Courriers d'un lecteur: Che Guevara, mythe et réalité

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Il y a quelques mois déjà, nous avons reçu sur notre boîte Internet(1) deux messages concernant Che Guevara d'un camarade se nommant E.K. Nous publions ici la lettre que nous lui avons envoyée début avril tout en saisissant cette occasion pour compléter et élargir notre réponse aux questions restées alors en suspens. Nous rendons publique cette correspondance parce que, comme EK le dit lui-même, on est "dans les célébrations des 40 ans de sa mort au combat" et il s'agit pour nous, CCI, non pas de nous ajouter à la ronde de célébrations mais, bien au contraire, d'essayer de comprendre si Che Guevara était réellement un révolutionnaire et si la classe ouvrière et les jeunes générations doivent se revendiquer ou non de son action.

Quelques extraits du message de EK

Pour le camarade EK, Che Guevara est un authentique combattant pour la cause des peuples opprimés. En effet, pour lui, "l‘internationalisme du Che est hors de doute. Il est le modèle du combattant international et de la solidarité entre les peuples". Il serait ainsi l'un des rares révolutionnaires à avoir osé critiqué le régime de l'URSS: "Lors du second séminaire de solidarité afro-asiatique, le Che critique sans ambages les positions conservatrices et exploiteuses de l‘URSS". Enfin, EK expose dans ce premier courrier sa vision du prolétariat et du rôle des révolutionnaires : "Quant à l‘agent historique de la transformation sociale, il n‘y a pas, me semble-t-il, de raison de réduire le concept de prolétariat aux seuls ouvriers, négation absolue de la condition humaine. (...) La tâche des intellectuels est d‘introduire dans le prolétariat la conscience de sa situation par des moyens éminemment politiques."

Suite à notre réponse, le camarade E.K nous a envoyé très rapidement un deuxième message dans lequel il tient à se démarquer d'emblée de tous ceux qui transforment le Che en icône, en multipliant les T-shirts et autres posters à son effigie : "La mythification du Che à travers la duplication de son image a tendance à occulter sa vie et son oeuvre.". Mais surtout, il y réaffirme que "poursuivant des objectifs distincts, le Che sera amené fort logiquement à se départir du modèle social-impérialiste de l‘URSS. La CIA et le KGB coopéreront même pour s‘en débarrasser lors de sa tentative révolutionnaire en Bolivie". Et le camarade de conclure : "Ernesto Che Guevara a payé sa probité intellectuelle de sa vie. Lui rendre hommage, c‘est lire ses textes ; perpétuer sa mémoire, c‘est continuer la lutte ; lui rendre justice, c‘est soutenir ses valeurs. A l‘aube des célébrations des 40 ans de sa mort au combat, il est plus que temps de redonner vigueur à sa pensée et vie à ses idées".

Notre réponse à EK

Nous te remercions pour ton message de début avril. Excuse-nous pour le retard de ce complément de réponse. Nous voulons faire ici une critique de ce que tu nous écris. Cette critique ne signifie pas pour nous une "fin de non-recevoir", bien au contraire. Nous sommes toujours disposés à répondre à tes questions et à tes points de vue. Nous voudrions répondre à ce que tu dis à propos de Che Guevara en étudiant le plus sincèrement et sérieusement possible ce que furent réellement, comme tu le demandes, "ses valeurs", "ses idées" et "sa lutte".

Che Guevara est-il un exemple pour la jeunesse révolutionnaire d'aujourd'hui ?

En ce mois d'octobre, on célèbre le 40e anniversaire de la mort de Che Guevara, tué par l'armée bolivienne, encadrée par la CIA américaine.

Depuis 1967, "le Che" est devenu le symbole de l'éternelle "jeunesse révolutionnaire romantique" : mort jeune, les armes à la main, luttant contre l'impérialisme américain, grand "défenseur des masses pauvres d'Amérique latine". Tout le monde a en tête cette image du Che avec son béret étoilé, regard triste et lointain.

