Revue "Bilan" : leçons d'Espagne 1936 (2eme partie)

Dans la série Espagne 1936

See also :

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Bilan nos 34 – 35 – 36 – 37 (1936).
 

Présentation des textes de  "Bilan"

En republiant les textes de "Bilan" (organe de la Fraction italien­ ne de la Gauche communiste) concernant les événements de 1936-39 en Espagne, nous n'entendons pas faire oeuvre d'historiens soucieux de don­ner des descriptions détaillées et chronologiques de leur déroulement. Il existe aujourd'hui, à ce sujet, des dizaines de livres d'histoire souvent fort bien documentés, que le lecteur à la recherche d'une docu­mentation pourrait largement mettre à profit. Notre objectif est tout autre. Si l'histoire de l'humanité est toujours l'histoire de la lutte des classes, les luttes d'hier ne se présentent pas au prolétariat com­me un "passé" figé, mort, mais comme des moments toujours vivants de sa lutte historique pour la transformation révolutionnaire de la société, de sa lutte toujours présente. Non seulement le contenu, le but, de cet­te lutte demeurent toujours les mêmes mais encore les configurations politiques fondamentales, les forces politiques en présence, leurs poids et les positions qu'elles occupent et défendent ont à peine varié. La compréhension de ses luttes d'hier constitue pour le prolétariat, seule classe révolutionnaire dans la société capitaliste, un effort nécessaire et incessant de connaissance toujours plus approfondie du contenu et des moyens de la lutte qu'il mène; de saisir et de surmonter ses défail­lances et ses erreurs, de connaître et éviter les impasses et les dé­viations, de forger sa conscience et ses armes pour les batailles futu­res et sa victoire finale.

Les textes de "Bilan" gardent un intérêt énorme et cela, non seu­lement parce que les positions défendues par la Gauche italienne étaient la seule réponse juste de classe aux problèmes auxquels se heurtait le prolétariat espagnol il y a 40  ans mais encore parce que les mêmes pro­blèmes restent au centre des luttes actuelles du prolétariat espagnol et international. Il ne s'agit pas de distribuer de satisfecit à un grou­pe révolutionnaire dans le passé dont par ailleurs nul révolutionnaire ne saurait ignorer son apport mais de saisir de ses positions qui ont largement soutenu l'épreuve du feu de l'expérience et qui doivent nous servir de fil conducteur dans les affrontements présents et futurs de la classe ouvrière.

La force de l'analyse que fait "Bilan" sur la situation en Espagne, réside avant tout, dans le fait qu'il place cette situation particu­lière dans un contexte mondial et historique. Une erreur devenue commu­ne et qu'on retrouve jusque dans les rangs des Communistes de Gauche, consiste à analyser des situations en partant du pays, isolément, en soi. Une telle démarche qui se veut "marxiste", déterministe, concrète, mène inévitablement aux pires aberrations. Le "développement inégal" du capitalisme dont parlait Marx et ses implications sur, 1a lutte de classe avait toute son importance et jouait pleinement au début du capitalisme et dans sa période ascendante. Le capitalisme naît dans une économie régionalisée de laquelle il se dégage lentement. Dans de tel­les conditions, 1e poids des particularités régionales ou nationales pèse encore d'une façon prépondérante sur l'évolution tant locale que générale. Mais au fur et à mesure que le capitalisme se développe et crée le marché mondial, les spécificités locales, tout en subsistant perdent en importance et cèdent devant les lois générales du capita­lisme en tant que système mondial qui impose sa domination à tous les pays et à chaque pays pris isolément. On peut ainsi donner comme for­mulation générale : plus le capitalisme s'est développé comme système, plus les pays individuels se trouvent dépendants de l'évolution du système comme un tout et moins jouent les caractères particuliers de chaque pays dans l'analyse de leur développement propre.

C’est dans la période de décadence, quand le système capitaliste comme un tout, entre dans le déclin, suite au développement de ses contradictions devenues insurmontables que se manifeste le plus hautement cet­te unité mondiale du système. Il est alors aberrant, sous prétextes de la loi du "développement inégal", d'axer 1’analyse en partant des particula­rités propres à chaque pays et du degré de développement capitaliste qu'il aurait atteint. Nombreuses sont ces analyses "marxistes" qui partant de l'état arriéré de l'économie russe pris isolement, arrivent à rejeter jusqu'à la possibilité même d'une  révolution socialiste, et à nier en conséquence toute signification prolétarienne à la Révolution d’Octobre 1917. C!est là une démarche typiquement menchevik en dernière analyse elle consiste à appliquer à la crise du capitalisme et à la Révolution prolétarienne le schéma et les normes qui présidaient à la Révolution bourgeoise. C’est à ce schéma, que l'Internationale Communiste de Boukharine-Staline se référait pour justifier sa politique de bloc des clas­ses en Chine, en redécouvrant la Révolution bourgeoise-démocratique, 10 ans après la Révolution d'Octobre. Cette démarche sert de plateforme commune, aussi bien à eaux qui combattaient pour la dévolution Prolétarienne en Allemagne mais niaient sa possibilité en Russie, qu'à ceux qui ont inventé une théorie de "Révolution double" (à la fois bourgeoise et prolétarienne), qu'à ceux qui continuent à voir un mouvement progressiste dans les guerres de "libération nationale" et persistent à voir à l'or­dre du jour de l'histoire des Révolutions dérnocratico-bourgeoises pour les pays sous-développês et coloniaux en même temps qu'ils bavardent vo­lontiers sur la Révolution prolétarienne dans les pays industrialisés.

La première difficulté, 1e premier obstacle auquel se heurtait "Bilan" à propos des événements en Espagne, consistait dans la démarche de tous ceux qui mettaient en avant le "cas particulier" de 1'Espagne, qui par­laient de "féodalisme et de lutte contre le "féodalisme réactionnaire". L'état arriéré de l'économie Espagnole devenant une chose en soi, servait ainsi de justification à toutes les compromissions et ouvrait la porte à toutes les trahisons. Replaçant l'Espagne dans l'économie mondiale, "Bilan" démontrait la nature capitaliste de ce pays, que ce n'est que dans ce cadre, d'une économie capitaliste mondiale en crise que devait et pou­vait être comprise la situation de l'Espagne.

Non moins important était de situer la lutte du Prolétariat espa­gnol dans le contexte de l'évolution générale mondiale de la lutte du Prolétariat. Dans quel cours se trouve le Prolétariat dans la décennie de 1939 : dans un cours de montée de la lutte révolutionnaire ou dans celui, où après avoir subi des défaites profondes , démoralisé , il s'est laissé intégrer dans la défense nationale, au nom de la défense de la dé­mocratie et de 1!antifascisme, débouchant inévitablement dans la guerre impérialiste? Trotsky qui avait vu et dénoncé dans le victoire d'Hitler en Allemagne l'ouverture d'un cours vers la guerre, change complètement de perspective avec l'avènement du Front Populaire en France et en Espagne et annoncera en gros titre en 1936 que "La Révolution a commen­cé en France". Tout autre sera l'analyse de "Bilan" qui non seulement ne verra pas dans le triomphe du Front populaire un renversement du cours vers la guerre mais au contraire le considérera comme un renforcement de ce cours, une réplique adéquate dans les pays "démocratiques" l'hystérie guerrière de l'Allemagne et de l'Italie, un moyen, et des plus effi­caces, pour faire quitter au prolétariat son terrain de classe, pour le mobiliser autour de la défense de la "démocratie" et de l'intérêt natio­nal, préparation nécessaire pour le mener à la guerre impérialiste.

Dans un tel contexte quelle pouvait être la perspective des luttes héroïques du prolétariat espagnol? Il est indéniable que le prolétariat d'Espagne donne, dans sa vigoureuse lutte surtout les premiers jours con­tre le soulèvement des armées de Franco, un magnifique exemple de comba­tivité et de décision. Mais pour si grande que fut sa combativité le développement des événements devait vite démontrer qu'il n'était pas en son pouvoir d'aller seul à la victoire révolutionnaire dans un cours mondial de recul et de démobilisation de la classe ouvrière internationale.

La plupart des  groupes communistes qui se situaient à la gauche du trotskysme jugeaient autrement. Rejetant ce qui leur paraissait du "fatalisme" de la part de "Bilan"' et ne se  référant comme critère dé­cisif qu'à la combativité des ouvriers d'Espagne, ils croyaient à la possibilité pour le Prolétariat espagnol de renverser le cours général de recul et engager ainsi un nouveau départ pour la Révolution. Entraînés davantage par un sentimentalisme révolutionnaire que par un ­raisonnement rigoureux, ils ne voient dans les événements d'Espagne une dernière onde de la grande vague révolutionnaire des années 17-20, un dernier soubresaut d'un prolétariat mondial s'engloutissant dans la marée de l'Union nationale et de la guerre, mais l'annonce d'un réveil de la Révolution, rejoignant ainsi la perspective de Trotsky. Rien d'étonnant que, s'accrochant à l'espoir d'un miracle qui ne pou­vait venir,ils étaient amenés à voir comme conquête ouvrière ce qui n'était qu'un renforcement du capitalisme, comme les fameuses milices ou la participation au gouvernement, à fermer les yeux sur la réalité tragique dans laquelle le Prolétariat d'Espagne complètement désorien­té était livré au pire massacre capitaliste, à se voir eux-mêmes som­brer politiquement et devenir les complices "critiques" et rabatteurs de la guerre, à l'instar des trotskystes et autres poumistes. Des événements tragiques du Prolétariat en Espagne 1936, nous devons retenir cette leçon précieuse : autant Octobre 17 nous montre la possi­bilité d'une victoire de la Révolution prolétarienne dans un pays capitaliste arriéré parce que portée par une vague générale de la Ré­volution, ce prolétariat ne fait qu'exprimer et annoncer, autant 1936 en Espagne nous montre qu'il est impossible à un prolétariat d'un pays sous développé quelle que soit sa combativité de renverser un cours général de contre-révolution triomphante. Cela n'a rien à voir avec un fatalisme et un croisement de bras. Comme l'écrira "Bilan" "La tâche de 1'heure:était de ne pas trahir". En Espagne 36 ce n'était pas la victoire de la Révolution qui était en question mais essen­tiellement  ne pas laisser le prolétariat se désarçonner, abandonner son terrain de classe et se laisser s’immoler sur l'autel au bénéfice de la contre-révolution, qu'elle se présente sous la forme fasciste ou démocratique. Si le Prolétariat espagnol ne pouvait faire triompher la révolution, il pouvait et devait rester fermement sur son terrain de lutte de classe, rejeter toute alliance et coalition avec des fractions de la bourgeoisie, se refuser aux mensonges d'une guerre antifasciste qui elle, oui contenait la fatalité de son écrasement et servait de pré­lude à 6 ans de massacres ininterrompus de millions de prolétaires dans la 2ème guerre impérialiste mondiale. Telle était la tâche de 1'heure et le devoir premier des révolutionnaires que leur assignait "Bilan" en dénonçant de toutes ses forces cette fausse "solidarité" qui consistait à réclamer et envoyer des armes et des hommes en Espagne et qui ne pouvait avoir d'autre résultat que de prolonger et élargir la guerre au point de transformer la guerre capitaliste locale en guerre impérialiste générale.

La guerre d'Espagne devait encore rajeunir et développer un autre mythe, un autre mensonge. En même temps qu'on substituait à la guerre dé­classes du prolétariat contre le capitalisme, la guerre entre "Démocra­tie et Fascisme, qu'on remplaçait les frontières de classes par des frontières territoriales, on défigurait le contenu même de la Révolution en changeant l'objectif central de la Révolution : Destruction de l'Etat bourgeois et prise du pouvoir politique par le Prolétariat en celui de soi-disantes mesures de socialisation et de gestion ouvrière des usines.

 

Ce sont surtout les anarchistes et certaines tendances se réclamant du Conseillisme qui se distinguaient à exalter le plus ce mythe, allant jus­qu'à voir et proclamer dans cette Espagne républicaine, antifasciste et stalinienne la conquête de positions socialistes bien plus avancées que n'aurait atteint la Révolution d'Octobre.

Il n'est pas de notre intention d'entre ici dans une analyse détail­lée de l'importance et de la signification de ces mesures. Le lecteur trouvera dans les textes de "Bilan" que nous publions une réponse suffi­samment claire à ces questions. Ce que nous voulons  mettre en évidence ici est que ces mesures mêmes si elles auraient été plus radicales qu'elles ne furent en réalité, n’auraient en rien changé le caractère fondamentalement contre-révolutionnaire du déroulement des événements en Espagne. Pour la bourgeoisie comme pour le prolétariat le point central de la révolution ne peut-être que celui de la conservation ou de la destruction de l'Etat capitaliste. Le capitalisme peut non seulement s'accommoder momentanément des mesures d'autogestion ou de soi-disant socialisations (lire mise en coopératives) des exploitations agricoles en attendant la possibilité de les ramener dans l'ordre à la première occasion propice (voir les récentes expériences au Portugal) mais elle peut parfaitement les susciter comme moyens de mystification et de dévoiement des énergies du Prolétariat vers des conquêtes illusoires afin de le détourner de l'objectif central qui est l'enjeu de la Révolution : la destruction de la puissance du Capitalisme, son Etat.

L'exaltation de prétendues mesures sociales comme le summum de la Révolution n'est qu'une radicalité de mots qui recouvre dans le meilleure des cas une même racine du vieux réformisme : 1a marche  graduelle de la transformation sociale. Dans la réalité de l'Espagne 36, ce radicalisme de la phrase est plus que cela; elle fait sienne la mystification du ca­pitalisme tendant à détourner le prolétariat de sa lutte révolutionnaire contre l'Etat. Victimes eux-mêmes, dans un premier temps de la mystifica­tion et des apparences, ces courants deviennent rapidement des complices de ce détournement, s'employant de leur mieux à brouiller la vision clai­re de la tâche première du Prolétariat dans la Révolution. A 1'encontre de ces radicaux de la phrase et en total accord avec "Bilan" nous affir­mons qu'une Révolution qui ne commence pas par la destruction de l'Etat capitaliste peut-être tout ce que l'on veut sauf une Révolution proléta­rienne. Les événements d'Espagne 36 n'ont fait que confirmer tragiquement ce postulat révolutionnaire mis en évidence et appliqué en 1917 par le Parti bolchevique et qui était une des conditions décisives de la vic­toire d'Octobre

En 36 en Espagne le prolétariat a subi une de ses plus sanglantes défaites qui lui  a valu 60  ans de répression féroce. Reflet de ce cours de défaites et de réaction triomphante, 1a Gauche Communiste réduite à de petits groupes qui trouvaient leur expression dans Bilan, avait doulou­reusement conscience de son isolement et de son impuissance dans l'immé­diat. Tout comme le Parti Bolchevik et la poignée de révolutionnaires en 1917, elle restait fidèle au communisme en allant à contre-courant. Si la guerre et 40 années de contre-révolution triomphante avaient eu raison matériellement de son organisation, les enseignements du combat et des positions révolutionnaires de la Gauche Communiste des années 30 n'ont pas été perdus. Aujourd'hui avec la reprise de la lutte de classe et la perspective de son développement révolutionnaire, les communistes retrouvent et renouent le fil de cette continuité politique. En republiant les textes de "Bilan", nous entendons en faire des instruments pour un réarmement politique du prolétariat d'aujourd'hui et des leçons de la défaite d'hier forger les armes de la victoire finale de demain.

 

Au front impérialiste  du massacre des ouvriers espagnols il faut opposer le front de classe du prolétariat international.

(Bilan n°34,  Août-Septembre 1936)

La simple affirmation générale qu’ac­tuellement,  en Espagne, se déroule une bataille sanglante entre la bourgeoisie et le prolétariat,  loin de permettre d'éta­blir les positions et les forces politiques pouvant permettre la défense et la victoi­re du prolétariat,  peut conduire au pire désastre et au massacre des travailleurs. Pour arriver à des conclusions positives il faut déterminer tout d'abord si les masses ont occupé leur retranchement spé­cifique de classe,  se trouvent dans la possibilité d'évoluer,  de faire sortir de leur sein les forces capables de briser l'attaque ennemie.

Plusieurs alternatives occupent, en ce moment, la scène politique. Commençons par celle soulevée par le Front Populaire    et à laquelle les centristes ont donné une consécration "théorique".  Il s'agirait d'une lutte à mort des "factieux,  des rebelles, des fascistes" contre le "gouverne­ment légal,  défendant le pain et la liberté"; le devoir du prolétariat serait, par conséquent, de défendre le gouvernement qui serait en définitive celui de la bour­geoisie progressive en lutte contre les forces de la féodalité. Les ouvriers qui auraient permis la victoire contre les re­présentants du régime féodal pourraient, par la suite,  passer à la phase supérieure de la lutte pour le socialisme. Dans notre précédent numéro, nous avons mis en éviden­ce que si,  en Espagne, le capitalisme se trouvait dans l'impossibilité d'organiser une société du type des autres existantes en Europe, c'est  bien une bourgeoisie qui détient le pouvoir et le seul prota­goniste de la refonte du mécanisme écono­mique et politique est le prolétariat et lui seul.

Le Front Populaire en Espagne, tout comme d'ailleurs dans les autres pays, se révèle être, même au cours des événements actuels, non pas une force dont les ou­vriers pourraient se servir,  mais une arme puissante de l'ennemi ayant pour fonction l'écrasement de la classe ouvrière.  Qu'il suffise de réfléchir au fait que c'est bien sous son gouvernement qui  a pu s'organiser méthodiquement toute l'action de la droite, dont les supports ne consistent pas seule­ment dans la conjuration (cet aspect le plus théâtral est quand même le moins im­portant),   à laquelle toute latitude a été donnée pour se préparer que, dans le do­maine social,  l'action du gouvernement de Front Populaire avait déterminé la démora­lisation des masses paysannes,  l'hostilité profonde des ouvriers s'acheminant à nou­veau vers l'éclosion de grandes grèves du type de celle de 1931-32 et qui furent écrasées par la terreur dirigée justement par le gouvernement de gauche composé d' une équipe analogue à celle du Front Popu­laire d'aujourd'hui.

Même au début des événements actuels, l'orientation bien marquée du Front Popu­laire était celle d'aboutir à un compromis avec la droite, ainsi qu'en témoigne la tentative de constitution du gouvernement Barrios.  Aussi Azana peut-il bien s'étonner du fait que Franco, tout en pouvant le fai­re sans le moindre risque, ne soit pas allé l'arrêter dès le premier jour. C’est qu'une grande inconnue planait sur la situation et le capitalisme tout en ayant décidé une première attaque frontale dans toutes les villes,  ne savait point si son aile droite aurait pu obtenir immédiate­ment une victoire totale.  En prévision de cela l'arrestation d’Azana a été réservée, et c'est bien l'action successive du Front Populaire qui a donné les plus gran­des chances de succès à l'offensive capi­taliste.

A Barcelone en premier lieu et dans les  autres centres ouvriers aussi, l'at­taque de la droite se heurta à un soulè­vement populaire, lequel, parce qu'ils luttaient sans la moindre attache avec la machine étatique capitaliste et affirmai­ent leur base de classe,  purent rapidement désagréger les régiments, où en correspon­dance avec les événements qui se déroulaient dans les rues, la lutte de classe éclata et les soldats se révoltèrent contre leurs chefs»  A ce moment, le prolétariat s'acheminait directement vers un intense armement politique,  d'où ne pouvait résulter qu’une offensive dirigée contre la classe capitaliste et vers le triomphe de la révolution communiste.

