Conférence de Genève sur le moyen-orient : LA PAIX EST IMPOSSIBLE DANS LE CAPITALISME

See also :

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Quelque 700 dirigeants, intellectuels et personnalités de tous pays se sont réunis le 1er décembre à Genève, pour lancer officiellement ce qui est dénommé "l'initiative Genève", initiative pour un énième plan de paix israélo-palestinien. La classe ouvrière dans l'ensemble de l'Europe et dans le monde ne devait pas passer à coté de cet évènement présenté comme historique par une grande partie de la bourgeoisie mondiale.


Apportant son soutien à cette initiative, l'ancien président américain J.Carter a déclaré "que celle-ci offre les éléments cruciaux et incontournables d'une paix permanente en Terre-Sainte (...) L'alternative, c'est la poursuite de la violence." Pour Carter, l'erreur principale de la feuille de route est que celle-ci propose une approche étape par étape. Pour lui : "La première étape de la feuille de route a été rejetée en grande partie, car le gouvernement israélien n'a pas tenu compte des timides objections du gouvernement Bush et a continué de coloniser la bande de Gaza et les étendues de la Cisjordanie, et à bâtir une énorme barrière sur le territoire palestinien. L'administration actuelle US a donné invariablement son soutien à Israël, et le bien-être et la souffrance du peuple palestinien ont été ignorés ou relégués au second plan. Sans le rétablissement d'une influence américaine forte et impartiale, les extrémistes israéliens et palestiniens l'emporteront, avec leur opposition à cette initiative de Paix comme à tout autre." Le message est clair : avec de la bonne volonté de la part de tous et un peu de clairvoyance politique, la paix serait possible au Moyen-Orient ! La preuve en est, plusieurs chefs d'Etats et de gouvernement ont envoyé des messages de soutien, dont J.Chirac, l'Egyptien Hosni Moubarak, le roi Mohammed VI du Maroc, le premier ministre britannique Tony Blair ainsi que le président de l'Union européenne, Romano Prodi. La classe ouvrière est appelée à faire confiance à ces messieurs pour obtenir la paix, eux qui, pour défendre l'intérêt de leur impérialisme national, n'ont de cesse, en permanence, de faire couler le sang. Un Chirac peut faire semblant de se draper dans des habits de pacifiste, lui qui est le chef suprême des massacres soutenus ou perpétrés par l'armée française en ce moment même en Côte d'Ivoire. Et que dire de la présence d'un Henry Kissinger, véritable chef d'orchestre de l'administration américaine pendant la sinistre guerre du Vietnam et encore considéré aujourd'hui dans son propre pays comme un véritable boucher. Tout ce beau monde, le cœur sur la main, nous le jure bien fort, la paix est possible au Moyen-Orient. Cette initiative de deux anciens ministres palestinien et israélien est une véritable chance que le monde démocratique doit saisir. C'est en tout cas ce que rabâche, sans relâche, depuis début décembre l'ensemble des médias bourgeois. Télévision, radios, journaux, chacun y va de son couplet d'espoir. Chacun y va de son mensonge. L'ensemble des médias aux ordres de l'Etat bourgeois mène une campagne organisée et orchestrée en direction de la classe ouvrière. Le message à faire entrer dans la tête des prolétaires, au moment même où jamais les guerres impérialistes n'ont été si nombreuses et si violentes à l'échelle de la planète, est clair : " La paix entre Israéliens et Palestiniens est possible, la paix dans la société capitaliste est réalisable. Il suffit pour cela de regrouper toutes les personnes de bonne volonté et de peser sur les Etats capitalistes et les instances internationales. "
Il n'y a pas de paix possible au Moyen-Orient
dans le cadre du capitalisme

Ce type de campagnes idéologiques faisant croire à la paix possible, n'est pas nouveau. L'histoire du capitalisme, le système le plus barbare de tous les temps, est là pour le prouver. Jamais il n'y a eu de paix dans le capitalisme, jamais dans l'histoire il n'y a eu autant de traités d'arrêt des hostilités guerrières signés par des belligérants de toutes nationalités. Encore pire, dans la période actuelle de décadence du capitalisme, de décomposition de la société, les périodes de paix apparente ne sont que des moments de préparation de la généralisation de conflits futurs. La guerre au Moyen-Orient dure depuis maintenant plus de cinquante ans. Des accords, des traités de paix sous le parrainage hypocrite des grandes puissances impérialistes, combien y en a t-il eu ? Qui ne se souvient des accords d'Oslo ou de Camp David ? La réalité dramatique des faits est venue démentir ces discours mystificateurs. A l'image de toutes les guerres impérialistes à l'échelle de la planète, le conflit israélo-palestinien n'a fait, ces dernières années, que s'amplifier, gagner en violence et en atrocité. Quels que soient les discours de certains secteurs de la bourgeoisie internationale, ce conflit ne pourra à l'avenir que s'enliser encore plus fortement dans la guerre permanente. D'ailleurs, il n'a pas fallu longtemps pour s'en rendre compte. Coté palestinien, l'Autorité palestinienne et Yasser Arafat ont soutenu cet accord du bout des lèvres. De leur coté le Hamas et les brigades d'Al Aqsa (branche armée du Fatah) ont fait immédiatement savoir qu'ils rejetaient ce plan de paix. Telle a été également la position affirmée haut et fort du gouvernement israélien d'Ariel Sharon. Quant au grand parrain américain, la manière extrêmement tiède avec laquelle il a reçu cette initiative en dit long sur la réalité de sa politique impérialiste qu'il continuera à soutenir au Moyen-Orient. Quant à l'Allemagne et à la France qui semblent soutenir cette initiative de paix, il leur revient d'avancer masquées au Moyen-Orient. Tout ce qui peut affaiblir la politique américaine et donc israélienne dans cette région est bon à prendre ! Tous ces bandits impérialistes se moquent royalement de la paix.

Seul le prolétariat peut engendrer un monde sans guerre

Il n'y a jamais eu de guerre à cause de la méchanceté des hommes ou de quelques uns comme aime à nous le répéter sans cesse la bourgeoisie. La Deuxième Guerre mondiale ne serait- elle pas due à ce fou d'Hitler ? Et la guerre israélo-palestinienne à l'irresponsabilité de gens comme Sharon ou Arafat ? Ce que veut cacher à tout prix la bourgeoisie aux yeux des ouvriers, c'est que les guerres capitalistes sont des guerres impérialistes qui s'imposent au capitalisme moribond comme à sa classe dominante. Laissé à sa seule logique, le capitalisme en décomposition entraînera inéluctablement toute l'humanité dans la généralisation de la barbarie et des guerres. Masquer la faillite du système capitaliste, faire croire à une paix possible, voilà le ressort caché de cet accord de Genève. Ressortir Lech Walesa, ancien prix Nobel de la paix, montrer sur tous les écrans des embrassades entre israéliens et palestiniens ne sont qu'autant d'images visant à renforcer cette idée dans la tête des prolétaires. Pour la classe ouvrière la réalité à saisir est exactement à l'inverse de ce message mensonger de la bourgeoisie.
Seul le prolétariat, par sa prise du pouvoir à l'échelle mondiale, par le renversement du capitalisme sera capable de mettre fin aux guerres impérialistes. Pour le prolétariat, pour l'humanité, il n'y a qu'une seule alternative possible, opposée à la guerre impérialiste : la guerre de classe.

T.
See also :