Révolution Internationale n° 423 - juin 2011

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Solidarité avec les “Indignés” en Espagne
L’avenir appartient à la classe ouvrière !

Au moment où, dans beaucoup de pays, les médias font, jour après jour, leurs gros titres sur le “séisme” du “scandale DSK”, un autre “séisme”, réel, frappe l’Europe : celui d’un vaste mouvement social en Espagne qui se cristallise, depuis le 15 mai, par l’occupation jour et nuit de la Puerta del Sol (la “Porte du Soleil”) à Madrid par une marée humaine composée essentiellement de jeunes, révoltés par le chômage, les mesures d’austérité du gouvernement Zapatero, la corruption des politiciens... Ce mouvement social s’est répandu comme une traînée de poudre à toutes les villes du pays grâce aux réseaux sociaux (Facebook, Twitter…) : Barcelone, Valence, Grenade, Séville, Malaga, Léon… Mais les informations n’ont pas franchi la barrière des Pyrénées. En France, seuls les réseaux sociaux Internet et certains médias alternatifs ont largement diffusé les images et les vidéos de ce qui se passait en Espagne depuis la mi-mai. Si les médias bourgeois ont fait un tel black-out sur ces événements, en préférant nous intoxiquer avec la “série américaine” de l’affaire DSK, c’est justement parce que ce mouvement constitue une étape très importante dans le développement des luttes sociales et des combats de la classe ouvrière mondiale face à l’impasse du capitalisme.

Les prémices du mouvement

Le mouvement des “Indignés” en Espagne a mûri depuis la grève générale du 29 septembre 2010 contre le projet de réforme des retraites. Cette grève générale s’était soldée par une défaite, tout simplement parce que les syndicats avaient négocié avec le gouvernement et accepté le projet de réforme (les travailleurs actifs de 40-45 ans toucheront, à leur départ à la retraite, une pension inférieure de 20 % à leur pension actuelle). Cette défaite a provoqué un profond sentiment d’amertume au sein de la classe ouvrière. Mais elle a suscité un profond sentiment de colère parmi les jeunes qui s’étaient mobilisés et avaient participé activement au mouvement, notamment en apportant leur solidarité dans les piquets de grève.

Début 2011, la colère commence à gronder dans les universités. En mars, au Portugal, un appel à une manifestation du groupe Jeunes précaires est lancé sur Internet et débouche sur une manifestation regroupant 250 000 personnes à Lisbonne. Cet exemple a eu un effet immédiat dans les universités espagnoles, notamment à Madrid. La grande majorité des étudiants et des jeunes de moins de 30 ans survit avec 600 euros par mois grâce à des petits boulots. C’est dans ce contexte qu’une centaine d’étudiants ont constitué le groupe Jeunes sans avenir (Jovenes sin futuro). Ces étudiants pauvres, issus de la classe ouvrière, se sont regroupés autour du slogan “sans soins, sans toit, sans revenus, sans peur”. Ils ont appelé à une manifestation le 7 avril. Le succès de cette première mobilisation qui a rassemblé environ 5000 personnes, a incité le groupe Jeunes sans avenir à programmer une nouvelle manifestation pour le 15 mai. Entre temps est apparu à Madrid le collectif Democracia Real Ya (Démocratie réelle maintenant !) dont la plate-forme se prononçait aussi contre le chômage et la “dictature des marchés”, mais qui affirmait être “apolitique”, ni de droite ni de gauche. Democracia Real Ya a lancé également des appels à manifester le 15 mai dans d’autres villes. Mais c’est à Madrid que le cortège a connu le plus grand succès avec environ 25 000 manifestants. Un cortège bon enfant qui devait se terminer tranquillement sur la place de la Puerta del Sol.

