Situation sociale en France

France: l’instrumentalisation du populisme contre la conscience du prolétariat

L’affrontement entre le ministre de l’Intérieur Manuel Valls et l’humoriste Dieudonné a alimenté les colonnes de la presse pendant plusieurs semaines. Cet accrochage est une manifestation, au même titre que la poussée électorale du FN, les manifestations contre le mariage homosexuel rassemblant des milliers de personnes ou celles des “bonnets rouge”, d’une orchestration nourrie par une véritable montée en puissance médiatique. Récemment encore, tandis qu’une hystérie collective s’emparait des pourfendeurs de la théorie du genre, des propos ouvertement xénophobes étaient scandés sans vergogne par les manifestants du “Jour de colère”, ce triste cortège où s’étaient rassemblées les innombrables chapelles de l’extrême-droite, réactivées pour l’occasion par ce climat favorable.

La gauche au pouvoir: un ami qui vous veut du bien

Lors de sa campagne électorale, François Hollande nous avait promis un demi-mandat d'efforts pour un autre demi-mandat de répartition des richesses. Sachons reconnaître que, pour une fois, un candidat aux présidentielles n'aura qu’à moitié menti. Depuis un an, effectivement, les coups tombent sur un peu tout le monde.

Situation sociale en France : Gouvernement et syndicats unis contre la classe ouvrière

Depuis le retour de la crise ouverte en 2007, partout dans le monde, la classe ouvrière est frappée de plein fouet par une brutale dégradation de ses conditions de vie. Il n’y a bien sûr en ce domaine aucune “exception culturelle française” : depuis 2009, 1087 usines ont fermé.

L’Etat renforce son dispositif sécuritaire pour mieux réprimer les luttes sociales

Ah, qu’il est bon de se sentir en sécurité ! Voilà ce que tout bon travailleur devrait se dire en son for intérieur en se laissant envahir la nuit venue par le sommeil réparateur d’une journée harassante de labeur.

Emeutes à La Réunion : seul le développement international de la lutte peut briser le carcan de la misère

L’explosion sociale a eu lieu alors que la majeure partie de la population de l’île de La Réunion déjà exposée à des conditions de vie dramatiques, a été confrontée à une intolérable hausse des prix. Dans ce département de plus de 800 000 habitants, le taux de chômage officiel frise les 30 % et atteint 59 % chez les jeunes de 18-25 ans ! Plus d’un habitant sur deux (52 %) vit sous le seuil de pauvreté.

Il n’y a rien à attendre des élections présidentielles de 2012, il faut lutter !

Nos conditions de vie sont en train de se dégrader brutalement. Et il ne faut pas avoir d’illusion, les présidentielles de 2012, quel qu’en soit le résultat, n’y changeront rien. Pendant les huit mois à venir, la bourgeoisie va tenter de nous abrutir sans discontinuer avec ses boniments électoraux. “Votez ! Votez ! Votez !”

Avec Loppsi2, l'Etat démocratique prépare la répression des luttes

Avec la loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi2), adoptée en février par le Parlement, le gouvernement vient de franchir un grand pas supplémentaire dans le flicage des populations. Au nom de la “sécurité” et de la “protection” de tous, une vaste offensive balise le terrain pour tenter d’étouffer toute forme de contestation sociale, renforcer la répression, notamment celle des minorités ouvrières les plus combatives. Bien entendu, si la loi touche toute la population, les organisations révolutionnaires et leurs militants, dans ce cadre, sont particulièrement dans le collimateur.

Pôle Emploi et sa barbarie "ordinaire" (à propos du livre de Marion Bergeron)

En avril 2009, Marion Bergeron, jeune graphiste de 24 ans, sans emploi et en fin de droits, est employée par Pôle Emploi lors de la fusion entre les ex-Assedic et l’ex-ANPE. Affectée à une agence de la banlieue parisienne, semblable à bien d’autres, son CDD de 183 jours se révèlera être un véritable calvaire qu’elle décrit dans son livre-témoignage intitulé : « 183 jours dans la barbarie ordinaire, en CDD chez Pôle Emploi ».

La bourgeoisie hait ceux qui, comme Eric Cantona, critiquent son système

Éric Cantona a l’habitude d’être moqué. Jusqu’à maintenant, la moquerie était plutôt tendre, face à un personnage dont la réflexion critique, l’honnêteté et le « bon sens » lui conférait un caractère sympathique évident.. Mais cette fois-ci, ce n’est plus le même registre. On est passé dans les médias de la raillerie, au mépris et à l’insulte.

le mensonge grossier de la "baisse du chômage"

Une fois de plus, la classe dirigeante use de toutes les ruses pour tenter de masquer la faillite de son système. Depuis le début de cet été, sur un fond de discours optimiste et rassurant quant à l’état de la finance mondiale, l’Etat français met tout en œuvre pour nous faire croire que la crise est derrière nous.

La campagne sécuritaire est un épouvantail destiné à désamorcer la colère sociale

Le mécontentement et la colère se sont fortement accumulés dans les rangs ouvriers. Face à l’austérité, l’inquiétude est devenue palpable. Quelle est la réponse du gouvernement et des médias   ?

Expulsion des Roms : des boucs émissaires et un faux-fuyant à la politique d’austérité

Décidément, Sarkozy n’en a pas fini de régler ses comptes avec l’immigration. Après le “nettoyage de la France au Kärcher”, France qu’il faut “débarrasser de la racaille”, le président français s’est lancé, effets de menton habituels à l’appui, dans la mise en œuvre d’une politique répressive aggravée vis-à-vis de la communauté “rom”. 

