Polémique : derrière la « mondialisation » de l'économie l'aggravation de la crise du capitalisme

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail
  • Hommes politiques, économistes et médias nous ont habitués aux plus stu­péfiantes théories dans leur ten­tative désespérée d'occulter la faillite absolue du système capitaliste, et pour justifier l'interminable escalade d'attaques contre les conditions de vie de la classe ou­vrière.
  • Il y a maintenant 25 ans, un Président américain porte-parole du conser­vatisme le plus radical, Nixon, pro­clamait aux quatre vents : « nous sommes tous key­né­siens ». En ce temps-là, face à l'ag­gra­vation de la crise, la bourgeoisie avan­çait « l'inter­vention de l'Etat », le déve­loppement de « l'Etat social et égali­taire », comme potion magique pour soigner tous les maux. C'est au nom de cette politique qu'il était de­mandé aux ouvriers de consentir des sacrifices pour « sortir du tunnel ».
  • Pendant les années 1980, face à l'évi­dence du marasme économique, la bourgeoisie dut changer de mon­ture. C'est l'Etat qui était alors deve­nu le res­ponsable de tous les maux et l'univer­selle panacée fut : « moins d'Etat ». Ce furent les années dorées des « reaganomics », qui provoquèrent dans le monde entier la plus formi­dable vague de licenciements depuis les années 1930, et qui fut organisée par l'Etat.
  • Aujourd'hui, la crise du capitalisme a at­teint un tel niveau de gravité que tous les Etats industrialisés ont dû mettre à l'ordre du jour la liquidation pure et simple des minimums so­ciaux garantis (allocations chômage, retraites, santé, éducation ; mais aussi les indemnités de licenciement, la durée de la journée de travail, la sécurité, etc.) dont jouis­sent encore les travailleurs sous le masque de l' « Etat providence ».
  • Cette attaque impitoyable, ce saut quali­tatif dans la tendance annoncée par Karl Marx à la paupérisation ab­solue de la classe ouvrière, se justifie et s'accom­pagne d'une nouvelle idéologie : « la mondialisation de l'économie mondiale ».

 

Les serviteurs du capital ont découvert... la lune ! Ils vendent avec cent cinquante ans de retard une soi-disant « grande nouveauté de la fin du siècle », qu'Engels constatait déjà dans les Principes du communisme, écrits en 1847 : « Les choses sont arrivées à un tel point qu'une nouvelle machine qui s'invente aujourd'hui en Angleterre pourra, en l'es­pace d'une année, condamner des millions d'ouvriers en Chine à la famine. Ainsi, la grande industrie a lié les uns aux autres tous les peuples de la Terre, a uni en un seul marché mondial tous les marchés locaux, a préparé partout le terrain pour la civilisa­tion et le progrès, et elle l'a fait de telle fa­çon que tout ce qui se réalise dans les pays civilisés se répercute nécessairement dans tous les autres. »

Le capitalisme a besoin de s'étendre à l'échelle mondiale, imposant son système d'exploitation salariée à tous les recoins de la planète. L'intégration dans le marché mondial, au début de ce siècle, de tous les territoires significatifs de la planète et la difficulté pour en trouver de nouveaux, ca­pables de satisfaire les besoins toujours croissants de l'expansion du capitalisme, marquent précisément la décadence de l'ordre bourgeois, comme le soutiennent les révolutionnaires depuis 80 ans.

Dans ce cadre de saturation chronique du marché mondial, le 20e siècle est le témoin d'un approfondissement sans précédent de la concurrence entre les divers capitaux natio­naux. Face à des besoins croissants de réali­sation de la plus-value, les marchés rétrécis­sent toujours plus. Ceci impose un double mouvement à chaque capital national : d'un côté, protéger par un ensemble de mesures (monétaires, législatives, etc.) ses produits propres face aux assauts des capitaux con­currents, et d'un autre tenter de convaincre ces derniers d'ouvrir leurs portes à ses mar­chandises (traités commerciaux, accords bilatéraux, etc.).

Quand les économistes bourgeois parlent de « mondialisation », ils laissent entendre que le capitalisme peut s'administrer de façon consciente et unifiée par le biais des règles données par le marché mondial. C'est exac­tement le contraire qui est vrai : les réalités du marché mondial imposent leurs lois, mais dans un cadre dominé par les tentatives désespérées de chaque capital national de leur échapper et de faire en sorte que ce soient les rivaux qui supportent ce joug.. Le marché mondial actuel « mondialisé » ne crée pas un cadre de progrès ni d'unification, mais au contraire l'anarchie et la désagréga­tion. La tendance du capitalisme décadent est à la désarticulation du marché mondial, soumis à la puissante force centrifuge d'éco­nomies nationales structurées par des Etats hypertrophiés qui tentent par tous les moyens (y compris militaires) de protéger le produit de l'exploitation de leurs travailleurs respectifs contre les assauts des concurrents. Alors que la concurrence entre nations con­tribuait au siècle dernier à la formation et à l'unification du marché mondial, la concur­rence organisée de chaque Etat national au 20e siècle tend précisément à l'inverse : la désagrégation et la décomposition du mar­ché mondial.

