Où en est la lutte de classe ? (débat international)

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mailCette prise de position sur la dynamique de la lutte des classes au plan international figure dans le numéro 3 de notre publication en Russie. En faisant connaître les expériences et la signification des luttes ouvrières des différents continents, notre intervention est un encouragement aux prolétaires de cette région du monde, qui subissent fortement le traumatisme de la longue contre-révolution stalinienne et les manifestations les plus délétères de la décomposition de la société capitaliste, à engager la lutte et à joindre leurs forces au mouvement engagé par notre classe au niveau mondial. Elle est en même temps une contribution aux discussions avec les groupes internationalistes de l’ex-URSS, à propos de la phase actuelle de redémarrage des luttes du prolétariat ainsi que des tâches qui découlent de cette situation pour les révolutionnaires.

 Combien de fois au cours de sa longue histoire, les patrons et les gouvernants ont-ils répété à la classe ouvrière qu'elle n'existait plus, que ses luttes pour défendre ses conditions d'existence étaient anachroniques et que son but ultime, renverser le capitalisme et construire le socialisme, était devenu un vestige désuet du passé ? Suite à l'effondrement du bloc de l'Est et des régimes staliniens en 1989, les campagnes assourdissantes de la bourgeoisie sur la "faillite du communisme", la "victoire définitive du capitalisme libéral et démocratique", la "fin de la lutte de classe", voire de la classe ouvrière elle-même, ont provoqué un recul important du prolétariat, tant au niveau de sa conscience que de sa combativité. Ce profond recul a duré plus d’une décennie. Il a marqué toute une génération de travailleurs, engendrant désarroi et même démoralisation.

Au cours des années 1990, la classe ouvrière n'a pas renoncé totalement au combat. La poursuite des attaques capitalistes l'a obligée à mener des luttes de résistance mais ces luttes n'avaient ni l'ampleur, ni la conscience, ni la capacité à se confronter aux syndicats qui étaient celles de la période précédente. Ce n'est qu'à partir de 2003, notamment à travers les grandes mobilisations contre les attaques visant les retraites en France et en Autriche, que le prolétariat a commencé réellement à sortir du recul qui l'avait affecté depuis 1989. Depuis, cette tendance à la reprise des luttes de la classe et du développement de la conscience en son sein ne s'est pas démentie. A nouveau, on peut voir et reconnaître un développement des luttes prolétariennes.

La reprise mondiale de la luttes des classes

Beaucoup de luttes ne sont pas connues ou sont complètement dénaturées. Ainsi, la lutte extrêmement importante des étudiants en France contre le CPE au printemps 2006 a d'abord été ignorée par les médias internationaux pour n'être présentée ensuite que comme une suite des épisodes de violence aveugle qui avaient eu lieu dans les banlieues françaises à l'automne précédent. En d'autres termes, les médias ont cherché à enterrer les leçons ( la solidarité ouvrière et l'auto-organisation) qu'avait apportées ce mouvement.

Durant l'année passée, en gros depuis que le mouvement massif des étudiants français a pris fin avec le retrait du CPE par le gouvernement, la lutte de classe dans les principaux pays capitalistes a cherché à répondre à la pression accélérée sur les salaires et les conditions de travail. Cela a souvent eu lieu à travers des actions sporadiques, dans beaucoup de pays et de différentes industries.

En Espagne, le 18 avril, une manifestation réunissait 40 000 personnes, des ouvriers en provenance de toutes les entreprises de la baie de Cadix, exprimant leur solidarité dans la lutte avec leurs frères de classe licenciés de l’entreprise Delphi. Le premier mai, un mouvement plus ample encore mobilisait des ouvriers en provenance des autres provinces d'Andalousie. Un tel mouvement de solidarité a en réalité été le résultat de la recherche active d'un soutien, à l'initiative des ouvriers de Delphi, de leurs familles et, notamment, de leurs femmes organisées pour la circonstance dans un collectif ayant pour but de gagner la solidarité la plus large possible.