En conséquence de la riposte véhémente et puissante du prolétariat, le capitalis­me sentit qu'il devait abandonner son premier plan d'attaque frontale et uniforme. En face d'ouvriers qui s'étaient insurgés, qui allaient acquérir une puissante cons­cience de classe, la bourgeoisie sentit qu'il n'y avait d'autre moyen de se sauver et de vaincre, qu'en chargeant le Front Populaire de diriger 1'action politique des ouvriers. La tolérance de l'armement des masses s'accompagnait avec son encadre­ment, que Caballero veut aujourd'hui por­ter à sa perfection au point de vue techni­que au travers du "commandement unique", et avec une orientation politique spéci­fiquement capitaliste. A la première pha­se du faible armement matériel, mais de l'intense armement politique, succédait l'autre de l'accroissement des instruments techniques à la disposition d'ouvriers qui, progressivement, étaient transportés de leur base primitive de classe vers l'autre opposée et qui est celle de la classe ca­pitaliste.

A Madrid, rapidement, moins facilement aux Asturies, par un procédé bien plus compliqué à Barcelone, le Front Populaire a pu obtenir son succès et les masses se trouvent actuellement englobées sous cette devise centrale : qu'elle soit Sacrée, la machine étatique du capitalisme, qu'elle fonctionne au plus haut rendement pour permettre la victoire contre la droite; 1'écrasement des "factieux" étant le suprême devoir du moment.

Le prolétariat a déposé ses armes spé­cifiques de classe et a consenti au com­promis avec son ennemi, au travers du Front Populaire. Aux frontières de classe, les seules qui auraient pu démantibuler les régiments de Franco, redonner confian­ce aux paysans terrorisés par la droite, d'autres frontières ont surgi, celles spé­cifiquement capitalistes, et l'Union Sa­crée a été réalisée pour le carnage impé­rialiste, région contre région, ville con­tre ville en Espagne et, par extension, Etats contre Etats dans les deux blocs dé­mocratique et fasciste. Qu'il n'y ait pas la guerre mondiale, cela ne signifie pas que la mobilisation du prolétariat es­pagnol et international ne soit pas actuel­lement achevée, pour son entrégorgement sous le drapeau impérialiste de l'opposi­tion : fascisme-antifascisme.

Après les expériences italienne et allemande, il est extrêmement désolant de voir des prolétaires d'une haute prépara­tion politique qui, en se basant sur le fait que les ouvriers sont armés, en con­cluent que, bien que le Front Populaire dirige ces armées, les conditions se serai­ent présentées, sans un bouleversement to­tal de la situation, pour permettre la défense et la victoire de la classe ouvri­ère. Non, Azana et Caballero sont les di­gnes frères des socialistes italiens et allemands, ils en sont les émules parce que dans une situation extrêmement tendue ils sont parvenus à trahir les ouvriers, à qui ils ont laissé les armes uniquement parce qu'elles devaient servir une bata­ille de classe, non contre le capitalisme espagnol et international, mais à une ba­taille de classe contre la classe ouvrière d'Espagne et du monde entier sur le front de la guerre impérialiste.

A Barcelone la façade offusque la réa­lité. Parce que la bourgeoisie se retire provisoirement de la scène politique, par­ce que les bourgeois ne sont plus à la tê­te de certaines entreprises, l'on en arri­ve à considérer que le pouvoir bourgeois n'existe plus. Mais si ce dernier est vrai­ment inexistant, alors c'est l'autre qui aurait dû surgir : celui du prolétariat. Et ici la réponse tragique des événements est cruelle : toutes les formations politiques, mêmes les plus extrêmes, la CNT, proclament ouvertement qu'il ne faut nul­lement attenter à la machine étatique ca­pitaliste à la tête de laquelle Compagnys serait même d'utilité pour la classe ou­vrière. Notre avis à ce sujet est absolu­ment net : deux principes s'opposent, deux classes, deux réalités : celle de la col­laboration et de la trahison, l'autre de la lutte. A la tension extrême de la si­tuation, correspondent aussi des forces extrêmes de la collaboration. Si en face d'une conflagration sociale du type de celle de Barcelone les ouvriers sont pous­sés non vers l'attaque contre la machine étatique capitaliste, mais vers sa sauve­garde, alors c'est la collaboration et non la lutte de classe qui triomphe. La voie pour l'éclosion de la lutte de classe ne se trouve point dans l'élargissement suc­cessif des conquêtes matérielles, tout en laissant debout l'instrument de domination de l'ennemi, mais dans la voie opposée qui connaît le déclenchement des mouvements prolétariens. La socialisation d'une en­treprise tout en laissant intact l'appa­reil étatique est un maillon de la chaîne qui bloque le prolétariat derrière son ennemi aussi bien sur le front intérieur que sur le front impérialiste de l'anta­gonisme fascisme-antifascisme, alors que le déclenchement d’une grève pour la moin­dre revendication de classe et cela même dans une industrie "socialisée" est un an­neau qui peut conduire à la défense et à la victoire du prolétariat espagnol et in­ternational.

Il est tout aussi impossible d'opérer un mélange entre le prolétariat et la bour­geoisie qu’il l'est entre les Fronts territoriaux actuels, les armées d'Union Sa­crée et les frontières de classe, les ar­mées de classe. La différenciation s'opè­re sur les questions fondamentales  et non sur celles de détail. Il existe actuel­lement une opposition apparente entre le détail et l'essentiel, entre la composi­tion, l'ardeur, le sacrifice, l'héroïsme des prolétaires enchaînés par le Front Populaire et la force politique, histori­que que représente ce dernier. Tout comme Lénine en avril 1917,  nous devons opérer sur le noeud central du problème et c'est là que la seule différenciation politique "réelle" peut s'opérer. A l'attaque capi­taliste on ne peut répondre que sur une base prolétarienne. Ceux qui négligent ce problème central se mettent délibérément de l'autre côté de la barricade et les prétendues réalisations sociales ne sont, en définitive, qu’une maille reliant les ou­vriers à la bourgeoisie.

De la situation actuelle où le prolé­tariat est tenaillé entre deux forces capitalistes,  la classe ouvrière ne peut passer à l'autre opposée qu'en empruntant le chemin conduisant à l'insurrection. Il n' y a pas évolution possible des armées  actuelles de Catalogne, de Madrid, d'Asturies mais il faut la rupture brutale,  sans la moindre équivoque. La condition essentielle pour le sauvetage de la classe ouvrière espagnole réside dans le rétablissement des frontières de classe qui sont opposées à celles territoriales  actuelles.  En Catalogne surtout, où les énergies proléta­riennes sont encore puissantes,  ces énergies doivent être mobilisées sur un plan de classe. Il faut faire échec au plan capitaliste qui consiste à écraser par la terreur les masses paysannes et à convoi­ter, par la corruption politique, les masses paysannes industrielles pour les diriger vers le même front de la victoire du capitalisme espagnol et international.  Pas d'Union Sacrée,  à aucun échelon de la lutte, à aucun instant de la bataille. Cet acte de la guerre impérialiste peut ne pas se relier avec l'éclosion immédiate de la conflagration mondiale. Dans ce cas,  les batailles actuelles en Espagne,  faute d'un bouleversement total de la situation, se dirigeront vers la victoire de la droi­te,  car c'est à cette dernière que revient la fonction politique d'écraser par mil­liers les prolétaires,  d'instaurer la ter­reur générale,  totale, du type de celle qui a exterminé le prolétariat italien et allemand.  La gauche,  le Front Populai­re a une fonction capitaliste différente et consistant à faire le lit à la réaction, un lit sanglant où sont déjà couchés des milliers de travailleurs espagnols et d’autres pays.

La classe ouvrière n'a que des for­teresses de classes et ne peut vaincre du moment qu'elle est emprisonnée dans les forteresses ennemies que sont actuellement les fronts militaires. Les héroïques dé­fenseurs d'Irun étaient condamnés d'avan­ce,  ils avaient été livrés au capitalisme par le Front Populaire qui était parvenu à les extirper de leur terrain de classe et en a fait la proie des  armées de Franco.

La lutte armée sur le front impéria­liste est la tombe du prolétariat.  Il faut y opposer la lutte armée sur le terrain social.  A la compétition pour la conquête des régions et des villes,   il faut opposer l’attaque contre la machine étatique, et c'est uniquement de cette attaque que peut résulter la désagrégation des régiments de la droite,  c'est  ainsi seulement que le plan du capitalisme espagnol et internatio­nal pourra être brisé.  Autrement,  avec ou sans l'acceptation du plan français de neu­tralité, avec ou sans le Comité de Coordi­nation composé de fascistes, démocrates et centristes, (tous les pays importants y étant représentés), c'est l'orgie capitaliste qui triomphe et les marchands de canons de France,  d'Angleterre,  d’Allemagne, d'Italie, l'Etat Soviétique lui-même livre­ront les munitions  aux deux Etats-majors, celui de Franco,  l'autre de Caballero pour massacrer les ouvriers et les paysans en Espagne.

Dans tous les pays au mot d'ordre ca­pitaliste,  pour ou contre la neutralité, pour ou contre l'envoi de munitions à Franco ou au gouvernement, opposés des manifesta­tions de classe,  des grèves contre les transports légaux d'armes,  des batailles dirigées contre chaque impérialisme.  C'est à cette condition uniquement que la soli­darité peut s'affirmer réellement pour la cause du prolétariat espagnol.

 

L'abattoir des prolétaires en espagne.

Extraits  (Bilan n°35,  Septembre-Oct.   1936)

Les fascistes attaquent en Espagne. Les traîtres à la classe ouvrière de tous les pays sont à leur place quand ils  ré­clament de leurs gouvernements respectifs des envois d'armes et munitions au gouver­nement "légal de la République". Mais  autre chose serait de lancer un appel à la classe ouvrière de chaque pays  afin qu'el­le se mobilise dans une lutte acharnée contre ses capitalismes respectifs. Ce se­rait là de la lutte de classe, ce serait là la seule solidarité à manifester aux ouvriers espagnols. Une telle action, les traîtres ne pouvaient même pas la concevoir elle conduirait, en effet, à l'affaiblisse­ment du capitalisme dans tous les pays et, par ricochet,  arrêterait les chances de suc­cès de l'attaque fasciste en Espagne.  Cette directive n'appartient qu'à des groupes restreints de prolétaires qui s'amenuisent d'ailleurs de jour en jour si l'on consi­dère que le parti d'unification marxiste, POUM, la CNT et la FAI s'insurgent contre la mystification du discours de M.   Bloum à Luna-Parc et demandent  aux ouvriers fran­çais, non de déclencher une lutte de clas­se contre leur impérialisme,   mais d'impo­ser au gouvernement de Front Populaire de lever le blocus, pour neutraliser l'aide apportée par Hitler et Mussolini  aux fas­cistes espagnols.

Si l'on réfléchit à l'opposition cri­ante qui existe entre la première et la deuxième phase des événements, l'on com­prend enfin la cruelle logique des situ­ations actuelles. Le 19 juillet,  le prolé­tariat s'insurge contre l'attaque fasciste et déclenche la grève générale. Le prolé­tariat est debout, le prolétariat est lui-même, il est la classe qui est capable d'arrêter l'offensive des fascistes, il lut­te avec son arme spécifique : la grève. Lutte armée, oui, mais au service d'une re­vendication de classe.  Et à ce moment il n'existe pas de gouvernement à côté des ou­vriers, pas de républicain pas de sépara­tistes. Le prolétariat est terriblement fort parce qu'il est terriblement seul.  Par après la situation est bouleversée. Autour des ouvriers espagnols il y a le gouverne­ment de Front Populaire et la sympathie de gouvernements puissants : français, anglais, russe, mais le prolétariat n'existe plus car, sorti de sa base primitive de classe, il a été cloué dans une base qui n'est plus la  sienne, qui est le contraire de la sienne, celle de son ennemi de classe.

Et la tragédie commence. Les fascistes se renforcent dans la mesure même où les ouvriers se collent —au travers du gouvernement de Front Populaire-  à leur bourgeoisie. A Barcelone la machine étatique capitaliste non seulement est laissée intacte, mais elle est sanctifiée lorsqu'on pousse les ouvriers à la faire fonctionner avec le maximum de rendement pour permettre la guerre militaire. Le renforcement de la machine étatique à Barcelone, à Madrid, à Valence avec son corollaire : le renforcernent de la même machine à Séville et Burgos, détermine des chances toujours plus favorables pour l'attaque fasciste.

Les traîtres dans les différents pays poussent les ouvriers à invoquer l'intervention des gouvernements respectifs. Quel  serait le résultat ? Mais la leçon de 1914-18 est là : tragiquement éloquente. A supposer même qu'il ne s'en suivrait pas de conflit mondial, et que de meilleures conditions militaires pour les armées "loyales" permettent la victoire sur les généraux, les ouvriers espagnols qui auraient lutter sous la direction, les objectifs, le contrô­le du gouvernement du Front Populaire, se trouveraient demain tout comme les ouvriers français et anglais en 1918 à devoir payer avec le renforcement de leur esclavage le prix de n'avoir pas su déjouer la tromperie ennemie. La manoeuvre du capitalisme, consistant à jeter les travailleurs les uns contre les autres, se serait bornée à l'Espagne, elle n'aurait pas embrasée le monde entier mais cela n’en aurait pas moins pour conséquence que le prolétariat espagnol au­rait été le seul à en faire les frais.

Mais cette hypothèse n'est pas celle qui semble correspondre à l’évolution des ter­ribles événements d’Espagne. Nos prévisions primitives semblent se confirmer. Le capi­talisme était forcé de procéder à une san­glante conversion de son extrême gauche vers l’extrême droite. Le plan initial n'a­vait pas abouti : écraser d'un coup les mas­ses dans toute l'Espagne. Pour y arriver la bourgeoisie avait besoin d'une force complémentaire à celle de l'attaque fronta­le des généraux. Cette force a été repré­sentée par le Front Populaire.

De son front de classe primitif, les batailles de rues contre la bourgeoisie, les ouvriers ont été arrachés par le succès de la manoeuvre du Front Populaire qui les a jetés vers le Front opposé des frontières territoriales. Et progressivement, à chaque défaite sur le front territorial, la manoeu­vre capitaliste a gagné de nouvelles forces agissant au sein des masses. La défaite d’Irun correspond à la formation du gouverne­ment d’extrème-gauche de Caballero, la chu­te de Tolède à l'entrée du POUM et des anarchistes dans la Généralidad de Barcelo­ne. C'est ainsi que le capitalisme espagnol suffoquait toute réaction de classe.

Les ouvriers espagnols et du monde entier se souviendront de la douloureuse tragédie actuelle, ils l'ajouteront à cel­le de l'Allemagne, d'Italie, de Russie, des autres pays. L'ennemi capitaliste allonge la file de ses victoires contre le prolétariat, mais sur le terrain historique, il est définitivement condamné : pour se venger de son incapacité de mater l'éclosion des forces de production, il amon­celle des montagnes de cadavres d'ouvriers. De ces innombrables victimes jaillit la for­ce invincible qui construira la société communiste. Les ouvriers d'Espagne se bat­tent comme des lions, mais ils sont bat­tus parce qu'ils sont dirigés par les traîtres dans l'enceinte de la forteresse ennemie sur les Fronts territoriaux. De leur défaite, jaillira la digue de fer de la lutte des classes contre laquelle aucu­ne arme n'aura de puissance car les tra­vailleurs, qui devraient la diriger con­tre leur frères, sauront s'en servir con­tre leur ennemi de classe pour la victoire de la révolution.

 

La consigne de l’heure : ne pas trahir.

Extraits (Bilan, n°36, Nov. 1936).

Une phrase suffit pour détruire de fond en comble notre position : quoi ? Alors que les ouvriers espagnols luttent d'arrache-pied contre l'attaque fasciste, se battent comme des lions contre un en­nemi qui reçoit armes et munitions de Hitler et Mussolini avec la complaisance de Blum et de Eden quand ils dressent des barricades avec leurs corps pour arrêter l'avance des hordes fascistes, alors que, dans tous les pays, des centaines et des milliers d'ouvriers s'apprêtent à rejoindre le front de la bataille, votre position consiste à démoraliser les rangs des combattants, à faciliter l'invasion de l'ennemi fasciste, à démanteler les fronts où les prolétaires disputent, mè­tre par mètre, le terrain à Franco derriè­re qui se trouvent coalisés, les fascistes de tous les pays.

Seulement cette phrase n'est point un argument et si elle peut facilement, —à cause de son caractère démagogique— avoir raison de nous, elle ne représente guère une manifestation de solidarité aux ou­vriers espagnols. Elle n'est, en définiti­ve qu'un anneau de plus enchaînant les prolétaires, livrant ces derniers aux for­ces qui conduisent à l'échafaud leurs vies, leurs institutions et leur classe. Encore une fois, il ne s'agit pas —au cours des discussions entre les courants qui pré­tendent oeuvrer pour la libération des ouvriers du joug capitaliste— d'une ba­taille polémique tendant à écarter et à réduire au silence l'adversaire, ainsi que ses arguments. Il s'agit de présenter des positions politiques, de mobiliser des forces qui puissent déterminer la lutte, la défense et la victoire de la classe ouvrière contre l'ennemi capitaliste. C’est uniquement sur ce terrain que la di­versification politique peut correspondre aux intérêts des ouvriers espagnols et de tous les pays : c'est sur ce front seule­ment que les énergies de la classe ouvriè­re peuvent se nouer pour construire le barrage de la défense et de la victoire.

Les flots de la démagogie peuvent nous noyer, mais le cruel développement des événements laissera non seulement debout l'ensemble de nos positions politiques, mais donnera la plus tragique des confir­mations à ces dernières et cela parce que nous restons inébranlablement ancrés, dans les fondements de classe des masses prolétariennes et uniquement dans ceux-ci. Autant nous serions disposés à détruire jusqu'à la dernière syllabe de nos consi­dérations si cela pouvait apporter une ai­de aux ouvriers espagnols, autant nous sommes forcés de voir l’opposition enragée des militants qui luttent contre nous, non un élément positif pour la résistance du prolétariat espagnol, mais une nouvelle manifestation de la victoire de la manoeuvre de l'ennemi capitaliste qui ne pouvait gagner cette nouvelle ba­taille qu'à la condition de pouvoir enchaîner à son  char —avec la colossale mystification de l'anti-fascisme qui se révèle être, encore une fois, le lit du fascisme— jusqu'aux secteurs les plus avancés où résistaient les militants ré­volutionnaires.

C'est la plus tragique des confirma­tions du marxisme que celle qui se dérou­le aujourd'hui. Plus encore que dans les situations intermédiaires, dans des situ­ations définitives, le sort de la classe ouvrière ne peut être sauvé que sur le front d'une politique de classe et uni­quement d'elle, toutes les autres condui­sant au pire massacre des ouvriers. La moindre compromission comporte en contre partie de l'illusion d'un appoint de la lutte, la lugubre certitude de la pénétra­tion dans les rangs des ouvriers de la colonne ennemie qui en prépare méthodique­ment la déroute.