C'est exactement pour cette raison que la « mondialisation » ne peut s'imposer que par la force. Dans le monde issu de Yalta, les Etats-Unis et l'URSS profitèrent des avantages donnés par la discipline de bloc impérialiste pour créer des organismes très structurés pour réglementer (à leur avantage bien sûr) le commerce mondial : le GATT, le FMI, le Marché commun, le Comecon dans le bloc russe, etc. Expressions de la force militaire et économique des têtes de bloc, ces organismes ne parvinrent jamais malgré tout à supprimer les tendances à l'anarchie et à organiser un marché mondial harmonieux et unifié. La disparition des deux grands blocs impérialistes après 1989 [1] a considérablement accéléré la concur­rence et le chaos dans le marché mondial.

La « mondialisation » va-t-elle en finir avec cette tendance ? A en croire ses apôtres, la « mondialisation » part d'un marché mondial « déjà unifié » qui va avoir un « effet salu­taire » sur toutes les économies et va per­mettre au monde entier de sortir de la crise en le débarrassant « des égoïsmes natio­naux ». Si nous examinons chacun des traits qui, selon les économistes, caractérisent la « mondialisation », nous constatons qu'au­cun d'entre eux ne suppose un « dépassement » du chaos dans lequel se dé­bat le marché mondial, pas plus que de la crise qui ne fait que s'aggraver. Pour com­mencer, les « transactions électroniques via Internet » supposent une accentuation considérable des risques d'impayés, déjà très élevé, contribuant ainsi de fait à augmenter le fardeau toujours plus insupportable de l'endettement. Quant à la « mondialisation » des marchés monétaires et financiers, nous avions déjà analysé ce qu'elle vaut : « Un krach financier est inévitable. Sous certains aspects, il est même déjà en cours. Même du point de vue du capitalisme, une forte "purge" de la "bulle spéculative" est indis­pensable. (...) Aujourd'hui, la bulle spécula­tive et, surtout, l'endettement des Etats ont augmenté de façon inouïe. Dans ces circons­tances, nul ne peut prévoir où s'arrêtera la violence d'une telle purge. Mais, en tout état de cause, elle se traduira par une destruction massive de capital fictif qui jettera dans la ruine des pans entiers du capital mondial. » [2]

Ce à quoi prétend la « mondialisation » est en réalité assez différent des musiques cé­lestes que tentent de nous vendre ses chan­tres. Il tente de répondre aux problèmes ur­gents posés par l'état actuel de la crise du capitalisme : la baisse des coûts de produc­tion ; la destruction des barrières protec­tionnistes pour que les capitalismes les plus compétitifs puissent profiter des marchés toujours plus réduits.

Par rapport à la baisse des coûts de produc­tion, nous avions déjà noté que : « L'intensification de la concurrence entre capitalistes, exacerbée par la crise de sur­production et la rareté des marchés solva­bles, pousse ceux-ci à une modernisation à outrance des processus de production, remplaçant des hommes par des machines, dans une course effrénée à la "baisse des coûts". Cette même course les conduit à déplacer une partie de la production vers des pays où la main d'oeuvre est meilleur marché (Chine et Sud-Est asiatique actuel­lement par exemple). » [3]

Ce second aspect de la réduction des coûts (transfert de certaines parties de la produc­tion vers des pays aux coûts salariaux moins élevés) s'est accéléré durant les années 1990. Nous voyons à présent comment les capitalistes « démocratiques » ont recours aux bons services du régime stalinien chi­nois pour produire à des coûts dérisoires des com­pacts, des chaussures de sport, des dis­ques durs, des modems, etc. Le décollage des fameux « dragons asiatiques » est basé sur le fait que la fabrication d'ordinateurs, d'aciers ordinaires, de composants électroni­ques, de tissus, etc., a été déplacée vers ces paradis aux « coûts salariaux infimes ». Le capitalisme aux abois sous les coups de la crise doit profiter à fond des différences de coûts salariaux : « les coûts salariaux totaux (charges comprises) dans l'industrie des dif­férents pays en voie de développement qui produisent et exportent des produits manu­facturés mais aussi des services, varient de 3 % (Madagascar, Viet Nam) à 40 % par rapport à la moyenne des pays plus riches d'Europe. La Chine se trouve à environ 5 à16 %, et l'Inde vers 5 %. Avec l'effondre­ment du bloc soviétique, il existe à présent aux portes de l'Union européenne une ré­serve de main d'oeuvre dont le coût ne dé­passera pas 5 % (Roumanie) ou 20 % (Pologne, Hongrie) par rapport aux coûts en Allemagne. » [4]

Voilà quel est le premier aspect de la « mondialisation ». Ses conséquences sont la baisse du salaire moyen mondial, mais aussi les licenciements massifs dans les grands centres industriels sans que cette réduction de postes de travail soit compen­sée par la création dans des proportions identiques dans les nouvelles usines ultra automatisées. Enfin, loin de remédier à la maladie chronique du capitalisme (la satu­ration des marchés), elle ne peut que l'ag­graver en contribuant à réduire la demande dans les grands pays industrialisés sans la compenser par une croissance parallèle de la consommation dans les économies émergen­tes. [5]

Pour ce qui est de la destruction des barriè­res douanières, il est certain que la pression des « grands » a eu comme résultat que des pays comme l'Inde, le Mexique ou le Brésil révisent leurs taxes à la baisse au prix d'un endettement considérable (ces mêmes for­mules furent utilisées au cours des années 1970 et conduisirent à la catastrophe de la crise de l'endettement en 1982), mais le soulagement apporté à l'ensemble du capital mondial est totalement illusoire : « ... le récent effondrement financier d'un autre pays "exemplaire", le Mexique, dont la monnaie a perdu la moitié de sa valeur du jour au lendemain, qui a nécessité l'injec­tion urgente de près de 50 millions de dol­lars de crédits (de très loin la plus grande opération de "sauvetage" de l'histoire du capitalisme) résume la réalité du mirage que constitue "l'émergence" de certains pays du tiers-monde. » [6]

