La vague révolutionnaire, 1917-1923

90 ans après, l'écrasement de Cronstadt reste une tragédie toujours en débat au sein du camp révolutionnaire

Ces dernières semaines, les discussions sur le forum du CCI ont été particulièrement animées et passionnées autour d’un événement tragique: l’écrasement, dans le sang, des insurgés de Cronstadt. Il y a 90 ans, en 1921, des ouvriers se sont dressés face au Parti bolchevique, réclamant, entre autre, la restitution du pouvoir réel aux soviets et sans le Parti bolchevique. Le Parti communiste a alors pris la terrible décision de les réprimer. Une participante à ce débat, prénommée Youhou, nous a envoyé la lettre que nous publions ci-dessous et que nous saluons chaleureusement. Elle y fait à la fois l’effort d’essayer de synthétiser les différents points de vue qui se sont faits jour au fil des interventions et de prendre clairement position.

Qu'est-ce que les conseils ouvriers (V) : 1917-21 : les soviets face à la question de l'Etat

Dans l’article précédent de cette série (Revue internationale n° 143), nous avons vu comment les soviets, qui avaient pris le pouvoir en Octobre 1917, le perdirent progressivement au point de ne plus être qu’une façade, maintenue en vie artificiellement pour occulter le triomphe de la contre-révolution capitaliste qui s’était instaurée en Russie. Le but de cet article est de comprendre les causes de ce processus et de tirer les leçons qui sont indispensables aux futures tentatives révolutionnaires.

La révolution hongroise de 1919 : l'exemple de la Russie inspire des ouvriers hongrois (II)


Dans le précédent article de cette série, nous avons vu comment le Parti social-démocrate, principal rempart du capitalisme, avait tenté une manœuvre répugnante pour faire face au développement croissant de la lutte ouvrière. Cette manœuvre consistait à rendre les communistes responsables d'un étrange assaut perpétré contre la rédaction du journal social-démocrate Népszava, afin de les criminaliser et pouvoir par la suite déchaîner une vague de répression qui, partant des communistes, s’achèverait par l'annihilation des conseils ouvriers naissants et la destruction de toute velléité révolutionnaire dans le prolétariat hongrois.

Dans ce second article nous verrons comment cette manœuvre échoua, et comment la situation révolutionnaire continuant de mûrir.

Qu'est-ce que les conseils ouvriers (IV) : 1917-21 : les soviets tentent d'exercer le pouvoir

Nous aborderons dans cet article la tentative d'exercice du pouvoir par les soviets, moment fondamental dans l'histoire de l’humanité : "car pour la première fois ce n'est pas une minorité, ce ne sont pas uniquement les riches, uniquement les couches instruites, c'est la masse véritable, l'immense majorité des travailleurs qui édifient eux-mêmes une vie nouvelle, tranchent en se fondant sur leur expérience, les problèmes si ardus de l'organisation socialiste".

Qu'est-ce que les conseils ouvriers (III) : la révolution de 1917 (de juillet à octobre), du renouvellement des conseils ouvriers à la prise du pouvoir

Dans ce troisième article de la série, nous verrons comment ils furent reconquis par la masse des travailleurs et des soldats qui purent ainsi prendre le pouvoir en octobre 1917.

1914 - 23 : dix années qui ébranlèrent le monde (I) - la révolution hongroise de 1919

Il est vital pour les générations actuelles de connaître cette décennie, de la comprendre, de réfléchir sur ce qu’elle représente, d'en tirer les leçons qu’elle apporte.

Il y a 90 ans, la révolution allemande . 1918 - 19 : De la guerre à la révolution

  Dans la première partie de cette série d'articles publiée à l'occasion de l'anniversaire de la tentative révolutionnaire en Allemagne, nous avons examiné le contexte historique mondial dans lequel la révolution s'est déroulée. Ce contexte, c'était la catastrophe de la Première Guerre mondiale et l'incapacité de la classe ouvrière et de sa direction politique à en prévenir l'éclatement.