Oui! Avant les événements d'Espagne existait une décision ferme, inébranlable: "nous ne marcherons pas, à aucun prix, d’aucune façon, quelle que soit l'embûche que l'on nous présentera. A l'ennemi qui nous appellerait aux armes pour battre le fascisme, nous répondrons par la proclamation de la lutte contre notre propre capitalisme. Les millions d'ouvriers tombés en 1914-18 croyaient combattre  pour déraciner,  dans le tsarisme ou le prussianisme, l'obstacle principal à l'affranchissement de la classe ouvrière. Mais, en réalité,  ils sont tombés pour la sauvegarde du capitalisme, de son régime, pour construire —au travers de cette digue macabre des cadavres des ouvriers des deux camps— la barricade de la bourgeoi­sie contre l'assaut révolutionnaire des masses. Cet enseignement tragique, nous ne l'oublierons jamais,  au grand jamais, et notre devise sera celle de battre cha­que secteur du capitalisme pour faire crouler le système dans chaque pays et ,dans le monde entier".

Encore,  à l'égard du pouvoir bourgeois la devise était tout autant ferme :   "la leçon de 1914 nous  a appris que, sous aucun prétexte,  il ne faut collaborer avec la bourgeoisie. A l'appât que constitue l'idée de pénétrer dans l'Etat capitaliste afin de la faire servir au so­cialisme,  ou pour repousser l'attaque de la réaction,  les millions d'ouvriers tombés dans la lutte pour leur libération sont là pour nous dire que la collaboration avec la bourgeoisie c'est l'emprisonnement des ouvriers,  leur perte,  leur livraison à l'ennemi".

Les événements d'Espagne sont arrivés. Que reste-t-il des événements tragiques de 1914 ? L'on a commencé à parler de l’ouverture d'une situation révolutionnaire, mais immédiatement après l'on a ajouté que déclencher des luttes de classe?, passer à l'attaque contre l'Etat capita­liste, pour le détruire,  pour fonder un pouvoir prolétarien,  c'était réaliser, en fait, une condition favorable non pour les ouvriers,  mais pour les fascistes qui attaquaient. De deux choses l'une : ou bien la situation révolutionnaire existe et il faut lutter contre le capitalisme, ou bien elle n'existe pas et alors parler de révolution aux ouvriers alors  que malheureusement,  il ne s'agit que défendre leurs conquêtes partielles, signi­fie substituer au critère de la nécessité d'une défensive mesurée pour empêcher le succès de l'ennemi,  celle qui consiste à lancer les masses dans le gouffre où el­les seront écrasées, "Les ouvriers croi­ent lutter pour le socialisme"! Bien sûr, il n'en a jamais été autrement?  Il en fut de même en 1914. Mais le devoir des militants est-il de se jeter parmi les ouvri­ers pour leur dire que le chemin du socia­lisme est celui qui se dirige vers la des­truction du régime capitaliste ou celui qui encastre les ouvriers dans ce régime?

Mais, nous dira-t-on, nous ne sommes pas en 1914.  En Espagne,  ce ne sont pas deux armées impérialistes au service  d' Etats  antagonistes qui se heurtent,  ou, dans un  sens plus limité,  ce n'est  pas encore cela; actuellement, c'est le fascisme qui attaque, le prolétariat qui se défend. En participant à la lutte armée des ouvriers, en oeuvrant pour la victoire militaire contre le fascisme, nous ne ré­pétons nullement les gestes de ceux qui conduisirent les ouvriers à la boucherie de 1914.

Ah! Oui la leçon de la derrière guerre était trop cruellement vive dans la mémoire des ouvriers ; le traquenard de la guerre sous le drapeau de 1'antifas­cisme ne suffisait plus et les prolétaires, du moment qu'ils  auraient vu l’entrée en lice des états capitalistes, auraient vite compris que c'eût été pour les intérêts de leurs ennemis et contre les leurs qu'ils se seraient battus et fait tuer. Avant la dernière guerre,  les mouvements nationa­listes de chaque pays se dressaient les uns contre les autres alors que le socialisme levait le drapeau de l'unification des peuples pour sauver la paix. Aujourd'hui, les mouvements de droite de tous les pays établissent une sympathie solidaire pour l'écrasement de la classe ouvrière de chaque pays et c'est là une réédition sous d'autres formes,  d'une subsistance qui est la même que celle de 1914. Les formes différentes sont à la fois comman­dées par la tension extrême des situations et des rapports entre les classes, ainsi que par la nécessité où se trouve le capitalisme d'agiter devant les masses, pour les égarer,  les tromper et les égorger, une autre enseigne sur le même drapeau, qui reste toujours celui de la sauvegarde et de la défense du régime capitaliste. Mais, nous a-t-on dit si souvent, les évé­nements d'Espagne ne se déroulent pas en­core,  mais pourraient, demain, se dérouler sur la même ligne que ceux de 1914. Tant qu'ils n’en seront pas là, il faut défen­dre les territoires que le fascisme menace de sa conquête.

Mais le devenir n'est-il pas le réel. Peut-on demain  être autre chose que le développement de ce que l'on est actuelle­ment? Du moment que les ouvriers ont em­prunté un certain chemin qui peut condui­re à la guerre,  ils se sont mis dans le chemin opposé à celui qui leur est propre et sont les victimes de forces qu'ils ne pourront plus déjouer parce qu'ils ont été désarmés politiquement par elles du moment que celles-ci les ont happés. Bien sur, le militant, un groupé déterminé pourraient se laver les mains au moment où plus aucun dou­te ne serait possible et que les Etats im­périalistes antagonistes interviendraient ouvertement, mais la masse des ouvriers com­ment pourrait elle se désintégrer d'un tour­billon qui l'emporte? Au surplus, dès le premier jour des événements espagnols, n'était-il pas clair quelles différents Etats capitalistes tiraient les ficelles des si­tuations pour permettre l'écrasement des ouvriers espagnols ; tous les Etats, les fascistes comme les démocratiques et l'Etat soviétique. Et, pour déloger ces Etats, y avait-il d'autres directives que celle de la lutte des celasses dans chaque pays ? Lancer le mot d'ordre de là "levée du blo­cus" n'était-ce pas précipiter le cours se dirigeant, vers la guerre impérialiste? N’était-ce pas suivre les traces de Jouhaux, de la Deuxième, de la Troisième Internatio­nale, qui parviennent —avec succès d' ail­leurs à suffoquer les mouvements de clas­se (les seuls qui puissent apporter une ai­de solidaire aux ouvriers espagnols). Pour accoupler les ouvriers à l'Etat capitaliste et pousser ce dernier vers ce même débouché de la guerre impérialiste ?

Notre position centrale consiste à fai­re découler de la thèse —que tout le monde semble admettre comme indiscutable- que le fascisme étant l'expression la plus cruelle du capitalisme, c' est uniquement par une attaque contre ce dernier que le prolétariat peut défendre ses intérêts et briser l'of­fensive ennemi. Et il est vraiment décon­certant de nous entendre dire que le déclen­chement des luttes, de classe dirigées contre le capitalisme puisse favoriser ce dernier, A Barcelone, par rapport à Séville, il est évident que de bien plus amples possibili­tés existent aujourd'hui pour mener la lut­te contre le capitalisme et il est incom­préhensible que l'on emploie ces énergies, non pour la lutte contre la bourgeoisie, mais dans la direction opposée d'une inté­gration du prolétariat dans l'Etat capi­taliste. Il nous revient que les anarchis­tes, pour justifier leur entrée dans le gouvernement Caballero affirment que c'était là le seul moyen pouvant permettre le réel armement des ouvriers saboté dès gouverne­ments précédents. Tout en devant faire la part de l'affolement dont sont victimes ceux qui se trouvent dans le tourbillon des événements, nous ne pouvons voir, dans cet­te thèse de la CNT, que la répétition de ce qu'ont toujours dit les réformistes et d'après quoi il fallait entrer dans l’appareil de l'Etat pour éviter qu'il serve aux intérêts du capitalisme : la tragé­die espagnole ajoute une nouvelle note lugubre à celle de 1914.

"Le déclenchement des luttes de clas­se dans les régions non soumises au fas­cisme, aurait pour résultat de faciliter la chute et l'occupation des territoires par les hordes de Franco", L'on nous ri­poste cela pour prouver l'impossibilité d'appliquer les positions que nous défendions dès le début des événements. A part le fait que cela n'est nullement prouvé, reste cette autre considération que même si une position de classe peut avoir pour résultat de hâter le dénouement tragique d'événements qui se seraient, par cela mê­me démontrés extrêmement préjugés pour, les ouvriers, au moins alors l'entrée des fas­cistes se ferait quand les énergies pro­létariennes —ou au moins une parti d'en­tre elles-  seraient encore sauvés et 1'ennemi: n'aurait pu étrangler —au cours d'une lutte qui ne pouvait qu'aboutir à la défaite— les meilleures forces ouvrières en démoralisant les masses dans leur ensemble.

Immédiatement après que les ouvrirs se soient insurgés le 19 Juillet,  le ca­pitalisme espagnol a emprunté un double chemin pour étrangler la lutte de classe du prolétariat : dans les secteurs pay­sans, au travers de la terreur blanche, dans les centres ouvriers en englobant les masses dans l'appareil de l'Etat et en mettant à leur tête un état major qui de­vait inévitablement les conduire au mas­sacre.  Dès le début des événements,  une double directive planait sur la situation d'un côté,   celle du capitaliste gagnant  chaque jour  avantage les forces  agissant au sein du prolétariat pour retenir les masses sur les fronts où elles sont massacrées ;  de l'autre, celle des ouvriers qui, ayant emprunté leur chemin au cours de la première semaine, en ont été évincés par l'intervention de ceux-là mêmes à qui ils  avaient confié leurs  intérêts. Chaque, fois  que les ouvriers  auraient pu se redresser et reprendre leur che­min de classe, lors des défaites militai­res, le capitalisme élargissait sa manoeu­vre et passait du ministère Giral à celui de Caballero, et, enfin, à celui où se trouvent les anarchistes. Ainsi il agis­sait afin que le prolétariat ne puisse re­tirer les enseignements des défaites qu'il subissait et maintiennent sa confiance à ce qui ne pouvait le conduire qu'au massacre car, une fois intégré dans l'appareil de l'ennemi,   on oeuvre non pour le prolé­tariat,  mais pour le capitalisme.

Dans la situation extrêmement préjugée d’aujourd'hui,  quand les chances de résistan­ce et de victoire deviennent de plus en plus restreintes, les militants qui soulèvent la nécessité de reprendre le chemin de clas­se et de déclencher des luttes sur ce ter­rain sont exposés aux coups d'un appareil capitaliste qui à Valence et en Catalogne peut s'appuyer sur toutes les organisations agissant au sein du prolétariat.  Les con­ditions semblent donc être remplies, comme en 1914, plus qu'en 1914,  pour éviter que la moindre voir de classe ne s'élève parmi les ouvriers. Notre fraction qui, en Espa­gne, comme dans les  autres pays,  n'a négli­gé aucune possibilités concrètes —si mo­destes qu'elles pouvaient être- pour dé­fendre ses positions,  notre fraction qui s'est toujours laissée guider par la con­sidération que  pour mériter la confiance des masses,  il faut rester sur le plan de la lutte de classe, que toute autorité conquise sur les ouvriers en entrant dans les fronts où ceux-ci ont été jetés par le ca­pitalisme, est une autorité qui ne peut ser­vir que la manoeuvre ennemie,  notre frac­tion,  dans un poignant isolement que les cadavres des ouvriers espagnols illuminent tragiquement,  reste persuadée que ce qui ce creuse actuellement,  ce n'est pas  le tombeau du prolétariat,  mais des idéologies et des forces qui,  n'étant pas  armées —au travers du marxisme— de la théorie de la classe prolétarienne ne pouvaient que con­duire au massacre des masses ouvrières.

La hyène fasciste peut cyniquement dire qu’en face de cinquante mille de leurs  assassins, les millions d'ouvriers n'ont pu ré­sister et vaincre,  mais cette hyène sait bien que cela a été uniquement possible parce que les ouvriers ont été extirpés de leur base de classe, parce que  pour diriger leurs combats,  se trouvaient les complices directs des Franco, les  antifascistes de toutes les gradations.

La condition pour rester sur le che­min des ouvriers, à supposer qu'aucune pos­sibilité n'existe plus pour bouleverser la situation à cause de la supériorité écra­sante de l'ennemi,  et de ne pas  trahir, tout comme le fit Lénine en 1914.

La désertion des fronts militaires en Espagne, comme indication de classe pour l’ensemble des prolétaires,  c'est de dissocier du capitalisme,  c'est lutter contre lui, c'est se battre pour les ouvriers.

Dans tous les pays,   lutter contre cha­que capitalisme c'est se battre en soli­darité avec les prolétaires espagnols.

Toute autre directive avec n'importe qu'elle étiquette : socialiste, centriste ou anarchiste, conduit à l'écrasement du prolétariat en Espagne et dans  tous les autres pays.

 

La leçon des événements d'Espagne.

Extraits (Bilan n° 36, Nov„ 1936)

Les événements du 19 juillet.

Il nous importe tout d'abord de bien mettre en lumière quelques éléments de fait. Lorsque le mouvement du 17 Juillet, au Ma­roc, fut connu à Madrid et à Barcelone, la préoccupation première du capitalisme fût d'attendre les réactions du prolétariat pour s'orienter dans une direction ou dans 1'autre. Tout d'abord, comme cela a été noté dans l'avant dernier numéro de "Bilan", au gouvernement de Quiroga fut substitue ce­lui de Barrios, afin de tenter d'aboutir à une conversion pacifique de la gauche à la droite. Mais, devant l'ampleur du soulève­ment ouvrier en Catalogne et à Madrid, cet­te tentative échoue lamentablement et Giral vient au pouvoir alors que Barrios part pour Valence, où il tentera, au nom du gouver­nement, de légaliser la révolte ouvrière.

Le déroulement des événements à partir du 17 Juillet confirme notre appréciation : le 17 Juillet, le syndicat des transports maritimes de Barcelone s'était emparé des armes se trouvant dans les navires "Manuel Artus", "Argentina" "Uruguay" et "Marquis de Cornillas" (150 fusils et des munitions). Il les avait transportées à son local. Le 18, veille du soulèvement militaire, la po­lice enleva une partie des armes.

Lorsque les chefs des divers partis ou­vriers allèrent demander, après le 17 des armes à Companys, car il était de notorié­té publique que les militaires descendrai­ent dans la rue à l'aube du dimanche, le chef de la Généralité les rassura en expliquant que la Garde Civile et d'Assaut suffiraient et, qu'en tout cas, si elles reculaient, les ouvriers n'avaient qu'à ra­masser les fusils des morts et à intervenir. Pour Companys, le mieux que les ouvriers avaient à faire le samedi soir et le diman­che, c'était de rentrer chez eux et d'at­tendre l'issue de la lutte.

"Mais l'effervescence du prolétariat de Barcelone était à son paroxysme.

Le dimanche au matin tout le proléta­riat, armé avec des moyens de fortune et dans sa majorité sans armes, est dans les rues. A cinq heures la bataille se déclen­che. Entourées par les ouvriers la garde d'Assaut et une partie de la Garde Civile doit marcher contre les militaires. Bien­tôt le courage et l'héroïsme des ouvriers où se distinguent particulièrement les militants de la CNT et de la FAI, ont rai­son des points essentiels du soulèvement car ici et là les soldais fraternisent avec les prolétaires, telle la caserne de Tarragona. Le soir même, les soldats sont vaincus et le général Godet capitule. C’est à partir de ce moment que l'armement du prolétariat devient général.

La Généralité, quant à elle, s'efface peureusement devant l'élan des ouvriers mais ne craint cependant pas que ceux qui lui ont demandé des armes, maintenant que les ouvriers les ont prises par la force, ne se tournent contre elle.

Le Lundi 20, la CNT et à sa suite l’UGT lancent le mot d'ordre de grève géné­rale dans toute l'Espagne. Mais partout les ouvriers sont dans la rue. Ils pren­nent les armes mais posent leurs revendi­cations de classe. Le contraste ancien en­tre CNT  et UGT au sujet de la semaine de 36 heures ou de 40 heures; le problème des salaires, tout cela surgit au cours de la lutte car déjà les ouvriers commencent à mettre la main sur de nombreuses entre­prises. Le 20 apparaissent et se constituent des milices qui nettoieront Barcelo­ne. Le 21 est publié un décret de la Généralité affirmât : "primo : il est crée des milices (ciutadines) citadines pour la défense de la République et la lutte contre le fascisme et la réaction". Le C.C. des milices comprendra un délégué du conseiller Gouvernacion, un délégué du Commissaire géné­ral d'ordre public et des représentants de toutes les forces ouvrières ou politiques luttant contre le fascisme.

Ainsi, la Généralité tente dès le 21, non seulement de mettre son cachet sur les initiatives des ouvriers armés, mais d'enfermer leurs efforts dans les cadres de la légalité bourgeoise.

Le 21 la grève générale continue tou­jours et le POUM (parti d'unification marx­iste) .parle de la faire durer jusqu'à ce que le fascisme soit écrasé partout.

Mais déjà la CNT, qui domine Barcelone, lance ce jour lé mot d'ordre de rentrée pour les industries d'alimentation et de service public. Le POUM publie l'avis mais ne le critique pas. Cependant, l'on continue à parler des revendications de clas­se. Les ouvriers exproprient la Compagnie des Trams, le Métropolitain, tous les mo­yens de transports, y compris les chemins de fer. Ici  aussi la Généralité intervient et légalise en prenant l'expropriation à son compte. Plus tard elle prendra les devants, dans certaines entreprises et les expropriera avant les ouvriers.

Le même jour, le front d'Esquerres, qui groupe tous les partis bourgeois de gauche, reçoit une lettre du POUM où celui-ci invité par Companys, accepte de collaborer avec TOUS LES PARTIS contre le fascisme mais refuse, après délibération de sa C.E. de collaborer à un gouvernement de Front Populaire.

Il semble que dès le 24, sous la pres­sion de la Généralité, la plupart des or­ganisations ouvrières tentent de freiner le mouvement revendicatif. Les socialo centristes de Barcelone sont contre la prolongation des grèves, la CNT a donné le mot d'ordre de rentrée, le POUM s'efforce de maintenir son programme de revendication mais il ne dit pas s'il approuve ou non la rentrée.

Dès le 24 le départ des colonnes de mi­liciens pour Saragosse s’organise. Mais il faut que les ouvriers partent avec la sensation qu’ils obtiennent satisfaction au sujet de la revendication. La Généralité lance un décret : les jours de grève seront payés, Mais, ici aussi, dans la plupart des usines les ouvriers ont déjà, les armes à la main, obtenus des satisfactions partiel puisque, grâce aux partis et aux organisa­tions syndicales se réclamant du prolétari­at, la bourgeoisie est parvenue à faire cesser la grève générale et que, dans les entreprises occupées par les ouvriers, la semaine de 36 heures est instaurée ipso facto, le 26 juillet la Généralité lance un décret instituant la semaine de 40 heures avec augmentation le salaires de 15%.

Et, pendant que la Généralité s'effort ce d'encadrer l'explosion des contrastes sociaux, nous arrivons au 28 juillet, qui marque déjà un important tournant de la si­tuation. Le POUM qui contrôle au travers de la F.OU.S., le "syndicat mercantile" ([1]) et quelques minuscules entreprises, lancent le mot d'ordre de reprise du travail pour les ouvriers qui ne se trouvent pas dans les milices. Il faut créer la mystique de la marche sur Saragosse. Prenons Saragosse, dira-t-on aux ouvriers, puis nous réglerons leur compte à la Généfalité et à Madrid.