Nous n'assistons pas, sous les effluves de l'actuelle « mondialisation », à une diminu­tion du protectionnisme ou de l'interven­tionnisme de l'Etat par rapport aux échanges commerciaux, mais bien au contraire à leur amplification, tant par les moyens tradition­nels que par des trouvailles récentes :

  • Clinton lui-même qui, en 1995, parvint à faire en sorte que le Japon ouvre ses fron­tières aux produits américains, qui, sans relâche, demande à ses « associés » la « liberté de commerce », donna l'exemple dès son élection, par l'augmentation des taxes sur les avions, l'acier et les produits agricoles, limitant en outre les achats de produits étrangers aux agences étatiques ;
  • le célèbre Uruguay Round, qui donna lieu à la substitution de l'ancien GATT par la nouvelle Organisation mondiale du com­merce (OMC), n'a obtenu qu'un accord to­talement illusoire : les taxes n'ont été éliminées que dans 10 secteurs industriels, et dans 8 autres elles ont été réduites de 30 %, mais le tout étalé sur dix ans !
  • une expression massive du neo-protec­tionnisme se trouve dans les normes écologiques, sanitaires et même de « bien-être » ; les pays les plus industrialisés im­posent des barèmes impossibles pour leurs concurrents : « ... dans la nouvelle OMC, les groupes industriels, les organisations syndicales et les militants verts luttent pour que les biens collectifs que sont le milieu ambiant, le bien-être social, etc., ainsi que leurs normes, ne soient pas régu­lées par le marché mais par la souverai­neté nationale qui ne peut se copartager sur ce terrain. » [7].

La formation de « zones régionales » (Union européenne, accords du Sud-est asiatique, Traité de libre commerce en Amérique du Nord, etc.) ne contredit pas cette tendance, dans la mesure où elle obéit aux besoins de groupes de nations capitalistes de créer des zones protégées à partir desquelles elles peuvent affronter des rivaux plus puis­sants. Les USA répliquent à l'Union euro­péenne par le Traité de libre commerce et le Japon quant à lui se fait le promoteur d'un accord des « dragons » asiatiques. Ces « groupes régionaux » tentent de se protéger de la concurrence tout en étant eux-mêmes de véritables nids de vipères où se multi­plient quotidiennement les affrontements commerciaux entre partenaires. Il suffit pour s'en convaincre d'admirer le spectacle édi­fiant de « l'harmonieuse » Union euro­péenne, en permanence perturbée par les sempiternels litiges entre les Quinze.

Ne nous leurrons pas, les tendances les plus aberrantes qui expriment la décomposition du marché mondial ne cessent de s'affirmer : « Aujourd'hui, l'insécurité monétaire au niveau international est devenue telle qu'on voit de plus en plus resurgir cette forme archaïque de l'échange que constitue le troc, c'est-à-dire l'échange de marchandises directement sans recours à l'intermédiaire de l'argent. » [8] Un autre type de combine auquel ont recours les Etats, y compris les plus riches, est celui de la dévaluation de la monnaie qui permet de vendre automati­quement moins cher ses propres marchandi­ses, tout en augmentant le prix de celles des rivaux. Toutes les tentatives pour empêcher ces pratiques généralisées se sont soldées par des échecs catastrophiques comme en fait foi l'effondrement du Système monétaire européen.

La « mondialisation », une attaque idéologique contre la classe ouvrière

Nous voyons donc que le « mondialisme » est un rideau de fumée idéologique qui tente d'occulter la réalité de l'effondrement du capitalisme dans la crise généralisée et le désordre croissant qui en découle au niveau du marché mondial.

Le « mondialisme » se veut cependant plus ambitieux. Il prétend dépasser et même « détruire » (ce sont les propres mots des « mondialistes » les plus osés) l'Etat nation, rien de moins ! C'est ainsi qu'un de ses chan­tres prestigieux, le japonais Kenichi Ohmae, nous dit que : « ... en quelques mots, en termes de flux réel d'activité économique, les Etats-nations ont déjà perdu leur rôle d'unités significatives de participation dans l'économie sans frontières du monde ac­tuel. » [9] Il n'hésite pas à qualifier les Etat-nations de « filtres brutaux » et nous promet le paradis de l'économie « globale » : « Au fur et à mesure qu'augmente le nombre d'individus traversant le filtre brutal qui sépare les géographies, anciennes coutumes de l'économie mondiale, le pouvoir sur l'activité économique passera inévitable­ment des mains des gouvernements centraux des Etats-nations vers celles des réseaux sans frontières des innombrables décisions individuelles, basées sur le marché. » [10]

Jusqu'à présent, seul le prolétariat combat­tait l'Etat-nation. Mais comme on le voit, l'audace des idéologues bourgeois n'a pas de limites : les voilà prétendant s'ériger en mili­tants de la « lutte contre l'intérêt national ». Au paroxysme de l'exaltation, deux de ces représentants, adeptes de la « mondialisation », MM. Alexander King et Bertrand Schneider, intitulent leur livre « La Première révolution mondiale ».

