Editorial : bas les masques !

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Impitoyablement, les faits viennent démentir la propagande de la classe dominante. Jamais peut-être, la réalité ne s'est chargée aussi rapidement de mettre à nu les mensonges qu'assènent à dose massive les médias hypertrophiés de la bourgeoisie. La « nouvelle ère de paix et de prospérité » an­noncée avec l'effondrement du bloc de l'Est et chantée sur tous les tons par les responsables politiques de tous les pays s'est révélée être un songe creux à peine quelques mois plus tard. Cette nouvelle période s'est avé­ rée être celle du développement d'un chaos grandissant, d'un en­ foncement dans la crise écono­mique la plus grave que le capi­talisme ait jamais connu, de l'explosion de conflits, de la guerre du Golfe à l'ex-Yougoslavie, où la barbarie militaire at­teint des sommets rarement égalés.

L'aggravation brutale des tensions sur la scène internationale est l'ex­ pression de l'impasse dans laquelle s'enfonce le capitalisme, de la crise catastrophique et explosive qui l'ébranle sur tous les plans de son existence. Cette réalité, la classe dominante ne peut la reconnaître, ce serait admettre sa propre im­puissance et donc accepter la fail­lite du système dont elle est la re­présentante. Toutes les affirmations rassurantes, toutes les prétentions volontaristes à contrôler la situation, se voient inéluctablement apporter un démenti cinglant par le déroulement des événements eux- mêmes. De plus en plus, les dis­ cours de la classe dominante appa­raissent pour ce qu'ils sont : des mensonges. Qu'ils soient volon­taires ou le produit de ses propres illusions ne change rien à l'affaire, jamais la contradiction entre la propagande bourgeoise et la vérité des faits n'a été aussi criante.

La bourgeoisie occidentale il y a encore quelques années se réjouis­sait du discrédit quasi-total dont pâtissait la bourgeoisie stalinienne dans les pays de l'Est. Ce discrédit lui servait de faire-valoir. Au­jourd'hui, à son tour, elle est entrée dans la même dynamique de perte de crédibilité, et de plus en plus il devient visible qu'elle emploie fi­nalement les mêmes armes : le mensonge d'abord, et lorsque cela ne suffît plus, la répression.

Bosnie : le mensonge d'un capitalisme pacifiste et humanitaire

La guerre en Bosnie a été pour les puissances occidentales l'occasion de se vautrer dans une orgie média­tique où tous ont communié dans la défense de la petite Bosnie contre l'ogre serbe. Les hommes poli­tiques de tous horizons ne trou­vaient pas de mots assez durs, d'images suffisamment marquantes pour dénoncer la barbarie de l'expansionnisme serbe : les camps de prisonniers assimilés aux camps d'extermination nazis, la purifica­tion ethnique, le viol des femmes musulmanes, les souffrances indi­cibles des populations civiles prises en otages. Une belle unanimité de façade où les surenchères humani­taires se sont conjuguées avec des appels répétés et menaçant à une intervention militaire.

Mais derrière ce choeur unanime, c'est en réalité la désunion qui s'est affirmée. Les intérêts contradic­toires des grandes puissances n'ont pas tant déterminé une impuissance des grandes nations à mettre fin au conflit, chacun rejetant sur les autres cette responsabilité, mais ils ont surtout été le facteur essentiel qui a déterminé le conflit. Par Ser­bie, Croatie et Bosnie interposées, la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, les Etats-Unis, ont avancé leurs cartes impérialistes sur l'échiquier des Balkans, et leurs larmes de crocodiles n'ont servi qu'à cacher leur rôle actif dans la poursuite de la guerre.

Les récents accords de Washing­ton, signés par les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l'Espagne et la Russie consacrent l'hypocrisie des campagnes idéolo­giques qui ont rythmé deux années de guerre et de massacres. Ils reconnaissent dans les faits les gains territoriaux serbes. Adieu le dogme de l’intangibilité des frontières internationalement reconnues». Et la presse de disserter à n'en plus fi­nir sur l'impuissance de l'Europe maastrichtienne, des USA de Clin­ton, après ceux de Bush, à faire plier les serbes, à imposer leur vo­lonté «  pacifique » au nouvel Hitler : Milosevic, qui a remplacé Saddam Hussein dans le bestiaire de la pro­pagande. Encore un mensonge de plus destiné à perpétuer l'idée que les grandes puissances sont paci­fiques, qu'elles désirent réellement mettre fin aux conflits sanglants qui ravagent la planète, que les princi­paux fauteurs de guerre, ne sont que les petits despotes de puissances locales de troisième ordre.

