Israël-Palestine: La lutte ouvrière malgré la guerre

See also :

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Malgré la spirale de haine nationaliste qui paralyse la plupart du temps la lutte de classe en Israël et en Palestine, les sévères privations économiques résultant de l'état de guerre permanent ont poussé les ouvriers des deux camps antagoniques à se battre pour leurs propres intérêts de classe. En septembre, des ouvriers de Cisjordanie et de la Bande de Gaza ont mis sur pied des grèves et des manifestations pour exiger que le gouvernement du Hamas règle plusieurs mois de salaires impayés, suite au blocus des fonds internationaux par l'Etat israélien, rejoignant ainsi les revendications d'une bonne partie des 170 000 fonctionnaires en grève. Ainsi, les enseignants des écoles se sont mis en grève depuis le 4 septembre avec des taux de grévistes atteignant de 80 à 95%, de Rafah (sud de la bande de Gaza) à Jénine (nord de la Cisjordanie). Ce mouvement s'est propagé jusque dans la police palestinienne et surtout début octobre dans le secteur de la santé où la situation sanitaire est dramatique, y compris en Cisjor-danie. Les fonctionnaires du ministère de la Santé n'ont reçu que trois paiements partiels en sept mois et ils ont décidé une grève illimitée pour réclamer le paiement de leur dû.

Parallèlement, le 29 novembre, le site d'information Libcom.org rapportait qu'une grève générale avait surgi dans le secteur public israélien, comprenant les aéroports, les ports, et que les bureaux de poste étaient tous fermés. 12 000 employés des services municipaux ainsi que les pompiers se sont mis en grève à l'appel de la centrale syndicale Histadrout (la Fédération Générale du Travail) en réponse aux violations des accords entre les syndicats et les autorités locales et religieuses. Histadrout a ainsi déclaré que ces dernières ont des arriérés de salaires à payer et que l'argent des employés qui devaient être versés en fonds de pension avait disparu.

La guerre impérialiste amplifie la ruine économique et la misère des prolétaires dans la région. La bourgeoisie des deux camps est de plus en plus incapable de payer ses esclaves salariés.

Ces deux luttes ont fait l'objet de toutes sortes de manipulations politiques. En Cisjordanie et à Gaza, la fraction d'opposition nationaliste, le Fatah, a essayé de se servir des grèves comme d'un moyen pour faire pression sur ses rivaux du Hamas.

En Israël, Histadrout a une longue tradition d'appels à des « grèves générales » hyper-contrôlées pour rabattre la colère des ouvriers sur le terrain bourgeois et au profit de telle ou telle fraction. Mais il est significatif qu'en Israël, la grève générale d'Histadrout (qui a été arrêtée au bout de 24 heures) a été précédée d'une vague de grèves moins bien contrôlées parmi les bagagistes, les enseignants, les professeurs d'université, les employés de banque et les fonctionnaires.

La désillusion devant le fiasco militaire d'Israël au Liban a sans aucun doute alimenté ce mécontentement grandissant. Pendant la grève de septembre dans les territoires palestiniens, le gouvernement du  Hamas dénonçait l'action des fonctionnaires comme étant contraire à l'intérêt national et tentait de dissuader les enseignants grévistes: "Si vous voulez manifester, manifestez contre Israël, les Américains et l'Europe !".

En effet, la lutte de classe s'affirme comme contraire à l'intérêt national et s'oppose de ce fait à la guerre impérialiste.

 Amos / 2.12.2006

See also :