La colère de la jeunesse “sans futur” gagne l’ensemble de la population

Les manifestations du 15 mai appelées par Democracia Real Ya ont connu un succès spectaculaire : elles exprimaient un mécontentement général, notamment parmi les jeunes confrontés au problème du chômage à la fin de leurs études. Tout aurait dû apparemment s’arrêter là, mais à la fin des manifestations, à Madrid et à Grenade, des incidents provoqués par un petit groupe de “black blocks” sont réprimés par les charges de la police et se sont soldés par plus d’une vingtaine d’arrestations. Les détenus, brutalisés dans les commissariats, se sont regroupés dans un collectif et ont adopté un communiqué dénonçant les violences policières. La diffusion de ce communiqué a suscité immédiatement une réaction d’indignation et de solidarité générale face à la brutalité des forces de l’ordre. Une trentaine de personnes totalement inconnues et inorganisées décident d’occuper la Puerta del Sol à Madrid et d’y établir un campement. Cette initiative a fait immédiatement tâche d’huile et a gagné la sympathie de la population. Le même jour, l’exemple madrilène s’étend à Barcelone, Grenade et Valence. Une nouvelle flambée de répression policière met le feu aux poudres et depuis lors, les rassemblements de plus en plus massifs sur les places centrales se sont étendus à plus de 70 villes du pays et n’ont fait que croître à toute allure.

Dans l’après-midi du mardi 17 mai, les organisateurs du Mouvement du 15 mai avaient prévu des actions silencieuses de protestation ou des mises en scène ludique “défouloir”, mais la foule rassemblée sur les places publiques ne cessait de croître en réclamant à grands cris la tenue d’assemblées. A 20 heures, commencent à se tenir des assemblées à Madrid, Barcelone, Valence et dans d’autres villes. A partir du mercredi 18, ces assemblées prennent la forme d’une véritable avalanche. Les rassemblements se transforment en Assemblées générales ouvertes sur les places publiques.

Face à la répression et dans la perspective des élections municipales et régionales, le collectif Democracia Real Ya lance le débat autour d’un objectif : la “régénération démocratique” de l’État espagnol. Il revendique une réforme de la loi électorale afin d’en finir avec le bipartisme PSOE/Parti Populaire, en réclamant une “vraie démocratie” après 34 ans de “démocratie imparfaite” suite au régime franquiste.

Mais le mouvement des “Indignés” a largement débordé la seule plate-forme revendicative, démocratique et réformiste, du collectif Democracia Real Ya. Il ne s’est pas cantonné à la seule révolte de la jeune “génération perdue des 600 euros”. Dans les manifestations et sur les places occupées à Madrid, comme à Barcelone, Valence, Malaga, Séville, etc., sur les pancartes et banderoles, on pouvait y lire des slogans tels que : “Démocratie sans capital !”, “PSOE et PP, la même merde”, “Construisons un futur sans capitalisme !”, “Si vous ne nous laissez pas rêver, nous ne vous laisserons pas dormir”, “Tout le pouvoir aux Assemblées !”, “Le problème n’est pas la démocratie, le problème, c’est le capitalisme !”, “Sans travail, sans maison, sans peur”, “Ouvriers, réveillez-vous !” “600 euros par mois, voilà où est la violence !”.

A Valence, des femmes criaient : “Ils ont trompés les grands-parents, ils ont encore trompés les fils, il faut que les petits-enfants ne se laissent pas avoir !”.

Les assemblées massives, une “arme chargée de futur”

Face à la démocratie bourgeoise qui réduit la “participation” au fait de “choisir” tous les quatre ans le politicien qui ne tiendra jamais ses promesses électorales et mettra en œuvre les plans d’austérité exigés par l’aggravation inexorable de la crise économique, le mouvement des “Indignés” en Espagne s’est réapproprié spontanément une arme du combat de la classe ouvrière : les Assemblées générales ouvertes. Partout ont surgi des assemblées massives de villes, regroupant des dizaines de milliers de personnes de toutes les générations et de toutes les couches non exploiteuses de la société. Dans ces assemblées, chacun peut prendre la parole, exprimer sa colère, lancer des débats sur différentes questions, faire des propositions. Dans cette atmosphère d’ébullition générale, la parole se libère, tous les aspects de la vie sociale sont passés en revue (politique, culturel, économique…). Les places sont inondées par une gigantesque vague collective d’idées discutées dans un climat de solidarité et de respect mutuel. Dans certaines villes, on installe des “boîtes à idées”, des urnes où chacun peut déposer des idées rédigées sur un bout de papier. Le mouvement s’organise avec une très grande intelligence. Des commissions se mettent en place, notamment pour éviter les débordements et les affrontements avec les forces de l’ordre : la violence y est interdite, l’alcoolisation proscrite avec le mot d’ordre “La revolución no es botellón” (La révolution n’est pas une beuverie). Chaque jour, des équipes de nettoyage sont organisées. Des cantines publiques servent des repas, des garderies pour enfants et des infirmeries sont montées avec des volontaires. Des bibliothèques sont mises en place ainsi qu’une “banque du temps” (où son organisés des enseignements aussi bien scientifiques que culturels, artistiques, politiques, économiques). Des “journées de réflexion” sont planifiées. Chacun apporte ses connaissances et ses compétences.