Le capitalisme c'est la guerre. Cette vérité s'est inscrite en lettres de sang durant toute son histoire. De­puis la seconde guerre mondiale, pas une année, pas un mois, pas une journée ne s'est écoulée sans qu'en un lieu ou l'autre de la planète un conflit n'apporte son lot de massacres et de misère atroces, sans que les grandes puissances ne soient présentes, à un degré ou à un autre, pour attiser le feu au nom de la défense de leurs intérêts straté­giques globaux : guerres de décolo­nisation en Indochine, guerre de Corée, guerre d'Algérie, guerre du Vietnam, guerres israélo-arabes, guerre « civile » du Cambodge, guerre Iran-Irak, guerre en Afgha­nistan, etc. Pas un instant où la propagande bourgeoise ne se soit apitoyée sur les populations mar­tyres, sur les atrocités commises, sur la barbarie de l'un ou l'autre camp pour mieux justifier un sou­tien à l'un de ces camps. Pas une guerre qui n'ait pu se faire sans la fourniture abondante d'armes par les grandes puissances qui les pro­duisent. Pas un conflit qui ne se soit terminé par l'affirmation hypocrite d'un retour à la paix éternelle, alors que dans le secret des ministères et des états-majors se préparaient les plans pour de nouvelles guerres.

Avec l'effondrement du bloc de l'Est, la propagande occidentale s'est déchaînée pour prétendre qu'avec la disparition de l'antago­nisme Est-Ouest, la principale source de conflit avait disparu, et que s'ouvrait donc, une «nouvelle ère de paix ». Ce mensonge là avait déjà été utilisé après la défaite de l'Allemagne à la fin de la deuxième guerre mondiale jusqu'à ce que, très rapidement, les alliés d'alors : l'URSS stalinienne et les démocra­ties occidentales soient prêtes à s'étriper pour un nouveau partage du monde. La situation présente, sur ce plan, n'est pas fondamenta­lement différente. Même si l'URSS n'a pas été vaincue militairement, son effondrement laisse le champ libre au déchaînement des rivalités entre les alliés d'hier pour un nou­veau repartage du monde. La guerre du Golfe est venue montrer comment les grandes puissances entendaient maintenir la paix : par la guerre. Le massacre de centaines de milliers d'irakiens, soldats et ci­vils, n'avait pas pour but de mettre au pas le tyran local, Saddam Hus­sein, ([1]) Ce conflit était la conséquence de la volonté de la première puissance mondiale, les USA, dans le contexte où la disparition du bloc de l'Est et de la menace russe faisait perdre au bloc occidental son principal ciment, d'avertir ses anciens alliés des risques qu'ils courraient dans le futur à vouloir jouer leur propre carte.

L'éclatement de la Yougoslavie est le produit de la volonté de l'Allemagne de mettre à profit la crise yougoslave pour récupérer une de ses anciennes zones d'influence et, par Croatie interpo­sée, prendre pied sur les bords de la Méditerranée. La guerre entre la Serbie et la Croatie est le résultat de la volonté des « bons amis » de l'Allemagne de ne pas laisser celle-ci profiter des ports croates, et dans ce but la Serbie a été encouragée à en découdre avec la Croatie. Par la suite, les USA ont encouragé la Bosnie à proclamer son indépendance, espérant ainsi bénéficier d'un allié à leur dévotion dans la région, ce que les puissances européennes pour des raisons d'ailleurs multiples et contradictoires, ne désiraient absolument pas, ce qui va se traduire de leur part par un double langage qui, à cette occasion, atteint des sommets. Alors que tous proclament de manière véhémente vouloir protéger la Bosnie, en sous main, ils vont s'employer à favoriser  les   avancées   serbes   et croates, et à saboter les perspectives d'intervention mili­taire américaine. L'expression de cette réalité complexe s'est traduite sur le plan de la propagande. Alors que tous communiaient hypocrite­ment dans la défense de la petite Bosnie agressée et pratiquaient la surenchère « pacifiste » et « humani­taire», dès qu'il s'agissait de pro­poser des mesures concrètes, la plus grande cacophonie régnait. D'une part les USA poussaient dans le sens d'une intervention musclée, tandis que d'autre part, la France et la Grande-Bretagne, no­tamment, employaient toutes les mesures dilatoires et ruses diploma­tiques possibles pour prévenir une telle issue.

