Le terrorisme, une arme de guerre du capitalisme

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Depuis la fin des années 1980, le terrorisme occupe régulièrement la une de l’actualité internationale. Pour la bourgeoisie des grandes puissances, il est devenu” l’ennemi public numéro un”. Et c’est au nom de la lutte contre la barbarie du terrorisme que les deux principales puissances qui étaient à la tête des blocs de l’Ouest et de l’Est, les États-unis et la Russie, ont déchaîné la guerre en Afghanistan et en Tchétchénie.

 

. Le terrorisme n’est pas une méthode de la classe ouvrière

De façon générale, le terrorisme se définit comme l’action violente de petites minorités en révolte contre la domination écrasante de l’ordre social existant et de son État. Ce n’eut pas un phénomène nouveau dans l’histoire. Ainsi, à la fin du 19e siècle, les populistes russes avaient fait du terrorisme un instrument de premier plan de leur combat contre la domination du tsarisme. Peu après, dans des pays comme la France et l’Espagne par exemple, il avait été repris à leur compte par certains secteurs de l’anarchisme. Tout au long du 20e siècle, le terrorisme a continué à se développer et a notamment accompagné de façon assez fréquente les mouvements d’indépendance nationale, comme on a pu le voir avec l’IRA irlandaise, I’ETA du Pays basque, le FLN pendant la guerre d’Algérie, l’OLP palestinienne, etc. Il a même été utilisé au lendemain de la seconde guerre mondiale par certains secteurs du mouvement sioniste en vue de la constitution de l’État d’Israël (Menahem Begin, un des plus célèbres premiers ministres d’Israël -et signataire des accords de Camp David en 1979- avait été dans sa jeunesse un des fondateurs de l’Irgoun, groupe terroriste juif qui s’était illustré par ses attentats contre les anglais).

Ainsi, le terrorisme, non seulement a pu se présenter (surtout à la fin du 19e et au début du 20e siècle) comme un moyen de la lutte des opprimés contre la domination de l’État, mais il a constitué (principalement au 20e siècle) un instrument de premier choix de certains mouvements nationalistes en vue de la constitution de nouveaux États. Il est clair qu’il ne peut rien exister de commun entre ces dernières formes de terrorisme et la lutte du prolétariat puisque celle-ci, qui est par essence internationaliste, n’a pas pour vocation de participer à la création de ces institutions bourgeoises que sont les États nationaux.

Qu’en est-il cependant de l’utilisation d’actes de terrorisme pour mener le combat contre l’État bourgeois? La question vaut d’être posée puisque, aussi bien certains mouvements anarchistes qui affirmaient lutter pour l’émancipation de la classe ouvrière, que, plus récemment, des groupes se réclamant de la révolution communiste ont revendiqué le terrorisme comme arme du combat de la classe ouvrière et ont pu, de ce fait entraîner derrière eux des groupes d’ouvriers sincères. Ce fut notamment le cas, au cours des années 1970, des Brigades Rouges en Italie.

En réalité ce terrain de la violence et de la lutte armée minoritaire, n’est pas celui de la classe ouvrière. C’est celui de la petite bourgeoisie désespérée, c’est-à-dire d’une classe sans devenir historique qui ne peut jamais s’élever à des actions de masse et qui est l’émanation de volontés individuelles et non de l’action généralisée d’une classe révolutionnaire. En ce sens, le terrorisme ne peut rester que sur un plan individualiste. “Son action n’est plus dirigée contre la société capitaliste et ses institutions, mais seulement contre des individualités (ou des symboles, telles les Tours jumelles, symbole de la puissance économique des États-Unis) représentatives de cette société. Il prend donc inévitablement l’aspect d’un règlement de compte, d’une vengeance, d’une vendetta, de personne à personne et non celui d’un affronte ment révolutionnaire de classe contre classe. D’une façon générale, le terrorisme tourne le dos à la révolution qui ne peut être que l’oeuvre d’une classe déterminée, engageant de larges mas ses dans une lutte ouverte et frontale contre l’ordre existant et pour la transformation sociale”. (Revue Internationale n° 15, “Terrorisme, terreur et violence de classe”).

