Milieu révolutionnaire : thèses du collectif communiste Alptraum (Mexique)

See also :

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Les positions politiques d'un groupe révolutionnaire constituent un élément crucial pour comprendre sa réalité.   Mais  cela  ne  suffit  pas.

Il faut aussi envisager la pratique du groupe et la dynamique globale de son évolution : d'où vient-il, vers où peut-il aller ? Une même erreur politique, par exemple, aura une signification très différente suivant qu'elle est le fait d'un jeune groupe qui tâtonne à la recherche d'une cohérence politique de classe, ou qu'elle soit commise par une "vieille" organisation sur la pente d'une dégénérescence ou sclé­rose  irréversible.

'Les thèses du collectif Alptraum que nous publions ici sont par elles-mêmes un document intéressant du point de vue de classe. Mais leur valeur apparaît plus importante si on les envisage dans leur contexte et leur dynamique.

Dans un pays comme le Mexique, le rejet ferme et explicite de toute démarche nationaliste, la dénoncia­tion - d'un point de vue prolétarien - du capitalisme d'Etat cubain ou nicaraguayen ainsi que des luttes de libération nationale, ont d'autant plus de valeur et d'importance que le prolétariat y est abreuvé du matin au soir par toutes les organisations politiques d'une pernicieuse et omniprésente propagande natio­naliste reposant sur l'idéologie de 1'"anti-yankee". Dans ces conditions, une voix qui affirme clairement et fortement le caractère international du combat prolétarien et 1'irréconciliabilité totale de celui-ci avec toute idéologie nationaliste, constitue  un souffle d'air et de lumière inestimable

Par ailleurs, ces thèses sont le produit d'une évolution qui, depuis plus de deux ans, ont conduit les éléments du collectif Alptraum à rompre avec leur organisation d ' origine,  le PMP (Parti Mexicain du Pro­létariat), où des positions politiques authentiquement de classe flottaient dans une totale inconsistance et à s'orienter avec une assurance toujours plus  grande vers  une cohérence politique  réelle.

Ces thèses peuvent ainsi constituer une étape importante vers le développement au Mexique d'une expres­sion communiste véritablement consistante et agissante, et elles doivent être saluées comme telles. Cela ne nous empêche pas, au contraire, de signaler ce qui nous semble y traduire des faiblesses qui doivent être surmontées si les camarades d'Alpatraum veulent mener à bien leur présente dynamique. C'est ce  que nous  chercherons  à   faire  dans   les  commentaires  qui   suivent  ces  thèses.

THESES :

"La vie de l’industrie se convertit  en une suite de périodes d'activité moyenne, de prospérité et de stagnation" Karl Marx, Le Capital.

1- La crise capitaliste actuelle possède une dimen­sion internationale et doit être conçue corme une crise classique de suraccumulation, dans laquelle se vérifie le cycle industriel dont la séquence contient nécessairement les moments de prospérité, de crise et de stagnation.

La nature et le mouvement contradictoire du capi­talisme apparaissent clairement dans le déroulement du cycle périodique qui parcourt l'industrie et dans le mouvement final de celui-ci : la crise gé­nérale.

Carme crise de suraccumulation, elle explose d’abord dans le domaine de la spéculation pour at­teindre plus tard la production, le commerce et le marché financier. La spéculation ne fait que four­nir des issues momentanées à la suraccumulation ca­pitaliste. La désorganisation de la production qui suit la spéculation existe nécessairement carme ré­sultat de l'exubérance de la période précédente de prospérité.

Le scénario de la crise est universel, tant par l'extension mondiale du capitalisme, que par l'intensification de son emprise sur la to­talité des branches de la production qui consti­tuent l'économie mondiale.

La crise a une dimension mondiale, puisque dans son développement, elle a décrit une orbite qui s'étend, une spirale qui, partant des pays capitalistes développés (avec une composition organique du capital plus grande), a inclus le reste des pays qui constituent avec les na­tions développées, le système capitaliste mon­dial. Ses effets se font sentir de manière in­tense dans l'ensemble de l'économie capitaliste.

La crise que nous vivons est le résultat du choc entre le développement énorme atteint par les forces productives, c'est-à-dire par la ri­chesse existante, et les rapports capitalistes de production qui imposent l'appropriation pri­vée de celle-ci. De cette façon,  nous obser­vons comment le développement des forces produc­tives se transforme en obstacle pour le capital. De ce fait, le rapport capitaliste de production se transforme en une barrière pour le développe­ment du travail en tant que force productive.