Cependant, c'est dans le cadre de l'offensive idéologique de la bourgeoisie contre l'en­semble du prolétariat que cette « phobie » anti-nations joue son rôle le plus néfaste. Un des aspects de cette offensive est de piéger le prolétariat dans un faux dilemme :

  • d'un côté, les forces politiques qui défen­dent de façon décidée le « mondialisme » (en Europe ce sont les partisans de Maastricht) soulignent la nécessité de « dépasser les égoïsmes nationaux rétro­grades » pour s'intégrer dans de « vastes ensembles mondiaux » permettant de sortir de la crise ;
  • de l'autre, les partis de gauche (surtout quand ils sont dans l'opposition) et les syndicats cherchent à lier la défense des intérêts ouvriers à celle de l'intérêt national soi-disant piétiné par les gouvernements « traîtres à la patrie ».

Les tenants de la « mondialisation », soi-disant pourfendeurs de l'intérêt national, fulminent contre ce qu'ils appellent le « minimum social garanti », c'est-à-dire la sécurité sociale, les indemnisations de li­cenciement, les allocations de chômage ou de retraite, les aides à l'éducation ou au lo­gement, le code du travail qui limite la du­rée de la journée de travail, les cadences, l'âge de l'embauche, etc. Voilà, selon eux, les « horribles » entraves que porte en lui l'Etat-nation, prisonnier de ces « affreux » groupes de pression constitués par les tra­vailleurs.

Nous voici donc enfin arrivés au coeur du « mondialisme », à ce qu'il reste de lui une fois qu'on l'a dépouillé de ses oripeaux (qu'ils se nomment « dépassement de la crise » ou « internationalisme des individus libres dans un marché libre »). Il ne prétend en fin de comptes qu'à être le nouvel alibi de l'attaque qu'impose la crise du capital à tous les Etats-nations : en finir avec le « minimum social garanti », cet ensemble de prestations sociales et de législation du travail qui, avec le développement de la crise, sont devenus insupportables.

Ici intervient l'autre aspect de l'attaque idéologique de la bourgeoisie, celui qui est porté par les syndicats et la gauche. Ces dernières cinquante années, le « minimum social garanti » a été le phare de ce qu'il a été convenu d'appeler le Welfare State, qui était la façade « sociale » du capitalisme d'Etat. Face aux ouvriers, cet « Etat social » était présenté comme la manifestation de la capacité de l'exploitation capitaliste à s'adoucir, comme « la preuve » concrète qu'au sein de l'Etat national pouvaient se concilier les classes et que leurs intérêts respectifs pouvaient être pris en comptes.

Les syndicats et la gauche (en particulier quand ils sont dans l'opposition) s'affichent comme les grands défenseurs de cet « Etat social ». Ils mettent en avant le conflit entre « l'intérêt national » qui permettrait le maintien d'un « minimum social » et le « cosmopolitisme apatride » des gouverne­ments. C'est un des aspects qui a d'ailleurs eu un impact non négligeable dans la ma­noeuvre de la bourgeoisie en France pendant les luttes de l'automne 1995. Il s'agissait de présenter le mouvement comme une mani­festation anti-Maastricht, une sorte de ras-le-bol général de la population contre les pénibles exigences des « critères de convergence » et ce sont les syndicats qui canalisaient ce « mouvement ».


Les contradictions de Battaglia Comunista face à la « mondialisation »

La tâche des groupes de la Gauche commu­niste (base du futur parti mondial du prolé­tariat) est de dénoncer sans concessions ce venin idéologique. Face à ces nouvelles attaques, la classe ouvrière n'a pas à choisir entre « l'intérêt national » et « le mondia­lisme ». Ses revendications ne se situent pas dans le camp de la défense du Welfare State, mais dans la défense intransigeante de ses intérêts de classe. La perspective de ses luttes ne se situe pas dans le faux dilemme entre le « social-patriotisme » et le « mon­dialisme », mais dans la destruction de l'Etat capitaliste dans tous les pays.

La question de la « mondialisation » a été traitée à maintes reprises par Battaglia Comunista (BC) qui lui a dédié plusieurs articles dans Prometeo, sa revue théorique semestrielle. BC défend avec une grande fermeté une série de positions de la Gauche communiste que nous voulons souligner :

- il dénonce sans concession la « mondialisation » comme étant une puis­sante attaque contre la classe ouvrière, fai­sant remarquer qu'elle se base « sur l'appauvrissement progressif du proléta­riat mondial et le développement de la forme la plus violente de surexploita­tion » ; [11]

- il rejette l'idée qui affirme que la « mondialisation » est un dépassement des contradictions du capitalisme : « Il est im­portant de souligner que les modifications les plus récentes intervenues dans le sys­tème économique mondial sont entièrement reconductibles dans le cadre du processus de concentration-centralisation, marquant certainement une nouvelle étape mais en aucun cas le dépassement des contradic­tions immanentes au processus d'accumu­lation du capital » [12] ;

- il reconnaît que les restructurations et les « innovations technologiques » introduites par le capitalisme dans les années 1980 et 1990 n'ont pas signifié une amplification du marché mondial : « (...) contrairement aux espérances, la restructuration basée sur l'introduction de technologies se subs­tituant à la main d' oeuvre sans donner lieu à l'apparition de nouvelles activités productives compensatoires, interrompt au lieu de relancer ce que l'on appelle le "cercle vicieux" qui a été la base du puis­sant développement de l'économie mon­diale pendant la première phase du capi­talisme monopoliste. Pour la première fois, les investissements supplémentaires ont déterminé une réduction tant absolue que relative de la force de travail engagée dans le processus productif, au lieu de l'augmenter » [13] ;

- il rejette toute illusion tendant à voir la « mondialisation » comme une forme har­monieuse et ordonnée de la production mondiale, affirmant sans la moindre équi­voque que « nous assistons au paradoxe d'un système qui recherche un maximum de rationalité à travers le monopole et ne parvient qu'à l'irrationalité la plus ex­trême : tous contre tous, chaque capital contre tous les capitaux ; le capital contre le capital » [14] ;

- il rappelle que « l'effondrement (du sys­tème capitaliste) n'est pas le résultat ma­thématique des contradictions du monde de l'économie, mais l'oeuvre du prolétariat qui a pris conscience que ce monde n'est pas le meilleur des mondes » [15].