Ainsi, le prolétariat ne peut jamais développer sa lutte contre le capitalisme à travers les méthodes conspiratives et individualistes propres au terrorisme. Le terrorisme, comme pratique, reflète parfaitement son contenu: quand il n’est pas un instrument de certains secteurs de la bourgeoisie elle-même, il est l’émanation des couches petites-bourgeoises. Il est la pratique stérile des couches sociales impuissantes et sans devenir.

· Le terrorisme: instrument de manipulation de l’État bourgeois

De tous temps la classe dominante a utilisé le terrorisme comme instrument de manipulation, aussi bien contre la classe ouvrière que dans ses propres règlements de comptes internes.

Du fait que le terrorisme est une action qui se prépare dans l’ombre de la petite conspiration, il offre ainsi “un terrain de prédilection aux manigances des agents de la police et de l’État et en général à toutes sortes de manipulations et d’intrigues les plus insolites”. (Revue Internationale n° 15).

Déjà au siècle dernier, les actions terroristes des anarchistes avaient été utilisées par la bourgeoisie pour renforcer sa terreur d’État contre la classe ouvrière. On peut rappeler par exemple les “lois scélérates” votées par la bourgeoisie française suite à l’attentat terroriste de l’anarchiste Auguste Vaillant qui, le 9 décembre 893, avait lancé une bombe dans l’hémicycle de la Chambre des Députés, faisant une quarantaine de blessés. Cet attentat avait été manipulé par l’État lui-même. En effet, Vaillant avait été contacté par un agent du Ministère de l’Intérieur qui, s’étant fait passer pour un anarchiste, lui avait prêté de l’argent et expliqué comment fabriquer une bombe artisanale (avec une marmite et des clous) à la fois fracassante et pas trop meurtrière[1]. Dans la mesure où l’aile gauche de la bourgeoisie (notamment les radicaux) aiguillonnée par le groupe socialiste, représenté au Parle ment et dirigé par Jaurès, se serait inévitablement opposé aux restrictions du droit d’association, les secteurs les plus réactionnaires de la bourgeoisie devaient contourner, avec un incroyable machiavélisme, les règles de la démocratie parlementaire pour faire adopter des mesures contre la classe ouvrière. L’attentat d’Auguste Vaillant avait ainsi servi de prétexte à la classe dominante pour faire voter immédiatement des mesures d’exception contre les socialistes réprimant la liberté d’association et de la presse.

De même, dans les années 1970, les gigantesques campagnes anti-terroristes orchestrées par la bourgeoisie suite aux affaires Schleyer en Allemagne et Aldo Moro en Italie ont servi de prétexte à l’État pour renforcer son appareil de contrôle et de répression contre la classe ouvrière.

Il a été démontré par la suite que la bande à Baader et les Brigades Rouges avaient été infiltrées respectivement par les services secrets de l’Allemagne de l’Est, la Stasi, et les services secrets de l’État italien. Ces groupuscules terroristes n’étaient en réalité rien d’autre que les instruments des rivalités entre cliques bourgeoises.

L’enlèvement d’Aldo Moro par un commando d’une efficacité militaire et son assassinat le 9 mai 1978 (après que le gouvernement italien ait refusé de négocier sa libération) n’étaient pas l’oeuvre de quelques terroristes illuminés. Derrière l’action des Brigades Rouges, il y avait des enjeux politiques impliquant non seulement l’État italien lui-même mais aussi les grandes puissances. En effet, Aldo Moro représentait une fraction de la bourgeoisie italienne favorable à l’entrée du PC dans la majorité gouvernementale, option à la quelle s’étaient fermement opposés les États-Unis. Les Brigades Rouges partageaient cette opposition à la politique du “compromis historique” entre la Démocratie Chrétienne et le PC défendue par Aldo Moro et faisaient ainsi ouvertement le jeu de l’État américain. Par ailleurs, le fait que les Brigades Rouges aient été directement infiltrées par le réseau Gladio (une création de l’OTAN qui avait pour mission de constituer des réseaux de résistance au cas où l’URSS envahirait l’Europe de l’Ouest) révèle que dès la fin des années 1970, le terrorisme a commencé à devenir un instrument de manipulation dans les conflits impérialistes.

