Pakistan

Le point chaud le plus ancien et le danger de contagion en Orient

Pendant les soixante dernières années, le Moyen-Orient a été le théâtre de conflits et de guerres sans fin (Israël-Palestine, Afghanistan, Irak, Iran et maintenant la Syrie). Jusqu’à récemment, l’Asie de l’Est et du Sud-Est n’avait jamais été fortement impliquée dans ces conflits.

L'impérialisme en Asie au 21ème siècle

Dans cette deuxième partie de notre étude des conflits impérialistes en Orient, nous nous tournons vers le 21e siècle pour analyser la situation actuelle dans l'ensemble de l'Asie du Sud. Publié d'abord en anglais en 2012, les chapitres qui suivent ne tiennent pas compte des derniers évènements, mais fournissent néanmoins une fondation historique solide à leur compréhension.

Après Bush, Obama bombarde le Pakistan

Dans les quatre jours qui ont suivi son discours d'investiture, Barack Obama a autorisé les bombardements de cibles au Pakistan. Il avait déjà préconisé de telles attaques avant que les Etats-Unis n'entament la dernière phase de leur campagne militaire en juillet dernier.

Massacres à Bombay : les tensions entre l'Inde et le Pakistan poussent aux atrocités terroristes

Si les attentats de Bombay ont été effroyablement meurtriers, les massacres que le capitalisme nous réserve lorsqu’il lâche la bonde de son arsenal de destruction planétaire confirme qu’il est un système d’organisation sociale qui n’a plus que l’anéantissement à offrir à l’humanité.

Assassinat de Benazir Bhutto: Le Pakistan au coeur des rivalités impérialistes

Le 27 décembre 2007, Benazir Bhutto était assassinée. Son retour de
Dubaï en octobre dernier avait déjà été l'occasion d'un attentat qui la visait
et avait fait 139 morts. Bien sûr, cette égérie défunte de la "démocratie"
s'est vue offrir un panel circonstancié d'hommages venant de la presse

Assassinat de Benazir Bhutto - Le Pakistan au coeur des rivalités impérialistes

Le 27 décembre 2007, Benazir Bhutto était assassinée. Son retour de Dubaï en octobre dernier avait déjà été l'occasion d'un attentat qui la visait et avait fait 139 morts. Bien sûr, cette égérie défunte de la "démocratie" s'est vue offrir un panel circonstancié d'hommages

Inde-Pakistan : la folie meutrière du capitalisme

Depuis le mois de mai, les nuages menaçant d'une guerre nucléaire totale se sont amoncelés entre l'Inde et le Pakistan...

Inde - Pakistan :Les initiatives de paix préparent de nouvelles guerres

Au milieu de l'année 2002, il y a eu des préparations de guerre intensive dans le sub-continent indien. Les cliques dirigeantes à la fois du Pakistan et de l'Inde étaient au bord d'une guerre ouverte. Ces deux Etats impérialistes ont procédé à une mobilisation militaire sans précédent, des milliers de soldats équipés jusqu'aux dents d'armes meurtrières ont été déployés des deux côtés de la frontière, des menaces d'utiliser des armes atomiques ont été proférées par différentes fractions politiques dans les deux pays. La bourgeoisie indienne s'était montrée beaucoup plus agressive et avait semblé être acculée à la guerre ouverte en réponse à une activité belliqueuse beaucoup plus cachée à travers les activités terroristes soutenues par la bourgeoisie du Pakistan. Mais la pression de la "communauté internationale", celle des Etats-Unis en particulier, avait contraint la bourgeoisie indienne à freiner sa marche vers la guerre.

Inde, Pakistan : une nouvelle aggravation des conflits impérialistes

Depuis la guerre du Golfe, la classe ouvrière mondiale a été confrontée sans cesse à la réalité de la guerre : les innombrables conflits en Afrique et en Yougoslavie, celui du Kosovo, du Kargil (région du Cachemire indien où les affrontements entre l'Inde et le Pakistan ont fait plus de 30.000 morts, pour la plupart des civils, en 1998), l'intervention militaire en Afghanistan et, maintenant, les préparatifs de guerre entre l'Inde et le Pakistan, nations qui possèdent l'arme nucléaire et se livrent un face à face menaçant.