Nous soutenons ces positions et partant de cet accord, nous voulons combattre quelques confusions et contradictions dont souffrent à notre avis BC. Cette polémique n'est bien sûr pas gratuite, elle a un objectif militant clair : face à l'aggravation de la crise, il est vital de dénoncer les théories fumeuses du genre « mondialisation », dont l'objectif n'est que d'embrumer la prise de conscience du fait que le capitalisme est aujourd'hui le « pire des mondes possibles » et doit être en conséquence détruit sur toute la planète.

Ce qui nous surprend tout d'abord, c'est que BC pense que « grâce aux progrès de la mi­cro-électronique, tant en ce qui concerne les télécommunications qu'en ce qui concerne l'organisation du cycle de production, la planète s'est unifiée de fait. » [16] Les ca­marades se font avoir par les âneries répé­tées par la bourgeoisie sur le « miracle uni­ficateur » que supposeraient les télécom­munications et Internet, oubliant que « (...) d'un côté, la formation d'un marché mondial internationalise la vie économique, mar­quant profondément la vie de tous les peu­ples ; mais d'un autre côté se produit la nationalisation, toujours plus accentuée, des intérêts capitalistes, ce qui traduit de façon plus évidente l'anarchie de la concurrence capitaliste dans le cadre de l'économie mondiale et qui conduit à de violentes con­vulsions et catastrophes, à une immense perte d'énergie, posant ainsi impérativement le problème de l'organisation de nouvelles formes de vie sociale. » [17]

Une autre faiblesse d'analyse de BC réside dans l'étrange découverte qu'il fait selon laquelle « quand l'ancien Président des Etats-Unis, Nixon, assume la décision his­torique de dénoncer les accords de Bretton Woods et déclare la non-convertibilité du dollar, il était loin d'imaginer qu'il ouvrait le cours à un des plus gigantesques proces­sus de transformation qu'ait connu le mode de production capitaliste au long de son histoire... S'ouvrait alors une période d'alté­rations profondes qui a changé la face du monde en moins de 20 ans et a poussé les rapports de domination impérialistes à leurs plus extrêmes conséquences. » [18]

On ne peut analyser comme cause (la fa­meuse décision de 1971 de déclarer la non-convertibilité du dollar) ce qui n'est qu'un effet de l'aggravation de la crise capitaliste et qui de toute façons n'a pas eu le moins du monde comme conséquence d'altérer les « rapports de domination impérialistes ». L'économisme de BC, que nous avons déjà eu l'occasion de critiquer, les pousse à attri­buer des effets à un évènement qui n'a eu aucune conséquence dans la confrontation entre les blocs impérialistes existant alors (soviétique et occidental).

Cependant, le principal danger est qu'il ou­vre la porte à la mystification bourgeoise selon laquelle le capitalisme actuel est à même de « changer et de se transformer ». Par le passé, BC a eu tendance à être décon­certé par chaque « transformation impor­tante » que la bourgeoisie fait miroiter de­vant notre nez. Il s'est déjà laissé séduire par les « nouveautés » de la « révolution tech­no­logique », puis par le mirage des soi-di­sant fabuleux marchés ouverts par la « libération » des pays de l'Est. Aujourd'hui il prend pour argent comptant certaines mystifications contenues dans le vacarme sur la « mondialisation » : « L'avancée dans la centralisation de la gestion des variables économiques sur une base continentale ou par zones monétaires implique forcément une distribution différente du capital dans les divers secteurs productifs et parmi eux le secteur financier. Non seulement la petite et la moyenne entreprise, mais également les groupes de dimensions importantes risquent d'être marginalisés ou absorbés par d'autres avec toutes les conséquences que cela com­porte sur le déclin de leurs positions relati­ves de pouvoir.  Pour beaucoup de pays, cela peut comporter le risque de frac­ture de l'unité nationale même, comme nous le mon­trent les événements en Yougoslavie ou dans l'ex-bloc soviétique. Les rapports de force entre les différentes fractions de la bour­geoisie mondiale vont subir de profon­des mutations et générer pour longtemps un ac­croissement des tensions et des conflits, avec les répercussions que cela entraîne forcément dans le processus de mondialisa­tion de l'économie, qui pourra se voir ra­lenti et même bloqué. » [19].

Nous découvrons avec effarement que les tensions impérialistes, l'effondrement de na­tions, le conflit en Yougoslavie, ne s'ex­pli­queraient pas par la décadence et la dé­com­position du capitalisme, par l'aggrava­tion de la crise historique du système, mais qu'ils seraient des phénomènes au sein du proces­sus de « mondialisation » ! BC glisse ici du cadre d'analyse propre à la Gauche commu­niste (décadence et crise historique du capi­talisme) vers le cadre mystificateur de la bourgeoisie basé sur des sornettes quant à la « mondialisation ».