Demain, les alliances peuvent très bien se modifier, et la Serbie être présentée comme un allié fréquen­table par les uns et les autres. Fi­nalement, tous les ardents discours humanitaires apparaissent pour ce qu'ils sont, de la pure propagande destinée à masquer la réalité des tensions impérialistes qui s'exacer­bent entre les grandes puissances occidentales auparavant alliées fa­ce à l'URSS, mais qui, depuis que celle-ci s'est effondrée et a implosé, sont engagées dans un jeu complexe de réorganisation de leurs alliances. L'Allemagne aspire à jouer de nouveau le rôle de grande puissance chef de bloc que sa défaite lors de la seconde guerre mondiale lui avait ôté. Et, en l'absence de discipline imposée par des blocs qui n'existent plus, ou pas encore, la dynamique du chacun pour soi se trouve renforcée et pousse chaque pays à mettre prioritairement en avant sa propre carte impérialiste.

En Bosnie, ce n'est donc pas de l'impuissance des grandes puis­sances à rétablir la paix dont il s'agit, mais bien de l'inverse, de la dynamique présente qui pousse les alliés d'hier à s'affronter, même si c'est encore indirectement et de manière masquée, sur le terrain impérialiste.

Il est cependant une puissance pour laquelle le conflit en Bosnie appa­raît plus particulièrement comme un échec, un aveu d'impuissance, ce sont les USA. Après le cessez-le-feu entre la Croatie et la Serbie, conflit que les USA avaient mis à profit pour stigmatiser l'impuis­sance de l'Europe de Maastricht et ses divisions, les USA ont misé sur la Bosnie. Leur incapacité à assurer la survie de celle-ci ramène leurs prétentions à de simples rodomon­tades d'un matamore de théâtre. Plus que tout autre, les USA ont pratiqué la surenchère médiatique, critiquant la timidité des accords Vance-Owen, la part trop belle qu'ils faisaient aux serbes, mena­çant continuellement ces derniers d'une intervention massive. Mais cette intervention, ils n'ont pas pu la mener à bien. Cette incapacité des USA à mettre leurs actes en ac­cord avec leurs paroles est un très rude coup porté à leur crédibilité internationale. Les bénéfices en­grangés par les USA avec l'intervention dans le Golfe sont, en grande partie, effacés par le revers qu'ils ont subi en Bosnie. En conséquence, les tendances cen­trifuges de leurs ex-alliés à échap­per à la tutelle américaine, à jouer leur propre carte sur la scène impérialiste, se trouvent renforcées et accélérées. Quant aux fractions de la bourgeoisie qui comptaient sur la puissance américaine pour les protéger, elles y regarderont à deux fois avant de s'engager, le sort de la Bosnie est là pour les faire méditer.

Face à une telle situation, les USA ne vont certainement pas rester les bras croisés. Ils se doivent de ré­agir. Les récents bombardements en Somalie et l'envoi de troupes américaines en Macédoine annon­cent un nouvel aiguisement des tensions impérialistes.

Les alliés d'hier communient en­core dans l'idéologie qui les ras­semblait face à l'URSS, mais der­rière cette unité des thèmes, c'est une foire d'empoigne annonçant, au-delà de la Bosnie, de futures guerres, de futurs massacres. Toutes les belles paroles et les larmes de crocodiles abondamment versées n'ont qu'un but : masquer la réalité impérialiste du conflit qui ravage l’ex-Yougoslavie et justifier la guerre.

Crise économique : le mensonge de la reprise

Si la guerre n'est pas l'expression de l'impuissance de la bourgeoisie mais celle de la réalité intrinsèque­ment belliciste du capitalisme, la crise économique par contre est une claire expression de l'impuis­sance de la classe dominante à surmonter les contradictions indépassables de l'économie capita­liste. Les proclamations pacifistes de la classe dominante sont un pur mensonge : pacifique, elle ne l'a ja­mais été, la guerre a toujours été un moyen pour une fraction de la bourgeoisie de défendre ses intérêts contre d'autres, moyen devant le­quel elle n'a jamais reculé. Par contre, toutes les fractions de la bourgeoisie rêvent sincèrement d'un capitalisme sans crise, sans récession, à la prospérité éternelle, qui permette de dégager des profits toujours plus juteux. La classe do­minante ne peut pas envisager que la crise est insurmontable, qu'elle n'a pas de solution, car un tel point de vue, une telle conscience signi­fierait la reconnaissance de ses li­mites historiques, sa propre néga­tion, ce qu'elle ne peut, précisé­ment par sa position de classe ex­ploiteuse dominante, ni envisager, ni accepter.

