Guerre en Irak

Le retrait des troupes américaines d'Irak n'est pas la fin du carnage

Le 17 février 2010, le secrétaire à la Défense Robert Gates a approuvé, dans une note adressée au chef du Commandement Central David Petraeus, le nouveau positionnement de la mission américaine en Irak. Il a souligné que « l'Opération Iraqi Freedom », le nom militaire américain pour l'invasion de 2003 et l'occupation de ce pays pendant sept ans, « a pris fin et nos forces opèrent dans le cadre d'une nouvelle mission. »

Irak, Afghanistan, Kosovo : sur les ravages des armes à l'uranium appauvri

L'armement à base d'uranium appauvri est certainement parmi les manifestations les plus illustratrices du cynisme machiavélique de la bourgeoisie.

A l'ordre du jour de la bourgeoisie turque : guerre, terreur, chaos et barbarie

Nous publions ci-dessous le tract que nous avons reçu de nos camarades d'Enternasyonal Komünist Sol (EKS) en Turquie et qui prend position contre les menaces de guerre de l'Etat turc contre les Kurdes aux frontières avec l'Irak. La version complète de ce tract peut se lire sur notre site internationalism.org, en langues turque, allemande  et anglaise.


Irak, Moyen-Orient: La seule perspective capitaliste, c'est la guerre et le chaos

L'été 2007 a encore confirmé l'aggravation de l'horreur et du chaos guerrier dans de nombreuses parties du monde.

En Irak, au Moyen-Orient, la seule perspective, c'est la guerre et le chaos

L’été 2007 a encore confirmé l’aggravation de l’horreur et du chaos guerrier dans de nombreuses parties du monde.

Guerre en Irak : un enfoncement irrémédiable dans le chaos

La montée accélérée et totalement folle des tensions dans l'ensemble de la région et plus particulièrement entre l'Iran et les Etats-Unis, aux côtés d'Israël, ouvrent la voie à la pire fuite en avant dans la guerre, la barbarie et un chaos généralisé.

Irak : quatre années de chaos sanglant

Cette guerre, déjà pleine de monstruosités en tous genres, n'est pas achevée, loin de là. Elle est porteuse des pires massacres pour l'avenir, loin des promesses faites par tous ses pseudo-"libérateurs".

Irak, Moyen-Orient : l'enfer du chaos capitaliste

Les risques non seulement d'éclatement de l'Irak mais aussi de propagation de la guerre civile dans toute la région comme il y a quinze ans dans l'ex-Yougoslavie sont désormais une menace concrète. Le capitalisme en pleine crise de sénilité n’est plus en mesure de freiner le développement de la barbarie et du chaos. Bien plus, il est en train de masser dans cette région du monde de quoi y anéantir la quasi-totalité de la population.

Saddam Hussein : la bourgeoisie exécute l'un des siens

L'exécution précipitée de Saddam Hussein illustre les sanglants règlements de compte entre fractions rivales de la bourgeoisie.

Editorial - Du Moyen-Orient à l'Afrique : Quand le chaos atteint des sommets

La situation dramatique du Moyen-Orient livré au chaos révèle le cynisme et la duplicité profonde de la bourgeoisie de tous les pays. Chaque bourgeoisie prétend en effet apporter la paix et établir davantage de justice ou de démocratie pour les populations qui subissent quotidiennement ces horreurs et ces massacres depuis des années. Mais ces beaux discours ne servent qu'à masquer la défense de sordides intérêts impérialistes concurrents et à justifier des interventions qui constituent le facteur prépondérant de l'aggravation des conflits et de l'accumulation de la barbarie guerrière du capitalisme.

Plan Baker : la politique impérialiste américaine dans l'impasse

Dans une impasse totale, la bourgeoisie américaine travaillait très officiellement depuis plusieurs mois à une nouvelle orientation qui se voulait plus crédible et mieux adaptée à la défense de ses intérêts impérialistes.  Telle est la raison de la constitution de la commission d’enquête sur  l’Irak, qui vient,   sous les feux des projecteurs et des médias, de publier son rapport. 

Guerre en Irak : l'enlisement des Etats-Unis dans le bourbier irakien

Pour les Etats-Unis, cette guerre est un échec cuisant. Rien ne semble pouvoir empêcher l’enlisement définitif des Etats-Unis dans ce bourbier Irakien.

Irak, Moyen-Orient, Afghanistan... le responsable de la guerre, c'est le capitalisme

Le poids de plus en plus insupportable de la guerre et de la barbarie dans la société est une dimension indispensable de la prise de conscience par les prolétaires de la faillite irrémédiable du système capitaliste.