· Le terrorisme: une arme de la guerre impérialiste

Au cours des années 1980, la multiplication des attentats terroristes (comme ceux de 1986 à Paris) exécutés par des groupuscules fanatiques, mais qui étaient commandités par l’Iran, ont fait apparaître un phénomène nouveau dans l’histoire. Ce ne sont plus, comme au début du 20e siècle, des actions armées menées par des groupes minoritaires, visant à la constitution ou à l’indépendance nationale d’un État, mais ce sont des États eux-mêmes qui prennent en charge et utilisent le terrorisme comme arme de la guerre entre États.

Le fait que le terrorisme soit devenu un instrument de l’État en vue de mener la guerre marque un changement qualitatif dans l’évolution de l’impérialisme.

Dans la dernière période, on a pu constater que ce sont les deux principales puissances, les États-Unis et la Russie, qui ont utilisé le terrorisme comme moyen de manipulation pour justifier leurs interventions militaires. Ainsi, les médias eux-mêmes ont révélé que les attentats à Moscou de l’été 1999 avaient été perpétrés avec des explosifs fabriqués par des militaires et que Poutine, le chef du FSB (ex-KGB) à l’époque, en était probablement le commanditaire. Ces attentats étaient un prétexte pour justifier l’invasion de la Tchétchénie par les troupes russes.

De même, et comme nous l’avons amplement analysé dans notre presse, l’attentat du 11 septembre contre les Tours jumelles à New York, a servi de prétexte à la bourgeoisie américaine pour larguer ses bombes sur l’Afghanistan au nom de la lutte contre le terrorisme et contre les “États voyous”.

Même si l’État américain n’a pas directement commandité cet attentat, il est inconcevable d’imaginer que les services secrets de la première puissance mondiale aient été pris par sur prise, comme n’importe quelle république bananière du tiers-monde.

De toute évidence l’État américain a laissé faire, quitte à sacrifier ses Twin Towers et près de 3000 vies humaines. C’était le prix que l’impérialisme américain était prêt à payer pour pouvoir réaffirmer son leadership mondial en déclenchant l’opération “Justice illimitée” en Afghanistan. Cette politique délibérée de la bourgeoisie américaine consistant à laisser faire pour justifier son intervention militaire n’est pas nouvelle.

Elle avait déjà été utilisée en décembre 1941 lors de l’attaque japonaise à Pearl Harbor[2] pour justifier l’entrée des États-Unis dans la seconde guerre mondiale et, plus récemment, lors de l’invasion du Koweït par les troupes de Saddam Hussein en août 1990[3] pour déchaîner la guerre du Golfe sous la houlette de l’oncle Sam.

Mais cette politique du “laisser faire” ne consiste plus, comme en 1941 ou en 1990, à laisser l’ennemi attaquer le premier selon les lois classiques de la guerre entre États.

Ce n’est plus la guerre entre États rivaux, avec ses propres règles, ses drapeaux, ses préparatifs, ses troupes, ses champs de bataille et ses armements, qui servent de prétexte à l’intervention massive des grandes puissances.

Ce sont les attaques terroristes aveugles, avec leurs commandos de kamikazes fanatisés, frappant directement les populations civiles qui sont utilisées par les grandes puissances pour justifier le déchaînement de la barbarie impérialiste.

L’utilisation et la manipulation du terrorisme ne sont plus seulement le lot de petits États, tels la Libye, l’Iran ou d’autres du Moyen-Orient. En balayant les règles classiques de la guerre, en devenant le lot commun de toutes les nations, petites ou grandes, le terrorisme comme moyen de la guerre entre États est devenu l’une des manifestations les plus criantes du pourrissement sur pied du système capitaliste.

· Le terrorisme, une expression de la décomposition du capitalisme

Aujourd’hui, le terrorisme est inséparable de l’impérialisme. Cette forme que prend désormais la guerre impérialiste est le résultat du déchaînement du chaos mondial dans lequel est entré le capitalisme depuis l’effondrement du bloc de l’Est et la dislocation du bloc occidental. Cet événement, comme nous l’avons mis en évidence, a marqué de façon spectaculaire l’entrée du capitalisme dans la phase ultime de sa décadence, celle de la décomposition[4].

