Les soi-disant partis "ouvriers"

Socialisme ou barbarie!

Quand la guerre éclate le 4 août 1914, ce n’est guère une surprise pour les populations européennes et pour les ouvriers plus particulièrement. Les ouvriers comptaient sur l'Internationale socialiste pour empêcher la guerre, et pourtant, en août 1914, l’Internationale s’effondre ou, plus exactement, elle se disloque lorsque tous les partis qu’elle regroupe (à quelques honorables exceptions près, comme les Russes ou les Serbes) trahissent l’internationalisme prolétarien, son principe fondateur, au nom de la défense de la “patrie en danger” et de la “culture”.

Comment une telle catastrophe est-elle possible ?

Moderne ou rénovée, la social-démocratie reste tachée du sang de la classe ouvrière

Le rôle du parti socialiste en Belgique, rebaptisé PSB, puis scindé en un PS francophone et un SPa néerlandophone, n'est guère différent. Lors des grandes grèves de 1960-61 en Belgique, directions du parti et des syndicats affirment : « Nous avons par tous les moyens essayé de ... limiter la grève à un seul secteur » (L. Major), et ceci pour ensuite diviser et enfermer le mouvement dans le régionalisme. Lors de la grève dans les mines du Limbourg en 1966, le ministre socialiste de l'intérieur, A. Vranckx, fait tirer sur les grévistes. Et ils seront en pointe dans toutes les rationalisations, les programmes d'austérité : les noms de Claes, Mathot, Tobback, Spitaels, Di Rupo ou Vande Lanotte sont associés aux restructurations de la sidérurgie dans les années 1970, à la fermeture des mines du Limbourg en 1987, la rationalisation de la SNCB et de la poste dans les années 1990, l'austérité imposée aux employés communaux de Liège ou Anvers, au plans d'austérité pour rentrer dans l'Euro du gouvernement Dehaene dans les années 1990 tout comme au pacte des générations, imposé par le gouvernement Verhofstadt en 2005.

Organisations à la gauche du PS et élections: Une "autre gauche", une alternative radicale à la mascarade électorale?

Face aux programmes électoraux de plus en plus creux des partis traditionnels, PS/ SPa compris, des appels fleurissent, jusque dans les médias bourgeois, pour appeler à la création d'un "parti populaire et combatif à la gauche du PS ou des écolos". Dans la perspective des élections du 10 juin, diverses initiatives ont d'ailleurs été lancées pour amorcer une telle dynamique.

"Moderne" ou "rénovée", la social-démocratie reste tâchée du sang de la classe ouvrière

s'il y a un rapport évident et historique entre la social-démocratie et le mouvement ouvrier, ce rapport a volé en éclats il y a près d'un siècle, dans une rupture définitive en forme d’aller sans retour, au cours de la Première Guerre mondiale.

Le gauchisme en France depuis 10 ans

Depuis mai 68, en France, le mouvement gauchiste a subi de nombreuses transformations. Si 1969 a été l'année de pointe de son renforcement, les années qui vont suivre vont voir un relatif recul de l'influence de certains groupes gauchistes et le développement d'une certaine crise qui va se manifester de façon différente suivant les courants.

Kermesse de "Lutte Ouvrière" : un discours radical pour mieux tromper les ouvriers

Lutte Ouvrière a tenu, comme chaque année lors du week-end de Pentecôte, sa grande fête dans le parc de son château. Encore une fois, l’attraction principale fut sans conteste les inimitables discours contorsionnistes tenus par LO, maniant d’un côté une phraséologie radicale et combative pour de l’autre saper toute volonté de lutte en rabattant les ouvriers vers les ‘solutions’, en forme d’impasse, de la gauche.

Juin 1936 : Comment le Front Populaire a préparé la guerre

Dans le "grand manuel d’Histoire" de la bourgeoisie, le mois de juin 1936 est figé comme un mythe.

Le trotskysme contre la classe ouvrière

Né comme courant d'opposition opportuniste à la dégenérescence de l'Internationale communiste et la contre-révolution stalinienne, le trotskysme est passé définitivement du côté de la classe dominante avec son soutien au camp "démocratique" lors de la deuxième guerre mondiale impérialiste. Sa nature fondamentalement anti-ouvrière n'a fait que se confirmer depuis.

A propos du livre de Besancenot : les cent recettes de la LCR pour ne pas détruire le capitalisme

"Un autre monde est possible." Ce slogan nous le connaissons tous, il est devenu la marque de fabrique de ce fameux courant anti-mondialisation dans lequel la Ligue Communiste Révolutionnaire occupe, du moins en France, une place de choix.

France - Le Front Populaire embrigade le prolétariat français dans la guerre

Deux grandes étapes du Front Populaire mettent en évidence son rôle déterminant dans la préparation de la guerre impérialiste en France, à travers un partage du travail au sein des partis de gauche de l’appareil bourgeois national.

Espagne : quand la démocratie prend la relève de la dictature franquiste pour désamorcer la lutte de classe

Actuellement l’Espagne nous offre un exemple particulièrement parlant de la forme dont la bourgeoisie parvient à prendre conscience de la nécessité de mettre sur pied une mascarade de gauche, antifasciste, sans que pourtant on ait vu surgir un "machiavel" méphistophélique de derrière la banque de Bilbao.

« Lutte Ouvrière », un fidèle serviteur de la bourgeoisie

A travers la mystification électorale comme dans les luttes de classes, la fonction essentielle de l'organisation trotskiste "Lutte Ouvrière" (LO) est de pousser les ouvriers sur le terrain de la bourgeoisie, et en particulier de les rabattre vers les partis de gauche et les syndicats,

1936 : la gauche mène le prolétariat à la boucherie impérialiste

Il y a 50 ans, en 1936, au printemps, explosait en France une vague de grèves ouvrières spontanéescontre l'aggravation de l'exploitation provoquée par la crise économique et le développement de l'économie de guerre. En juillet, en Espagne, face soulèvement militaire de Franco, l'ensemble de la classe ouvrière partait aussi en grève pour répondre à l'attaque. Trotski crut voir le début d'une nou­velle vague révolutionnaire  internationale.
Syndiquer le contenu