Par son mot d'ordre de rentrée, le POUM exprimera clairement le tournant de la situation et la réussite de la manoeuvre de la bourgeoisie parvenant à obtenir la cessa­tion de la grève, générale, puis lançant des décrets pour éviter les réactions des ouvriers et, enfin, poussant les prolétaires en dehors des villes vers le siège de Saragos­se.

Mais à Saragosse, la grève générale avec des phases de recul et d'accélération continue et ce ne sera que bien plus tard que les ouvriers céderont à l'ultimatum de Cabanellas, les mettant devant le choix de reprendre le travail ou d’être massacrés tous.

Dès lors, leur espoir ne sera porté vers un rebondissement des batailles gré­vistes, mais dans la victoire des forces gouvernementales et Cabanellas pourra or­ganiser sa répression féroce et sanguinai­re.

Selon la "Batalle", organe du POUM (29 août), il ressort que les ouvriers de Saragosse auraient mené pendant quinze jours la grève générale. Voici ce que dit ce journal : "Le dimanche matin, 19 juil­let (lorsque les militaires descendirent dans la rue. N.D.L.R.) : "Les ouvriers organisèrent immédiatement la résistance et la lutte dura de nombreux jours. La grè­ve fut absolument générale jusqu'à quinze jours plus tard, et beaucoup plus longtemps durèrent les tirs aux barricades ouvrières. Toujours il y avait quelques héros irréduc­tibles, qui préféraient perdre la vie qu'accepter la domination fasciste.

A partir du 28 juillet; l'aspect du mouvement en Catalogne change. On continue bien à exproprier des entreprises, à nommer des conseils ouvriers, mais, déjà, tout ce­la se fait en accord avec des délégués de la Généralité, qui ne manifestent évidem­ment pas de résistance aux ouvriers armés, mais qui savent que, pour les besoins de la guerre où s1engage le gros du prolétariat, ils obtiendront ce qu'ils voudront.

Déjà, les contours précis de l'attaque générale du capitalisme espagnol se précise. Dans les régions agricoles, où la répression du Front Populaire a déjà passé et où n'e­xiste pas un prolétariat nombreux et dense, le problème agraire sera résolu par l'é­crasement féroce et sanguinaire de Franco qui, à ce point de vue, n'aura rien a envier à Mussolini ou à Hitler. Dans les centres industriels, et surtout en Catalogne, où le problème agraire ne se pose pas, il faut affronter de biais le prolétariat. Le lan­cer dans un guet-apens militaire, désagré­ger son front intérieur, mais arriver coûte que coûte à l'anéantir. A Madrid, se sera le Front Populaire qui s’en  chargera. En Catalogne, la Généralité parviendra, au prix de concessions formelles et non substantiel­les, sur le terrain de la gestion économi­que et de la direction politique, à s'inféoder la CNT  et le POUM, parti opportuniste du bureau de Londres, dont l'un des chefs, l’ex-trotskiste Nin, est aujourd'hui minis­tre de la justice.

A Madrid, après le 19 juillet la grève générale ne sera que le prolongement de la grande grève de la construction qui durait depuis juin et elle ne cessera que quelques jours après sa cessation en Catalogne, du fait de l'extrême confusion qui se dévelop­pe dans la capitale.

Ici les ouvriers sont dans la rue seu­lement le lundi alors qu’à Barcelone les militaires sont déjà écrasés. Le gouverne­ment de Barrios a duré quelques heures et Giral qui lui succède promet tout ce  que l’on veut à l'exception d'armes que les orga­nisations ouvrières lui demandent. Le lun­di, sans armes, les prolétaires madrilaines se ruent vers la caserne de la Montana qu'ils emportent d’assaut. Dès lors, les caser­nes de Madrid fraternisent toutes et c'est une lutte assez brève dans les environs de Madrid d'où les militaires voulaient marcher sur la ville. Le mardi les ouvriers qui font la grève générale cherchent leurs ennemis, et puisque de la CNT aux socialo-centristes, tout le monde a proclamé que le gouvernement était un allié, le bras vengeur du proléta­riat armé, les travailleurs se dispersent dans la province de Madrid et rencontrent les militaires sur le Guadarama où après une lutte sanglante mais confuse, de part et d'autre, on se retira sur ses  positions alors que le gros des ouvriers refluera vers Madrid où à ce moment sera lancé le mot d' ordre de cessation de la grève et de l'or­ganisation des colonnes.

Comme à Barcelone et dans toute l'Espa­gne, les ouvriers, qui, depuis février 36 ont été appelés à considérer le Front Populaire comme un allié sûr, lorsqu'ils se sont jetés dans la rue, le 19 juillet, nf ont pu diriger leurs armes dans une direction qui leur aurait permis de briser 1' Etat capitaliste et de battre Franco. Ils ont laissé les Giral à Madrid, les Companys à Barcelone à la tête de l'appareil d'état en se contentant de brûler les églises, de "nettoyer" des institutions capitalistes telles là Sûreté Publique, la police, la Guardia Civile,.la Garded’Assaut. Ils ont bien exproprié, en Catalogne, les bran­ches fondamentales de la production, mais l'appareil bancaire est resté intact et avec son fonctionnement capitaliste antérieur.

D'ailleurs, ces éléments seront examinés minutieusement et sur la base d'une docu­mentation, ultérieurement.

Du 19 au 28 juillet, la situation aurait permis aux ouvriers armés, du moins à Bar­celone, de prendre intégralement le pouvoir sous dès formes confuses, certes, mais qui auraient néanmoins représenté une expérien­ce historique formidable. Le tournant vers Saragosse a sauvé la bourgeoisie. La "Batalla", organe du soi-disant parti "marxiste", proclamait qu'autour de Saragosse se concen­trait l'attention révolutionnaire mondiale. Mais, déjà, à partir du 27 juillet, la bourgeoisie tâte prudemment le terrain. A Figueras, des militants de la CNT  sont désar­més par des gardes civils et des miliciens du Front Populaire, après avoir vaincu les fascistes. La CNT publie à ce moment un ap­pel aux masses, où elle recommande de tirer sur ceux qui voudraient les désarmer. La Généralité est avertie. Elle s'y prendra par d'autres moyens.

Le 2août, nouvelle tentative de la Géné­ralité de légaliser organiquement la situ­ation : elle décide d'appeler sous les ar­mes plusieurs classes. Les soldats refusent de partir ailleurs que dans les milices. La CNT prend immédiatement position : "des miliciens ? Oui! Des soldats ? Non!" Le POUM lui, demande "la dissolution", non pas la destruction, mais la dissolution de l"armée.

Bien entendu, la Généralité laissera faire en se contentant de relier le C.C. des milices anti-fascistes au Département de la Défense de la Généralité.

La composition du C.C. des milices anti­fascistes sera d'ailleurs la suivante : trois délégués de la CNT, trois délégués de l'UGT, deux délégués de la FAI, un délégué de la Gauche Républicaine, deux socialistes unifiés, un délégué de la Ligue des Rabasseres (petits fermiers sous 1!influence de la gauche catalane), un délégué à la coali­tion des partis républicains, un délégué du POUM et quatre représentants de la Généra­lité (le conseiller de la défense, le colonel Sandino, le commissaire général de 1’ordre public, préfet de Barcelone et deux délégués de la Généralité sans charge fixe).

Au point de vue de l'évolution politi­que, le prolétariat de Madrid est rapide­ment poussé sur une plateforme ouvertement bourgeoise, alors qu'à Barcelone il faudra quelques semaines de guerre et des manoeu­vres pour y arriver.

Dès le 30 juillet, à Madrid, la Pasionaria déclare qu'il s'agit de défendre la Ré­volution bourgeoise qui doit être faite complètement. Le 1er août, la police teste­ra active à Madrid et "Mundo Obrero", de­vant la tentative de Giral d'enlever le droit d'arrestation aux milices, parlera de la "confusion" qu'il faut dissiper en con­vainquant le Front Populaire de l'action d'ordre des milices.

Le trois août, "Mundo obrero" proclame qu'il défend la propriété privée des amis de la République. Et il dira : "Pas de grè­ves dans l'Espagne démocratique ". Pas d'ouvriers au repos sur le front arrière. Tout son programme se résumera en ces mots : après avoir écrasé le fascisme, la gauche républicaine se souviendra et ne laissera plus instaurer la situation d'avant le 19 juillet.

Le 8 août, Jésus Hernandos célébrera, dans un discours à grand retentissement, la lutte des ouvriers pour la République dé­mocratique bourgeoise et rien que pour elle, et, le 18 août, les centristes pourront di­re que la lutte, en Espagne, a pris l'aspect d'une guerre nationale, une guerre pour 1'indépendance de l'Espagne. Pour eux,  il faudra créer une nouvelle armée du peuple avec les vieux officiers et les milices et, dès lors, ils deviendront les partisans d'une sévère discipline.

Dès la constitution du cabinet Giral, les Caballero, les Prieto demanderont la constitution d'une commission du Front Populaire, près du ministère de la Guerre, où ils participeront. Par ce moyen, ils seront des ministres"officieux".

Pour ce qui est de Barcelone, une fois entré dans la nouvelle phase de la guerre pour Saragosse, condition primordiale pour "résoudre" (?) le problème social, la "Solidaridad Obrero" du premier août salue­ra l'ère nouvelle et l'ouverture de la pha­se menant au communisme libertaire.

Lors de la constitution du gouverne­ment de Casanovas (après la sortie du gou­vernement des délégués du PSUC)([2]), la CNT, bien qu'affirmant que ce gouvernement ne concrétisait pas la réalité de ce que les ouvriers avaient conquis, lui donna cependant son appui total.

Toute la première semaine d'août, la CNT mobilisa les masses autour du départ pour le front d'Aragon, en insistant qu'il ne s’agissait pas d'une armée régulière, mais de bataillons de volontaires où cha­que officier de l'ancienne armée devait être surveillé par un milicien. Enfin, elle mit en évidence une notion totalement incon­nue jusqu'ici par les anarchistes : la dis­cipline militaire.

Mais la CNT sera alors absorbée par la nécessité de contrôler les initiatives ou­vrières sur le terrain économique afin de les maintenir sur la ligne du plus grand rendement pour la guerre.

Le 14 août, la "Solidaridad Obrero" écrira ouvertement que, dans le domaine économique, existent des rapports de guerre.

Mais, cet aspect du problème, nous l’examinerons séparément au cours de l'ana­lyse des réalisations économiques et des organes nouveaux surgis sur le terrain so­cial et politique en Catalogne.

Il nous faut encore marquer la posi­tion du POUM qui, loin d'être un parti pouvant évoluer vers des positions révolutionnaires, représente un amalgame de tendances opportunistes (socialistes de gauche, communistes d'extrême droite, trot­skistes) qui est un obstacle de plus à la clarification révolutionnaire.

Le schéma selon lequel le POUM est in­tervenu dans les événements est à peu près celui-ci : les bolcheviks luttèrent d'abord contre le tsarisme, puis contre la bourgeoisie et ses agents mencheviks. Sans Tcheka et armée rouge, la Russie n'aurait pas vaincu ses ennemis extérieurs, et in­térieurs ("Batalla" du 4 août). Le POUM luttera d'abord contre le fascisme, puis contre la bourgeoisie, comme Nenni combat­tait d'abord Mussolini, puis contre la bourgeoisie; comme Breitscheid luttait d'abord contre Hitler puis contre la bourgeoisie et comme si Lénine n'avait pas apporté, en avril 1917, contre Staline et Kamenev, un programma de lutte contre toutes les formes de la domination bourgeoise, et comme si il était possible de lutter contre le fas­cisme sans entamer une lutte contre l'en­semble du système capitaliste.

Les institutions nouvelles et  leur  signification

Avant tout, nous voudrions bien mettre en évidence un élément central sur lequel les événements projettent leur lumière. Au moment où l'attaque capitaliste se déchaî­ne avec le soulèvement de Franco, ni le POUM, ni la CNT ne songent à appeler les ouvriers à descendre dans le rue. Ils or­ganisent des délégations près de Companys afin d'obtenir des armes, Le 19 juillet, c'est spontanément que les ouvriers sont dans la rue et la CNT avec l'UGT, lorsqu' ils lancent le mot d'ordre de grève géné­rale, ne font que consacrer une situation de fait.

Puisque les Companys, les Giral sont immédiatement considérés comme les alliés du prolétariat, comme les personnes devant fournir les clefs pour ouvrir les dépôts d’armes, il est naturel que personne, lors­que les ouvriers prirent les armes après avoir écrasé les militaires, ne songea un seul instant à poser le problème de la destruction de l'Etat qui, avec Companys à sa tête, resta intact. On essaya, dès lors, d'accréditer l'utopie, qui revient à affirmer qu'il est possible de faire la révolution en expropriant les entreprises, en prenant les terres, sans toucher à 1' Etat capitaliste, ni même à son système bancaire.

La constitution du Comité Central des milices devait donner l'impression de 1'ouverture d’une phase de pouvoir prolétarien et la constitution du Conseil Central de l'Economie l'illusion que l'on entrait dans la phase de la gestion d'une écono­mie prolétarienne.

Pourtant, loin d'être des organismes de dualité des pouvoirs, il s'agissait bien d'organismes ayant une nature et une fonction capitalistes, car au lieu de se cons­tituer sur 'la base d'une poussée du prolé­tariat cherchant des formes d'unité de lut­te afin de poser le problème du pouvoir, ils furent, des l'abord, des organes de col­laboration avec l'Etat capitaliste.

Le C.C. des milices de Barcelone sera d'ailleurs un conglomérat de partis ou­vriers et bourgeois et de syndicats et non un organisme du type des soviets surgis­sant sur une base de classe, spontanément, et où puisse se vérifier une évolution de la conscience des ouvriers. Il se reliera, à la Généralité, pour disparaître, avec un simple décret, lorsque sera constitué, en octobre, le nouveau gouvernement de la Catalogne.

Le C.C. des milices représentera l'ar­me inspirée par le capitalisme pour en­traîner, par l'organisation des milices, les prolétaires en dehors des villes et de leurs localités, vers les fronts ter­ritoriaux où ils se feront massacrer impitoyablement, il représentera l'organe qui rétablira l'ordre en Catalogne, non avec les ouvriers, mais contre ceux-ci,  qui seront dispersés sur les fronts. Certes, l'armée régulière sera pratiquement dissou­te, mais elle sera reconstituée graduel­lement avec les colonnes de miliciens dont l'Etat Major restera nettement bourgeois, avec les Sandino, les Villalba et consorts. Les colonnes seront volontaires elles pour­ront le rester jusqu'au moment où finiront la griserie et l'illusion de la révolution et réapparaîtra la réalité capitaliste. Alors on marchera à grands pas vers le ré­tablissement officiel de l'armée régulière et vers le service obligatoire.

Loin de pouvoir être un  embryon d'ar­mée Rouge, les colonnes se constitueront sur un terrain et dans une direction qui  n'appartiennent pas au prolétariat. Pour que cela ne se vérifiât pas, il aurait fallu prendre le pouvoir, en détruisant l'Etat capitaliste, ou tout au moins, que les ouvriers armés, tournent leurs armes contre cet Etat. Et les colonnes de mili­ciens ne se constituèrent pas dans cette direction : ils s'agissait plutôt de par­tir vers Saragosse et Huesca pour ce qui est de la Catalogne, vers Tolède et le Guadarama pour ce qui est de Madrid. Les ouvriers armés furent jetés dans l’anti­fascisme et non dans une lutte contre 1'ensemble des formes du capitalisme. Et, dans ces conditions, toutes les formes dé­mocratiques qui, dans un premier moment, se manifestèrent au sein des colonnes, n’avaient qu’une importance insignifiante. Ce qui importait, c'était la direction suivie par les milices, et celle-là était franche­ment celle du Front Populaire; la lutte antifasciste respectant les organes de la domination capitaliste, les renforçant mê­me, par l’appui que leur donneront les an­archistes et le POUM entrant dans les mi­nistères,

A Madrid, les milices seront même pra­tiquement sous le contrôle du Département de la Guerre de Caballero, qui fournira les gradés aux différentes organisations passant à la formation des colonnes.

En définitive, si le gros de l'armée régulière passa à Franco, le Front Popu­laire et ses alliés, par l'organisation des milices, tenta de pousser les ouvriers du terrain de la lutte sociale sur le terrain de la formation d'une nouvelle armée régu­lière, et cela explique pourquoi les ou­vriers, malgré leur courage, seront écra­sés. Sur le terrain militaire, Franco agi­ra avec certitude, alors que Companys, les Caballero et compagnie déploieront une stra­tégie non militaire mais sociale consistant à favoriser le massacre des ouvriers qui, par leur incorporation dans une armée, n'auront plus la force de retrouver le chemin au travers duquel ils vaincurent les militaires à Barcelone, à Madrid,le 19 juil­let.

Passons maintenant à l'examen des autres instruments de la domination capitaliste. La Garde Civile, célèbre pour ses massacres d'ouvriers à l'époque de la monarchie, a été transformée en Garde Nationale Républicaine, Certes, à Barcelone, la CNT a procédé à un nettoyage de cette dernière, mais l'insti­tution est restée debout, embellie par 1' entrée des militants anarchistes en son sein,

A Madrid, la Garde Civile est restée intacte et garde jalousement les coffres-forts du capitalisme : les banques.

Il n'y a vraiment qu'à Valence, où des ouvriers de la colonne de Fer (CNT), pas­sant outre à l'accord conclu par leur or­ganisation, demandant à la Garde Civile de remettre seulement les fusils, sont descendus du front pour obliger, avec la menace de leurs mitrailleuses, les gardes civiles à désarmer complètement et sont allés brû­ler les archives de la police, Madrid a d'ailleurs compris qu'ici il val ait mieux retirer Garde Civile, Garde d'Assaut et laisser se constituer, sous la direction du Comité Exécutif Populaire (sorte de Front Populaire), une GPA (Garde Populaire Anti-Fasciste) qui maintiendra tout aussi bien l'ordre à l'arrière, La Garde d'Assaut, que les ouvriers ont affronté sous la Républi­que, est restée intacte et, actuellement, à Barcelone, a été puissamment armée.

Pour ce qui est de la Sûreté Publique; l'on a procédé à un simple nettoyage de cette institution qui est restée intacte. En France, Blum remplace les fonctionnaires par décrets et démocratise l'Etat ; en Es­pagne, c'est avec des fusils que l'on a remplacé des fonctionnaires pour "prolé­tariser" les institutions capitalistes, Les anarchistes ont pris la direction de la Sûreté à Barcelone, d'abord sous la forme de la Section d'investigation du C.C. des mi­lices, aujourd'hui sous la forme du Département de la Sécurité dont le militant de la CNT, Fernandez, est le secrétaire géné­ral.