Ses fameux Carnets de voyage ont grandement contribué à populariser l'histoire de ce révolté, venant d'une bonne famille un peu bohème d'Argentine, qui se lance dans un aventureux voyage à moto sur les routes d'Amérique du Sud, utilisant son savoir médical pour aider les pauvres... Il vit au Guatemala à un moment (1956) où les États-Unis fomentent un énième coup d'Etat contre un gouvernement qui ne leur convient pas. Cette mainmise permanente sur les pays d'Amérique latine de la part des États-Unis va nourrir toute sa vie une haine implacable contre ces derniers. Par la suite, il rejoint au Mexique le groupe cubain de Castro, réfugié dans ce pays après une tentative avortée de renversement du dictateur cubain, Batista, longtemps soutenu par les États-Unis2 . Après une série d'aventures, ce groupe s'installe dans les montagnes de Cuba jusqu'à la défaite de Batista, début janvier 1959. Le noyau idéologique de ce groupe est le nationalisme, le "marxisme" n'étant qu'une enveloppe de circonstance à une "résistance" anti-yankee exacerbée, même si quelques éléments, dont Guevara lui-même, se considèrent comme "marxistes". Le Parti communiste cubain, qui d'ailleurs en son temps avait soutenu Batista, envoie un de ses dirigeants, Carlos Rafael Rodríguez, auprès de Castro en 1958, quelques mois seulement avant la victoire de ce dernier.

Cette guérilla n'est pas du tout l'expression d'une quelconque révolte paysanne, encore moins de la classe ouvrière. Elle est l'expression militaire d'une fraction de la bourgeoisie cubaine qui veut renverser une autre fraction pour prendre sa place. Il n'y a aucun "soulèvement populaire" dans la prise de pouvoir de la guérilla castriste. Elle se présente, comme souvent en Amérique latine, sous la forme de la substitution d'une clique militaire par une autre formation armée dans laquelle les couches exploitées et miséreuses de la population de l'île, enrôlées ou non par les combattants putschistes de la guérilla, ne jouent pas un rôle important, sinon d'acclamer les nouveaux maîtres du pouvoir. Face à la résistance plutôt faible de la soldatesque de Batista, Guevara apparaît comme un intrépide guérillero, dont la détermination et le charisme grandissant apparaissent rapidement susceptibles de faire de l'ombre à son maître Fidel. Après la victoire sur Batista, Fidel Castro va charger le Che de mettre en place les "tribunaux révolutionnaires", une mascarade sanglante dans la meilleure tradition du règlement des comptes entre fractions des différentes bourgeoisies nationales, en particulier en Amérique latine. Che Guevara prend son rôle vraiment à cœur, par conviction et avec zèle, en mettant en place une justice "populaire" où, en guise de défoulement collectif, on juge les anciens tortionnaires de Batista, mais aussi on prend du "tout venant" sur simple dénonciation. D'ailleurs, Guevara s'en revendiquera plus tard à l'ONU, en réponse à des représentants latino-américains, bonnes âmes "démocratiques" qui s'offusquent de ces méthodes, en disant : "Nous avons fusillé, nous fusillons et nous continuerons à fusiller tant que ce sera nécessaire". Ces pratiques n'ont rien à voir avec la défense maladroite d'une quelconque justice révolutionnaire. Ce sont là, répétons-le, les méthodes typiques d'une fraction de la bourgeoisie qui a pris le dessus sur une autre par la force des armes.

Alors, on peut toujours s'identifier en rêve au "héros" austère de la Sierra Maestra, au "guérillero héroïque" qui mourra quelques années plus tard dans la montagne bolivienne mais, dans le monde réel, il n'a en fait tenu qu'un rôle d'exécuteur de basses oeuvres dans la mise en place d'un régime qui n'a de communiste que le nom.

Che Guevara : internationaliste ?

Tu nous dis : "l'internationalisme du Che est hors de doute" et "Lors du second séminaire de solidarité afro-asiatique, le Che critique sans ambages les positions conservatrices et exploiteuses de l‘URSS" pour affirmer enfin "le Che sera amené fort logiquement à se départir du modèle social-impérialiste de l‘URSS".