Au même moment, il y a eu des débrayages spontanés en dehors de toute consigne syndicale dans les usines d'Airbus dans plusieurs pays européens pour protester contre le plan d'austérité de la compagnie.

Mais c'est dans les pays périphériques que nous avons assisté dans la période récente à la poursuite d'une remarquable série de luttes ouvrières explosives et étendues malgré le risque d'une répression brutale et sanglante.

Au Chili, les mineurs du cuivre, une des principales activités économiques du pays, se sont mis en grève. Au Pérou au printemps, une grève illimitée à l'échelle nationale des mineurs du charbon a eu lieu - pour la première fois depuis 20 ans. En Argentine, en mai et juin, les employés du métro de Buenos Aires ont tenu des assemblées générales et organisé une lutte contre l'accord sur les salaires concocté par leur propre syndicat. Au Brésil, depuis plusieurs semaines, un mouvement de grèves affectant en particulier la métallurgie, le secteur public et les universités, constitue le plus important mouvement de classe depuis 1986.

Au Moyen-Orient, de plus en plus ravagé par la guerre impérialiste, des grèves dans le secteur public ont eu lieu à l'automne 2006 en Palestine et en Israël sur une question similaire : les salaires non payés et les retraites. Une vague de grèves a touché de nombreux secteurs en Egypte au début de l'année. Dans l'industrie textile surtout, les ouvriers ont déclenché une série de grèves illégales contre la forte baisse des salaires réels et les réductions de primes. En Iran, une série de grèves a eu lieu à Téhéran et dans une vingtaine de grandes villes depuis l'automne dernier.

La prise de conscience de l’impasse du capitalisme

Le développement et l'élargissement des attaques contre la classe ouvrière dans le monde entier constituent l'une des principales raisons pour laquelle la lutte de classe a continué à se développer ces dernières années. La dernière période, principalement depuis l'entrée dans le 21e siècle, a remis à l'ordre du jour l'évidence de la crise économique du capitalisme, dissipant les illusions des années 1990 sur la "reprise" et sur la "révolution des nouvelles technologies". Près de quatre décennies de crise ouverte et d'attaques contre les conditions de vie de la classe ouvrière, notamment la montée du chômage et de la précarité, ont balayé les illusions que "ça pourrait aller mieux demain" : les vieilles générations de prolétaires aussi bien que les nouvelles sont de plus en plus conscientes du fait que "demain sera encore pire qu'aujourd'hui".

Dans l'automobile, aux Etats-Unis, General Motors projette 30 000 licenciements et Ford 10 000 ; en Allemagne, Volkswagen prévoit 10 000 nouveaux licenciements ; en France 5 000 sont prévus à Peugeot. L'avionneur Airbus a d'ores et déjà annoncé la suppression de 10 000 emplois et l'entreprise de télécommunication Alcatel-Lucent, le même nombre.

La situation sociale voit une augmentation de la richesse à un pôle de la société et de la pauvreté à l'autre. Non seulement les secteurs les plus pauvres de la classe ouvrière comme les jeunes, les chômeurs et les retraités sont réduits à une pauvreté abjecte, mais les secteurs un peu plus à l'aise financièrement qui font un travail qualifié et ont accès au crédit, sont de plus en plus affectés. Aux Etats-Unis, qui exhibent les meilleurs taux de profit officiels des pays capitalistes avancés, il y avait, en 2005, 37 millions de personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté, soit 5 millions de plus qu'en 2001 quand l'économie était officiellement en récession. Le salaire des ouvriers américains a chuté de 4% entre 2001 et 2006.

Le boom immobilier, alimenté par des facilités d'accès au crédit, a permis jusqu'à présent de masquer la paupérisation croissante de la classe ouvrière américaine. Les crédits non remboursés et les saisies de logements sont légion. Le marché des emprunts à garantie minimale s'est effondré en même temps que beaucoup d'illusions sur la sécurité et la prospérité des ouvriers.