A Madrid, au commencement d'octobre, après la promulgation du décret sur la mi­litarisation, toutes les sections de vigilance des organisations politiques ou syn­dicales ont été soumises au Département de la Sûreté Publique. Ni à Barcelone, ni à Madrid, l'on a publié les listes des mou­chards entretenus par la police politique dans les organisations ouvrières : et cela est significatif,

Les tribunaux ont été rétablis rapi­dement dans leur fonctionnement avec l'aide de l'ancienne magistrature, plus la participation des organisations"antifascistes". Les Tribunaux Populaires de la Catalogne sous leur première version "extrémiste" (décret du ministre du POUM, Nin), partent toujours de la collaboration entre des magistrats professionnels et des représen­tants de tous les partis, mais Nin a innové en supprimant le jury populaire,

A Madrid le pourcentage des magistrats professionnels sera plus élevé qu'a Barce­lone, mais, dès octobre, Caballero lancera des décrets pour simplifier la procédure au cours du jugement des fascistes et il s'élèvera donc à la hauteur d!un Nin,

Une seule institution sera balayée sérieusement en Catalogne : L'Eglise, et puisqu’il ne s'agit pas d'un instrument essentiel de la domination capitaliste, on don­nera l'impression aux masses, d'un boulever­sement général, alors qu'il est très faci­le de reconstruire des églises, de les peu­pler, de nouveaux prêtres, lorsque le régi­me capitaliste subsiste dans ses fondements.

D'ailleurs, si l'on prend un autre fait, l'on saisira immédiatement que là n'est pas le noeud du problème. Les banques et la Banque d'Espagne sont  restées intactes et partout les mesures de précaution furent prises pour empêcher (même par la force des armes) la main mise des masses. Dans l'extrémisme, pour ce qui est de la démolition des Eglises et la passivité devant les ban­ques, l'on retrouve le fil du déroulement des événements, où les masses ont été pous­sées à démolir en marge du système capita­liste, mais non le système lui-même, :.

Examinons maintenant deux genres d'or­ganismes qui se sont constitués en opposi­tion les uns aux autres. Les Conseils d'U­sine et le Conseil de l'Economie de la Ca­talogne.

Lorsque les ouvriers reprirent le tra­vail, là où les patrons avaient fui ou fu­rent fusillés par les masses, se consti­tuèrent des Conseils d'Usine qui furent 1'expression de 1'expropriation de ces entre­prises par les travailleurs. Ici intervin­rent rapidement les syndicats pour établir des normes tendant à admettre une repré­sentation proportionnelle là où se trouvaient des membres de la CNT et de l'UGT. Enfin, bien que la reprise du travail s’ef­fectua avec la demande des ouvriers de voir appliquées la semaine de 36 heures, l'aug­mentation des salaires, les syndicats in­tervinrent pour défendre la nécessité de travailler à plein rendement pour l'orga­nisation de la guerre sans trop respecter une réglementation du travail et des salai­res.

Immédiatement étouffés, les comités d’usine, les comités de contrôle des entre­prises où l'expropriation ne fut pas réa­lisée (en considération du capital étran­ger ou pour d'autres considérations) se transformèrent en des organes devant acti­ver la production et, par là, furent dé­formés dans leur signification de classe. Il ne s'agissait pas d'organismes crées pendant une grève insurrectionnelle pour renverser l'Etat, mais d'organismes orien­tés vers l'organisation de la guerre, con­dition essentielle pour permettre la survivance et le renforcement de cet Etat.

De suite contrôlés par les syndicats mobilisant pour la guerre antifasciste, dès le 11 août, les comités d'usine fu­rent reliés au Conseil de l'Economie qui, d'après le décret officiel fut l'organis­me délibératif pour établir des accords en matière économique entre les diverses or­ganisations représentées (Etat Républicain Catalan, 3 ; Parti Socialiste Unifié ,1 ; CNT, 3 ; FAI, 2 ; POUM, 1; UGT, 3 ; Action Catalane, 1 ; Union Républicaine, 1) et "le gouvernement de la Généralité qui exécutera les accords qui résultent de ses délibérations".

Désormais les ouvriers, au sein des usines qu'ils avaient cru conquérir sans détruire l'Etat capitaliste, deviendront à nouveau les prisonniers de ce dernier et bientôt, en Octobre sous prétexte d'oeuvrer pour la réalisation d'une nouvelle ère, de gagner la guerre, on militarisera les tra­vailleurs des usines. Le Conseil de l'Eco­nomie se proposera, dés sa constitution, d'oeuvrer pour le socialisme en accord avec les partis républicains et la Généra­lité. Ni plus, ni moins. Celui qui réali­sera (sur le papier) ce "premier pas du capitalisme au socialisme", sera Monsieur Nin, qui élaborera les 11 points du Conseil. Fin septembre, c'est le nouveau mi­nistère "ouvrier" de là Généralité qui se­ra alors chargé de faire ce premier pas". Mais, alors, la mystification, la duperie, sera plus évidente.

Le fait le plus intéressant dans ce domaine est le suivant : à l'expropriation des entreprises en Catalogne, à leur coordination effectuée par le Conseil de l'Economie en août, au décret d'octobre du gouvernement donnant les normes pour passer à la "collectivisation", succéde­ront, chaque fois, de nouvelles mesures pour soumettre les prolétaires à une dis­cipline dans les usines, discipline que jamais ils n'auraient toléré de la part des anciens patrons. En Octobre, la CNT lancera ses consignes syndicales où elle interdira les luttes revendicatives de toute espèce et fera de l'augmentation de la production le devoir le plus sacré du prolétaire. A part le fait que nous avons déjà rejeté la duperie Soviétique qui consiste à assassiner physiquement les pro­létaires au nom "de la construction d'un socialisme", que personne ne distingue en­core, nous déclarons ouvertement qu'à no­tre avis, la lutte dans les entreprises ne cesse pas un seul moment tant que sub­siste la domination de l'Etat capitaliste. Certainement, les ouvriers devront faire des sacrifices après la révolution prolétarienne, mais jamais un révolutionnai­re ne pourra prêcher la fin de la lutte revendicative pour arriver au socialisme. Même pas après la révolution, nous n'enlèveront l'arme de la grève aux ouvriers et il va de soi que lorsque le proléta­riat n'a pas le pouvoir - et c'est le cas en Espagne— la militarisation de 1’usine équivaut à la militarisation des usines de n'importe quel Etat capitaliste en guerre.

Pour devenir des armes révolutionnai­res, les conseils d'usine auraient dû permettre aux ouvriers de déverser leur lutte contre l'Etat, mais puisque leurs organisations s'allièrent immédiatement avec la Généralité, cela était impossible, sous peine de se dresser contre la C.N.T, l'UGT, etc. Il est donc vain de bavarder à leur sujet de dualité de pouvoir avec de la Catalogne. Il est évident que ni à Valence, ni à plus forte raison à Ma­drid, nous retrouverons ces formes d'in­terventions ouvrières. Mais la place nous manque pour examiner de plus près les initiatives ouvrières dans ces deux cen­tres.

Avant de reprendre l'analyse des événements, nous voudrions encore dire quelques mots au sujet du problème agrai­re. Certes, dans ce domaine, se sont pro­duites de nombreuses innovations. En Catalogne a été décrétée la "syndicalisation" obligatoire de diverses activités agricoles (vente des produits, achat du matériel agricole, assurances, etc.). D' autre part, il est évident qu'après le 19 juillet, les rabassaires (petits pro­priétaires) se sont déchargés d'une sé­rie de rentes et de redevances, alors que là où les terres appartenaient à des pro­priétaires suspects de sympathie envers le fascisme, l'on est passé à un partage .sous l'égide des comités antifascistes. Mais, dans la suite, le Conseil de l'Eco­nomie d'abord, le Conseil de la Généra­lité d'octobre ensuite, se sont mis au travail pour encadrer ces initiatives et les diriger vers les besoins de l'écono­mie de guerre que l'on mettait en marche.

Le 11° point du programme du Conseil Economique disait déjà, au mois d'août : " collectivisation de la grande propriété" agraire qui sera exploitée par les syndicats de paysans avec l'aide de la Généralité..."(souligné par nous : N.D.L.R.).

Dans la suite, et plus particulièrement en septembre et en octobre, le mot d'ordre de la C.N.T, et des autres organisations fut : "Nous respectons  la petite propri­été paysanne". Paysans, remettez-vous au travail! Enfin, l'on s'élèvera contre la collectivisation forcée et la Conseillerie de l'Agriculture veillera à rassurer les paysans qui seront simplement encadrés dans des mesures générales concernant la vente des produits et l'achat de matériel, alors que l'on mettra clairement en évidence que "la collectivisation de la terre devait se limiter aux grandes propriétés agricoles confisquées". Pour ce qui est de la pro­vince de Valence, ici aussi l'on tendra, après le reflux des événements, à constitu­er plutôt des comités d'exportation des oranges, du riz, des oignons, etc., alors que les terres appartenant à des proprié­taires fascistes seront confisquées par les paysans qui maintiendront un caractère collectif aux exploitations par suite des nécessités mêmes de la culture (problème de l'irrigation).

A Madrid, Uribe, le ministre communis­te de l'Agriculture, lancera un décret au mois d'octobre où il spécifiera "qu'est  autorisée l'expropriation sans indemnisation et en faveur de l'Etat, des propriétés agricoles, quels que soient leur étendue et leur type appartenant, au 18 juillet 1936, aux personnes naturelles ou juridiques qui sont intervenues de manière directe ou indirecte dans le mouvement insurrectionnel contre la République".

Rien d'autres, en substance, que des mesures de guerre, que, dans tout Etat bourgeois, l’on prend contre les "ennemis". La seule différence, c'est que les Uribe et consorts devront tenir compte de l'in­tervention des masses paysannes qui ont été bien plus loin après le 19 juillet que leurs décrets. Mais même en admettant qu'une "révolution agraire" se soit effec­tuée en Espagne, il faudrait prouver que c'est là l'axe de la situation et non le renforcement de l'Etat capitaliste dans les villes qui rend précisément illusoire tout bouleversement profond et durable des rapports économiques et des bases de l'agriculture dans un sens  révolutionnaire. Nous ne pensons pas en finir avec tous ces problèmes par la brève énonciation que nous devons nous borner à effectuer ici. Dans d'autres études, nous les approfon­dirons, documentation à l'appui.

Le massacre des ouvriers

Pendant le mois d'août, la ruée vers les fronts territoriaux se poursuit, au milieu de l’enthousiasme des prolétaires. Nous menaçons Huesca, nous marchons triom­phalement sur Saragosse, notre encercle­ment: de Teruel s'effectue. Tels seront les leitmotivs que les prolétaires enten­dront, répétés par toutes les organisations pendant deux mois. Mais parallèlement, chaque organisation interviendra, pour subs­tituer aux initiatives des ouvriers à 1'arrière-front, les initiatives et décisions prises en commun.

Le 19 août, le POUM interviendra avec un éditorial dont le motif central sera : "Les organes réguliers, créés par la Révolution même, sont les uniques, organes chargés d'administrer la justice révolutionnaire".

A peu près à cette époque, l'Espagne Antifasciste, édition de Barcelone, publie­ra une interview de Companys où celui-ci mettra en évidence que la CNT et la FAI sont aujourd’hui les représentants de l'ordre et que la bourgeoisie catalane n'est pas une bourgeoisie. ... capitaliste mais huma­nitaire, et progressiste. ([3])

Le 22, sous le signe de "Hasta el fin" s'organisera l'expédition vers Majorque où seront jetés dans l'aventure des milliers d'ouvriers catalans dont "une grosse partie devra, par la suite, être évacuée vers Barcelone dans le silence le plus complet de tout le front antifasciste. Cette expérience qui prouvera clairement la volonté de la bourgeoisie "humanitaire" de la Catalogne de jeter les prolétaires dans des massacres militaires trouvera sa répercussion dans une plus grande liaison entre le comité de guerre du C.C. des milices et le département de guerre de la Généralité.

Le 25 l'aggravation de la situation mi­litaire se répercutera dans les rapports entre les diverses organisations. Le POUM s'en fera l'écho en demandant que la cordi­alité des miliciens au front s'exprime aus­si à l'arrière garde. A la CNT, le POUM di­ra que la convergence est complète entre 1'élan révolutionnaire de cette dernière et le sien et que l'unité, d'action des masses doit être maintenue à tout prix.

Mais, dès le 25, la "Solidaritad Obrero" écrira qu'à son dernier plénum la CNT a adopté des accords concluant au désarme­ment de 60 % des miliciens appartenant aux différents partis. Ceux-ci appliqueront eux-mêmes ces mesures sans, quoi la CNT se char­gera bien de les faire adopter par ses pro­pres moyens. Le mot d'ordre central du Plé­num était toutes les armes au front.

La CNT faisait ainsi comprendre que, pour elle, la lutte violente à 1'arrière— dans les villes— était bien terminée et qu'il ne restait plus qu'un front où les ouvriers devaient se battre : le front militaire.

Tous les partis partagèrent cette fa­çon de voir car, le 29, était publié un dé­cret du C.C. des milices : ceux qui possè­dent des armes doivent les remettre immédia­tement ou se rendre au front. Companys put, dès lors, se frotter les mains avec satis­faction.

En même temps se précisera la comédie de la non-intervention. Tous les Etats ca­pitalistes et la Russie soviétique, se mettront d'accord pour faciliter l'envoi d'armes puissantes à Franco et l'expédition de colonnes d'ouvriers étrangers à Companys et Caballero. Tous les Etats veilleront à intervenir en Espagne pour activer le mas­sacre des prolétaires selon l'accord de "non intervention". L'Italie et l'Allema­gne fourniront des armes à Franco, Blum fa­cilitera la formation de "légions étrangè­res prolétariennes" (Solidaridad Obrero) mais surveillera l'envoi d'armes.

Dès cette époque, le POUM, la CNT, con­cevront l'aide du prolétariat international comme une pression sur leurs gouvernements pour obtenir "des avions pour l'Espagne". Ces avions, ces tanks, viendront de la Rus­sie, quand la militarisation sera appliquée et que les ouvriers espagnols seront mis dans l'impossibilité d'échapper au massacre de Franco. Nous examinerons cela plus loin.

Le 1er septembre, Monsieur Nin, lors d'un meeting du POUM, défendra la thèse que "notre révolution est plus profonde que cel­le faite par la Russie en 1917". Peut-être la raison en sera-t-elle qu'en Espagne on appellera les masses à faire la révolution sans jeter par terre l'Etat capitaliste ? Pour lui, l'originalité de la révolution espagnole consistera en ce que la dictatu­re du prolétariat sera exercée par tous les partis et organisations syndicales (y com­pris les partis de la gauche bourgeoise de Monsieur Companys). Mais le premier septem­bre, alors que l'on entrait dans la phase de la chute d’Irun, les journaux de Barce­lone et la "Batalla" en premier lieu, lan­çaient le cri d'allégresse : "la chute de Huesca est imminente". Demain l'on criera : "nous sommes dans les premières rues de Hu­esca", mais les jours et les semaines se passeront sans résultats et, finalement, 1'on chuchotera que le commandant en chef des forces gouvernementales, Villalba, est un traître et que c'est de sa faute..., etc. Le 2, le POUM "approfondira "la révolution en liquidant son organisation syndicale dans l’UGT (Union générale des Travailleurs réformistes) sous prétexte d'in­jecter un vaccin révolutionnaire à cette dernière.

Mais la défaite d’Irun sera bientôt connue avec la trahison d'éléments du Front Populaire. Dans la "Batalla", la "Soli", se déclenchera une campagne contre ceux qui, comme Priéto, voudraient réaliser un compromis avec les fascistes.

Que s'est-il passé à Badajoz, que se passe-t-il à San Sébastian ? Demandera le POUM. Et il répondra lui-même en disant : il faut un gouvernement ouvrier.

La CNT et les Socialo-centristes de Barcelone réagiront à l'aventure de Ma­jorque, à la trahison de Badajoz et d’Irun en déclenchant une forte campagne pour le commandement unique des milices, la centralisation de celles-ci. Mais, à ce moment, l'attention des masses sera reportée vers Huesca, car l'on dira par­tout : "l'encerclement de Huesca est com­plet" et sa chute est imminente.

C'est ici que débute le gouvernement de Caballero qui se présentera avec "un programme constitutionnel" et qui se donnera pour tâche de réaliser le commande­ment unique pour mener la guerre "Hasta el fin". Badajoz, Irun, seront vite oubli­és et lorsque les nationalistes basques remettront San Sébastian aux armées de Franco, l'on constituera un département basque du gouvernement Caballero qui éla­borera un statu juridique pour l'Etat li­bre des pays basques.

Caballero, qui avait tenté d'entraî­ner la CNT dans son ministère, se conten­tera du soutien technique de cette derniè­re et passera à l'organisation de la défai­te de Tolède et de la chute de Madrid.

Avant cela, le POUM avait salué ("Ba­talla" du 11 septembre) le cabinet de Caballero comme un gouvernement progres­sif par rapport à Giral, mais avait décla­ré que, pour être vraiment un gouvernement ouvrier, il aurait dû incorporer tous les partis prolétariens et, en premier lieu, la CNT et la FAI (vraisemblablement aussi le POUM). Pour ces raisons il maintenait, son mot d'ordre d'un gouvernement ouvrier appuyé sur une Assemblée Constituante d'ouvriers et soldats. "Mundo Obrero", 1'organe des centristes madrilènes, qui aura plusieurs ministres dans le gouvernement, lancera l'appel : "tout pour le gouvernement et par le gouvernement".

Le 12,  l'on sera "devant les premières maisons de Huesca".

Mais le 13, l'on n'aura pas pris Huesca et il faudra essayer de normaliser la vie de la Catalogne en prévision d'une longue guerre. La CNT s'adressera aux paysans pour affirmer qu’elle, ne voulait collectiviser que les grands domaines, alors qu'elle respectait la petite propriété : "au travail, paysans", tel sera le mot d'ordre. Le POUM exprimera pudiquement son accord et con­tinuera à se traîner lamentablement derriè­re la CNT à laquelle il jettera régulière­ment des fleurs, d'ailleurs méprisées pu­bliquement par cette dernière.

Le 20 de Madrid, partira une campagne en faveur du rétablissement d'une armée ré­gulière. Ce sont les socialo-centristes qui l’entameront,, Le POUM acceptera le principe d'une armée rouge. La CNT se taira dédai­gneusement et passera à l’organisation du plénum national de ses régionales à Madrid.

Les décisions de ce dernier seront les suivantes : entamer une campagne pour obte­nir le, création d’un Conseil National de Défense, appuyé sur des Conseils régionaux, qui auront à mener la lutte contre le fascisme et la lutte pour la construction des nouvelles bases de l'économie. La composi­tion du Conseil National de Madrid devrait être : cinq représentants de la C.N.T., cinq de l'U,G.T., quatre des partis républicains. La présidence du Conseil reviendrait à Lar­go Caballero, alors qu'Azana resterait à la tête de la République. Son programme comporterait la suppression du volontariat, le commodément unique, etc..

Immédiatement, autour de ces proposi­tions se déclenchèrent de vives polémiques. Mais deux faits essentiels étaient acquis : les anarchistes entreraient dans les minis­tères à la condition d'en changer  les noms : ce qui n'est pas très difficile, dira "Claridad", l'organe de Caballero. Enfin, ils acceptent le principe de la militari­sation, eux qui recommandaient le 2 août aux ouvriers de Barcelone de se refuser à faire les soldats, sinon les miliciens du peuple.

Entre temps, la situation militaire s’ aggrave. Tolède va tomber et l'on est toujours "dans les premières rues de Huesca". La menace sur Madrid se précise.