Le régime nationaliste de Castro s'est vite enrobé du qualificatif "communiste", autrement dit, ce régime s'est rallié... au camp impérialiste régenté par l'URSS. Cuba étant située à quelques encablures des côtes américaines, ceci ne pouvait évidemment qu'inquiéter la tête du bloc de l'Ouest. Le processus de stalinisation de l'île, avec une présence importante de personnel civil, militaire et des services secrets des pays du bloc de l'Est, trouvera son point d'orgue en 1962 au moment de "la crise des missiles".

Dans ce processus, Che Guevara, maintenant ministre de l'Industrie (1960-61), pour souder la nouvelle alliance avec le "camp socialiste", est envoyé par Castro dans les pays de ce camp, où il se répand en discours dithyrambiques sur l'URSS : "ce pays qui aime si profondément la paix", "où règne la liberté de pensée", "la mère de la liberté"... Il célèbre tout autant "l'extraordinaire" Corée du Nord ou la Chine de Mao où "tout le monde est plein d'enthousiasme, tout le monde fait des heures supplémentaires" et ainsi de suite pour l'ensemble des pays de l'Est : "les réalisations des pays socialistes sont extraordinaires. Il n'y a pas de comparaison possible entre leurs systèmes de vie, leurs systèmes de développement et ceux des pays capitalistes". Un véritable VRP du modèle stalinien ! Nous reviendrons plus loin sur le "désamour" de Guevara avec l'URSS. Mais, contrairement à ce que tu affirmes, le Che n'a jamais émis le moindre doute de principe sur le système stalinien. Pour lui, l'URSS et son bloc étaient le camp "socialiste, progressiste" et sa propre lutte s'intégrait pleinement dans celle du bloc russe contre le bloc occidental. Le mot d'ordre lancé par Guevara "Créer un, deux, plusieurs Vietnams", n'est pas un mot d'ordre "internationaliste" mais bel et bien nationaliste et favorable au bloc russe ! Son critère réel n'est pas le changement social, mais la haine de l'autre tête de bloc, les États-Unis.

En effet, après la Seconde Guerre mondiale, le monde s'est trouvé divisé en deux blocs antagonistes, l'un régenté par la puissance américaine, l'autre par l'URSS. La "libération nationale" s'avéra alors une mystification idéologique parfaite pour justifier régulièrement l'embrigadement militaire des populations. Dans ces guerres, ni la classe ouvrière ni les autres classes exploitées n'avaient rien à gagner, servant de masse de manœuvre pour les différentes fractions de la classe dominante et de leurs parrains impérialistes. Le partage du monde en deux blocs impérialistes après les accords de Yalta a signifié que toute sortie d'un bloc ne pouvait signifier que la chute dans le bloc adverse. Et, justement, il n'y a pas de meilleur exemple que celui de Cuba : ce pays est passé de la dictature corrompue de Batista, sous la coupe directe de Washington, de ses services secrets et de toutes sortes des mafia, à la mainmise du bloc stalinien. L'histoire de Cuba est un concentré de l'histoire tragique des "luttes de libération nationale" pendant près d'un demi-siècle !

Alors, à la base, avant de dire quand et comment Guevara s'est prétendument plus ou moins "écarté" de l'URSS, il faut bien être clair sur la nature de l'URSS et de son bloc. Derrière la défense d'un Che Guevara révolutionnaire, il y a l'idée que l'URSS, peu ou prou, qu'on le veuille ou non, malgré ses défauts... était le "bloc socialiste, progressiste". C‘est là le plus grand mensonge du 20e siècle. Il y a bien eu une révolution prolétarienne en Russie, mais elle a été défaite. La forme stalinienne de la contre-révolution s'est donnée un mot d'ordre : la "construction du socialisme en un seul pays", mot d'ordre se situant à l'exact opposé du socle naturel et fondamental du marxisme. Pour le marxisme, "les prolétaires n'ont pas de patrie"3 ! C'est cet internationalisme, bien réel celui-là, qui a servi de boussole à la vague révolutionnaire mondiale qui a débuté en 1917 et à tous les révolutionnaires de l'époque, de Lénine et des bolcheviks à Rosa Luxemburg et aux Spartakistes4 . L'adoption aberrante de cette "théorie" d'une "patrie socialiste" à défendre a eu pour corollaire le recours systématique à une méthode bourgeoise : la terreur et le capitalisme d'Etat, ce talon de fer, expression la plus totalitaire et la plus féroce de l'exploitation capitaliste !