Entre le rêve d'un capitalisme sans crise et la réalité présente d'une économie mondiale qui ne parvient pas à sortir de la récession, il y a un abîme que la bourgeoisie voit, chaque jour, se creuser un peu plus avec une angoisse croissante. Pour­tant, il n'est pas loin le temps où, avec l'effondrement économique de l'URSS, le capitalisme «  libéral » à l'occidentale croyait discerner la preuve de sa propre santé inébran­lable, de sa capacité à surmonter tous les obstacles. Que n'a-t-on en­tendu dans ces moments d'euphorie de la classe dominante ? Une dé­bauche médiatique d'autosatisfaction où le capitalisme était promis à un avenir éternel. Las, l'Histoire a pris une revanche cinglante sur ces illusions et n'a pas attendu pour opposer un démenti brutal à ces mensonges.

L'URSS n'avait pas fini de s'effondrer que la récession faisait un retour remarqué au coeur de la première puissance économique mondiale : les USA. Depuis, cette récession s'est étendue comme une épidémie à l'ensemble de l'économie mondiale. Le Japon et l'Alle­magne, ont, à leur tour, été terras­sés par le même mal. A peine signé, le traité de Maastricht, qui promet­tait le renouveau de l’Europe et la prospérité économique, patatras, le bel assemblage s'effondre avec la crise du Système Monétaire Euro­péen d'abord, et la récession en­suite.

Face a la brutale accélération de la crise mondiale qui prend à revers toute la propagande menée depuis des années dans tous les pays sur le thème de la reprise, la bourgeoisie n'en continue pas moins de répéter la même antienne : « nous avons des solutions ! », et de proposer de nou­veaux plans économiques qui doi­vent sortir le capitalisme du marasme. Mais toutes les mesures mises en place ne sont d'aucun ef­fet. La classe dominante n'a pas le temps de chanter victoire devant le frémissement de quelques indices économiques, que les faits se char­gent de démentir ces illusions. Dernier exemple significatif en date, la croissance américaine : à peine arrivée à la Maison-Blanche, l'équipe Clinton est fière d'annoncer un taux de croissance inespéré de l'économie américaine au 4e trimestre 1992, + 4,7 %, et de prédire sur tous les tons la fin de la récession. Mais l'espoir aura été de courte durée. Après avoir prévu une croissance de +2,4% pour le 1er trimestre 1993, c'est finalement une petite croissance de +0,9 % qui est annoncée. La récession mondiale est là et bien là, et jusqu'à présent aucune des mesures employées par la classe dominante n'est parvenue à changer cet état de fait. Dans les milieux dirigeants, la panique s'am­plifie et nul ne sait que faire.

Dans la mesure où toutes les me­sures classiques de relance s'avèrent inefficaces, il ne reste plus qu'un argument à employer pour la bourgeoisie : «r il faut accepter les sacrifices pour que ça aille mieux demain.» Cet argument est constamment utilisé pour justifier les programmes d'austérité contre la classe ouvrière. Depuis le retour de la crise historique à la fin des années 1960, ce type d'argument s'est évidemment heurté au mécon­tentement des travailleurs qui payent la note, mais il n'en avait pas moins conservé, durant toutes ces années, une certaine crédibilité dans la mesure où l'alternance entre les périodes de récession et de relance semblait la valider. Mais la réalité de la misère qui n'a cessé de se développer partout, de plan de rigueur en plan d'austérité, avec pour seul résultat la situation catastrophique présente, montre que tous les sacrifices passés n'ont servi à rien.

