I - Pourquoi cette brochure

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail


 L'année 88 s'est terminée sur une flambée massive de colère et de combativité qui s'est exprimée en particulier parmi les ouvriers du secteur public. Aujourd'hui encore la lutte dans les hôpitaux, notamment celle des infirmières, est dans toutes les mémoires, et c'est en effet, une importante expérience que vient de faire la classe ouvrière en France.

La nécessité d'en tirer des leçons pour les luttes à venir est primordiale. C'est une réflexion qui doit se mener aujourd'hui au sein de la classe ouvrière avec détermination, profondeur, lucidité, avec un esprit critique sans concessions.

Cet état d'esprit, cette démarche, elle en a d'autant plus besoin que la bourgeoisie fait tout pour miner, empoisonner sa réflexion.

A entendre toutes les fractions de la bourgeoisie, en particulier la gauche et les gauchistes, il faudrait retenir des luttes de l'automne 88 que :

  • les infirmières ont été victorieuses puisqu'elles ont obtenu quelque chose,
  • leur lutte a fait preuve d'une grande force parce qu'elles sont restées entre elles, parce qu'elles se sont battues essentiellement sur des revendications qui ne concernaient qu'elles, et surtout parce qu'elles se sont dotées d'organes de lutte efficaces, hors des syndicats : les coordinations.

Ces leçons que tire la bourgeoisie n'ont rien à voir avec la réalité :

1) S'il faut parler de victoire, c'est plutôt de celle de la bourgeoisie.

D'abord, parce que les augmentations de salaires obtenues par les infirmières sont loin de rattraper les pertes accumulées durant des années et la baisse réelle de leur niveau de vie. Parce que le gouvernement n'a rien cédé en réalité (depuis sa mise en place le gouvernement Rocard avait prévu ces augmentations dans son budget normal) d'autant qu'il a réussi à mettre au placard les autres revendications aussi importantes que les salaires (effectifs, cadences...). Mais surtout, parce que les autres secteurs en lutte se sont battus pour rien.
Ainsi la bourgeoisie a réussi le tour de force de faire passer le gouvernement Rocard comme un gouvernement de "dialogue" (la presse bourgeoise appelle cela "la méthode Rocard"), "compréhensif', "conciliant", sans avoir fondamentalement rien cédé.
2) Quant à la "force" des infirmières, c'est en fait de leur principale faiblesse que la bourgeoisie cherche à faire l'apologie : le corporatisme le plus étroit. Que ce soit à travers la dynamique vers l'isolement donnée à leur lutte qui les amenait à s'enfermer dans leur "tour d'ivoire", ou à travers la mise en avant de revendications les plus spécifiques à leur corporation (voire même à chacune des catégories), les plus bassement élitistes pour certaines (Bac + 3) au détriment des revendications qui concernent la plus grande majorité des travailleurs. Même la revendication des "2000 F pour tous" est unificatrice en apparence et démagogique en réalité.

Pour ce qui est des coordinations qui auraient été une arme efficace pour les infirmières, rien n'est plus faux et mensonger :

  • les coordinations, en particulier "la coordination infirmière", ont joué le rôle de "cheval de Troie" de la bourgeoisie dans la lutte pour faire le même  sale boulot de sabotage (division, enfermement corporatiste et dispersion du mouvement) que celui que font habituellement les syndicats traditionnels;
  • de plus, elles ont dépossédé les travailleurs de leur lutte, comme le font les syndicats classiques, tout en leur donnant l'illusion qu'ils la prenaient réellement en charge.
Cette "force" que la gauche et les gauchistes célèbrent aujourd'hui tourne le dos en fait à la véritable lutte de classe, massive, unie, seule capable de faire plier la bourgeoisie.

En fait, ce dont les ouvriers doivent se convaincre aujourd'hui, c'est que le sabotage de ce mouvement de lutte n'a pas concerné que les infirmières ou les hospitaliers, mais bien l'ensemble de la classe ouvrière. Ce qu'ils doivent comprendre, c'est qu'ils ont subi une gigantesque manœuvre, préparée de longue date par le PS, les syndicats qui lui sont proches et les gauchistes de Lutte Ouvrière et de la Ligue Communiste Révolutionnaire, dont le but était, à travers la lutte des infirmières, par son déclenchement prématuré, et son contrôle par les coordinations, d'entamer un travail de dispersion de la combativité montante dans toute la classe ouvrière. C'est ce que les coordinations et tous les syndicats (CGT en tête) ont réussi à faire et à développer durant tout l'automne 88, non seulement dans les hôpitaux, mais surtout dans la fonction publique (PTT, RATP) à Paris comme en province.

Il y a là une leçon fondamentale que la classe ouvrière doit tirer et faire sienne pour ses prochaines luttes : la bourgeoisie, ne pouvant éviter que la colère et la combativité ne se développent partout contre ses politiques d'austérité et de misère, met en place une stratégie visant à empêcher que cela ne débouche sur des mouvements massifs qui pourraient s'unifier, d'où la nécessité pour elle de disperser les forces ouvrières notamment en déclenchant prématurément la bataille à travers un secteur ouvrier qu'elle peut contrôler.

Aujourd'hui, il est plus que jamais nécessaire pour la classe ouvrière de s'armer contre un ennemi prêt à tout, en tirant toutes les leçons de ses luttes et expériences, en particulier celles de l'automne 88. C'est ce travail auquel cette brochure (constituée en partie d'articles parus dans Révolution Internationale et dans la revue internationale) veut participer activement et profondément. Le CCI, à travers celle-ci, et parce que c'est sa responsabilité d'organisation révolutionnaire, se donne comme objectif de rétablir la vérité sur ce mouvement de lutte contre les mensonges colportés par la bourgeoisie. Et de tirer les véritables leçons de cette expérience pour la classe ouvrière contre les fausses leçons qui lui sont proposées, en la mettant en garde contre les pièges (l'isolement corporatiste, la division et l'éparpillement de ses luttes) qui lui sont tendus, en cherchant à la débarrasser des illusions qui lui restent vis à vis des syndicats et de celles qu'elle peut caresser encore vis à vis des coordinations.

Et si la bourgeoisie encense aujourd'hui avec tant d"'enthousiasme" les coordinations, c'est pour mieux accentuer et exploiter les illusions de la classe ouvrières vis à vis de ces organes, c'est pour mieux la pousser à les adopter et à les suivre dans ses prochaines luttes.

La bourgeoisie cherche à empoisonner la conscience ouvrière : c'est comme cela qu'elle prépare les prochaines confrontations.

Contrecarrer cette attaque politique et assimiler les leçons de cette nouvelle expérience de lutte est fondamental pour la classe ouvrière: le sort de ses luttes à venir en dépend.
See also :