L'inhumanité de la bourgeoisie

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Tous les politiques occidentaux se lamentent aujourd’hui sur la répression et la misère qui frappent en Libye, en Tunisie et en Egypte. Ils jurent tous, la main sur le cœur, leur pleine solidarité avec les “souffrances du monde arabe”. Mais leurs actes, réels ceux-là, prouvent leur hypocrisie sans borne et leur totale inhumanité. Face aux milliers d’émigrés qui fuient, en tentant de gagner le territoire européen, toutes les bourgeoisies sont en train de s’organiser pour dresser un rideau de fer infranchissable.

Samedi 25 février, la commissaire européenne, Cecilia Malmström a annoncé : “J’ai le plaisir [sic !] d’annoncer qu’à partir de dimanche 20 février, la mission “Hermes” de Frontex (l’agence de surveillance des frontières européennes) sera officiellement déployée pour aider les autorités italiennes à gérer les flux de migrants en provenance d’Afrique du Nord, et en particulier les arrivées en provenance de Tunisie sur l’île de Lampedusa”. Frontex apportera également un soutien naval et aérien à la surveillance des frontières.
Au total, une dizaine d’Etats, dont la France, se sont dits prêts à participer à cette mission. La France est d’ailleurs un pays “en pointe” pour sa politique d’immigration et pour la défense de l’espace Schengen  (1).

Paris s’est ainsi montré très ferme à l’égard des Tunisiens débarqués sur l’île italienne de Lampedusa, dont beaucoup veulent venir en France : le ministre de l’Intérieur a prévenu qu’ils seront traités comme des immigrés clandestins appelés à être reconduits dans leur pays. Interrogé à l’Assemblée nationale, Brice Hortefeux a rappelé la règle en politique migratoire : “Un étranger en situation irrégulière a vocation à être reconduit dans son pays d’origine, sauf situation humanitaire particulière.” On pense bien qu’avec Hortefeux, cet ami des “Auvergnats”, les situations humanitaires particulières… cela n’existe pas, il n’y a que des tricheurs et des profiteurs. Et pour bien se faire comprendre plus clairement : “Ce n’est l’intérêt ni de la Tunisie, qui l’a parfaitement compris, ni de l’Europe, ni de la France que d’encourager et d’accepter ces migrations clandestines.” Cela ne vaut pas seulement pour les Tunisiens, car le président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration, Dominique Paillé, a affirmé jeudi 24 février que les “clandestins” en provenance de Libye “seront reconduits” eux aussi. Non mais, on ne pourra pas dire que la bourgeoisie française fait deux poids, deux mesures  ! Tous plongés dans la même misère et dans l’horreur capitaliste, pas d’injustice  !

Mulan (26 février)

1) Kadhafi s’était d’ailleurs permis d’épingler Sarkozy publiquement à ce sujet lors de son séjour dans les jardins de l’Elysée, sous sa tente de bédouin. Interrogé sur la question des droits de l’homme en Libye, il avait répondu : “Avant de parler des droits de l’Homme, il faut vérifier que les immigrés bénéficient chez vous de ces droits.”

See also :