Guerre au Liban, au Moyen-Orient, en Irak : il existe une alternative à la barbarie capitaliste

Face à la guerre qui ravage en permanence le Moyen-Orient et récemment encore face au conflit qui a ensanglanté le Liban et Israël, la position des révolutionnaires ne souffre pas la moindre ambiguïté.

Moyen-Orient : le gouffre sans fin de la barbarie guerrière

La situation actuelle au Proche-Orient, ce baril de poudre à ciel ouvert de plus en plus explosif depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, va encore faire la preuve que chaque prétendu "pas en avant" vers la "paix" ne fait que mieux relancer la guerre.

Un débat entre révolutionnaires à Berlin : Les causes de la guere impérialiste

Nous publions ci-dessous la première partie du compte-rendu d'une réunion publique du Bureau International pour le Parti Révolutionnaire (BIPR) qui s'est tenue le 15 mai à Berlin, à laquelle le CCI a participé, et portant sur les causes de la guerre impérialiste. La seconde partie de ce compte-rendu sera publiée dans le prochain numéro de RI. Si nous avons pensé nécessaire d'accorder une telle place pour répercuter les arguments échangés au cours de cette discussion, cela tient évidemment à l'intérêt du débat qui s'y est déroulé. De plus, cela permettra utilement à tout élément intéressé de mieux connaître ce qui unit et ce qui distingue, sur cette question de la guerre, les deux principales organisations de la Gauche communiste.


Iran, Irak, Moyen-Orient : L'inexorable plongée du capitalisme dans la barbarie et le chaos

Le triple attentat du 24 avril à Dahab, station balnéaire égyptienne au plus haut de la fréquentation touristique, faisant près de 30 morts et 150 blessés, est venu rappeler aux populations du monde que nul n’est à l’abri de la fureur terroriste et guerrière qui gagne la planète.

Trois ans de guerre en Irak : Toujours davantage de chaos et de barbarie

l y a maintenant trois ans que la guerre en Irak a commencé. L’offensive militaire gigantesque dirigée par les Etats-Unis devait participer activement à apporter la sécurité au monde. La croisade américaine contre le terrorisme international, dont l’Irak de Saddam Hussein se devait d’être un bastion, avait été lancée au nom de la paix, du progrès de la civilisation et de la lutte contre la tyrannie et l’obscurantisme. Après trois années de carnages et de tueries, qu’en est-il effectivement aujourd’hui ? Dans quelle situation se trouvent l’Irak et l’ensemble de la région du Moyen-Orient ? Quel avenir nous réserve ce monde en pleine décomposition ?

Crise économique : le pétrole : un faux alibi pour une vrais crise

La récession de l'économie américaine est là. L'annonce officielle en a été faite dans la presse du monde entier. L'explication qu'en donne la bourgeoisie mondiale est toute trouvée : c'est la faute du renchérissement du cours du pétrole, c'est la faute du dictateur irakien Saddam Hussein et de son coup de force au Koweït.

Résolution sur la situation internationale

Qu'y a-t-il derrière le « nouvel ordre mondial » annoncé par les puissances occidentales ? Quelle est la signification historique de la guerre du Golfe ? Où en est la crise écono­mique mondiale ? Quelles sont les perspec­tives pour la lutte de classe ? Quels doivent être les axes de l'intervention des révolutionnaires

Où en est la crise ? : crise économique et militarisme

La guerre dans le Golfe est présentée tour à tour et de manière contradictoire par la bour­geoisie, comme étant à l'origine de la crise et comme étant un moyen de surmonter celle-ci en instaurant un « nouvel ordre mondial » de « prospérité » et de « stabilité ». Ce ne sont là que mensonges destinés à masquer la réalité d'une crise qui se développe depuis plus de vingt ans et s'accélère dramatiquement aujourd'hui. Le résultat de la guerre ne peut être qu'une aggravation de la crise dont les prolétaires du monde entier vont subir les effets.

Guerre du Golfe : massacres et chaos capitalistes

Au moment où nous mettons sous presse, la guerre du Golfe est officiellement terminée. Elle a été rapide, bien plus rapide que les états-majors ne le laissaient prévoir ou peut-être même ne l'escomptaient. L'article éditorial qui suit a été écrit au début de l'offensive terrestre de la coalition américaine contre l'Irak, il est donc daté, cependant, la dénonciation qu'il contient de la boucherie qu'a représentée cette guerre est toujours d'actualité. L'introduction reprend en quoi les positions politiques et les analyses qui y sont défendues sont confirmées dès les premiers jours de I'« après-guerre ».

