Quand un grand bourgeois salue le travail des syndicats !

See also :

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Nous reproduisons ci-dessous, presque intégralement, un court article publié par Les Echos sur son site Internet le 26 décembre1. Il démontre parfaitement dans quel camp sont réellement les syndicats.


Alain Minc salue le rôle des syndicats durant la crise

A quelques jours de la fin de l’année, l’heure des bilans a déjà sonné pour Alain Minc. Ce proche conseiller officieux de Nicolas Sarkozy distribue bons et mauvais points dans une interview publiée hier dans Le Parisien dimanche. Il décerne notamment un satisfecit remarqué aux syndicats : « Je constate que, au printemps, leur sens de l’intérêt général a été impressionnant pour canaliser le mécontentement. L’automne a été d’un calme absolu. Je dis chapeau bas aux syndicats ! » lance Alain Minc. Pour lui, « ils ont cogéré cette crise avec l’Etat. Le patronat, en tant qu’acteur social, a été aux abonnés absents ». Et d’asséner : « S’il y avait un dixième du talent de l’état-major de la CGT au Medef, les choses iraient mieux. »

 

Effectivement, les syndicats, CGT en tête, ont joué un rôle central dans le « calme absolu », du point de vue de la lutte de classe, qui a caractérisé l’année 2009. En fait, pour être plus précis, la cause première de l’absence de luttes importantes ces douze derniers mois est sans aucun doute la brutalité inédite de la crise. Face aux vagues de licenciements, à la hausse spectaculaire du chômage et de la pauvreté, les ouvriers ont été comme paralysés, effrayés. Si la colère est indéniablement très forte dans les rangs de notre classe, elle a été contenue, comme étouffée par un sentiment d’impuissance. Elle ne s’est donc pas concrétisée par le combat. Mais les syndicats ont parfaitement exploité cette désorientation momentanée au profit de leur maître : l’Etat. Ils ont su « enfoncer le clou » de la démoralisation et du déboussolement en égrenant les journées d’action stériles tout au long des mois de 2009. Ces remerciements d’un grand bourgeois comme Alain Minc pour « service rendu » à la bourgeoisie ne sont donc que justice.

Quant à la classe ouvrière, elle doit comprendre qu’elle aura toujours face à elle les syndicats, prêts à saboter la lutte, à la diviser par secteur et par entreprises. Si elle veut rompre ce « calme absolu » si cher à Alain Minc, à la CGT et consorts, la classe ouvrière doit reprendre confiance en elle et en sa capacité à mener et organiser ses propres luttes.

Phaco (28 janvier)

 

1 http://www.lesechos.fr/info/france/020287218950-alain-minc-salue-le-role-des-syndicats-durant-la-crise.htm