Le 26 septembre s'ouvre la crise du gouvernement de la Généralité. Le lende­main se constitue le nouveau gouvernement où participent la C.N.T, le POUM et les socialo-centristes. Le programme de ce "gouvernement ouvrier", où les partis de la gauche bourgeoise participent comme expression de la "petite bourgeoisie", comporte le commandement unique, la discipline, la suppression, du volontariat, etc..

Quelques jours après, Monsieur Caballero estime le moment venu pour lancer son fameux décret sur la militarisation des milices et l'application du code mili­taire dans cette nouvelle armée régulière. A Madrid, le décret sera appliqué à par­tir du 10 octobre : dans les régions de la périphérie, où il faudra manoeuvrer plus longtemps parmi le prolétariat, c’est seulement le 20 qu'on l'appliquera. La constitution du nouveau Conseil de la Généralité, le décret de Caballero, arriveront à point pour empêcher le pro­létaire de se poser le problème : que s'est-il passé à Tolède? Pourquoi som­mes-nous toujours dans "les premiers jours de Huesca" ? Pourquoi Oviedo, qui allait être prise par les mineurs peut-elle être dégagée facilement par les secours fascistes ? Pourquoi et pour qui nous faisons-nous massacrer ? Les Caballero, les Companys, les Sandino, les Villalba, le grand Etat-Major républicain, auquel se sont joints les Grossi, les Durruti, les Ascasso, ne sont-ils pas les mêmes qu'en 1931, 1932, 1934, lorsqu'ils ont fait avec nos cadavres un tapis pour l'avène­ment des droites. Pouvons-nous, avec des traîtres à la direction des opérations militaires, connaître autre chose que des défaites et des massacres ?.

Les ouvriers n'ont pas le temps de se poser ces problèmes qui signifieraient l'abandon des fronts territoriaux et le déchaînement de la lutte armée autant contre Caballero que contre Franco. Les prolétaires n'ont pas le temps d'entrevoir ce chemin qui, pourtant, était le seul où ils auraient rencontré une possibilité d'en finir avec le fascisme, car ils en auraient fini avec le capitalisme. Le nouveau Conseil de la Généralité les hap­pe en Catalogne : le décret sur la mili­tarisation de Madrid intervient pour les autres régions avec la menace de sanctions graves.

Les événements vont se pour suivre main­tenant avec rapidité. En Catalogne, un sim­ple décret dissout le Comité Central anti­fasciste (qui conservait un aspect "révo­lutionnaire" aux manoeuvres du capitalis­me), car, dira Garcia Oliver, délégué de la C.N.T, nous sommes tous représentés au Conseil de la Généralité. Tous les Comi­tés antifasciste seront dissous et rempla­cés par les "ayuntamientos" (les municipa­lités traditionnelles). Plus aucune ins­titution du 19 juillet ne survivra et un second décret précisera que toute tentati­ve de reconstituer des organismes en mar­ge des municipalités sera considéré comme acte factieux.

Le 11 octobre, paraîtront les "Consi­gnes syndicales" de la C.N.T : le décret de militarisation et de mobilisation pour la Catalogne. Le même jour, le navire soviétique, "Zanianine", fera escale dans le port de Barcelone pour marquer avec pompe que 1’URSS avait rompu avec la politique de "non-intervention" et volait enfin au secours de ouvriers espagnols.

Les consignes de la C.N.T. visèrent à interdire absolument "pendant que nous sommes en guerre" la présentation de la revendication de nouvelles bases de travail, surtout si elles devaient aggraver la si­tuation économique. Elles affirmaient que dans les productions qui ont une relation directe ou indirecte avec la lutte anti­fasciste, on ne pourra exiger que soient respectées les bases de travail, ni en salaires, ni en temps de travail. Enfin, les ouvriers ne pourront demander d'être payé pour les heures supplémentaires dans les productions utiles à la guerre anti­fasciste et ils devront activer la produc­tion plus qu'avant le 19 juillet.

Ce seront les syndicats, les comités et délégués de fabriques, d'ateliers et de chantiers, avec "le concours des hommes révolutionnaires", qui devront appliquer ces consignes.

La militarisation des milices substitue­ra au lever de prolétaires et de paysans jetés sur les fronts au nom de la guerre pour le "socialisme", l'appel aux classes, puis à toute la population afin d'opposer au fascisme "la Nation armée" "luttant pour la liberté".

Certes, le POUM, la C.N.T., devront ma­noeuvrer pour jeter de la poudre aux yeux des masses et déguiser la militarisation en une nécessité vitale que leur vigilan­ce de classe (?) empêchera de se transfor­mer en un instrument de l’étranglement des ouvriers. Mais le fait essentiel c’est quelle sera appliquée strictement. Dans sa substance, elle nous montrera le capitalisme parvenant à crucifier le pro­létariat sur des fronts où les Caballero et ses alliés "révolutionnaires" prépare­ront minutieusement les catastrophes mi­litaires. Désormais, le massacre des ou­vriers en Espagne prendra la forme d'une guerre essentiellement bourgeoise où, par deux armées régulières : celle de la démocratie et celle du fascisme, les ou­vriers se feront massacrer.

Et c'est le jour même où le décret sur la militarisation est appliqué à Bar­celone qu'y débarquera le "Zanianine", navire soviétique, marquant symboliquement le tournant de la Russie envers l'Espagne. L'URSS interviendra avec ses apports d'ar­mes et de techniciens seulement après que la constitution de l'armée régulière de Caballero aura marqué ouvertement qu'il s'agit bien d'une guerre bourgeoise. N'ou­blions pas qu'au début des événements, la Russie passait à l'assassinat de Zinoviev, Kamenev et de tant d'autres. Maintenant, elle peut passer directement à l'assassi­nat des ouvriers espagnols pour qui ses avions et ses tanks seront un argument de poids dans leur acceptation ou dans l'ac­ceptation de leur incorporation dans une armée bourgeoise, dirigée par des gens habiles dans le massacre des prolétaires.

A Madrid, jusqu'au moment de la cons­titution du nouveau ministère (ou Conseil comme l'appellent les anarchistes), la C.N.T. s'opposait plutôt à la militarisa­tion. Encore dans le "Frente Libertario" (organe des milices confédérales de la C.N.T. à Madrid) du 27 octobre, nous trou­verons cette position : "Milices ou Armée Nationale? Pour nous autres milices popu­laires!" Mais, ici aussi, la position de la C.N.T. découle d'un honteux opportunis­me. Tant qu'elle n'a pas sa part d'activi­té au sein du gouvernement et qu'elle ne pourra pas contrôler les opérations mili­taires, elle manifestera une opposition farouche.

Comme on sait Caballero est parvenu à faire d'une pierre deux coups,  en remani­ant son cabinet huit jours  avant sa fuite pour Valence. Les  anarchistes sont entrés dans le "Conseil" et ainsi ont non seule­ment sanctionne la militarisation et la création d’une Armée Nationale,  mais  aussi toute l'oeuvre de Caballero qui,   après la chute de Tolède, a permis,  sinon faci­lité,  la ruée des fascistes vers Madrid. Pour chaque bain de sang prolétarien, la bourgeoisie fera un pas vers l'extrème-gauche. De Giral à Caballero à Madrid; de Casanovas à Frabegas-Nin en Catalogne; aujourd’hui Garcia   Oliver est ministre et les représentants des jeunesses socia­listes et libertaires de Madrid sont entrés dans la Junte de Défense.

Et c'est à ce rythme que se poursui­vent les événements.  En Catalogne,  sous le drapeau du Conseil Révolutionnaire de la Généralité,  c'est l'alliance des  anar­chistes  avec les socialo centristes en vue d'empêcher les ouvriers de lutter pour leurs revendications de classe et de les maintenir sous la pluie meurtrière des balles et des obus  "hasta el fin". A Madrid,   Caballero part à Valence,  mais  les prolé­taires devront se faire massacrer jusqu'au dernier afin de payer le prix de 1'aberration tragique qui  les pousse à con­fier leur sort à des  agents du capitalisme; et à des  traîtres. Ah! Le général Mola avait bien raison lorsqu’il disait : j’ai cinq colonnes  qui marchent sur Madrid : quatre autour de la ville et une à l'in­térieur. La cinquième colonne, celle de Caballero et consorts, a fait son œuvre et maintenant elle va poursuivre son oeu­vre fraternellement unie, à la CNT et au POUM, dans les autres  régions. Après Madrid c'est au prolétariat de Barcelone, de Va­lence que le capitalisme s'attaquera avec rage.

Nous devons conclure ici notre examen des événements d'Espagne,  bien que nous sentons nettement l'insuffisance de notre analyse de la période que nous qualifions de "massacre des prolétaires". Nous revien­drons sur ce moment dans le prochain numé­ro de "Bilan",  car il nous importe surtout de finir avec l’énonciation brève des po­sitions que notre fraction oppose à la mystification de 1’antifascisme.

Nous nous  adresserons avec véhémence aux prolétaires de tous les pays afin qu’ils n’accréditent pas,  par le sacrifice de leur vie, le massacre des ouvriers en Espagne. Qu'ils refusent de partir dans les colonnes internationales pour l'Espa­gne,  mais qu'ils engagent leur lutte de classe contre leur propre bourgeoisie. Le prolétaire espagnol ne doit pas être main­tenu au front par la présence d'ouvriers étrangers qui lui donnent l'impression qu'il lutte vraiment pour sa cause inter­nationale.

Quant aux prolétaires de la péninsule ibérique, ils n'ont qu'une voie aujourd'hui, celle du 19 juillet : la grève dans toutes les entreprises, de guerre ou non ; du coté de Companys, comme du côté de Franco ; contre les ukases de leurs organisations syndicales et du Front Popul­aire et pour la destruction du régime ca­pitaliste.

Et que les ouvriers ne s'effrayent pas si on leur criera qu'ainsi ils font le jeu du fascisme. Seuls les charlatans,  les traîtres,  pourront prétendre qu'en luttant contre le capitalisme, qui se trouve à Bar­celone comme à Séville, l'on fait le jeu du fascisme. Le prolétariat révolutionnaire doit rester fidèle à son idéal de classe, à ses armes de classe et tout sacrifice qu'il fera dans cette direction,  sera fructifié par les batailles révolutionnaires de demain.

 

La réalité d’un "gouvernement de façade".

Extraits ("Bilan" n° 37, Nov. Dec. 1936)

Combien de fois ne nous l'a-t-on pas dit ? Caballero et Companys ne sont que des façades. En réalité,  les ouvriers ont le pouvoir en mains et ils dissimulent la réalité de crainte d'une intervention étrangère. 4 mois déjà que cette rengaine est servie aux prolétaires avec 1'accompagne­ment de cette autre rengaine qu'il s'agit de répéter le schéma de l'affaire Kornilov. Décidément, la démagogie ne désarme jamais et les milliers de cadavres de travailleurs ne sont pas fait pour lui permettre de réfléchir ou de se réfréner.

Companys n'est qu'une façade, Caballero un simple paravent et cela suffirait pour donner l’échange aux Etats capitalistes. Ces messieurs prennent-ils vraiment les ouvriers pour des imbéciles? Car on a peine à croire que les  anarchistes, le POUM,  les socialo centristes se soient donnés  tant de peine pour faire partie des gouvernements si telle avait la réalité. Depuis le plénum national des régionales de la CNT de sep­tembre,  celle-ci se démenait pour faire partie d'un gouvernement Caballero (baptisé Conseil), alors  que le POUM n'avait de re­pos avant d'obtenir un portefeuille dans le Conseil de la Généralité de Catalogne.

Mais voyons les choses de plus près  en­core. La soi-disant façade de Madrid avait-elle oui ou non la direction des forces mi­litaires de la "démocratie"? N'était-ce pas cet élément  qui déterminait les  anarchistes à demander à corps et à cris leur partici­pation à cette façade ? Drôles de  "révolu­tionnaires" qui disent que la révolution dépend de la guerre et qui donnent la di­rection de la guerre à M Caballero.

Mais lorsqu'on veut vraiment prouver que les gouvernements bourgeois du Front Populaire sont nuls  et sans importance,   il faut tout au moins prouver qu'en dehors d’eux existent des gouvernements véritables. Comme cela est quelque peu difficile on re­court à d'autres  arguments : l'entrée des organisations ouvrières  dans les ministères a modifié l'aspect et la nature de l'Etat. Certes,  une apparence subsiste et elle fait ressembler l'Etat ancien à l'Etat nouveau comme une goutte d'eau à une autre. Mais cela n'est que la façade extérieure. Pas autrement résonnaient les réformistes lors­qu'ils participaient à des gouvernements de la bourgeoisie. Seulement le problème est de savoir qui se modifie : l'Etat bourgeois qui reçoit en son sein des "ministres ouvriers" ou ces derniers qui accèdent à des charges étatiques. Un demi-siècle de réformisme a résolu le problème et c'est Lénine qui a eu raison lorsqu’en Octobre 17 il est resté fidèle aux enseignements de Marx prônant la destruction violente et complète de l'Etat capitaliste.

Si l’on reste sur le terrain concret de l'expérience espagnole, il ne sera pas très difficile de prouver que la façade est la réalité de la situation, alors qu’inversement la soi-disant réalité des anar­chistes et polémistes n'est qu'une grossière façade.

Que voulait la bourgeoisie espagnole ? En finir pour de longues années avec les mouvements ouvriers, mettant obstacle à la constitution d'un pouvoir stable assurant "pacifiquement" son exploitation sur les ouvriers et les paysans. Elle ne pouvait arriver à ses fins qu'aux travers d'un mons­trueux massacre des ouvriers révoltés le 19 juillet, et dans la mesure où ces massacres devenaient une guerre sainte, une croisade anti-fasciste au cours de laquelle les travailleurs auraient cru lutter pour leur révolution.

Une condition essentielle devait être respectée : laisser intact le mécanisme de l'Etat bourgeois et le renforcer par l'ap­port des organisations ouvrières auxquelles étaient dévolus les rôles de propulsion, de Pierre l'Ermite, dans la guerre antifasciste. Bien sûr, l'on a collectivisé les usines expropriées par les ouvriers, l'on a partagé les grandes terres appartenant à des fascistes, mais toujours en confor­mité avec le maintien et le renforcement de l’Etat bourgeois qui peut croître et se développer dans une ambiance où les usines collectivisées sont devenues des usines militarisées où le prolétaire doit produire plus et plus qu'avant le 19 juillet et où il ne peut plus émettre la moindre re­vendication de classe. L'Etat bourgeois vit et se renforcé dans la mesure même où l'on jette une digue militaire pour empêcher les ouvriers de vivre et de se renforcer sur le terrain des luttes so­ciales. " Tous au front ou à l'usine" voilà la situation qui permet aux organi­sations bourgeoises et ouvrières de rem­placer l'activité spécifique du proléta­riat par l'activité spécifique de la bourgeoisie.

Ah! Si la révolution prolétarienne avait grondé en Espagne, les ouvriers auraient vite exigé que la clarté des si­tuations se traduise dans les faits. Comment peut-on agir, appeler les ouvri­ers des autres pays à la rescousse lorsqu'on farde et dissimule ses gestes? En­fin, le passage du pouvoir des mains d'une classe entre celles d'une autre est la chose la moins conformiste et la moins traditionnelle qu'on puisse s'imaginer. Le problème des "façades" ne se pose pas un seul instant car il s'agit de bouleverser de fond en comble l'ancien état de choses et d’y substituer un nouveau.

La réalité est pourtant bien simple. Ceux qui demandent aux ouvriers d’applau­dir la "façade" que seraient Companys et Caballero, sont les mêmes qui pensent que l'on peut faire la révolution pro­létarienne avec la permission de la bour­geoisie démocratique et que l'on peut cons­truire un pouvoir prolétarien en réfor­mant l'Etat bourgeois. Ce sont ces inten­tions que le prolétariat doit considérer et non la réalité : cette vulgaire façade.

Si pourtant les faits ne dégageaient pas souvent de cruelles vérités, tout se­rait excellent : les ouvriers se feraient tuer sur les fronts, la législation éco­nomique et sociale de la "nouvelle socié­té" se développerait petit à petit et Franco progresserait militairement. Mais il y a les faits qui font naître bien des inquiétudes parmi les ouvriers. Ainsi, la bourgeoisie catalane a jeté dernièrement un coup de sonde. Peut-être en proclamant la République indépendante de la Catalo­gne permettrait-on à Franco d'en finir plus vite avec Madrid. Le "complot" a été découvert : les coupables ont été pu­nis (?) et tout est rentré dans l'ordre car les anarchistes ne veulent pas d'une "république médiévale". D'autre part, 1'Avangardia —organe sous l'influence de la Généralité- s'est élevée dans son N° du 2 décembre contre l'indiscipline à 1'arriêre garde. Puisque tous les partis et organisations ouvrières sont représentés dans les gouvernements, ceux qui agissent sans représentation au gouvernement doivent être considérés comme des fascistes. L'Etat "façade", comme on voit ne se porte pas trop mal. La bourgeoisie peut   lancer des coups de sonde parmi le prolétariat et personne ne peut agir en dehors de l'Etat.

Jusqu'au POUM qui se lamente devant son pseudo "gouvernement ouvrier et petit bour­geois". Les ministres socialistes de Valence prétendent qu'un quart d'heure après avoir pris des décisions, leurs services les trans­mettent à Franco. Tout l'appareil ancien de la bourgeoisie est resté sur pied. Et quand les Cortes se réuniront à Valence, la stupé­faction sera générale. La C.N.T. décidera que ses ministres ne participeront pas aux discussions peut-être par décence. Mais elle laissera se jouer la comédie parlementai­re sans souffler mot. Les anarchistes sont de grands hommes d'Etat qui comprennent la politique extérieure de Caballero et qui, pour rien au monde, ne voudraient l'aggra­ver. Le POUM permettra au représentant de son aile gauche de bavarder sur l'Etat bour­geois qui subsiste et sur la nécessité de baser la révolution non sur les Cortes mais sur des comités d'ouvriers, de paysans s1as­semblant en Congrès, Quatre mois après juillet, il devra écrire que la bourgeoisie émet un geste symbolique qui signifie la préservation de la forme et du fond de l'Etat dé­mocratique bourgeois,

La révolution est bien profonde en Espagne. N'étaient-ce les milliers d'ouvriers et paysans qui se font massacrer, l'on serait tenté de repousser seulement du pied, le verbiage des démagogues. Mais il s'agit de lutter et d'appeler les prolétaires de tous les pays à lutter pour aider à sortir le prolétariat ibérique du massacre. Déjà plus personne n'ose nier que l'intervention de plus en plus active de l'Allemagne, de l’Italie et de la Russie, fait des événements espagnols une phase de la guerre impérialis­te. La résistance des républicains autour de Madrid accélère la tension de la situation internationale et clarifie l'aspect réel de la lutte. Seulement, l'intervention des ouvriers de tous les pays engageant la lutte contre leur pro­pre bourgeoisie et l'intervention des ouvri­ers espagnols retournant leurs armes contre le gouvernement de "façade" de Valence, de Barcelone, comme contre Franco déchaînant leurs batailles revendicatrices, jalons d'une attaque générale contre l'Etat capita­liste, peuvent permettre au prolétariat mondial de retrouver le chemin de la révo­lution prolétarienne.