Est-ce que le Che "s'est départi du modèle social-impérialiste de l‘URSS" ?

À l'origine des critiques du Che vis-à-vis de l'URSS, il y a "la crise des missiles", en 1962. Pour l'URSS, sa mainmise sur Cuba fut une aubaine. Enfin, elle pouvait rendre la pareille aux États-Unis, qui menaçaient directement l'URSS depuis les pays voisins de celle-ci, tels que la Turquie. L'URSS commence à installer des rampes de lancement de missiles à tête nucléaire à quelques miles des côtes américaines. Les États-Unis ripostent en mettant en place un embargo total de l'île, obligeant les bateaux russes à faire demi tour. Khrouchtchev, le maître du Kremlin de l'époque, est finalement obligé de retirer ses missiles. Pendant quelques jours d'octobre 1962, les affrontements impérialistes entre ceux qui se présentaient comme "le monde libre" et ceux qui se présentaient comme le "monde socialiste progressiste" ont failli mettre toute l'humanité au bord de l'abîme. Khrouchtchev est alors considéré par les dirigeants castristes comme une "lavette" qui n'a pas les "couilles" d'attaquer les États-Unis. Dans un accès d'hystérie patriotarde, où le slogan castriste "La patrie ou la mort" prend son sens le plus sinistre, ils sont disposés à sacrifier le peuple (ils diront que c'est le peuple qui est disposé à se sacrifier) sur l'autel de la guerre atomique. Dans ce délire pervers, Guevara ne peut être qu'à l'avant-garde. Il écrit : "Ils ont raison [les pays de l'OEA5 d'avoir peur de la ‘subversion cubaine'], c'est l'exemple effrayant d'un peuple qui est disposé à s'immoler par les armes atomiques pour que ses cendres servent de ciment aux sociétés nouvelles, et qui, lorsqu'un accord est conclu sur le retrait des fusées atomiques sans qu'on l'ait consulté, ne pousse pas un soupir de soulagement, n'accueille pas la trêve avec reconnaissance. Il se jette dans l'arène pour [...] affirmer [...] sa décision de lutter, même tout seul, contre tous les dangers et contre la menace atomique elle-même de l'impérialisme yankee"6 . Ce "héros" a décidé que le peuple cubain était disposé à s'immoler pour la patrie... Ainsi, la base de la "déception", de la critique vis-à-vis de l'URSS n'est pas la perte de foi dans les vertus du "communisme soviétique" (le capitalisme stalinien en termes vrais), mais, au contraire, c'est le fait que ce système n'allait pas jusqu'au bout de sa logique guerrière d'affrontement, au paroxysme de la période de la "guerre froide". Et le discours d'Alger de Che Guevara sur lequel tu t'appuies pour affirmer que le Che "s'est départi du modèle social-impérialiste de l‘URSS" ne change rien en réalité à cet attachement de Guevara aux positions staliniennes. Au contraire ! Durant ce fameux discours, il met certes en cause le "mercantilisme" dans les rapports entre les pays du bloc de l'URSS mais il les appelle toujours socialistes et "peuples amis" : "Les pays socialistes sont, dans une certaine mesure, les complices de l‘exploitation impérialiste [...]. [Ils] ont le devoir moral de liquider leur complicité tacite avec les pays exploiteurs de l‘Ouest. ». Au-delà de son apparence radicale, une telle critique est donc bien celle de quelqu'un de l'intérieur du système stalinien. Pire, elle émane d'un responsable qui a participé de toutes ses forces à la mise en place d'un tel système de capitalisme d'Etat à Cuba ! D'ailleurs, par la suite, Guevara ne fera jamais plus officiellement la moindre critique à l'URSS.