"Le quai de Ouistreham" de Florence Aubenas, un témoignage effroyable de la condition ouvrière

Dans son dernier livre, Le Quai de Ouistreham, la journaliste Florence Aubenas nous dévoile la vérité crue et effroyable de la vie des travailleurs précaires.

Réforme des retraites : la complicité du gouvernement et des syndicats

La réforme des retraites était annoncée depuis des mois comme LE dossier explosif du mandat présidentiel de Sarkozy. Cette réforme est en effet révoltante : il s’agit pour l’Etat de faire des économies en diminuant encore les pensions versées, pensions qui sont pourtant déjà souvent misérables. Comment ?

Toutes les générations ouvrières sont attaquées

Chômage, licenciements, suppressions de postes, retraites : toutes les générations et tous les secteurs de la classe ouvrière sont touchés aujourd’hui de plein fouet par les attaques mises en place par les différentes bourgeoisies nationales et leur gouvernement.

"L'identité nationale", un débat étranger à la classe ouvrière

Derrière le concept “d’identité nationale”, il y a tous ces relents du nationalisme et du populisme que la bourgeoisie traîne derrière elle, comme un cuisinier ses casseroles, depuis toujours et qu’elle tente de ranimer en particulier depuis les années 1980 en France.

Grippe A : la santé publique, ils s'en lavent les mains !

“Amateurisme”, “dangerosité”, “incurie” : ce sont les termes les plus couramment utilisés de la part de l’ensemble du corps médical au sujet de la campagne de vaccination menée par le gouvernement contre la grippe A.

La bourgeoisie ne peut offrir aux immigrés que cynisme et répression

Les dirigeants de ce monde, que ce soient les Brown, Besson ou autres, exploitent toujours la bassesse des instincts populistes et savent joindre le geste à la parole : ratissages policiers, rafles, tracasseries administratives, expulsions...

Restrictions dans les hôpitaux : c'est l'État qui tue les malades !

La faillite de l’hôpital public, les coupes claires dans les budgets de la santé ne sont qu’un révélateur supplémentaire de la fin de l’État providence.

L'État est bien le pire des patrons

Les propos du ministre de la Fonction publique, Woerth, tenus lors d’une réunion de la Fondation Concorde le mercredi 20 octobre et rapportés par Charlie-Hebdo, indiquent quelles attaques nous attendent encore dans les mois à venir et révèlent au passage tout le mépris des grands bourgeois pour les travailleurs.

Ce n'est pas le froid qui tue les SDF mais le capitalisme

Comme chaque année au moment des premiers froids, des personnes parmi celles qui sont les plus vulnérables, les plus dépourvues de tout, meurent dans des conditions insupportables.

La retraite à 70 ans, encore une attaque contre nos conditions de vie

Quelle hypocrisie que de parler de libre arbitre alors que le choix réel c'est de s'épuiser au travail jusqu'à 65 ans et plus dans le futur ou partir avec une retraite amputée parce qu'on n'aura pas les annuités nécessaires !

Pendant que l'État cogne, les syndicats nous divisent

Abandonner la conduite de la lutte aux mains des syndicats ou subir leur influence pernicieuse revient à s'exposer à coup sûr, pieds et poings liés, aux pires attaques, à se laisser atomiser, démoraliser.

Fichier Edvige : la grande hypocrisie de la gauche !

Profitant de l'inquiétude que le fichier Edvige suscite dans la population, ces "grands humanistes" de gauche voudraient nous faire oublier qu'ils sont eux-mêmes à l'origine du fichier incriminé.

Un témoignage du travail de sape des syndicats à l'Éducation nationale

Nous publions ci-dessous le courrier d'une lectrice qui, en tant qu'institutrice, témoigne des attaques qui ont frappé les professeurs du primaire lors de cette nouvelle rentrée scolaire.

France : Seule la lutte freine les attaques

Au delà des vœux mielleux du Président pour 2008, la bourgeoisie française s'apprête à taper aussi fort qu'elle le pourra sur la classe ouvrière. Prise à la gorge par l'aggravation brutale de la crise économique mondiale, elle doit maintenant s'attaquer définitivement à tous les "avantages acquis". Et cela

France : Le sabotage des luttes par les syndicats continue

La journée de mobilisation nationale des fonctionnaires appelée par tous les principaux syndicats le 24 janvier a rassemblé la moitié moins de grévistes (20 à 25 %) et de manifestants (300 000 dont 25 000 à Paris) que la précédente le 20 novembre dernier. Et pour cause : alors que le 20

Morts de froid, SDF, sans-abri… - Le capitalisme sème la misère et la mort

Un homme est mort de froid en plein cœur de Paris, place de la Concorde, dans la nuit du 20 au 21 décembre. A peine un entrefilet dans les journaux. Le cas est devenu trop banal ; les statistiques sont elles aussi glaçantes : il y aurait officiellement 200 personnes qui meurent de froid par an en France

Emeutes à Villiers-le-Bel : face à la violence économique et policière du capital, seule la lutte ouvrière est porteuse d'avenir

Aux jeunes sans avenir et victimes d’une répression permanente, le capitalisme proposera toujours moins d’avenir et toujours plus de répression !

Face aux multiples attaques, refusons de nous laisser diviser

Toutes les organisations syndicales se sont félicitées en présentant la journée de grève du 18 octobre dernier contre la remise en cause des régimes spéciaux de retraites comme un "grand succès".
Syndiquer le contenu