La crise exprime dans son développement la nature contradictoire de la réalité capitaliste et le caractère historiquement limité de ses rapports de production qui ne peuvent contenir, en leur sein, le développement progressif des forces pro­ductives sociales. Les moments de crise sont ceux dans lesquels le capitalisme doit nécessairement détruire une masse croissante de forces producti­ves, mettant en évidence de cette manière sa natu­re décadente.

Le capitalisme dans cette logique impose alors la destruction violente et périodique d'une masse croissante de forces productives sociales parmi lesquelles se trouve le prolétariat. De cette ten­dance interne surgit la nécessité des guerres pour prolonger son existence comme un tout. Historique­ment, on a vu qu1 après chaque guerre apparaît une période de reconstruction.

2- Avec 1'exacerbation de la crise, le système ca­pitaliste établit les conditions de la possibili­té de sa subversion.

La crise, avec son approfondissement croissant, fournit les conditions pour le développement de la conscience prolétarienne et de son auto organi­sation. En conséquence, le capital tente de dé­truire le germe de cette conscience en intégrant le prolétariat de chaque pays à ses schémas idéologiques ; en renforçant de cette manière 1'i-déologie nationaliste et les idéologies marginales comme : le féminisme, 1fécologisme, la lutte pour la paix, le mouvement homosexuel, etc, afin de fragmenter et disperser la conscience proléta­rienne qui d1 elle-même est internationale et tota­le.

Le capital sait que l'unique issue à la crise de surproduction est la guerre et pour y arriver, en premier lieu, il doit détruire tout vestige de conscience prolétarienne.

Hier, le fascisme et 1'antifascisme ont été des moyens efficaces pour intégrer la prolétariat à l'idéologie bourgeoise ; aujourd'hui c'est le my­the du"bloc socialiste" contre le "monde occiden­tal démocratique". La défense du capitalisme d'Etat à Cuba, au Nicaragua, et des mouvements de libération nationale au Guatemala, au Salvador, etc, a une intention claire, enrôler le prolétariat mondial pour la cause d'un des deux blocs ca­pitalistes qui s'affrontent, et le conduire à une troisième guerre mondiale.

3- À partir années 60, s'est produit le resurgissement, au niveau mondial, de l'activité ré­volutionnaire du prolétariat.

Un mouvement international se développe sous la forme de vagues successives d'offensive de recul dans lequel les diverses fractions nationales du pro­létariat se lancent contre le pouvoir bourgeois mondial.

Le cours historique de la lutte de classe actu­elle est déterminé par les rapports de force en­tre le capital et le prolétariat en Europe occi­dentale, étant donné que c'est de cette corréla­tion que dépend l'ampleur de l'affrontement de la lutte de classes dans le reste des pays qui for­ment le capitalisme dans son unité mondiale.

A partir de la défaite du mouvement prolétarien polonais, due, fondamentalement aux actions média­trices du syndicat Solidarnosc, s'est ouverte une période de reflux qui a été dépassée rapidement par le développement des grèves en Hollande et en Belgique, en 1983, et les mobilisations récentes en France, en Angleterre et en Allemagne.

Nous vivons une période qui se caractérise par le réveil du prolétariat dans son unité et sa continuité historique comme sujet. De ce fait le surgissement de groupes communistes constitue un moment du développement de son auto-conscience.

4- Les organisations qui ne reconnaissent pas le rôle révolutionnaire du prolétariat ne pourront pas assumer les tâches que leur impose le mouve­ment historique de la classe. Les organisations communistes devront se transformer en ponts théorico-politiques qui transmettent et assimilent les expériences et héritages révolutionnaires du mouvement prolétarien dans le sens de son histoi­re.

Le programme de ces organisations développera et synthétisera l'expérience et l'héritage histori­que du prolétariat en tant qu'unité. De cette ma­nière, les principes de classe prolétariens ex­primeront la dimension historique du mouvement prolétarien et synthétiseront son expérience théorico-politique.

5- Nous reconnaissons l'existence d'un milieu mar­xiste révolutionnaire international constitué par des organisations révolutionnaires (CCI, OO, PCI (Battaglia Ccmunista) , etc.) qui, malgré leurs multiples faiblesses, soutiennent et défendent les principes politiques essentiels de la lutte prolétarienne.