Che Guevara, au moment où il a été assassiné par le CIA et l'armée bolivienne en 1967, fut la victime non seulement de l'impérialisme américain, mais aussi de la nouvelle orientation politique du Kremlin dite de "coexistence pacifique" avec le bloc occidental. Nous n'allons pas traiter ici les raisons qui ont poussé la direction de l'URSS et son bloc à prendre ce "tournant". Mais ce "tournant" n'a rien à voir avec une quelconque "trahison" envers les peuples qui voulaient "se libérer" de l'impérialisme, ni envers le prolétariat. La politique de la classe dominante stalinienne a souvent changé de cap en fonction de ses intérêts comme classe dominante et, justement, l'affaire des missiles a montré aux dirigeants de l'impérialisme stalinien qu'ils n'ont pas les moyens de défier la tête de l'autre bloc à ses propres portes et qu'il leur faut être prudents en Amérique latine. C'est ce que Guevara et une fraction des dirigeants cubains ne veulent pas comprendre, au point de devenir gênants non seulement pour l'URSS, mais même pour leurs propres amis cubains. A partir de là, le destin de Che Guevara était scellé : après la désastreuse aventure au Congo7 , il finira par se retrouver seul en Bolivie, avec une poignée de compagnons d'armes, abandonné par le PC bolivien, qui, finalement, se retrouve sur la ligne de Moscou. Pour les factions les plus "moscovites", les tenants de la tactique du "foco" (foyer de guérilla) étaient des petits-bourgeois en mal d'aventures, "coupés des masses". Et pour les factions des PC favorables à la lutte armée, avec leurs soutiens critiques de toutes sortes, les "officiels" des PC étaient des "révolutionnaires de salon", des bureaucrates embourgeoisés... eux aussi "coupés des masses". Pour nous, qui nous réclamons de la Gauche Communiste, ce sont là deux formes de la même contre-révolution, deux variantes du même grand mensonge du siècle, celui d'avoir fait passer la contre-révolution stalinienne pour la continuatrice de la révolution d'Octobre et l'URSS comme communiste.

Quelle vision Che Guevara avait-t-il de la classe ouvrière ?

Pour toi, la tâche des intellectuels serait "d'introduire dans le prolétariat la conscience de sa situation...". Tu sembles ici reprendre à ton compte la vision de Che Guevara sur "l'élite révolutionnaire". Mais cette position du Che ne cache t-elle pas en réalité un profond mépris pour la classe ouvrière ? Que révèlent réellement ses envolées lyriques sur "l'homme nouveau dans la révolution cubaine" ?

L'unité prolétarienne révolutionnaire a une base pratique très concrète : la solidarité de classe. C'est cette solidarité spontanée dans l'organisation de la lutte, faite d'entraide et de fraternité qui nourrit les qualités de dévouement du prolétariat révolutionnaire. Mais ce "dévouement" dans la bouche de Guevara, sonne, dans le meilleur des cas, comme un appel quasi-mystique au martyre suprême (il faut lui reconnaître qu'il a été toujours prompt au sacrifice, et sans doute il était disposé à devenir un "martyre" de la cause impérialiste qu'il défendait avec tout le peuple cubain "volontaire" au moment de la crise des missiles)... Au-delà de son propre comportement "exemplaire", reste sa vision du "sacrifice" ou de "l'héroïsme" (de la même eau que l'idéalisme patriotard exalté et diffusé par les staliniens dans la "Résistance" au cours de la Seconde Guerre mondiale) qui devrait s'imposer par le haut, pour les besoins de l'Etat et sous la férule d'un "líder máximo". Cette vision repose sur un mépris de l'intellectuel petit-bourgeois vis-à-vis de la "masse prolétarienne" qu'on regarde de haut, qui prétend qu'il faut "l'éduquer" pour qu'elle comprenne les "bienfaits de la révolution". "La masse, a déclaré avec condescendance Guevara, n'agit pas comme un doux troupeau. Il est vrai qu'elle suit sans hésiter ses dirigeants, surtout Fidel Castro..." "Si on regarde les choses superficiellement, on pourrait penser que ceux qui parlent de soumission de l'individu à l'Etat ont raison, mais les masses réalisent avec enthousiasme et discipline sans égal, les tâches que le gouvernement établit, qu'elles soient économiques, culturelles, de défense ou sportives... L'initiative vient en général de Fidel ou du haut commandement de la Révolution et elle est expliquée au peuple qui la fait sienne" (Le socialisme et l'homme à Cuba, 1965).