Malgré tous les plans « contre le chômage », mis en place depuis des années, à grand renfort de publi­cité, par tous les gouvernements des métropoles industrialisées, celui-ci n'a cessé de croître. Il at­teint aujourd'hui des sommets. Chaque jour de nouveaux plans de licenciements sont annoncés. De­vant l'évidence des impôts de plus en plus lourds, des salaires qui di­minuent ou de toute façon augmen­tent moins vite que l'inflation, nul n'a plus l'outrecuidance de prétendre que le niveau de vie pro­gresse. Dans les grandes villes du monde développé, les miséreux, sans domicile faute d'argent pour payer un loyer, réduits à la mendi­cité, sont de plus en plus nombreux et témoignent dramatiquement du délabrement social qui gagne au coeur du capitalisme le plus riche.

Mettant à profit la faillite poli­tique, économique et sociale du « modèle » stalinien de capitalisme d'Etat mensongèrement identifié au communisme, la bourgeoisie a ré­pété à satiété que seul le capita­lisme « libéral » pouvait apporter la prospérité. Elle doit maintenant déchanter devant la crise qui remet les pendules à l'heure.

La vérité de la lutte de classe face aux mensonges de la bourgeoisie

Avec l'aggravation brutale de la crise, la bourgeoisie voit se profi­ler, avec frayeur, le spectre d'une crise sociale. Pourtant, il y a peu, les idéologues de la bourgeoisie croyaient pouvoir affirmer que la faillite du stalinisme démontrait l'inanité du marxisme et l'absurdité de l'idée même de lutte de classe. Dans la foulée, l'existence même de la classe ouvrière était niée, et la perspective historique du socia­lisme présentée comme un idéal gé­néreux, mais impossible à réaliser. Toute cette propagande a déter­miné un doute profond au sein de la classe ouvrière sur la nécessité et la possibilité d'un autre système, d'un autre mode de relations des hommes entre eux, pour mettre fin à la barbarie capitaliste.

Mais si la classe ouvrière reste en­core profondément déboussolée par la succession rapide des évé­nements et le martelage idéolo­gique intense des campagnes mé­diatiques, elle est, sous la pression des événements poussée à retrouver le chemin de la lutte face aux attaques incessantes et de plus en plus dures menées contre ses condi­tions de vie.

Depuis l'automne 1992, et les ma­nifestations massives des travail­leurs italiens en colère face au nou­veau plan d'austérité mis en place par le gouvernement, les signes d'une lente reprise de la combati­vité du prolétariat se précisent dans de nombreux pays : Allemagne, Grande-Bretagne, Belgique, Es­pagne, etc. Dans une situation où l'aggravation incessante de la crise implique des plans d'austérité de plus en plus draconiens, cette dy­namique ne peut aller qu'en s'accélérant et en s'amplifiant. La classe dominante voit s'avancer avec une inquiétude croissante cette perspective inéluctable du dé­veloppement de la lutte de classe. Sa marge de manoeuvre se réduit de plus en plus. Non seulement, elle ne peut plus retarder tactiquement ses attaques contre la classe ou­vrière, mais tout son arsenal idéo­logique pour faire face à la lutte de classe subit une érosion accélérée.

L'impuissance de tous les partis de la bourgeoisie à juguler la crise, à apparaître comme des bons ges­tionnaires renforce leur discrédit. Aucun parti de gouvernement ne peut dans les conditions présentes espérer bénéficier d'une grande popularité, il n'est que de voir comment en quelques mois d'accé­lération de la crise, Mitterrand en France, Major en Grande-Bretagne et même le nouvel élu Clinton aux USA, ont vu leur côte dans les son­dages chuter vertigineusement. Partout la situation est la même : qu'ils soient de droite ou de gauche, les gestionnaires du capital en montrant leur impuissance met­tent aussi involontairement à nu tous les mensonges qu'ils ont col­portés pendant des années. L'im­plication des partis socialistes dans la gestion étatique en France, en Espagne, en Italie, etc., montre, internationalement, qu'ils ne sont pas différents des partis de droite dont ils voudraient tant se différen­cier. Les partis staliniens subissent de plein fouet le contrecoup de la faillite de leur modèle russe, les partis socialistes en pâtissent aussi. Avec le développement des « affai­res » qui mettent en évidence la cor­ruption généralisée régnant au sein de la classe dominante et de son appareil politique, le rejet confine au dégoût. C'est l'ensemble du modèle « démocratique » de gestion du capital et de la société qui est ébranlé. Le déphasage entre les discours de la bourgeoisie et la réa­lité devient chaque jour plus grand. En conséquence, le divorce entre l'Etat et la société civile ne peut al­ler qu'en s'accroissant. Résultat, aujourd'hui, c'est un truisme que d'affirmer que les hommes poli­tiques mentent, tous les exploités en sont profondément convaincus.