En apparence, ce torrent de pensées ne semble déboucher sur rien. Il n’y a pas de propositions concrètes, pas de revendications réalistes ou immédiatement réalisables. Mais ce qui apparaît clairement, c’est d’abord et avant tout un énorme ras-le-bol de la misère, des plans d’austérité, de l’ordre social actuel, une volonté collective de briser l’atomisation sociale, de se regrouper pour discuter, réfléchir tous ensemble. Malgré les nombreuses confusions et illusions, dans les bouches comme sur les banderoles et pancartes, le mot “révolution” est réapparu et ne fait plus peur.

Dans les assemblées, les débats ont fait apparaître des questions fondamentales :

– faut-il se limiter à la “régénération démocratique” ? Les problèmes n’ont-ils pas leur origine dans le capitalisme, un système qui ne peut être réformé et doit être détruit de fond en comble ?

– Le mouvement doit-il s’arrêter le 22 mai, après les élections, ou faut-il le poursuivre pour lutter massivement contre les attaques des conditions de vie, le chômage, la précarité, les expulsions ?

– Ne devrait-on pas étendre les assemblées aux lieux de travail, aux quartiers, aux agences pour l’emploi, aux lycées, aux universités ? Doit-on enraciner le mouvement chez les travailleurs qui sont les seuls à avoir la force de mener une lutte généralisée ?

Dans ces débats au sein des assemblées, deux tendances sont apparues très clairement :

– l’une, conservatrice, animée par les couches sociales non prolétariennes semant l’illusion qu’il est possible de réformer le système capitaliste à travers une “révolution démocratique et citoyenne” ;

– l’autre, prolétarienne, mettant en évidence la nécessité d’en finir avec le capitalisme.

Les assemblées qui se sont tenues le dimanche 22 mai, jour des élections, ont décidé de poursuivre le mouvement. De nombreuses interventions ont déclaré : “nous ne sommes pas ici à cause des élections, même si elles ont été le détonateur”. La tendance prolétarienne s’est plus clairement affirmée à travers les propositions d’“aller vers la classe ouvrière” en mettant en avant des revendications contre le chômage, la précarité, les attaques sociales. A la Puerta del Sol, la décision est prise d’organiser des “assemblées populaires” dans les quartiers. On commence à entendre des propositions d’extension vers les lieux de travail, les universités, les agences pour l’emploi. A Malaga, Barcelone et Valence, les assemblées ont posé la question d’organiser une manifestation contre les réductions du salaire social, en proposant une nouvelle grève générale, qui soit “véritable” comme l’a affirmé l’un des orateurs.

C’est surtout à Barcelone, capitale industrielle du pays, que l’Assemblée centrale de la place de Catalogne apparaît comme la plus radicale, la plus animée par la tendance prolétarienne et la plus distante par rapport à l’illusion de la “régénération démocratique”. Ainsi, des ouvriers de la Telefónica, des travailleurs des hôpitaux, des pompiers, des étudiants mobilisés contre les coupes sociales, ont rejoint les assemblées de Barcelone et ont commencé à leur insuffler une tonalité différente. Le 25 mai, l’Assemblée de la place de Catalogne décide de soutenir activement la grève des travailleurs des hôpitaux, tandis que l’Assemblée de la Puerta del Sol à Madrid décide de décentraliser le mouvement en convoquant des “assemblées populaires” dans les quartiers afin de mettre en pratique une “démocratie participative horizontale”. A Valence, les manifestations des chauffeurs de bus ont rejoint une manifestation d’habitants contre les coupes budgétaires dans l’enseignement. A Saragosse, les conducteurs de bus se sont joints aux rassemblements avec le même enthousiasme.

A Barcelone, les “Indignés” décident de maintenir leur campement et de continuer à occuper la place de Catalogne jusqu’au 15 juin.

