élections aux États-Unis

L'élection de Trump et le délitement de l'ordre capitaliste mondial

Que peut attendre le monde de la nouvelle administration Trump aux États-Unis? Au lieu de participer à cette tentative de voir dans une boule de cristal ce que sera la politique de l'État américain dans un avenir proche, nous essaierons ici tout d'abord d'analyser pourquoi Trump a été élu président alors que les élites politiques traditionnelles établies n'en voulaient pas.

Trump président: la marque d’un système social moribond

trump-clinton.jpg

Au crépuscule de l’ancienne Rome, les empereurs fous étaient davantage la règle que l’exception. Peu d’historiens doutent désormais que c’était le signe de la décrépitude générale de l’Empire. Aujourd’hui, un clown effrayant a été fait roi de l’État le plus puissant du monde, et pourtant personne ne semble comprendre que c’est le signe que la civilisation capitaliste a également atteint un stade avancé de décadence. Le surgissement du populisme dans les épicentres du système, qui nous a apporté en un court laps de temps à la fois le Brexit et la victoire de Donald Trump, exprime le fait que la classe dominante est en train de perdre le contrôle de la machine politique qu’elle a durant des décennies utilisée pour contrôler la tendance naturelle du capitalisme à son propre effondrement.

Trump ou Clinton : un mauvais choix pour la bourgeoisie et le prolétariat

Nous publions ci-dessous la traduction d'une contribution d'un contact proche du CCI aux États-Unis. Réalisé et posté sur notre site en langue anglaise avant la victoire de Trump, cet article présente un intérêt pour poursuivre la réflexion sur les élections américaines. L'article se penche sur les difficultés actuelles de la bourgeoisie américaine, révélées par la candidature de Trump et la montée du populisme. Bien qu’il ait été écrit avant le scandale concernant l’attitude insultante de Trump à l’égard des femmes, cet épisode confirme un point central de l’analyse de l’article : l’existence d’une tentative concertée au sein des fractions les plus sérieuses de la classe dirigeante, malgré les divisions du parti, d’empêcher Trump d’accéder à la Maison Blanche.

Trump président: la marque d’un système social moribond

trump-clinton.jpg

Au crépuscule de l’ancienne Rome, les empereurs fous étaient davantage la règle que l’exception. Peu d’historiens doutent désormais que c’était le signe de la décrépitude générale de l'Empire. Aujourd'hui, un clown effrayant a été fait roi de l’État le plus puissant du monde, et pourtant personne ne semble comprendre que c’est le signe que la civilisation capitaliste a également atteint un stade avancé de décadence.

La candidature de Donald Trump, des revers pour la bourgeoisie qui ne présagent rien de bon

La bourgeoisie a de plus en plus de mal à contrôler les tendances centrifuges de son appareil politique. La candidature de Donald Trump à la présidence des États-Unis en constitue une illustration. Cet aventurier politique sans scrupules de la classe dominante se sert de la “révolte” populiste de ceux qui ont souffert le plus des bouleversements économiques des trente dernières années pour sa propre auto-glorification.

Obama, président des États-Unis : c'est toujours la bourgeoisie qui gagne les élections

Ce ravalement de façade de l'Amérique souligne la capacité d'adaptation d'une grande puissance déclinante qui, pour préserver sa crédibilité et rompre son dangereux isolement dans sa domination impérialiste, doit cesser d'apparaître toujours dans le même rôle de grand méchant gendarme du monde.

Election d'Obama : les habits neufs de l'État américain

Cet article, dénonçant la propagande mensongère entourant l’élection d’Obama, est  repris d’Internationalism, section du CCI aux Etats-Unis.
Syndiquer le contenu