impartialité" ne peut envisager 1'austro-marxisme" que sous l'angle de l'engagement militant. Par austro-marxisme sera désignée l'activité particulièrement maligne de réformisme et de lâcheté devant les tâches révolutionnaires avec lesquelles se sont illustrés ses divers chefs de file. Que ce soient Viktor, Max et Fritz Adler, Renner, Hilferding ou Bauer tous, en divers domaines ont développé la thèse de l'adaptation du socialisme radical pour une Autriche complexe, multinationale, multi religieuse... vouée à la consommation des siècles. Et, il n'est pas fortuit si ce sont ceux-là qui élaborèrent parmi les premiers, la thèse du passage graduel et pacifique au socialisme selon les voies et les moyens adaptés aux particularités nationales de chaque pays.

S'abonner à RSS - Le Conseillisme