L’avenir est entre les mains des jeunes générations de la classe ouvrière

Quelle que soit la direction dans lequel va se poursuivre le mouvement, quelle que soit son issue, il est clair que cette révolte initiée par les jeunes générations confrontées au chômage (en Espagne, 45 % de la population des 20-25 ans n’a pas de travail), se rattache pleinement au combat de la classe ouvrière. Sa contribution à la lutte internationale de la classe ouvrière est indiscutable.

C’est un mouvement généralisé qui a impliqué toutes les couches sociales non exploiteuses, notamment toutes les générations de la classe ouvrière. Même si celle-ci a été noyée dans la vague de colère “populaire” et ne s’est pas affirmée de façon autonome à travers des grèves et manifestations massives, en mettant en avant ses propres revendications économiques immédiates. Ce mouvement exprime en réalité une maturation en profondeur de la conscience au sein de la seule classe qui puisse changer le monde en renversant le capitalisme : la classe ouvrière.

Ce mouvement révèle clairement que, face à la faillite de plus en plus évidente du capitalisme, des masses importantes commencent à se lever dans les pays “démocratiques” d’Europe occidentale, ouvrant la voie à la politisation des luttes du prolétariat.

Mais surtout, ce mouvement a révélé que les jeunes, en grande majorité des travailleurs précaires et chômeurs, ont été capables de s’approprier les armes de combat de la classe ouvrière, les assemblées générales massives et ouvertes, qui leur ont permis de développer la solidarité et de prendre eux-mêmes en main leur propre mouvement en dehors des partis politiques et des syndicats.

Le mot d’ordre “Tout le pouvoir aux assemblées !” qui a surgi dans le mouvement, même si de façon encore minoritaire, n’est qu’un remake du vieux mot d’ordre de la Révolution russe “Tout le pouvoir aux conseils ouvriers !” (soviets).

Même si, aujourd’hui, le mot “communisme” fait encore peur (du fait du poids des campagnes déchaînées par la bourgeoisie au lendemain de l’effondrement du bloc de l’Est et des régimes staliniens), le mot “révolution” n’a effrayé personne, bien au contraire.

Ce mouvement n’est nullement une “Spanish Revolution” comme le présente le collectif Democracia Real Ya. Le chômage, la précarité, la vie chère et la dégradation constante des conditions d’existence des masses exploitées ne sont pas une spécificité espagnole ! Le visage sinistre du chômage, notamment le chômage des jeunes, on le voit autant à Madrid qu’au Caire, autant à Londres qu’à Paris, autant à Athènes qu’à Buenos Aires. Nous sommes tous unis dans la même chute dans l’abîme de la décomposition de la société capitaliste. Cet abîme, ce n’est pas seulement celui de la misère et du chômage, mais aussi celui de la multiplication des catastrophes nucléaires, des guerres et d’une dislocation des rapports sociaux accompagnée d’une barbarie morale (comme en témoigne, entre autres, l’augmentation des agressions sexuelles et des violences faites aux femmes dans les pays “civilisés”).

Le mouvement des “Indignés” n’est pas une “révolution”. Il n’est qu’une nouvelle étape dans le développement des luttes sociales et des combats de la classe ouvrière à l’échelle mondiale qui, seuls, peuvent ouvrir une perspective de futur pour cette jeunesse “sans avenir” comme pour l’ensemble de l’humanité.

Ce mouvement (malgré toutes ses confusions et ses illusions sur la “République indépendante de la Puerta del Sol”), révèle que, dans les entrailles de la société bourgeoise, la perspective d’une autre société est en gestation. Le “séisme espagnol” révèle que les nouvelles générations de la classe ouvrière, qui n’ont rien à perdre, sont d’ores et déjà les acteurs de l’histoire. Elles sont en train de creuser les galeries pour d’autres tremblements de terre sociaux qui finiront par ouvrir la voie vers l’émancipation de l’humanité. Grâce à l’utilisation de réseaux sociaux Internet, de la téléphonie mobile et des moyens modernes de communication, ces jeunes générations ont montré leur capacité à briser le black-out de la bourgeoise et de ses médias pour commencer à développer la solidarité au-delà des frontières.

