Réunion publique du CCI à Anvers: Quelle attitude par rapport à la guerre impérialiste?

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Quelle attitude par rapport à la guerre? Les nombreux articles, discussions sur Internet et dans les cercles de discussion, les explications divergentes et la foule hétérogène de manifestants anti-guerre témoignent que nombreux sont ceux aujourd'hui qui se posent cette question et sont à la recherche de réponses appropriées. Dans cette recherche, on veut trouver le lien entre les guerres et leurs causes afin d'en dénoncer les responsables et conjurer la guerre. Mais comment appeler à l'arrêt de l'hystérie guerrière, avec qui et contre qui?

Le CCI affirme, comme d'autres groupes de plus en plus nombreux, qu'il faut dénoncer ces guerres d'un point de vue internationaliste: il ne faut choisir aucun camp entre la peste et le choléra, entre les parties belligérantes. Toutes aujourd'hui, aussi petites soient-elles, défendent des intérêts impérialistes, toutes sont des pions sur l'échiquier du capitalisme moribond. Ce n'est qu'en détruisant le capitalisme qu'on pourra bannir une fois pour toutes la guerre impérialiste.

A l'occasion d'une discussion entre des jeunes autour de la manifestation anti-guerre d'il y a quelques semaines, dirigée contre l'invasion américaine de l'Irak, le CCI a tenu récemment une réunion publique à Anvers sur ce thème. Nous y avions invité les jeunes en question, et notre introduction est partie de leurs questionnements. Dans ce bref article, nous citons les principaux passages de l'appel d'un entre eux, suivi de la réaction d'un autre jeune. Ensuite, nous traitons des thèmes qui ont été abordés dans la large discussion au cours de cette réunion.

Appel:

Dimanche prochain, il y a la manifestation pacifiste classique (une sorte de commémoration de l'invasion illégale des USA en Irak. Déjà il faut se poser la question si une invasion peut être légale). On pourrait dire que cette manifestation ne sert à rien. Et on aurait probablement raison, mais c'est simplement un devoir démocratique de descendre dans la rue contre les malhonnêtetés dans le monde. Ce sont les luttes d'émancipation et les manifestations en leur faveur (...) qui ont changé positivement le monde (et aucunement les invasions en Irak, en Afghanistan ou en Somalie). Le Liban a été détruit, et même si Israël a perdu, c'est la population du Liban aussi bien que d'Israël qui paie les pots cassés des appétits impérialistes. Aussi

la situation en Afghanistan ne s'est en rien améliorée après l'invasion américaine. Les Talibans ont été simplement écartés pour le moment, même si Oussama Ben Laden n'a jamais été retrouvé (?). Aujourd'hui, les Talibans contrôlent à nouveau des parties entières de l'Afghanistan, et la culture de l'opium est la seule source de revenus pour un pays détruit par le monde. Rien d'étonnant à ce que la population se tourne vers l'extrémisme.

C'est notre tâche, en tant que jeunes, de ne pas hypocritement se limiter à une nostalgie pour mai 68, mais d'offrir une résistance mondiale contre les violences guerrières qui plongent le monde dans une crise sociale et écologique. Que tu sois écolo, social-démocrate, libéral, socialiste, communiste, anarchiste ou seulement toi-même, le monde a maintenant besoin de toi. (...). Un autre monde est possible!

Toute discussion sur le contenu du mail et la manifestation est la bienvenue.

Réaction:

Cet appel à protester ensemble contre la guerre au Moyen-Orient est sincère/honnête/sérieux! Je soutiens cet appel, et j'irai moi-même à la manifestation!

Deux remarques:

-Nous devons certes être très critiques envers les partis et organisations politiques qui vont participer à la manifestation, parce que ceux-ci ne sont pas forcément contre la guerre et la misère sociale dans la région, mais défendent souvent leurs propres intérêts économiques, impérialistes, militaires, politiques et stratégiques. Car qui soutient, finance, arme les organisations terroristes dans ces pays, organisations qui en fait sont relativement petites comparées à l'armée US? Car il est par exemple connu que les USA ont eux-mêmes entraîné les Talibans pour combattre le bloc russe pendant la période de Guerre Froide. Il est connu que la France et la Belgique ont joué un rôle important dans l'armement des milices au Rwanda. Alors, d'où les terroristes actuels tirent-ils leur force? Quelles puissances se tiennent derrière ces groupes? Celles qui défendent (à mots couverts) les organisations terroristes, parce que ce serait soi-disant des «combattants de la liberté», parce qu'elles sont les faibles face aux puissants Etats-Unis, participent de fait à la guerre. Les terroristes sont et restent des assassins à grande échelle, ils alimentent le chaos inhumain qui règne aujourd'hui au Moyen-Orient! Quel camp défendent ces avocats des terroristes?

- La guerre du Golfe en 1991avait été approuvée par l'ONU et était donc «légale», mais cela ne justifie nullement les centaines de milliers de morts. Même si cette guerre était «légale», même si l'Irak avait détenu des armes nucléaires (les USA, la France, Israël, l'Inde, le Pakistan, la Corée du Nord, le Royaume-Uni...en possèdent d'ailleurs aussi, non!), je ne vois toujours pas ce qu'il y a à soutenir dans cette guerre.

Voilà matière à discussion.