Il est essentiel que les groupes de la Gauche communiste ne cèdent pas à ces mystifica­tions et maintiennent fermement la position révolutionnaire, qui affirme que dans la dé­cadence, et plus concrètement dans la pé­riode de crise ouverte depuis la fin des an­nées 1960, les diverses tentatives du capita­lisme pour freiner son effondrement n'ont produit aucun changement réel, mais uni­quement et exclusivement une aggravation et une accélération de celui-ci [20]. Dans notre réponse au BIPR dans la Revue inter­nationale n° 82, nous affirmions clairement qu'il ne s'agit pas d'ignorer ces tentatives mais qu'il s'agit de les analyser dans le cadre des positions de la Gauche communiste et non en mordant à l'hameçon que nous tend la bourgeoisie.

La « mondialisation » et l'Etat national

C'est cependant dans sa position par rapport au rôle des Etats nationaux que les contra­dictions de BC ont les conséquences les plus graves. BC pense que la fameuse « mondialisation » altérerait profondément le rôle de l'Etat national et supposerait un affaiblissement de celui-ci. Il ne prétend certainement pas, bien sûr, à l'instar du sa­mouraï Kenichi Ohmae, que l'Etat national aurait du plomb dans l'aile et il reconnaît plusieurs points que nous partageons :

  • l'Etat national garde la même nature de classe ;
  • l'Etat national est un facteur actif des « changements » qui interviennent sur le capitalisme actuel ;
  • l'Etat national n'est pas en crise.

Cependant, il nous dit : « (...) Un des as­pects certainement les plus intéressants de la mondialisation de l'économie est donné par l'intégration transversale et transnatio­nale des grandes concentrations industriel­les et financières qui, par leurs dimensions et leur pouvoir, dépassent de loin ceux des Etats nationaux. » [21]

Ce qu'on peut déduire de ces « aspects inté­ressants », c'est qu'il existerait dans le capi­talisme des entités supérieures à l'Etat na­tional, les fameux monopoles « transnationaux ». Ceci revient à défendre une thèse révisionniste qui nie le principe marxiste selon lequel l'unité suprême du capitalisme est l'Etat, le capital national. Le capitalisme ne peut jamais réellement dé­passer le cadre de la nation, et encore moins être internationaliste. Son « internatio­na­lisme », comme nous l'avons vu, se résume à la prétention de dominer les nations rivales ou à conquérir la plus grande part possible du marché mondial.

Dans l'éditorial de Prometeo n° 9 se con­firme cette révision du marxisme : « Les multinationales productives et/ou financiè­res dépassent par leur puissance et par les intérêts économiques qui sont en jeu les diverses formations étatiques qu'elles tra­versent. Le fait que les banques centrales des divers Etats soient incapables de régir ou de tenir tête à la vague spéculative qu'une poignée de monstrueux groupes financiers déchaînent quotidiennement en dit long sur la profonde transformation des relations entres Etats. »

Faut-il rappeler que ces pauvres Etats im­puissants sont précisément ceux qui possè­dent (ou pour le moins contrôlent étroite­ment) ces mastodontes de la finance ? Est-il néces­saire de révéler à BC que cette « poignée de monstres » est constituée par de « respectables » institutions bancaires et d'épargne dont les responsables sont direc­tement ou indirectement nommés par leurs états nationaux respectifs ?

Non seulement BC mord à l'hameçon de cette prétendue opposition entre Etats et multinationales, mais il va plus loin et dé­couvre que « pour ces raisons, des capitaux toujours plus énormes... ont donné nais­sance à des colosses qui contrôlent toute l'économie mondiale. Il suffit de penser qu'alors que des années 30 aux années 70 les Big Three étaient trois fabriquants d'au­tomobiles (General Motors, Chrysler et Ford), ce sont aujourd'hui trois Fonds d'in­vestissements également américains : Fidelity Investments, Vanguard Group, Capital Research & Management. Le pou­voir accumulé par ces sociétés financières est immense et dépasse de loin celui des Etats qui, de fait, ont perdu ces dix derniè­res années toute capacité de contrôle sur l'économie mondiale. » [22]

Rappelons que pendant les années 1970, le mythe des fameuses multinationales du pétrole était très à la mode. Les gauchistes nous répétaient alors que le capital était « transnational », et c'est pourquoi la « grande revendication » des ouvriers devait être de défendre les intérêts nationaux con­tre cette « poignée d'apatrides ».

Il est certain que BC rejette avec force cette mystification, mais il admet cependant sa justification « théorique », c'est-à-dire qu'il reconnaît la possibilité d'une opposition ou, du moins, de divergences d'intérêts fonda­mentaux entre l'Etat et les monopoles « transversaux aux Etats nationaux » (c'est sa définition).

Les multinationales sont des instruments de leurs Etats nationaux. IBM, General Motors, Exxon, etc., sont tenues par toute une série de réseaux par l'Etat américain : un pourcen­tage important de leur production (40 % pour IBM) est acheté directement par celui-ci, qui influe directement ou indirectement dans la nomination des directeurs [23]. Une copie de chaque nouveau produit informati­que est obligatoirement transmise au Pentagone.

C'est incroyable  que BC avale le mensonge du super-pouvoir mondial qui serait constitué par... les trois Fonds d'investissements ! Premièrement les sociétés de fonds d'inves­tissements ne disposent pas réellement d'une autonomie, elles ne sont que des instruments des banques, des caisses d'épargne ou d'ins­titutions étatiques telles que les syndicats, les mutuelles, etc. Leur chef direct ou indi­rect est leur Etat national respectif. Deuxièmement ils sont soumis à une stricte réglementation de la part de l'Etat qui leur fixe les pourcentages qu'ils doivent investir en actions, obligations, bons du Trésor, à l'étranger, etc.