 

John Reed, "Dix jours qui ébranlèrent le monde" (Extraits, 1919)

 C'est ainsi, dans le fracas de l'artillerie, dans l'obscurité, au milieu des haines, de la peur et de l'audace la plus téméraire, que naquit la nouvelle Russie (…) 

Russie, Octobre 1917 : Salut à la Révolution prolétarienne !

Tous les dix ans, la bourgeoisie fête à sa manière la décennie de plus qui l'éloigne dans le temps de la pire expérience qu'elle ait connue : la Révolution prolétarienne en Russie d'Octobre 1917. Et tous les dix ans, revient le rouleau compresseur idéologique des médias bourgeois qui nous "démontrent" que non seulement cet "Octobre Rouge" a été épouvantable, mais que cet événement ne pouvait qu'ouvrir la porte à la plus effroyable des barbaries.

Juillet 1917 en Russie : face aux manoeuvres de la bourgeoisie, le rôle vital du Parti bolchevique

Ces journées de juillet révèlent l'importance des responsabilités du Parti.

Révolution et contre-révolution en Italie (1919-1922) 1° partie.

Toute  thèse conçue sur le plan national étudie la situation de 1’Italie contemporaine "in vitro", par le décalage, l'inégalité de développement entre le nord industriel et, le Mezzogiorno caractérisé par une agriculture fondée sur le système des tenures et des latifundia, région où au début de ce siècle le revenu était moitié moindre de celui des provinces septentrionales.

1919 : fondation de l'Internationale Communiste

Parmi les nombreux anniversaires historiques à célébrer en cette année 1989, il en est un que les médias et les histo­riens passent sous silence, ou bien, quand ils l'évoquent - en général très rapidement -, c'est pour en dénaturer consciemment la signification. En mars 1919 s'est tenu le premier congrès de l'Internationale Communiste, le congrès de constitution de la 3e Internationale.

Assassinat de Trotski en tant que révolutionnaire

Avec cet article nous ne souhaitons pas uniquement rappeler une grande figure du prolétariat et sacrifier à la mode des anniversaires mais aussi profiter de cet évènement pour faire le point sur ses erreurs et sur certaines de ses prises de positions politiques au début de la guerre.

RUSSIE 1917, ALLEMAGNE 1918 : la révolution ouvrière met fin à la guerre impérialiste

(D'après Révolution Internationale N°199; mars 91)

Contrairement à ce que soutient l'histoire officielle, celle de la bourgeoisie, la première guerre mondiale n'a pas pris fin, le 11 novembre 1918, parce que les forces de l'alliance germano-autrichienne avaient subi une défaite militaire décisive ou se trouvaient hors de mesure de poursuivre le combat. Non, l'armistice fut signé pour la raison que les bourgeoisies des deux camps belligérants devaient alors faire face à l'extension mondiale de la révolution ouvrière. De fait, c'est la menace immédiate de l'insurrection du prolétariat en Europe qui a entraîné l'arrêt forcé de la tuerie capitaliste.

Livres - Sur « La Gauche Communisme en Allemagne ‎‎(1918-21)‎ ‎ » de D. Authier et J. Barrot (notes de ‎lecture)‎


Nous saluons d'abord la parution récente de l'ouvrage de Denis Authier et Jean Barrot, qui manifeste incontestablement un souci d'analyse d'un point de vue marxiste révolutionnaire et qui met à la disposition de nombreux camarades, des textes de la Gauche jusqu'alors introuvables. Il va de soi que l'on ne saurait trop insister sur la nécessité de telles études qui déchirent un petit bout du voile diffamatoire recouvrant la richesse des positions de la Gauche Communiste. Le livre est un des seuls à mettre en avant la perspective communiste ouverte par la révolution en Russie et ce, dans la période historique des révolutions prolétariennes. Ce travail a de grandes qualités, mais également des faiblesses que nous allons essayer de développer ici.

Syndiquer le contenu