L'échelle internationale de la reprise de la lutte de classe est étroitement liée au fait que les ouvriers sont fondamentalement confrontés à la même évolution de leurs conditions économiques sur toute la planète. Aussi les tendances à l’œuvre dans les pays développés se reproduisent-elles pour les travailleurs des pays capitalistes périphériques, mais avec une application encore plus brutale et meurtrière de l'austérité croissante.

L'expansion de l'économie chinoise, loin de représenter une nouvelle ouverture du système capitaliste, dépend en grande partie du dénuement de la classe ouvrière chinoise, c'est-à-dire la réduction de ses conditions de vie en dessous du niveau où elle peut se reproduire et continuer à vivre en tant que classe ouvrière. Les compagnies occidentales font une forte pression contre toutes règles qui accroîtraient de façon substantielle les coûts du travail et réduiraient la flexibilité, menaçant de transférer leurs activités hors de Chine.

Mais au-delà de raisons purement économiques, d'autres facteurs poussent la classe ouvrière à réfléchir plus en profondeur sur son identité de classe et ses buts propres. La permanence des affrontements guerriers prend des formes de plus en plus barbares de même que la menace dès à présent sensible de la destruction de l'environnement engendrent la montée, encore sourde et confuse, du sentiment de la nécessité de transformer en profondeur la société. La dernière semaine de juin, celle où Gordon Brown a succédé comme premier ministre à Tony Blair, a été tout à fait caractéristique de la situation : la guerre en Irak a fait de nouvelles victimes dans les forces britanniques, 25 000 maisons ont été endommagées par les inondations à la suite de chutes de pluie sans précédent en Grande-Bretagne, et les employés des postes ont commencé, pour la première fois depuis plus d'une décennie, une série de grèves nationales contre la baisse des salaires réels et les menaces de réduction d'effectifs.

Quelles perspectives ?

Il ne s'agit pas de parler d'une révolution imminente. Les luttes actuelles sont essentiellement défensives et, comparées aux luttes ouvrières qui ont eu lieu de mai 68 en France à 1981 en Pologne et toutes les autres luttes des années 1980, les apparaissent bien moins marquantes et plus limitées. Néanmoins, ces événements ont une signification mondiale ; ils sont indicatifs de la perte de confiance des ouvriers partout dans le monde vis-à-vis des politiques catastrophiques poursuivies par la classe dominante au niveau économique, politique et militaire.

En comparaison avec les décennies précédentes, les enjeux de la situation mondiale sont bien plus grands, l'ampleur des attaques bien plus vaste, les dangers contenus dans la situation mondiale bien plus accrus. L'héroïsme des ouvriers qui aujourd'hui défient le pouvoir de la classe dominante et de l'Etat, est de ce fait bien plus impressionnant, même s'il est plus silencieux. La situation actuelle demande des ouvriers une réflexion allant au-delà du niveau économique et corporatiste Ainsi, même si les luttes économiques de la classe sont pour le moment moins massives que lors de la première vague, elles contiennent, du moins implicitement, une dimension politique bien plus importante. Et cette dimension politique est déjà passée à une manifestation explicite comme le démontre le fait qu'elles incorporent de façon croissante la question de la solidarité, une question de premier ordre puisqu'elle est au cœur de la capacité du prolétariat mondial non seulement de développer ses combats présents mais aussi de renverser le capitalisme.

La grève générale des ouvriers français en mai 68 a mis fin à la longue période de contre-révolution qui a suivi l’échec de la révolution mondiale dans les années 1920. Cette reprise historique s’est manifestée par plusieurs vagues de luttes prolétariennes qui ont pris fin avec la chute du Mur de Berlin en 1989. Aujourd’hui, un nouvel assaut mondial contre le système capitaliste se profile à l’horizon.

CCI, été 2007 (traduit de notre site Internet en langue russe : ru.internationalism.org )

See also :