En fait, quand tu nous dis "qu'il n'y a pas de raison de réduire le concept de prolétariat aux seuls ouvriers", ton raisonnement puise certainement et involontairement ses racines dans cette vision méprisante de la classe ouvrière8 . En effet, une des caractéristiques communes des avatars du stalinisme (du maoïsme au castrisme), c'est leur méfiance et leur mépris vis-à-vis de la classe ouvrière, faisant d'une mythique paysannerie pauvre "l'agent de la révolution" dirigée par des intellectuels qui, eux, possèdent la conscience et "l'introduisent" dans les cerveaux des masses. Dans le meilleur des cas, la classe ouvrière était, pour ces neo-staliniens, une masse de manœuvre qui leur servait de référence historique, une comparse de leur révolution. On ne trouve jamais dans les écrits de ces pseudo-révolutionnaires la moindre référence à une classe ouvrière organisée comme telle et aux organisations du pouvoir de classe, les soviets. Ces clones du stalinisme n'ont plus besoin de déguiser leur idéologie capitaliste d'Etat et de parler des conseils ouvriers ou des autres expressions de la vie prolétarienne dans la révolution russe. Il n'y a plus que l'État dirigé par des gens "éclairés" et en bas la masse, à qui on laisse parfois faire preuve "d'initiative", encadrée dans des "comités de défense de la révolution" et autres organismes de surveillance sociale.

Et à Cuba, l'un des premiers organes d'encadrement et de direction de la classe ouvrière fut une fois encore et sans surprise les syndicats. Les syndicats cubains (CTC) étaient déjà des syndicats à la manière américaine, parfaitement intégrés au "capitalisme libéral" et à sa corruption. Ils vont être ainsi très rapidement transformés par la direction cubaine, en 1960, en syndicats à la sauce stalinienne, sur un mode bureaucratique et étatique. Les premières décisions du régime castriste seront de les charger d'encadrer l'alignement des salaires par le bas et de faire respecter l'interdiction de la grève dans les entreprises, en flics patentés ! Et là encore, cette attaque contre la classe ouvrière sera justifiée par l'idéologie anti-américaine et la "défense du peuple cubain". Profitant à l'époque d'une grève contre les baisses de salaire d'ouvriers d'entreprises appartenant à des capitaux américains, les dirigeants castristes stigmatisent cette grève des "nantis" et en profitent pour déclarer la "grève à la grève" par la bouche du nouveau dirigeant castriste de la CTC.

Dans les semaines qui viennent de s'écouler, on a été servi en controverses sur la vie et l'œuvre du Che. D'un coté, dans la lignée des apôtres de la "mort du communisme", les fractions droitières de la bourgeoisie ont réchauffé ce plat avec l'aide servile de quelques historiens, toujours prêts à mettre en exergue le rôle "anti-démocratique" du Che, son rôle d'exécuteur en chef en tant que responsable des tribunaux "révolutionnaires" au tout début de l'ère castriste, en déblatérant les uns et les autres sur la question de savoir si ces exécutions furent "excessives", s'il y a eu "un bain de sang" ou non, si ce fut une justice "modérée" ou "arbitraire". Pour nous, comme nous le disions plus haut, il a tout simplement bien joué son rôle nécessaire pour la mise en place d'un nouveau régime tout aussi bourgeois et répressif que le précédent. D'un autre coté, on nous a asséné des mensonges et des demi-vérités à sa gloire. Il n'y a qu'à voir comment la Ligue Communiste Révolutionnaire qui, avec sa volonté de remplacer le Parti Communiste Français et devenir le premier parti "anticapitaliste" de France, porte aujourd'hui aux nues "Le Che" et exploite son image "jeune et rebelle"9 .

Cher camarade EK, la réalité est là : chez tous ces jeunes qui portent un T-shirt à l'effigie du Che, il y a certainement un cœur généreux et sincère, voulant combattre les injustices et les horreurs de ce monde. D'ailleurs, si on met le Che en avant, c'est bien pour stériliser l'enthousiasme qui nourrit la passion révolutionnaire. Mais le Che, lui, n'est qu'une des figures de la longue cohorte des dirigeants nationalistes et staliniens, plus avenant que les autres peut-être, mais représentatif tout de même de cet avatar tropical de la contre-révolution stalinienne qu'est le castrisme.