« Mondialisation » et capitalisme d'Etat

Ceci nous amène à une question essentielle, celle du capitalisme d'Etat. Un des traits essentiels du capitalisme décadent réside dans la concentration nationale du capital entre les mains de l'Etat qui devient l'entité autour de laquelle chaque capital national organise son combat, tant contre le proléta­riat que contre les autres capitaux nationaux.

Les Etats ne sont pas des instruments des entreprises, aussi grandes soient-elles ; c'est exactement le contraire qui se vérifie dans le capitalisme décadent : les grands monopoles les banques, etc., se soumettent aux diktats de l'Etat et servent le plus fidèlement possi­ble ses orientations. L'existence dans le capi­talisme de pouvoirs supranationaux qui « traversent » les Etats et leur dictent la politique à suivre est impossible. Bien au contraire les multinationales sont utilisées par leur Etat respectif comme instrument au service de ses intérêts commerciaux et im­périalistes.

Nous ne voulons pas le moins du monde dire que les grandes entreprises, du genre Ford ou Exxon, ne sont que de simples marion­nettes de leur Etat respectif. Elles tentent bien sûr de défendre leurs propres intérêts particuliers qui, parfois, entrent en contra­diction avec celui de leur Etat national. Cependant une réelle fusion entre le capital privé et l'Etat se réalise dans le capitalisme d'Etat « à l'occidentale », de sorte que glo­balement, au-delà des conflits et contradic­tions qui surgissent, ils agissent en cohé­rence dans la défense de l'intérêt national du capital et sous l'égide totalitaire de leur Etat.

BC objecte qu'il est difficile de savoir à quel Etat appartient Shell, par exemple (au capi­tal anglo-hollandais) ou d'autres multinatio­nales dont l'actionnariat est multiple. Outre qu'il ne s'agit là que d'exemples exception­nels, nullement significatifs de la réalité mondiale du capital, il faut ajouter que les titres de propriété ne déterminent pas la véritable propriété d'une entreprise. Dans le capitalisme d'Etat, c'est l'Etat qui dirige et détermine le fonctionnement des entreprises, même quand il n'en détient aucune action. C'est lui qui réglemente les prix, les con­ventions collectives, les taux d'exportation, les taux de production, etc. C'est lui qui conditionne les ventes de l'entreprise en étant, dans la majorité des secteurs produc­tifs, le principal client. C'est lui qui, à tra­vers la politique fiscale, monétaire, de cré­dit, affiche clairement sa poigne et régit l'évolution du « libre marché ». BC ne prend pas en compte cet aspect essentiel de l'ana­lyse révolutionnaire sur la décadence du capitalisme. Il préfère rester fidèle à un aspect partiel de l'effort de Lénine et des ré­volutionnaires de cette époque pour com­prendre toute l'ampleur de la question de l'impérialisme : la théorie de Lénine sur le capital financier, reprise de Hilferding. Dans son livre sur l'impérialisme, Lénine voit clairement celui-ci comme la période déca­dente du capitalisme qui met à l'ordre du jour la nécessité de la révolution proléta­rienne. Mais il lie cette époque au dévelop­pement du capital financier comme monstre parasite émergeant du processus de concen­tration du capital, comme nouvelle phase du développement des monopoles.

Cependant, « (...) de nombreux aspects de la définition de Lénine de l'impérialisme sont inadéquats aujourd'hui, et même au temps où il les avait élaborés. C'est ainsi que la période où le capital semblait être dominé par une oligarchie du "capital financier" et par des "groupements de monopoles inter­nationaux" ouvrait déjà la voie à une nou­velle phase pendant la première guerre mondiale, l'ère du capitalisme d'Etat, de l'économie de guerre permanente. A l'épo­que des rivalités inter-impérialistes chroni­ques sur le marché mondial, le capital tout entier tend à se concentrer autour de l'appa­reil d'Etat qui subordonne et discipline tou­tes les fractions particulières du capital aux besoins de survie militaire/économique. » [24].