Polémique : le milieu politique prolétarien face à la guerre du golfe

La guerre impérialiste constitue une épreuve de vérité pour les organisations qui se récla­ment de la classe ouvrière. En réalité, c'est une des questions qui permet le plus sûr­ement de déterminer la nature de classe d'une formation politique. Le conflit du Golfe vient d'en constituer une nouvelle illustration.

Editorial : Face à la spirale de la barbarie guerrière, une seule solution : développement de la lutte de classe

L'année 1991 s'ouvre avec la menace d'une guerre terriblement meurtrière, impliquant massivement l'armée de la première puissance capitaliste, les Etats-Unis, avec une plon­gée dans la récession ouverte de l'économie mondiale, d'énormes attaques contre la classe ouvrière des pays développés, une misère de plus en plus épouvantable, non seulement dans le "tiers-monde", mais aussi dans les pays de l'ancien "bloc de l'Est", au premier rang desquels l'URSS, ravagée par la famine.

Irak, Jordanie L'extension d'un chaos de plus en plus incontrôlable

Voilà plus de deux ans que l’armée américaine a pris le contrôle de l’Irak. Voilà plus de deux ans que le chaos se développe implacablement sur tout le pays. Près de 120 000 morts dans la population, 2000 soldats américains tués et 18 000 blessés, sans compter les destructions d'habitations ou de bâtiments publics : l'Irak connaît une des pires situations que l’histoire ait connu depuis la Seconde Guerre mondiale et la guerre contre l'Iran. Mais, en plus des dévastations qui s'abattent sur les Irakiens, cette guerre a pour effet d'attiser plus largement les tensions impérialistes des petits et des grands, et c'est l'ensemble du Moyen- et du Proche-Orient qui est entré irrémédiablement dans une période d'instabilité plus explosive que jamais. Le triple attentat d'Amman en Jordanie, jusqu'ici épargnée, a signé clairement la dynamique actuelle d'extension de cette instabilité.

Après la guerre en Irak : Le "nouvel ordre mondial" signifie toujours plus de chaos

 

Les trois semaines de guerre éclair en Irak ont largement confirmé la validité de l'expression selon laquelle, avant même que la première balle soit tirée, "la première victime de la guerre, c'est la vérité". En fait, jamais auparavant une guerre n'a été autant médiatisée, "vendue", surtout à la population américaine, avec toute la technique et la sophistication de l'industrie cinématographique holly­woodienne.

La barbarie de la guerre en Irak : La société bourgeoise telle qu'elle est vraiment

La guerre actuelle en Irak dévoile d'em­blée toute son horreur et sa barbarie. Quinze jours après le début de cette troisième guerre du Golfe, après celle de 1980-88 entre Irak et Iran et celle de 1991 menée par Bush le père, on ne sait pas encore quand et comment elle se terminera. Mais ce qui se dessine nettement c'est qu'elle durera beaucoup plus de temps que l'avait annoncé le pronostic initial de l’administration du fils

L'Irak s'enfonce dans un chaos sanglant

Il y a maintenant deux ans, l’armée américaine pénétrait dans les rues de Bagdad et son président, Georges Bush, poussait un cynique cri de victoire, "Mission accomplie" ! Des lendemains meilleurs nous étaient promis. Le monde devait devenir plus sûr, l’Irak se transformer en une démocratie stable. Aujourd’hui, la réalité est tout autre. Ce pays plonge chaque jour un peu plus dans le chaos et la barbarie.

Irak : un revers des Etats-Unis qui relance les tensions guerrières

Le 23 février dernier, avec l'accord entre Saddam Hussein et le secrétaire général de l'ONU sur la poursuite de la mission de désarmement de l'Irak, se trouvait sanctionnée l'impasse dans laquelle les Etats-Unis s'étaient mis. Clinton était contraint de remettre l'opération « Tonnerre du désert » qui visait à déclencher de nouveaux bombardements massifs et meurtriers sur l'Irak

Tsunami, Rivalités impérialistes en Irak, au Liban, ... L'hypocrisie humanitaire et démocratique

Si on devait identifier un vice caractéristique de chaque époque de l'histoire humaine, celui du capitalisme serait assurément l'hypocrisie de sa classe dominante. Le grand conquérant Mongol, Jinghiz Khan, amoncelait des pyramides de crânes lors de la conquête des villes insoumises, mais il n'a jamais prétendu le faire pour le plus grand bien de leurs habitants. Il a fallu attendre la démocratie bourgeoise et capitaliste pour entendre déclarer que la guerre était "humanitaire" et qu'il fallait bombarder les populations civiles pour apporter... la paix et la liberté à ces mêmes populations.
Syndiquer le contenu