Cette réalité du système capitaliste en décomposition, constamment déchiré par la guerre, est horrifiante. Considérée en dehors du cadre historique du marxisme, elle conduit au désespoir. Seule l'analyse historique et matérialiste de la réalité du capitalisme aujourd'hui, fournit une clef pour comprendre les guerres et les crises qui ravagent le système capitaliste mondial.

Les guerres qui ont ravagé le système capitaliste depuis le début du 20e siècle ne peuvent être comprises que dans le cadre de la décadence de ce système, à partir de 1914. Cependant, le cadre immédiat dans lequel se déroulent les guerres actuelles est défini par l'effondrement des blocs impérialistes à la fin des années 1980 et par la décomposition du capitalisme. Comme nous l'avons montré à maintes reprises, l'effondrement du bloc russe en 1989 a entraîné l'effondrement du bloc occidental. Ceci a éliminé la discipline de bloc qui empêchait que des conflits entre puissances de moindre importance n'éclatent de façon incontrôlée. La réalité, telle qu'elle apparaît depuis lors, se définit le mieux par le règne du "chacun pour soi". Ce sont toutes les puissances, petites ou grandes, qui cherchent à satisfaire leurs appétits impérialistes, quel qu'en soit le coût. De ce fait, les grandes puissances, en particulier la seule superpuissance mondiale, les Etats-Unis, ont de plus en plus de difficultés à contenir les conflits entre les gangsters de moindre importance.
Les guerres auxquelles nous faisons référence ci-dessus ont été le produit de cette tendance au chacun pour soi. Les roulements de tambours annoncent la guerre qui se prépare entre l'Inde et le Pakistan aujourd'hui. Cette guerre, tout en trouvant ses racines dans leur passé, se situe dans ce cadre historique global du chaos généralisé, de la tendance au chacun pour soi.

Les récents préparatifs de guerre entre l'Inde et le Pakistan

Depuis l'attentat terroriste du 13 décembre 2001 contre le Parlement indien, la bourgeoisie indienne réclame à grands cris la guerre contre le Pakistan. A la suite de cet attentat, toutes les fractions de la bourgeoisie indienne se sont réunies au Parlement le 18 décembre et ont déclaré soutenir toute action diplomatique et militaire, y compris la guerre, que leur gouvernement serait amené à entreprendre pour "punir", à l'instar des Américains, les "terroristes et ceux qui leur apportent leur soutien".
Immédiatement après, la bourgeoisie indienne a commencé une campagne de propagande belliciste. Les politiciens ont fait des déclarations visant à développer une hystérie guerrière et les médias ont stimulé cette frénésie chauvine par des reportages patriotiques sur la préparation de la guerre. Ceci a été accompagné par une mobilisation en vue de la guerre tout le long de la frontière. Près d'un demi-million de soldats ont été déplacés vers la frontière entre les deux pays. Réciproquement, les Pakistanais ont fait de même. La machine de guerre de chacun des deux Etats s'est mise en marche vers la frontière.
L'Inde et le Pakistan ont déplacé les populations civiles en-dehors de la zone frontalière et, de chaque côté, les champs de blé ont été transformés en champs de mines.
Ces bruits de bottes ont été accompagnés par une offensive diplomatique de la part de l'Inde, un jeu dans lequel le Pakistan est, pour le moment, en position d'infériorité. La bourgeoisie indienne a rappelé son ambassadeur à Islamabad ; chacun des deux Etats a demandé à l'autre de réduire les membres de son personnel diplomatique de 50% et a restreint leurs déplacements aux seules capitales. Chacun a interdit à l'autre l'utilisation de son espace aérien pour les vols civils et toutes les voies de transport ont été coupées. Il est aussi question d'abroger un vieux traité sur le partage de l'eau de l'Indus. On peut dire que les préparatifs de guerre sont terminés : les deux armées se font face, prêtes à s'entre-tuer à n'importe quel moment.

Syndiquer le contenu