Irak, Afghanistan, Kosovo : sur les ravages des armes à l'uranium appauvri

See also :

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

L'armement à base d'uranium appauvri est certainement parmi les manifestations les plus illustratrices du cynisme machiavélique de la bourgeoisie. L'uranium appauvri est un métal lourd et dense, des caractéristiques qui lui confèrent une solidité exceptionnelle, capable de transpercer des blindages ou de pénétrer des bunkers souterrains. Ce métal est, à ce niveau, proche du tungstène, à ceci près que le tungstène est cher, en très grande partie produit par la Chine et ininflammable, alors que l'uranium appauvri est gratuit, disponible partout où une activité de fission nucléaire existe et qu'en plus il brûle et explose  ! Il s'agit d'un sous-produit de l'activité nucléaire. Un déchet, en quelque sorte, que le "génie" capitaliste reconvertit de diverses façons, notamment pour des utilisations civiles mais, dans les faits, quasi-exclusivement pour équiper des missiles et obus perforants. Un missile de ce type peut ainsi pénétrer dans un centre de commande souterrain et exploser à l'intérieur, tuant et détruisant tout ce qui s'y trouve.

Mais, comble de l'horreur, ce déchet est extrêmement nocif du point de vue de la radioactivité. Les poussières dégagées par sa combustion et son explosion sont très volatiles et peuvent donc être facilement inhalées. La polémique sur l'incidence de l'uranium appauvri concernant le "syndrome de la guerre du Golfe" (1), les études "cachées" sur la situation au Kosovo ou en Afghanistan, tous ces éléments n'ont abouti qu'à cette conclusion officielle : personne ne peut dire avec certitude que l'uranium appauvri n'a pas d'activité radioactive nocive pour l'organisme humain. Et alors  ? Quelles conséquences en tire la bourgeoisie  ? Forte de cette grandiose ignorance, la bourgeoisie répand ces débris et ces poussières sur tous les théâtres d'affrontements impérialistes. Au diable les conséquences à long terme  ! Peu importe si pendant des décennies, voire des siècles, des enfants naissent malformés ou meurent de leucémies inexpliquées, on ne pourra accuser personne puisque "personne ne savait"  (2). Responsables, mais pas coupables  !

Par ailleurs, en tant que déchet nucléaire, il ne peut être exclu que l'uranium appauvri soit totalement dépourvu d'autres substances rencontrées dans le processus de fission atomique. Comme par exemple du plutonium, dont on connaît en revanche parfaitement l'extrême nocivité  ! (3)

Il est bien sûr évident que la bourgeoisie n'a pas besoin d'uranium appauvri pour répandre la mort, la maladie et la misère sur la planète. Comme cause première des famines dans le monde, la guerre est déjà assez meurtrière comme ça  ! Et on pourrait ajouter les armes chimiques comme le gaz moutarde largement utilisé par le pouvoir irakien. Ce qui distingue l'uranium appauvri, c'est surtout sa capacité potentielle à polluer radio-activement pour plusieurs siècles des zones importantes de la planète et à modifier le patrimoine génétique des populations touchées pour de nombreuses générations. Certaines études considèrent cette pollution comme plus mortelle que les bombardements d'Hiroshima et Nagasaki en 1945 qui emportaient pourtant déjà une charge radioactive importante.

Ce lourd héritage est légué avec un cynisme insupportable et révoltant par une bourgeoisie qui ne peut que balayer la question d'un "a priori ce n'est pas nocif" qui tranche avec sa prétendue préoccupation pour l'avenir de notre écosystème. Derrière les beaux discours de la classe dominante sur le "développement durable", la réalité est profondément alarmante : plus le capitalisme s'enfonce dans la crise et la barbarie, plus l'état de la planète qu'il laisse à l'humanité du futur est délabré, appauvri, modifié, pollué... et pour longtemps  ! Cela souligne avec force l'urgence du développement international de la lutte de classe, seul moyen pour stopper cette infernale destruction.

GD (20 avril)

 

1) On nomme ainsi les augmentations inexpliquées de leucémies, malformations et autres maladies graves parmi les Irakiens et vétérans américains de la guerre du Golfe. Les statistiques fiables sont dures à trouver. D'après des interviews auprès du personnel du département des Affaires des vétérans américains réalisés par l'American Free Press, le nombre "de vétérans de l'Ère du Golfe" maintenant en invalidité depuis 1991 se monte à 518  739 alors que "seulement" 7035 ont été annoncés blessés en Irak. De même, un rapport écrit par un ingénieur pétrochimique irlandais fait état d'une multiplication par 4 des cas de leucémies dans les régions où des projectiles contenant de l'uranium appauvri ont été utilisés  !

2) Cela dit, même "sans savoir", la prudence reste de mise dans les pays occidentaux : le champ de tir du Pentagone dans l'Indiana (80 hectares), où des obus à l'uranium appauvri ont été testés, sera certainement transformée en "zone nationale de sacrifice" et sanctuarisé pour l'éternité  !

3) 1,6 kg de plutonium peuvent provoquer la mort de huit milliards d'individus  !