Ce qui chez Lénine était une erreur liée au difficile processus de compréhension de l'impérialisme devient une dangereuse aber­ration entre les mains de BC. Premièrement, la théorie de la « concentration en super monopoles transnationaux » ferme la porte à la position marxiste sur la concentration nationale du capital au sein de l'Etat, la ten­dance au capitalisme d'Etat, à laquelle par­ticipent toutes les fractions de la bourgeoisie quels que soient les liens et ramifications à l'échelle internationale. Deuxièmement cette théorie entrouvre la porte à la théorie kautskiste du « super-impérialisme ». Il est surprenant que BC critique cette théorie simplement sur l'impossibilité de dépasser l'anarchie du capital sans la critiquer sur l'essentiel : une illusoire possibilité du capi­tal de s'unir par dessus les frontières natio­nales. Et cette difficulté provient du fait que BC, s'il rejette avec raison la thèse extrême de la « fusion de nations », admet cependant à tort l'existence d'unités supranationales. Troisièmement BC développe des spécula­tions selon lesquelles l'Etat, dans le cadre de la « mondialisation » aurait deux dimen­sions, l'une au service des intérêts multi-nationaux et l'autre, qui lui est subordonnée, au service d'intérêts nationaux : « Il se précise de façon toujours plus évidente un Etat dont l'intervention s'articule dans le monde de l'économie à deux niveaux : un qui offre au centre supranational la gestion centralisée de la masse monétaire et la détermination des variables macro-écono­miques par zone monétaire de référence, et un autre qui contrôle localement la compa­tibilité de celui-ci avec les variables natio­nales. » [25] BC met le monde à l'envers ! La simple observation de l'évolution de l'Union européenne démontre tout le con­traire : l'Etat national gère les intérêts du capital national et n'est en aucune façon une sorte de « délégation » de l'intérêt « européen » comme le laissent entendre les ambiguïtés de BC. Chevauchant la théorie de la spéculation sur les intérêts « transnationaux », il est amené à tirer des conclusions incroyables : les conflits impé­rialistes n'auraient pas dégénéré en guerre impérialiste généralisée parce que, « (...) une fois disparue la confrontation entre bloc de l'Ouest et bloc de l'Est par implosion de ce dernier, les fondements d'une nouvelle confrontation stratégique ne se sont pas précisés avec clarté. Les intérêts stratégi­ques des grands et véritables centres du pouvoir économique ne se sont jusqu'à présent pas exprimés en confrontation stratégique entre Etats, parce qu'ils agissent transversalement à ceux-ci. » [26]

Ceci est une confusion très grave. La guerre impérialiste ne serait plus la confrontation entre capitaux nationaux armés jusqu'aux dents (comme le définissait Lénine), mais le résultat de confrontations entre groupes transnationaux qui utiliseraient les Etats nationaux. Ceux-ci ne seraient plus le centre et les responsables de la guerre mais de simples agents des monstres transnationaux qui « les traverseraient ». Heureusement, BC ne tire pas toutes les conclusions de cette aberration. Heureusement, parce que cela le conduirait à dire que la lutte du pro­létariat contre la guerre impérialiste ne se­rait plus la lutte contre les Etats nationaux mais la lutte pour « libérer » ces derniers de l'emprise des intérêts transnationaux. En d'autres termes, on en viendrait aux vulgai­res mystifications gauchistes. Il faut être sérieux, BC doit être cohérent avec les positions de la Gauche communiste. Il doit faire la critique systématique de ses spécu­lations sur les monopoles et les monstres financiers. Il doit radicalement éliminer de ses mots d'ordre des aberrations telles que « une nouvelle ère caractérisée par la dicta­ture du marché financier s'inaugure » (Prometeo n° 9). Ces faiblesses prêtent le flanc à la pénétration des mystifications bourgeoises telles que la « mondialisation » ainsi que les prétendues oppositions entre intérêts nationaux et intérêts transnationaux, entre Maastricht et intérêts populaires, entre le Traité de libre commerce et les intérêts des peuples opprimés.

Cela peut conduire BC à défendre certaines thèses et mystifications de la classe domi­nante, donc à participer à l'affaiblissement de la conscience et du combat de la classe ouvrière. Ce n'est sûrement pas le rôle que doit jouer une organisation révolutionnaire du prolétariat.

Adalen, 5 juin 1996.



[1] Voir « L'impossible "unité de l'Europe" », dans la Revue internationale n° 73, 2e trim.1993, où nous mettions en relief  l'aggravation de la concur­rence et l'anarchie du marché mondial.

[2] « Tourmente financière : la folie ? », Revue internationale n° 81, 2e trim.1995.

[3] « Le cynisme de la bourgeoisie décadente », Revue internationale n° 78, 3e trim.1994.

[4] Annuaire du Monde 1996, « Resituation, emploi et inégalité ».

[5] « Ce développement économique ne peut qu'affecter à terme la production des pays les plus industrialisés, dont les Etats s'indignent des pratiques commerciales "déloyales" de ces économies émergentes » (« Résolution sur la situation internationale », Revue internationale n° 82, 3e trim.1995).

[6] Idem.

[7] Annuaire du Monde 1996, « Ce qui va changer avec l'OMC ».

[8] « Une économie rongée par la décomposition », Revue internationale n° 75, 4e trim.1993.

[9] K. Ohmae, « Le Déploiement des économies régionales ».

[10] Idem.

[11] Prometeo, n° 9, « Le capital contre le capi­tal ».

[12] Idem.

[13] Idem.

[14] Idem.

[15] Idem.

[16] Idem.

[17] Boukharine, « L'Economie mondiale et l'impé­rialisme ».

[18] Prometeo, no 9, « Le capital contre le capi­tal ».

[19] Prometeo no 10, « L'Etat à deux dimensions : la mondialisation de l'économie et l'Etat ».

[20] L'incohérence navrante de BC apparaît au grand jour quand il nous dit que « (...) en réalité, le capitalisme est toujours égal à lui-même et il ne fait rien d'autre que de se réorganiser par auto-conservation selon la ligne du développement de la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. » (Prometeo, n° 9)

[21] Prometeo n° 10, « L'Etat à deux dimensions : la mondialisation de l'économie et l'Etat ».

[22] Idem.

[23] Beaucoup d'hommes politiques américains, après avoir occupé divers postes au Sénat ou dans l'administration, deviennent dirigeants de grandes multinationales ; c'est devenu une pratique courante, qui se vérifie aussi en Europe.

[24] « Sur l'impérialisme », Revue internationale n° 19, 4e trim.1979.

[25] Prometeo n° 10, « L'Etat à deux dimensions : la mondialisation de l'économie et l'Etat ».