Mais le fait de constater un men­songe ne signifie pas que l'on soit automatiquement immunisé contre des mystifications nouvelles, ni que l'on connaisse la vérité. Le proléta­riat est dans cette situation au­jourd'hui. Le constat que rien ne va plus, que le monde est en train de plonger dans la catastrophe, et que tous les discours rassurants sont pure propagande, cela, la grande masse des ouvriers s'en rend de plus en plus compte. Mais ce constat, s'il ne s'accompagne pas d'une ré­flexion vers la recherche d'une al­ternative, d'une réappropriation par le prolétariat de ses traditions révolutionnaires, de la réaffirma­tion dans ses luttes de son rôle cen­tral dans la société et de son affir­mation comme classe révolution­naire porteuse d'un avenir pour l'humanité, la perspective commu­niste, peut aussi mener au déboussolement et à la résignation. La dy­namique présente, avec la crise économique qui agit comme révéla­teur, pousse la classe ouvrière vers la réflexion, la recherche d'une so­lution qui, pour elle, conformé­ment à son être, ne peut être que la nouvelle société dont elle est por­teuse : le communisme. De plus en plus, face à la catastrophe que la classe dominante ne peut plus ca­cher, se pose comme une question de vie ou de mort, la nécessité de la mise en avant de la perspective ré­volutionnaire.

Dans cette situation, la classe do­minante ne reste pas passive. Même si son système se délite et sombre dans le chaos, elle ne va pas pour autant mettre la clé sous la porte. De toutes ses forces elle s'accroche à son pouvoir sur la so­ciété, par tous les moyens elle es­saye d'entraver le processus de prise de conscience du prolétariat dont elle sait qu'il signifie sa propre perte. Face à l'usure des mystifica­tions qu'elle utilise depuis des an­nées, elle en forge de nouvelles et répète les anciennes avec encore plus de force. Elle utilise même la décomposition qui gangrène son système comme un nouvel instru­ment de confusion contre le prolé­tariat. La misère dans le «tiers-monde » et les atrocités des guerres servent de repoussoir pour renfor­cer l'idée que, là où la catastrophe n'atteint pas une telle ampleur, il n'y a finalement pas lieu de se plaindre et de protester. La mise à jour des scandales, de la corruption des politiciens, comme en Italie, est utilisée pour détourner l'attention des attaques écono­miques, justifier un renouvellement de l'appareil politique et crédibili­ser l'idée d'un «Etat propre». Même la misère des travailleurs est utilisée pour les abuser. La peur du chômage sert à justifier des baisses de salaires au nom de la « solidari­té». La «protection des emplois» dans chaque pays est le prétexte de campagnes chauvines, les travail­leurs « immigrés » sont des victimes expiatoires toutes trouvées pour alimenter les divisions au sein de la classe ouvrière. Dans une situation où la bourgeoisie n'est plus por­teuse d'aucun avenir historique, elle ne peut survivre que par le mensonge, elle est la classe du mensonge. Et quand celui-ci ne peut plus suffire, il lui reste l'arme de la répression, qui elle ne mystifie pas, mais dévoile ouvertement le vi­sage barbare du capitalisme.

Socialisme ou barbarie. Cette al­ternative posée par les révolution­naires au début du siècle est plus que jamais à l'ordre du jour. Ou la classe ouvrière se laisse embourber dans les mystifications de la bour­geoisie et l'ensemble de l'humanité est condamné à sombrer avec le capitalisme dans son processus de décomposition qui à terme signifie sa fin. Ou le prolétariat développe sa capacité de lutter, de mettre à nu les mensonges de la bourgeoisie, s'avance vers la mise en avant de sa perspective révolutionnaire. Tels sont les enjeux contenus dans la pé­riode présente. Les vents de l'his­toire poussent le prolétariat vers l'affirmation de son être révolu­tionnaire, mais le futur n'est jamais acquis d'avance. Même si les masques de la bourgeoisie tombent de plus en plus, elle en forge constamment de nouveaux pour ca­cher le visage hideux du capita­lisme, il appartient au prolétariat de les lui arracher définitivement.

JJ.



[1] Il est d'ailleurs toujours en place et, du­rant des années, l'Occident n'avait pas hé­sité à l'armer abondamment et à le soutenir face à l'Iran.