Malgré toutes nos divergences, camarade EK, la discussion reste évidemment ouverte... plus que cela, nous t'y encourageons même chaleureusement.

Courant Communiste International

 

1 http://fr.internationalism.org/contact

2 En fait, l'entreprise couronnée de succès de renversement de Batista par Castro et Guevara a bénéficié de l'appui des États-Unis et de la bienveillance d'une partie de la droite qui dénonçaient la corruption du régime. L'embargo sur les armes décidé par le gouvernement américain à l'encontre de Cuba a privé de façon décisive Batista des moyens de lutter contre la guérilla. Ce n'est qu'au bout de quelques mois d'exercice du nouveau pouvoir que les relations avec les États-Unis se sont détériorées et c'est face à la menace d'intervention de ces derniers que Castro s'est tourné vers le bloc russe.

3 Citation célèbre du Manifeste communiste de 1848, écrit par Marx et Engels.

4 Lire nos articles sur "Octobre 1917", notamment : "Les masses ouvrières prennent leur destin en main" (Revue internationale n°131) et "Le stalinisme est le fossoyeur de la Révolution russe" (RI n°383).

5 Organisation des États Américains, instance continentale au service des intérêts de "l'oncle Sam" pour exercer leur contrôle sur les autres États d'Amérique latine, dont Cuba castriste a été exclu.

6 Écrit au moment de "la crise des missiles", ne sera publié qu'en 1968 par une revue de l'armée cubaine. Reproduit dans la biographie du Che de Pierre Kalfon.

7 En 1965, peut-être pour mettre en pratique le slogan "Deux, trois Vietnams...", quelques dizaines de Cubains se pointent à l'est de la République du Congo (ex-Zaïre) pour organiser un "foco anti-impérialiste", le tout patronné par les services secrets cubains avec l'accord de l'URSS (peut-être aussi pour se débarrasser du Che...). C'est, depuis le début, un désastre annoncé : Guevara se retrouve sous les ordres politiques d'une bande de dirigeants congolais (dont Kabila, futur président-dictateur sanglant du Zaïre dans les années 1990), des aventuriers qui mènent grand train de vie grâce aux subsides soviétiques et chinois. Quant à la population, censée recevoir ses libérateurs les bras ouverts, elle était plutôt interloquée à la vue de ces gens venant d'on ne sait où. C'était une anticipation de ce qui allait arriver en Bolivie l'année suivante. Il faut aussi noter que, toujours pour le compte de l'impérialisme russe, des milliers de Cubains ont continué de servir "d'instructeurs militaires" dans de nombreuses "guerres de libération nationale" sur le sol africain (Guinée-Bissau, Mozambique, Angola,...) jusqu'à l'effondrement de l'URSS et de son bloc au début des années 1990.

8 Nous n'allons pas développer ici ce qu'est le prolétariat ou la classe ouvrière, pour nous deux expressions équivalentes. Disons, cependant, que notre vision de la classe ouvrière n'a rien à voir avec la sociologie ni les images d'épinal de l'ouvrier en bleu de travail.

9 Le leader de la LCR, Olivier Besancenot, a affirmé qu'aujourd'hui son parti s'identifie bien plus au Che qu'à Trotski, alors que depuis sa naissance, cette organisation légitimait frauduleusement son appartenance à la classe ouvrière en se revendiquant avant tout de ce grand militant bolchevik.

Marx se plaisait à souligner les ironies de l'histoire. C'en est une des plus mordantes de constater que cette nouvelle propagande de la LCR, en voulant à tout prix faire jeune et dans le vent afin d'attirer à elle les nouvelles générations de la classe ouvrière, est en train de se revendiquer d'un héritier déclaré de la clique stalinienne et de son idéologie, cette même clique qui assassina il y a plus de soixante ans un révolutionnaire quant à lui authentique, un certain... Léon Trotski !