 

L'isolement de notre fraction devant les événements d’Espagne

Extraits ("Bilan" n° 36, OCT. NOV. 36)

A l!heure actuelle, selon l'enseigne­ment des bolcheviks après 1914, nous ten­tons vainement de repérer les rares îlots marxistes qui devant le déchaînement de la guerre en Espagne, la vague mondiale de trahison et de revirement brusque, tien­nent bon et malgré la meute enragée des traîtres d'hier et d'aujourd'hui, conti­nuent à proclamer leur fidélité à l'ac­tion d'indépendance du prolétariat pour la réalisation de son idéal de classe.

Combien sont-ils ? Où sont-ils ? C’est là des problèmes auxquels les faits se chargent de répondre avec un laconis­me sinistre. Il semble que tout a sombré et que nous vivions une lamentable époque de faillite de tout ce qui subsistait comme éléments révolutionnaires.

Notre isolement n'est pas fortuit : il est la conséquence d'une profonde vic­toire du capitalisme mondial qui est par­venu à gangrener jusqu'aux groupes de la gauche communiste dont le porte-parole a été jusqu'à ce jour Trotsky. Nous ne poussons pas la prétention jusqu'à affirmer qu'à l'heure actuelle nous restons le seul groupe dont les positions aient été con­firmées sur tous les points par la marche des événements, mais ce que nous prétendons catégoriquement c'est que, bien ou mal, nos positions ont été une affirma­tion permanente de la nécessité d'une ac­tion indépendante et de classe du prolé­tariat. Et c'est sur ce terrain que s'est précisément vérifiée la faillite de tous les groupes trotskystes et semi-trotskys-tes.

A aucun prix et sous aucun prétexte nous ne voulons nous départir d'un critè­re de principe pour repérer les groupes avec lesquels il faut rechercher un ter­rain de travail commun et avec lesquels il faut constituer un centre de liaisons internationales en vue de jeter les fon­dements programmatiques de cette inter­nationale que la vague réellement révolutionnaire de demain nous permettra de fonder. Ce critère consiste à rejeter im­pitoyablement ceux que les événements eux-mêmes ont liquidé ou qui agissent ouverte­ment sur le terrain de l'ennemi en tenant bien compte que tout accord avec ces ca­tégories d'opportunistes sur le terrain où le prolétariat doit être d'une intransi­geance brutale : le terrain de la forma­tion des partis, peut compromettre pour toujours l'avenir de la classe ouvrière.

Ni en France, ni en Belgique les deux partis trotskystes ne représentent des or­ganismes de la vie et de la lutte du prolétariat. Ici la base programmatique pour le nouveau parti est remplacée par la lut­te entre le clan Naville et le clan Molinier et au moment où se déchaîne en France la vague des batailles grévistes de Juin, le nouveau parti se crée sur un compromis et avec des positions où l'aventurisme et la démagogie deviennent programme (arme­ment des ouvriers, création de milices armées etç.) Après ces événements, c'est la liquidation du clan Molinier et ce seront les événements d'Espagne où -malgré l'avertissement de Trotsky traitant Nin de traître- l'on mar­che à toute peur derrière le POUM.

En Belgique, où le caractère ouvrier des groupes trotskystes est de loin plus accentué qu'en France, sous l'impulsion de Trotsky, c'est la rentrée dans le P.O.B. à laquelle résiste le groupe de Bruxelles, non pour des raisons de principe mais pour des considérations de "tactique" (en France la rentrée était justifiée mais pas en Belgique etc.). Au sein du P.O.B., c'est l'alliance des trotskystes orthodoxes avec 1'ex-gauche du Ministre Spaak, décapitée de son chef et remplacé par Walier Bauge. Les circonstances où l'exclusion de "1'Action Socialiste Révolutionnaire" se si­tue, ne sont pas très brillantes : il s' agit d'une affaire électorale où le P.O.B. décida d'enlever Bauge de la liste de ses candidats à moins que ce dernier veuille n'accepter des conditions qui l'auraient liquidées comme gauchiste. Après des ten­tatives de marchandages la scission eut lieu et après les élections ce fut la cam­pagne pour la création d'un parti socia­liste révolutionnaire qui vient de se fon­der avec le groupe Spartacus de Bruxelles. Au sujet de l'Espagne, c'est la même position qu'en France : L'envoi d'armes en Espagne, la lutte contre la neutralité, l'envoi de jeunes ouvriers sur les champs de bataille d'Espagne, etc .... II est donc évident qu'avec les groupes trotskystes le fossé antérieur a été transformé par les événements de l'Espagne en un gouffre qui est en réalité celui qui existe entre ceux qui luttent pour la révolution com­muniste et ceux qui se sont incorporés des idéologies appartenant au capitalisme.

Mais déjà l'année passée, au Congrès de notre fraction, nous avions exprimé notre inquiétude devant l'isolement de la fraction et avions passé en revue ceux qui auraient pu être sollicités pour un tra­vail commun. Nous avions d'abord rejeté les propositions du groupe américain de la Class Struggle voulant convoquer une Conférence Internationale pour y élaborer, le programme d'une Nouvelle Internationale. Nous y avons opposé la notion plus sérieu­se de la constitution d'un centre de liai­sons avec ces groupes se revendiquant du deuxième Congrès de l'IC ,ayant rompu avec Trotsky et proclamant la nécessité de passer au crible de la critique tout le bagage de la révolution russe.

Notre proposition n'eut pas de suite et nos rapports restèrent ce qu'ils étaient avec tous les autres groupes. En Belgique les rapports avec la Ligue des Communistes Internationalistes restèrent empreints d'un désir mutuel de discussion et de con­frontation et c'est bien là le seul en­droit où notre fraction ait rencontré un désir d'oeuvrer dans une direction progressive. Aujourd'hui encore, c'est au sein de la Ligue que s'élèvent les seules voix internationalistes qui osent se faire entendre dans la débâcle espagnole et c'est pour nous une joie réelle de pouvoir saluer publiquement ces camarades qui restent fidèles aux bases mêmes du marxisme.

La majorité des camarades de la Ligue ([4]) ont des divergences profondes avec notre fraction, mais l'entente, y compris pour un centre de liaison, reste toujours du fait que la Ligue comme notre fraction évolue sur le terrain de classes du pro­létariat et que dans cette direction au­cune rupture ne s'est encore vérifiée dans les documents programmatiques de la Ligue.

En France, il est temps de faire un bilan sommaire de nos tentatives d'arriver à réaliser un accord avec des groupes de militants révolutionnaires.

Si aujourd'hui, se vérifie la faillite de l'Union Communiste ce n'est pas un ha­sard mais le fait que ce groupement a refusé, malgré nos multiples invitations et nos avertissements, à s'engager dans la voie réelle et historique où se forgent les cadres que le prolétariat aura besoin pour fonder, dans les situations de demain son parti de classe. Conglomérat de ten­dances opposées, l'Union n'a jamais vou­lu emprunter la voie de la délimitation idéologique et ses positions politiques n'ont été qu'un éternel compromis entre le trotskysme orthodoxe et des tentati­ves confuses de se dégager des formules de ce dernier. Au moment des événements de juin, l'Union s'est effondrée et une partie de sas membres a rejoint le parti des trotskystes. A cette époque nous som­mes intervenus en France afin de détermi­ner les camarades de l'Union à faire de cette nouvelle scission le signal d'une délimitation programmatique. A ce moment nous avons proposé l'organisation de réu­nions de confrontation entre différents tronçons communistes (y compris l'Union) en insistant pour que chacun d'eux envi­sage d'y apporter sa contribution poli­tique spécifique, justifiant son existence comme groupe indépendant afin de per­mettre aux ouvriers de s'orienter dans le maquis qu'est aujourd'hui le mouve­ment ouvrier en France. Ici aussi, nos tentatives se sont heurtées à l'impos­sibilité pour tous ces groupes de faire le moindre pas et à leur volonté d'ex­primer fidèlement le cours de dégénéres­cence du prolétariat français mais non la réaction de ce dernier. Les événements espagnols ont nettoyés ici également. Ils ont montrés les débris de 1'Union Commu­niste emboîter le pas au POUM et défen­dre plus ou moins les positions des grou­pes trotskystes. Nous ne doutons pas un seul instant qu'au sein de ce qui subsis­te de 1'Union pourraient se trouver des militants qui veulent rester fidèles au marxisme internationaliste. Mais si à la faveur des massacres de la Péninsule Ibé­rique ils n'arrivent point à se dégager de l'ornière et a préparer leur rupture avec le passé et les bases de leur Union, ils seront perdus pour la cause proléta­rienne.

Nous déclarons ouvertement que nous nous sommes trompés sur l'éventualité d’un travail de clarification qui aurait pu être effectué avec 1'UNION Communiste. Ses positions plus ou moins déclarées sur 1'Espagne nous obligeront à maintenir à son sujet la même attitude qu'en vers d' autres groupements que nous rencontrons.

Il ne serait pas inutile de passer en revue ce qui existe en Espagne comme force de classe du prolétariat. A ce su­jet nous refusons d'admettre le POUM au­trement que comme un obstacle contre-révolutionnaire de l'évolution de la cons­cience des travailleurs.

On sait tout d'abord que les trotskystes espagnols refusèrent d'entrer dans le parti socialiste, comme le demandait Trotsky, mais ce fut pour sauter dans le parti opportuniste de Maurin, le Bloc Ouvrier et Paysan. Il convient aussi de reprocher au POUM (résultat de ce mariage politique) son régionalisme catalan qu'il baptise de marxiste au nom du droit d'auto-détermination des peuples. Cela lui a permis d'entrer dans un gouverne­ment d'Union Sacrée en Catalogne sans même se préoccuper de Madrid (tout com­me la CNT d'ailleurs). Enfin, il ne faut pas oublier que le POUM est membre du Bureau de Londres où se trouve l'Indé­pendant Labour Party; qu'il travaille avec la gauche du parti socialiste fran­çais (Pivert, Collinet et cie) : qu'il est en étroite liaison avec les maximalistes italiens de Balabanova et le grou­pe de Brandier qui, tout en restant pour le redressement de la troisième interna­tionale et la défense de 1'URSS, a dé­cidé de donner toute son aide au POUM.

Le POUM ne sait jamais bien dégagé des partis de 1'Esquerra Catalane avec lesquels, au nom du front unique avec la petite bourgeoisie, il a fait toutes les compromissions. Dès le 19 juillet le POUM s'est lié à la Généralité comme les autres organisations de la Catalogne et c'est sans heurts qu'il est passé de sa re­vendication confuse : Assemblée Constitu­ante appuyée sur des Comités d'Ouvriers et de Soldats et pour un gouvernement ou­vrier, à la participation du gouvernement de la Généralité qui n'est pas précisément "ouvrier".

Toutes les tendances du POUM, celle de Gorkin (qui n’est que le continuateur de la politique de Maurin), de Nin, d'Andrade, gravitent autour du même axe politique sans s'opposer fondamentalement dans leurs divergences. Nous ont parti­cipé à 1étranglement de la bataille de classe des prolétaires espagnols par 1'organisation des colonnes militaires et si Andrade s'est différencié dans l'orga­ne du POUM de Madrid par sa phraséologie pseudo-marxiste, en réalité il a soutenu dans ses grandes lignes toute la politi­que de collaboration de classe de la di­rection centrale du POUM. Les trotskystes espagnols ont voulu concrétiser la notion "Léniniste" (?) consistant à entrer dans un parti opportuniste afin de le con­quérir, à des positions révolutionnaires. Le résultat a été la transformation des dirigeants de l'ancienne gauche communis­te en des traîtres avérés à la cause du prolétariat. Ce n'est pas un hasard si M.Nin est aujourd’hui Ministre de la Jus­tice en Catalogne où il appliquera la justice "de classe" sous l'égide de M. Companys. Nin a oublié sa parenthèse "Trotskyste" de la Russie et il est redevenu le bonze de L'I.SR. qu'il était auparavant. Quant à la gauche d'Andrade, ce n'est pas non plus un hasard si elle s'est associée à la campagne militaire du POUM et si elle nous désigne autant que les Nin et Gorkin, comme des contre-révo­lutionnaires qui osent dénoncer la du­perie monstrueuse et criminelle dont les ouvriers espagnols sont les victimes. Le POUM est un terrain où agissent les for­ces de l'ennemi et aucune tendance révo­lutionnaire ne peut se développer en son sein. Le même que les prolétaires qui veulent retrouver leur chemin de classe doivent s'orienter vers un bouleversement radical de la situation en Espagne et op­poser aux fronts territoriaux leurs fronts de classe, de même, les ouvriers espagnols qui veulent oeuvrer pour jeter les bases d'un parti révolutionnaire, doivent tout d'abord briser avec le POUM et opposer au terrain capitaliste où il agit, le terrain de la lutte spécifique du prolétariat. Les Andrade et Cie repré­sentent ceux qui lient les ouvriers plus avancés à la politique contre-révolution­naire du POUM et par là même il s'agit non de les accréditer par des appuis politi­ques, mais il faut les dénoncer avec vi­gueur.

Il n’entre donc nullement dans les in­tentions de notre fraction de réaliser le moindre accord politique avec qui que ce soit du POUM (à ce sujet nous rappelons que la minorité de notre organisation se réclame de positions différentes) ou de considérer la nécessité d'appuyer la soi-disant gauche du POUM. Le fait est que le prolétariat de la péninsule ibérique a en­core à jeter les fondements pour créer les bases d'un noyau marxiste et ce dernier ne se constituera pas par des manoeuvres "ré­volutionnaires" avec les opportunistes, mais en appelant les ouvriers à agir sur des bases de classe, indépendamment de toute influence capitaliste, en dehors et contre les partis agissant pour le comp­te de la bourgeoisie, tels le POUM ou la FAI qui ont réalisé 1!Union Sacrée la plus étroite avec la gauche républicaine et le Front Populaire.

Ainsi, l’on constatera que tant en Es­pagne, que dans les autres pays ne s'effectue pas un effort politique dans une direction historique analogue à celle que les prolétaires italiens ont tracé au cours de plusieurs années de guerre civile con­tre le fascisme et que notre fraction, avec ses forces restreintes, voudrait ex­primer. Nous sommes profondément conscients de 1’impossibilité de bouleverser cette situation internationale, qui n'est que le reflet d'un rapport de force entre les classes défavorables au prolétariat, par des propositions de création d'Internationales ou par des alliances avec des oppor­tunistes du type trotskystes ou poumistes. Si la défense du marxisme révolutionnaire signifie aujourd'hui l'isolement complet, nous devons l'accepter en considérant que nous ne ferons, dans ce cas, qu'exprimer l'isolement terrible du prolétariat, tra­hi par tous et jeté dans l'anéantissement par tous les partis se réclamant de son émancipation. Nous ne dissimulons pas les dangers qui peuvent découler de cette si­tuation pour notre organisation qui sait parfaitement qu'elle ne possède pas le summum de la connaissance marxiste et que les mouvements sociaux de demain en re­mettant les prolétaires sur leur terrain de classe, redonneront seulement sa vé­ritable puissance au marxisme révolutionnaire et aux organismes qui s'en récla­ment, notre fraction y comprise.

 

Brèves leçons "espagnoles"

Il y a quarante ans, .le 19 juillet .36, les prolétaires espagnols, avec leurs poings nus, se jettent en travers le Pronunciamiento des batailles franquistes. Qu'ils furent capables de cet élan, sans mot d'ordre ni directives des organisations de masse révéla de quel farouche instinct de classe ils étaient capables. Ils constitu­ent alors, une force autonome tendant à se défaire des liens idéologiques avec l'Etat. Au soir de ce jour mémorable, la classe ou­vrière créa spontanément ses organes de lutte : la milice Ouvrière englobant en son sein l'ensemble des exploités indépendam­ment des divisions corporatives et syndi­cales et de la différence de maturité po­litique de chaque milicien,, En ce sens el­le constitue la seule conquête et l'arme matérielle du prolétariat lors de ces jour­nées qui virent la centrale CNTiste engager les travailleurs à reprendre le travail sous les hospices de la République "socia­le", celle la même qui précédemment les avait massacrés et équipés de pieds en cap ces mêmes bataillons de "factieux".

Le prolétariat espagnol s'est montré capable de stopper le soulèvement franquis­te mais aussi trop faible pour s'emparer du pouvoir, pour conserver et développer ses propres organes de lutte. Et entre cet­te impuissance et la situation mondiale existe un intime rapport de cause à effet. En 36, les procès de Moscou jettent les dernières pelletées sur le cercueil, de la révolution mondiale. Les salves des pelo­tons qui exterminent le dernier carré de bolchevik sont assourdies par les tintamarres antifascistes.

De quelle Révolution sociale s'agit-il quand le critère international fait complè­tement défaut, quand l'Etat reste debout ? Dans ces conditions c’est répandre le men­songe que d'expliquer l’échec par des réfé­rences à la "trahison" des dirigeants anar­chistes ; à la "non-intervention" de Daladier et de Chamberlain (sic) ou d'accuser le POUM de ne pas avoir été à la hauteur ; seul la lutte ou s’allier avec les fractions de la bourgeoisie. Ici., il prit la seconde voie entraîné par les chefs anarchistes gué­ris, comme par enchantement, de leur phobie de toute "politique". De guerre de classe contre l'ennemi capitaliste, sa propre lut­te se transforma .en conflit mettant aux prises deux fractions de la bourgeoisie : la démocratique et la fasciste. Au lieu de marcher résolu sur le chemin du défaitis­me révolutionnaire, à l'exemple de l'Octo­bre victorieux, il servait de chair à canon aux appétits de Franco ou aux instincts de survie du gouvernement Négrin-Gaballero.

Le militant qui avait avec une petite poignée d'internationalistes, levé le dra­peau du défaitisme révolutionnaire dans la première boucherie mondiale, Trotsky, trou­vait le chemin du parjure. A ses partisans espagnols, il inculqua les idées de la dé­fense de la démocratie, fut-elle pourris­sante, sous couvert que cette dernière con­serve sur le fascisme l'avantage de permet­tre au prolétariat sa liberté de mouvements. Sous la plume des uns et des autres, ce qui revient comme un lancinant leitmotiv c'­est le maintien des forces antifascistes pour assurer la victoire militaire du gou­vernement légal. Reprenant un par un les numéros de "la Batalla", de "Solidaritad Obrera", de""Mundo Obrero" : il est impos­sible de les lire sans une nausée de dégoût. Tous en sont venus à conclure une alliance complète avec la bourgeoisie tous se sont mis à plat ventre devant l'Etat militariste. Le "marxisme" d'Union Sacrée, le POUM, ne rougit pas de caractériser le gouvernement républicain comme expression de la volonté de lutte des masses laborieuses ; les anti-étatistes de la CNT-FAI ne rechignent pas à endosser la livrée de domestiques qui fera d-eux l'alter ego du stalinisme : "D' abord la guerre (impérialiste s'entend) ensuite le pain! ". C'est grâce à eux, si 1'Etat put rassembler entre ses mains crimi­nelles les fils, un moment rompus, de son contrôle sur la classe et ses organes de lutte.

