La croissance américaine dopée par les hamburgers !

See also :

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Cela fait longtemps que le capitalisme américain fait preuve de créativité en utilisant les statistiques pour donner un coup de pouce à une réalité par ailleurs fort morose. Par exemple, le gouvernement américain calcule le chômage en ne comptant que les chômeurs qui ont activement cherché du travail pendant les 30 derniers jours. Ceux qu'on appelle les "ouvriers découragés", qui ont laissé tomber la recherche d'emplois inexistants, ne sont pas considérés comme chômeurs -on considère qu'ils ne font plus partie des actifs. D'après le gouvernement, ce ne sont plus des ouvriers. Un autre exemple : jusqu'au début des années 1980, on calculait le taux de chômage sur la base de l'ensemble des civils actifs. Puis le gouvernement a décidé que les quasi trois millions de membres des forces armées seraient désormais considérés comme des ouvriers actifs (auparavant, ils n'étaient pas comptabilisés dans les civils actifs). Cela s'est avéré un moyen très efficace de diminuer le taux de chômage. Quand le ministère du travail fait des estimations du nombre d'emplois dans l'économie, tout travail qui requiert 10 heures par semaine minimum est considéré comme un emploi à temps plein - c'est ce qui explique toutes les étranges proclamations à propos de millions d'emplois subitement créés en même temps. Avec cette contrefaçon dans la "comptabilité" des emplois et des sans emplois, il est tout à fait possible qu'un ouvrier qui perd son travail à plein temps et retrouve tant bien que mal trois emplois à temps partiel mal payés pour survivre, soit comptabilisé comme chômeur dans les statistiques du chômage et permette d'afficher trois nouveaux emplois créés dans l'économie !
En février, dans le Economic Report annuel du Président, le président Bush a lancé une idée innovante et suggéré que les travailleurs de la restauration comme McDonalds ne soient plus considérés comme des employés de service mais soient reclassés comme employés d'industrie. Le conseiller économique en chef de Bush, Gregory Mankiw, se demandait "Quand un restaurant fast-food vend un hamburger par exemple, est-ce qu'il fournit un 'service' ou est-ce qu'il est en train d'assembler des pièces pour 'fabriquer' un produit ?". L'économie ayant perdu 2,6 millions d'emplois dans la transformation industrielle depuis janvier 2001, les économistes du gouvernement ont finalement trouvé comment ranimer la force de travail du secteur manufacturier -un hamburger après l'autre ! Evidemment, les démocrates et les comiques à la télévision s'en sont donné à coeur joie pour ridiculiser cette absurdité. On n'avait pas vu une manoeuvre aussi manifestement grossière depuis que l'administration Reagan en 1981 avait suggéré qu'on considère le ketchup comme un légume, dans le calcul de la valeur nutritionnelle d'un repas de cantine scolaire.

JG (Internationalism n°129, printemps 2004)