Contre la guerre! Contre le terrorisme! Contre tout nationalisme!

Pour la Paix! Pour l'internationalisme!

 

Après une courte présentation des grandes lignes de ces contributions, une large discussion s'est développée, principalement autour des thèmes suivants:

- La guerre est-elle le produit d'une mauvaise nature des dirigeants? Le capitalisme est un système inhumain, et ne peut donc produire que des dirigeants inhumains qui le défendront aux dépens de tout le monde. Le système est en effet basé sur la recherche du profit et l'exploitation de la classe ouvrière. Les heurts impérialistes sanglants entre nations concurrentes pour des intérêts économiques et stratégiques sont la réponse inévitable de tous ceux qui ont le pouvoir;

- Quelles sont les véritables causes des guerres actuelles?

Cette question était directement liée à la précédente, puisque les guerres capitalistes se développent sur le terreau de la guerre commerciale sans merci dans un marché mondial sursaturé. Depuis le début de la période de décadence, tous les pays, grands ou petits, sont devenus impérialistes, car la planète entière est couverte par le capitalisme et qu'ils veulent s'arracher des marchés et matières premières. Du fait de cette crise économique, avec tous ses drames humains et sa misère, qui se prolonge en s'aggravant, les conflits continuent et de nouveaux éclatent sans cesse. Dans la période historique actuelle, ils dégénèrent de plus en plus dans des confrontations purement stratégiques entre états impérialistes;

- Pourquoi les USA ont-ils envahi l'Irak? Pour le pétrole ou par intérêt stratégique? L'invasion en Irak et la guerre dans les Balkans et en Afghanistan montrent concrètement et très clairement ce qui était discuté ci-dessus, et que dans la période actuelle, les guerres ont perdu toute rationalité. Où restent les profits pour les pays qui ont pris part à ces guerres? Dans l'actuelle période de décadence et de décomposition du capitalisme, il ne s'agit surtout que d'intérêts stratégiques, quitte à couper l'herbe sous les pieds des concurrents sans en retirer de profit immédiat;

- Pourquoi n'existe-t-il actuellement pas de blocs impérialistes, comme à l'époque de la première et la seconde guerre mondiale, et comme durant toute la période de la Guerre Froide? Il est vrai qu'il n'y a actuellement aucune menace directe de guerre mondiale, pour laquelle des blocs se seraient formés, mais c'est une conséquence du fait que nous vivons dans une période où ni la bourgeoisie (avec une guerre mondiale), ni la classe ouvrière (avec la révolution mondiale) ne réussit à imposer sa réponse aux problèmes. Nous sommes dans une espèce d'impasse que le CCI appelle la phase de décomposition du capitalisme, au cours de laquelle la société capitaliste pourrit sur pied. Dans cette période, la perspective de la révolution peut même s'enliser si la classe ouvrière n'engage pas consciemment la lutte pour sa propre perspective d'émancipation.

Dans une deuxième partie de la discussion sur les moyens de mettre un terme à la spirale guerrière, et par qui, ce sont surtout les thèmes suivants qui ont été à l'ordre du jour:

- Le pacifisme peut-il mettre fin à la guerre? L'histoire a clairement démontré qu'aucune action ou manifestation pacifiste n'a contribué à prévenir ou à arrêter la guerre. Ni les désertions, ni les actes de sabotage, ni les trois millions de manifestants en Grande-Bretagne n'ont empêché Blair et consorts d'attaquer l'Irak en compagnie des USA. Les exemples des manifestations sans résultat avant la première guerre mondiale, des tonnes de pétition avant la seconde ont été cités. Par contre, lorsque la classe ouvrière s'est mise en mouvement, la guerre s'est arrêtée, par exemple lors de la vague révolutionnaire de 1917-23. Si la classe ouvrière ne se pose pas comme une alternative, chaque guerre est menée jusqu'à la pire des fins, comme l'illustre la seconde guerre mondiale avec la destruction totale de l'Allemagne et du Japon, ou comme en Afghanistan et en Irak aujourd'hui;

- Pourquoi plus de gens ne se lèvent-ils pas alors que c'est aussi important pour la survie de l'humanité? La classe ouvrière et la bourgeoisie sont-elles tellement différentes par rapport à la guerre? C'est en effet la question-clé, liée à la compréhension qu'aucune partie de la bourgeoisie, aussi "humaine" ou bien intentionnée qu'elle soit, ne peut dépasser le niveau de la compassion vis-à-vis des victimes de guerres. Comme fraction de la classe capitaliste, elle doit défendre le profit et le maintien du capitalisme, et cela signifie inévitablement maintenir la pression sur la concurrence, engager la confrontation armée avec d'autres nations. La classe ouvrière, de son côté, n'est pas seulement victime de ces guerres; du fait de sa nature collective comme classe qui n'a aucun intérêt spécifique à la survie de ce système, sa résistance porte en elle l'alternative d'une autre société, basée sur les besoins humains. Seule la lutte de classe internationale peut mettre fin à la menace permanente de guerre de la part de toutes les puissances impérialistes qui plane sur l'humanité. La guerre ne peut être arrêtée que par la destruction du système capitaliste!

C'est sur cette perspective que la discussion, bien que loin d'être épuisée, a du être momentanément arrêtée.

Lac & K.Stof