Mais parce qu’à l’époque de la décaden­ce aucune étape intermédiaire ne peut s'intercaler entre la dictature de la bourgeoisie et celle du prolétariat, durant ce dernier se présente un dilemme insolu­ble sur le terrain national : ou poursuivre seul la lutte ou s'allier avec les fractions de. la bourgeoisie. Ici., il prit la seconde voie entraîné par les chefs anarchistes gué­ris, comme par enchantement, de leur phobie de toute "politique". De guerre de classe contre l'ennemi capitaliste, sa propre lut­te se transforma en conflit mettant aux prises deux fractions de la bourgeoisie : la démocratique et la fasciste. Au lieu de marcher résolu sur le chemin du défaitis­me révolutionnaire, à l'exemple de l'Octo­bre victorieux, il servait de chair à canon aux appétits de Franco ou aux instincts de survie du gouvernement Négrin-Caballero.

Le militant qui avait, avec une petite poignée d'internationalistes, levé le dra­peau du défaitisme révolutionnaire dans la première boucherie mondiale, Trotsky, trou­vait le chemin du parjure. A ses partisans espagnols, il inculqua les idées de la dé­fense de la démocratie, fut-elle pourris­sante, sous couvert que cette dernière con­serve sur le fascisme l'avantage de permet­tre au prolétariat sa liberté de mouvement. Sous la plume des uns et des autres, ce qui revient comme un lancinant leitmotiv c'­est le maintien des forces antifascistes pour assurer la victoire militaire du gouvernement légale Reprenant un par un les numéros, de "la Batalla", de "Solidaritad Obrera" de""Mundo Obrero" : il est impos­sible de les lire sans une nausée de dégoût. Tous en sont venus à conclure une alliance complète avec la bourgeoisie, tous se sont mis à plat ventre devant l'Etat militariste. Le "marxisme" d'Union Sacrée, le POUM, ne rougit pas de caractériser le gouvernement républicain comme expression de la volonté de lutte des masses laborieuses, les anti-étatistes de la CNT-FAI ne rechignent pas à endosser la livrée de domestiques qui fera d'eux l'alter ego du stalinisme : "D’abord la guerre (impérialiste s'entend) ensuite le pain"? C'est grâce à eux, si 1'Etat put rassembler entre ses mains criminelles les fils, un moment rompus, de son contrôle sur la classe et ses organes de lutte.

A partir de l'instant le prolétariat se laissa tirer hors de son terrain de classe, le capitalisme trouvait la voie libre menant au massacre. Défendait-il des posi­tions fondamentales pour sa montée révolu­tionnaire ou des conquêtes de carton pâte qu'étaient les réformes agraires et le con­trôle ouvrier sur la production ? Tout nous oblige à affirmer qu'en croyant écraser l’hydre fasciste sous la direction d'un gou­vernement républicain, les prolétaires es­pagnols furent rapidement et plus complète­ment conduits à la défaite. Pendant que, de toutes parts, on courrait sus à la bête fasciste (avait-elle surgie des flans putrides de la bourgeoisie sénile ou du cerveau enfiévré de l'état-major militaire félon?) le capitalisme pouvait célébrer ses noces de sang en dansant la sarabande sur le corps de centaines de milliers de "rouges" et de "hoirs". Franco monta  au pouvoir et se tint à l'écart de la deuxi­ème guerre impérialiste dont 1'Espagne, comme le conflit sino-japonais et les opé­rations militaires italiennes d'Abyssinie ne fut qu'un épisode scellé du sang de la multitude. Faites encore une fois au nom des principes humanistes et démocratiques celles-ci devait transformer toute la pro­duction du temps de paix en production de cadavres humains comme cela ne s'était en­core jamais vu.

La guerre permit, dès que les brigands impérialistes eurent signé l'acte diploma­tique mettant fin aux hostilités, à la bourgeoisie d'entreprendre de relever le monde de ses ruines fumantes. Ce fut au prix de la pire exploitation et d'indicibles privations que l'ordre capitaliste put se remettre de sa terrible blessure, toutes choses que la bourgeoisie présenta comme oeuvre humanitaire. Au nom de l'humanité je fais des ruines, au nom de l'humanité je les reconstruis, ainsi vogue la galère capitaliste jusqu'à ce qu'elle se brise sur l'écueil du prolétariat.

En ce moment même, un nouvel acte de la lutte mondiale du prolétariat contre la société capitaliste se joue sur la scène espagnole, et précipite la marche des évé­nements. Loin de pouvoir signifier cette stabilisation du système, la mort de Franco, qui avait pris appui sur l'église comme point le plus stable pour asseoir sa dicta­ture, a ouvert pour l'Espagne une nouvelle ère d'instabilité.

Ces dernières dizaines d'années de reconstruction avaient apporté de pro­fonds changements dans la structure économique espagnole. Profitant des possibilités offertes par une haute conjoncture, la bourgeoisie espagnole développa et con­centra son appareil productif. De nouveaux centres, des secteurs flambant neuf ont surgi d'un sol fertilisé par la pluie de monnaies fortes que déversaient généreu­sement les nations occidentales. Mais à cette haute conjoncture d'après-guerre a succédé la dépression mondiale des activi­tés industrielles et du courant d'échange commercial. Si l'on désire soutenir l'ac­tivité industrielle, alors il faut obtenir les marchés indispensables. Or, l'économie mondiale ne vit plus aujourd'hui qu'à 1' air vicié du protectionnisme. Pour l'Es­pagne le retournement de situation se concrétise par une chute des commandes.

Malgré le soutien actif qu'apportent, en premier lieu, la puissance américaine et l'Europe des neuf à l'économie espagnole dans l'attente de l'intégrer complète­ment dans la communauté atlantique,  la bourgeoisie s'avère avec Juan Carlos, in­capable d'assumer une transition en dou­ceur vers 1'après-franquisme. Par suite, ce même capitalisme assez infatué de sa personne pour croire que certaines de ses usines allaient éclipser les plus proches rivales, françaises et italiennes, se pré­sente au prolétariat sous la réalité hideuse de la faim, de la baisse des salai­res, de l'insécurité matérielle et de la violence d'Etat. La fausse perspective de l'amélioration continuelle du niveau de vie des travailleurs en régime capitalis­te, la théorie de 1'aplanissement des con­trastes de classes présentés triomphalement par les "dépasseurs" du marxisme, a vécu.

La classe ouvrière dut payer d'un lourd tribut les progrès d'une industria­lisation qui fit enregistrer à l'Espagne des taux de croissance, dans la décennie précédente, supérieurs à 10%, et en outre, se satisfaire de recevoir une part insi­gnifiante de son labeur. Maintenant, elle doit non seulement retrousser ses manches, mais aussi faire sienne la politique de réconciliation nationale.

La vie politique est un marais duqu­el montent les relents pestilentiels de la décadence. Qui pouvait penser que staliniens et monarchistes s'allieraient un jour ? Qui pouvait prévoir que les fiers rebelles anarchistes rentreraient sans vergogne dans les syndicats verticaux pour pouvoir "faire jouer, le corporatisme en faveur des ouvriers" ? Mais l'étonnement n’est pas de mise chez ceux qui ou­vrent les yeux et font parler l'histoire. Toutes les fractions de la bourgeoisie peuvent se rassembler dans une union sa­crée pour sauver leur économe, .elles ne réussiront pas pour autant à contrôler les antagonismes de classe. Ce dont il est question aujourd'hui, c'est l'épuise­ment historique de la bourgeoisie, son impuissance à résoudre un problème la dépassant de plusieurs têtes : la contra­diction toujours plus explosive entre le développement des forces productives et la forme d'organisation sociale.

La classe ouvrière en Espagne n'a pas voulu se laisser mettre à genou et du coup renoncer à sa lutte. Dès avant même la fin "du prodige espagnol", empor­té comme un fétu de paille par le souffle de la crise mondiale, de nombreux foyers d’incendie social se sont allumés dans la plupart des centres économiques du pays. Il était courant de voir cette dé­termination se matérialiser non seulement par l'arrêt de travail, mais aussi par des émeutes de rues, intrépide comme tou­jours, bravant les balles de la Guardia Civil, le prolétariat espagnol s'est lan­cé, vers les années 60, résolument dans la lutte. Ces dernières semaines, des centaines de milliers de grévistes ont marqué d’une empreinte indélébile la vie sociale espagnole. Pour la bourgeoisie, les sacrifices sont difficiles à faire accepter au prolétariat. La grève devait éclater avec un maximum de puissance quand le gouvernement d'Arias Navarro se mit fâcheusement en tête de bloquer les salaires tout en augmentant la durée du travail. A partir de la grève du métro de Madrid, d'anneau en anneau, la chaîne de solidarité de classe s'est forgée au feu de la lutte contre les réquisitions de grévistes et l'intervention de la troupe. Le mouvement, de lui-même, prenait son caractère politique. Les dockers de Barcelone, les électroniciens de la Standard à Madrid, les employés de banque à Valence et Séville n'avaient qu'à se montrer sur leur propre terrain pour causer l'in­somnie du gouvernement et de l'opposition qui aspire à s'y installer avec un minimum de remous sociaux.

Sur cette scène politique qui réfrac­te l'impossible essor du capitalisme dans de violents soubresauts, 1'héroïque pro­létariat espagnol tient le premier plan. De nouveau lui que les "novateurs" et au­tres "dépasseurs" du marxisme tenaient pour une classe non révolutionnaire? Lui que le système  croyait avoir domestiqué avec les miettes de la fameuse prospérité, se bat.

Cette combativité le place à l'avant-garde du mouvement mondial de la classe. Alors que, du fait de son tragique isole­ment au point de vue international dans les années 30, chaque bataille du prolétariat en Espagne devenait une hécatombe, cette fois-ci, il constitue le détachement avancé de l'immense armée prolétarienne qui, aussi bien à l'est qu'à l'ouest,  a relevé la tête. Représentant l'un des en­jeux les plus décisifs pour la lutte de classe dans le monde, la situation en Es­pagne nous permet de comprendre l'ampleur des efforts faits par la bourgeoisie in­ternationale pour dresser les derniers remparts à son ordre.

Le prolétariat a ressurgi sur un ter­rain devant lui permettre d'orienter les événements vers leur issue révolutionnaire. Ce terrain, c'est son indépendance de clas­se, cette issue, c'est la prise du pouvoir politique. De cette capacité à tenir en mains son drapeau arboré depuis ses pre­miers assauts au ciel dépend la possibili­té pour l'humanité toute entière de sortir de l'ornière dans laquelle elle croupit depuis 3/4 de siècle.

Les ennemis et leurs armes

Face aux grèves qui se sont dévelop­pées comme une traînée de poudre, malgré la ferme vigilance des commissions ouvrières à assurer une paisible transition, les formations de gauche usent toute leur sci­ence. Elles essaient de dévier la riposte ouvrière et de faire que celle-ci soit rabaissée à devenir une "force tranquille", tentant de transformer la conscience ou­vrière en vulgaire "opinion publique".

Les staliniens, les sociaux-démocrates, avant la victoire militaire de Fran­co terrorisaient les travailleurs. Donnez-vous corps et âme aux nécessités de la lut­te contre le fascisme et nous vous abat­trons comme des chiens! Et, ils ne se privèrent pas d'utiliser l'appareil d'Etat contre le prolétariat. En Mai 37 la ca­naille stalino-réformiste brisa, par les armes, l'ultime bataille livrée par le prolétariat de Barcelone et des banlieues ouvrières, pour lui ôter jusqu'à l'envie de déclencher la grève dans les secteurs présentés comme conquêtes révolutionnaires. A nouveau, ils viennent demander aux travailleurs de se montrer "responsables" dans le respect des lois. Toute volonté de lutte autonome, toute action indépen­dante de la classe est comme l'intrusion d'un éléphant dans un magasin de porce­laines. La sainte alliance nouée par les vieux chevaux de retour, staliniens, poumistes, socialistes, anarchistes, a pour fonction d'étouffer dans l'oeuf ce qui fait la force du prolétariat.

Chaque mot d'ordre démocratique, chaque revendication transitoire pousse le prolétariat à la soudure avec l'aile gau­che de la bourgeoisie espagnole. Les Gau­chistes jouent le rôle de la mouche et du coche. Les staliniens respecteront-ils le verdict des urnes quel qu'en soit le résultat, les trotskystes le respecteront aussi pour ne pas se couper des masses. Les staliniens feront-ils rentrer les ouvriers dans les usines qu'ils auront désertées pour descendre dans la rue, les trotskystes appèleront à ne pas donner prise à la "réaction" qui n'attend qu'un prétexte pour réprimer. Dans tous les cas, on marque son intention à garantir à la bourgeoisie la paix sociale par l'encadre­ment de masses toujours plus grandes de prolétaires en éveil.

Que le capitalisme ne puisse plus gouverner dans le cadre de l’autoritaris­me franquiste, c'est ce que nous démontrent l'assouplissement de la procédure "sumarisimo" et les amendements apportés à la loi anti-terroriste de l'été 75. La bourgeoisie espagnole doit aller vers le né­cessaire changement politique. L'envelop­pe démocratique dans un pays où 3 décennies et un lustre a régné un autocrate à poigne est toute indiquée pour servir de paratonnerre capable de capter l'électri­cité sociale. Dans ce pays, les sentiments anti-franquistes sont à vif et, les mots d'ordre de "conquête des droits démocra­tiques" revêtent une importance exception­nelle pour dupés la masse ouvrière. On légalisera les partis démocratiques, on convertira la CSN en véritables syndicats représentatifs", pour reculer le plus possible l'affrontement direct avec la classe ouvrière.

Que celle-ci ne s'y trompe pas et : prenne garde de tous ceux qui se servent du miroir aux: alouettes démocratique. L'Etat, quel que soit sa constitution res­tera la machine d'oppression de la clas­se ouvrière. Lorsque celle-ci franchira une nouvelle étape la conduisant à la prise du pouvoir, cet Etat "épuré" fera couler le sang des ouvriers qui auront su retrouver le chemin de l'insurrection armée.

Les sirènes démocratiques font beau­coup de bruit comme s'il s'agissait d'un véritable embarquement pour cette île où pousse en abondance l'arbre à pain. Cette démocratie formelle n'est rien d'autre que la dictature bourgeoise dégui­sée. Plus la coquette est décrépite, plus elle use de fards et de maquillage. Ainsi, des mêmes armes séductrices usent la bourgeoisie en pleine décadence. C'est vrai : comme les Thugs indous, Franco pratique largement le meurtre d'Etat par garrottage. Mais la République espa­gnole que fit-elle pendant son interrègne ?

A chaque dictature, tombât d'elle-même telle un fruit pourri, a correspondu une concentration supérieure des forces de la bourgeoisie pour préparer l'écra­sement physique de la classe ouvrière. De 1931 à 36, le gouvernement de la Répu­blique sociale mitrailla, bombarda, dé­porta dans ses pénitenciers africains des fournées entières d'ouvriers rebelles. Il conserva quasi intégralement l'héri­tage policier et l'appareil judiciaire de la dictature de Primo de Rivera. Très vite, la coalition des républicains et socialistes dans le gouvernement d'Azana donna sa pleine mesure. Les 114 députés socialistes aux Cortès Constituantes couvrirent tous les crimes du cannibalis­me libéral. De cette interminable série d'assassinats légaux perpétrés au nom de la"démocratie" il y a Arnido et il y a Casas Viejas. Plus horrible encore fut, la répression dans les Asturies. Requêtes, regulores et légionnaires du "Tercio" plongèrent les mineurs d’Ovièdo et les travailleurs de Giron dans un bain de sang avec la bénédiction de l'église. C'est cette république qui donna toute licence à sa soldatesque pour porter la terreur sur les cités ouvrières et c'est elle qu'appellent aujourd'hui tout le ramassis de "gauche" et de "gauchistes".

Quinze ans plus tôt, à son premier Congrès, l'I.C. honorant les victimes de la Terreur Blanche avivée par les campagnes de calomnie des sociaux démo­crates contre le pouvoir des Soviets devait déclarer :

"Dans sa lutte pour le maintien de l'ordre capitaliste, la bourgeoisie emploie les méthodes les plus inouïes, devant lesquelles pâlissent toutes les " cruautés du moyen âge, de l'inquisition et de la colonisation."

Héritier au travers des Fractions issues de la Troisième Internationale d'un programme communiste cohérent, le CCI. estime devoir réaffirmer que 1'avènement d'une république espagnole élue au suffrage universel ne créera nullement les conditions constitution­nelles favorables au prolétariat. Au contraire, l'érection de celle-ci ré­sultera du besoin d'opérer la répression à l'abri de règles juridiques et de lois"légales" puisque voulues par la majorité du "Peuple". En tant que planche de salut du capitalisme -mais planche pourrie- il est dans la logi­que que les partis "démocratiques" se présentent avec des paroles endormeuses sur le "compromis nécessaire" et sur "l'unité antifasciste". S’opposer à eux les dénoncer pour ce qu'ils sont des étrangleurs de grèves, des massacreurs de soulèvements ouvriers, voilà une des premières attitudes politiques à adopter.

Le prolétariat en Espagne s'est don­né avec fougue à la Révolution, mais la bourgeoisie, elle, a donné le ban et l'arrière ban de ses avocaillons, de ses journaleux, de ses parlemen­taires et de ses agents autonomistes pour le réduire à l'impuissance.

C'est avec un relief tout parti­culier que les expériences en Espagne contiennent leurs enseignements politi­ques. La tragédie espagnole doit guider le combat d'aujourd'hui et servir d'avertissement au prolétariat mondial. La classe doit s’emparer d'abord du pouvoir politique parce que, à l'in­verse des autres classes révolution­naires du passé, elle ne dispose d'aucune assise économique au sein de la société. Telle est la condition "sine qua non" du procès de sociali­sation des forces productives. Néces­sité vitale de la lutte, les grèves ne sont que le point de départ pour affranchir complètement la classe ouvrière la destruction de l'Etat.

R.C



[1] Syndicats d'employés.

[2] Parti socialiste unifié de Catalogne adhérant à la Troisième internationale.

[3] "...Question : Est-ce que le rôle quotidien prépondérant de la CNT en Catalogne ne serait pas nocif au gouvernement démocratique ?

Réponse de Çompanys : Non. La CNT prit sur elle les devoirs abandonnés par les bourgeois et les fascistes ensuite  elle établit l'ordre et défend la Société. Elle est mainte­nant la Force,.la Légalité, l'Ordre.

Question : Ne craignez vous pas que le prolétariat révolutionnaire ayant écrasé le fas­cisme extermine à son tour la bourgeoisie ?

Réponse : N'oubliez pas que la bourgeoisie catalane diffère de la bourgeoisie de certains pays démocratiques d'Europe. Le capitalisme est mort, entièrement mort. Le soulèvement fasciste était son suicide. Notre gouvernement, bien que bourgeois, ne défend pas des in­térêts, financiers d'aucune sorte ; il défend les classes moyennes. Aujourd'hui nous marchons vers un ordre prolétarien. Nos intérêts en auront peut-être à pâtir quelque peu, mais nous, nous, sommes donnés comme devoir d'être utiles encore dans le processus de la transformation sociale. Nous ne voulons pas donner des privilèges exclusifs aux classes moyennes,. Nous voulons créer le droit démocratique individuel, sans contraintes sociales ou économiques.

(Interview donné le 21 août par Çompanys au "New Chronicle" et reproduit par "LÀ Vanguardia" de Barcelone, organe du gouvernement catalan, "ainsi que par l'Espagne Antifasciste, organe de la CNT-FAI, le 1er septembre.)

[4] Le courant représenté par le camarade Hénnaut, combat énergiquement nos positions mais sans verser dans un interventionnisme du type trotskyste.