Cette nouvelle génération de la classe ouvrière a émergé sur la scène sociale internationale à partir de 2003, d’abord face à l’intervention militaire en Irak de l’administration Bush (dans de nombreux pays, les jeunes manifestants protestaient contre la “busherie”), puis avec les premières manifestations en France contre la réforme des retraites en 2003. Elle s’est affirmée au printemps 2006 dans ce même pays avec le mouvement massif des étudiants et lycéens contre le CPE. En Grèce, en Italie, au Portugal, en Grande-Bretagne, la jeunesse scolarisée a fait également entendre sa voix face à la seule perspective que le capitalisme est capable de lui offrir : la misère absolue et le chômage.

Le raz de marée de cette nouvelle génération “sans avenir” a frappé récemment la Tunisie et l’Égypte, conduisant à une gigantesque révolte sociale qui a provoqué la chute de Ben Ali et de Moubarak. Mais il ne faut pas oublier que l’élément déterminant qui a obligé la bourgeoisie des principaux pays “démocratiques” (et notamment Barak Obama) à lâcher Ben Ali et Moubarak, ce sont les grèves ouvrières et la menace d’une grève générale face à la répression sanglante des manifestants.

Depuis, la place Tarhir est devenue un emblème, un encouragement à la lutte pour les jeunes générations de la classe ouvrière dans de nombreux pays. C’est sur ce modèle que les “Indignés” en Espagne ont établi leur campement à la Puerta del Sol, ont occupé les places de plus de 70 villes et ont agrégé dans les assemblées toutes les générations et toutes les couches sociales non exploiteuses (à Barcelone, les “Indignés” ont même renommé la place de Catalogne, “Plaza Tahrir”).

Le mouvement des “Indignés” est, en réalité, beaucoup plus profond que la révolte spectaculaire qui s’est cristallisée au Caire sur la place Tahrir.

Ce mouvement a explosé dans le principal pays de la péninsule Ibérique, et qui constitue le pont entre deux continents. Le fait qu’il se déroule dans un Etat “démocratique” d’Europe occidentale (et, de surcroît, dirigé par un gouvernement “socialiste” !), ne peut que contribuer, à terme, à balayer les mystifications démocratiques déployées par les médias depuis la “Révolution de jasmin “ en Tunisie.

De plus, bien que Democracia Real Ya qualifie ce mouvement de “spanish revolution”, aucun drapeau espagnol n’a été exhibé, alors que la place Tahrir était inondée de drapeaux nationaux (1).

Malgré les illusions et confusions qui jalonnent inévitablement ce mouvement initié par les jeunes “Indignés”, ce dernier constitue un maillon très important dans la chaîne des luttes sociales qui explosent aujourd’hui. Avec l’aggravation de la crise mondiale du capitalisme, ces luttes sociales ne peuvent que continuer à converger avec la lutte de classe du prolétariat et contribuer à son développement.

Le courage, la détermination et le sens profond de la solidarité de la jeune génération “sans avenir” révèle qu’un autre monde est possible : le communisme, c’est-à-dire l’unification de la communauté humaine mondiale. Mais pour que ce “vieux rêve” de l’humanité puisse devenir réalité, il faut d’abord que la classe ouvrière, celle qui produit l’essentiel des richesses de la société, retrouve son identité de classe en développant massivement ses combats dans tous les pays contre l’exploitation et contre toutes les attaques du capitalisme.

Le mouvement des “Indignés” a commencé à poser de nouveau la question de la “révolution”. Il appartient au prolétariat mondial de la résoudre et de lui donner une direction de classe dans ses combats futurs vers le renversement du capitalisme. C’est uniquement sur les ruines de ce système d’exploitation basé sur la production de marchandises et le profit que les nouvelles générations pourront édifier une autre société, rendre à l’espèce humaine sa dignité et réaliser une véritable “démocratie” universelle.

Sofiane (27 mai 2011)

 

1) On a même vu, au contraire, apparaître des slogans appelant à une “révolution globale” et à l’“extension” du mouvement au-delà des frontières nationales. Dans toutes les assemblées une “commission internationale” a été créée. Le mouvement des “Indignés” a essaimé dans toutes les grandes villes d’Europe et du continent américain (même à Tokyo, Pnom-Penh et Hanoï, des regroupements de jeunes espagnols expatriés déploient la bannière de Democracia Real Ya !).