Depuis que nous avons développé cette analyse au milieu des années 1980[5] (5), ce phénomène n’a fait que s’amplifier. C’est bien ce que traduit le développe ment et l’utilisation, sans précédent dans l’histoire, du terrorisme à l’échelle planétaire.

Le fait même que “l’arme du pauvre” qu’est le terrorisme soit désormais utilisée par les grandes puissances dans la défense de leurs intérêts impérialistes sur l’échiquier mondial est particulièrement significatif de l’enfoncement de la société dans la décomposition capitaliste.

Jusqu’à présent la classe dominante était parvenue à repousser à la périphérie du capitalisme les manifestations les plus caricaturales de la décadence de son système et de sa crise. Il en avait été ainsi des manifestations les plus brutales de la crise économique du capitalisme qui avaient d’abord affecté les pays de la périphérie. En même temps que revient en force cette crise insoluble, touchant de plein fouet le coeur même du capitalisme, les formes les plus barbares de la guerre impérialiste font maintenant leur apparition dans les grandes métropoles comme New York ou Moscou.

Par ailleurs, cette nouvelle expression de la guerre impérialiste révèle la dynamique suicidaire de la société bourgeoisie en pleine putréfaction. En effet, l’utilisation du terrorisme comme arme de la guerre s’accompagne de l’acceptation de sacrifices. Il en est ainsi non seule ment des kamikazes dont le sacrifice de leur vie est à l’image d’un monde qui se suicide, mais également de la classe dominante des États frappés par les attaques terroristes, telle la bourgeoisie américaine. La diffusion sur tous les écrans du monde des images hallucinantes des Tours jumelles s’écroulant comme des châteaux de cartes ne nous ont-elles pas renvoyé la vision d’un monde en pleine apocalypse ? En laissant faire les attentats du 11 septembre, la première puissance mondiale a délibérément décidé de sacrifier les Tours jumelles, symbole de sa suprématie économique. Elle a délibérément sacrifié près de 3000 citoyens américains sur son propre territoire national. En ce sens, les morts de New York ont non seulement été massacrés par la barbarie d’Al Qaida, mais ils l’ont été avec la froide et cynique complicité de l’État américain lui-même. Au-delà des vies humaines dont la bourgeoisie se moque éperdument, c’est encore sur le plan économique que se mesure surtout le sacrifice que l’État américain était disposé à faire pour justifier sa gigantesque démonstration de force en Afghanistan. Pour cela, l’oncle Sam était prêt à payer (et surtout à faire payer à la classe ouvrière) le prix de la reconstruction du Word Trade Center et de toute la désorganisation économique et sociale occasionnée par l’effondrement des Tours jumelles. L’utilisation du terrorisme comme arme de la guerre impérialiste, dans la période historique actuelle de décomposition du capitalisme, révèle que tous les États sont des “États voyous” dirigés par des gangsters impérialistes. La seule différence qui distingue les grands caïds, tel le parrain américain, et les petits malfrats poseurs de bombes, réside dans les moyens de destruction dont ils disposent pour déchaîner la guerre.

A New York, à Moscou, en Afghanistan, en Irak, au Moyen-Orient, à Bali, ce sont les populations civiles qui sont aujourd’hui terrorisées par la folie meurtrière du capitalisme.

Cette situation constitue un appel à la responsabilité du prolétariat mondial. Celui-ci est la seule force de la société capable, par sa lutte révolutionnaire pour le renversement du capitalisme, de mettre fin à la guerre, aux massacres, et à la terreur capitaliste sous toutes ses formes.

Louise

[1] Voir Bernard Thomas, “Les provocations policières” (chapitre IV), Éditions Fayard, 1972.

[2] Voir la Revue Internationale n° 108, Pearl Harbor 1941, les Twin Towers 2001, le machiavélisme de la bourgeoisie.

[3] Voir notre brochure sur “La guerre du Golfe”.

[4] Voir notre brochure sur “L’effondrement du stalinisme”.

[5] Voir la Revue Internationale n° 57, “La décomposition du capitalisme” et n°62 et 107 “La décomposition, phase ultime de la décadence du capitalisme.

See also :