Les communistes ne sont pas extérieurs à la classe prolétarienne, ils constituent les élé­ments les plus lucides de celle-ci. Leur rôle ne réside pas seulement à pousser l'organisation du prolétariat comme moment nécessaire de sa propre organisation, mais à développer son activité pour développer l'auto-conscience du prolétariat. Les communistes incarnent la continuité de la lutte historique de classe dans ses moments les plus hauts comme la Commune de Paris, la Révolution Russe, la Révolution Allemande, etc.

Les points centraux qui de notre point de vue vont les différencier du camp bourgeois sont :

-   la reconnaissance de la décadence du système capitaliste ;

-   la reconnaissance de la classe ouvrière com­me sujet de la Révolution ;

-   le rejet des syndicats (en se maintenant en dehors d'eux) ;

-   le rejet du parlementarisme et de toute op­position électorale ;

-   le rejet de tout type d'alliance avec un quelconque secteur de la bourgeoisie ;

-   le rejet des fronts populaires et des mouve­ments de libération nationale ;

-   la reconnaissance que dans les pays dits "socialistes" domine le mode de production capitaliste dans sa forme spécifique du capitalisme d'Etat ;

-   la reconnaissance que la Révolution Communiste aura un caractère éminemment interna­tional ;

-   la reconnaissance que le socialisme ne réus­sira que par l'abolition des rapports capi­talistes (Je production, et spécifiquement, avec l'abolition du travail salarié ;

-   la reconnaissance de la nécessité de forger le parti du prolétariat, qui aura une dimen­sion internationale.

De notre point de vue, avec l'accélération de la lutte de classes, la discussion entre révolution­naires et leur intervention organisée à l'échelle internationale sont nécessaires et inévitables.

6- Nous considérons que le capitalisme se trouve en décadence. Décadence qui implique le déclin du mo­de de production spécifiquement capitaliste, dans lequel domine le capital industriel, comme rapport social de production.

La décadence du système implique l'accentuation de la concurrence et de l'anarchie de la production spécifiquement capitaliste, et en général, 1'exacerbation et l'approfondissement de toutes ses contradictions, parce que le capitalis­me a atteint ses limites historiques, celles que lui imposent son propre développement et sa nature contradictoire. Ceci s'exprime dans le choc périodique et chaque fois plus violent entre les forces productives et les rapports de production.

La loi qui nous explique le développement du système capitaliste de production est aussi la ba­se adéquate pour comprendre sa nature décadente. De notre point de vue, aussi bien le développement que le déclin du système reposent sur deux déter­minations essentielles, à savoir, une qui se mani­feste par la baisse tendancielle du taux de profit et l'autre qui constitue son contenu et s'exprime dans la subordination formelle et réelle du tra­vail au capital.

Dans la baisse tendancielle du taux de profit s'exprime la nature décadente du système capita­liste. Ce système a pour objet la formation inin­terrompue et croissante de capital. Cela implique une expansion croissante du capital et l'augmen­tation concomitante de la productivité sociale du travail qui se traduit à son tour par un dévelop­pement accéléré des forces productives.

A mesure que s'effectue cet accroissement du ca­pital sa composition organique change, augmente ; il se produit ainsi une augmentation du volume des moyens de production et de la production même par rapport à la composition de la valeur du capital. Ceci aboutit à la baisse graduelle du taux de pro­fit, puisque la partie variable du capital, celle qui produit la plus-value, diminue.

C'est à ce moment qu'apparaît la crise capita­liste, quand le capital accumulé est supérieur par rapport au taux de profit qu'il est capable de fournir ou bien quand la composition organique croissante ne correspond pas à une augmentation équivalente de valeur.

De cette manière, la suraccumulation de capital _ par rapport à la capacité d'exploiter le travail conduit le système capitaliste à la crise, laquel­le peut-être contrecarrée par l'accumulation même de capital, au travers de diverses mesures inhé­rentes au processus même de l'accumulation. L'une d'elles est l'augmentation de la masse de plus-value obtenue par l'augmentation de la masse tota­le de capital qui emploie un_ plus grand nombre de travailleurs ; ou bien, elle peut être contrecar­rée aussi au moyen de la productivité croissante du travail qui implique une augmentation du taux d'exploitation, laquelle s'obtient au moyen de l'extraction de plus-value absolue et relative. Mais ces actions pour contrecarrer la baisse ne peuvent être utilisées indéfiniment, car il arri­ve un moment où le nombre de travailleurs ne peut plus être augmenté, où le temps de travail ne peut plus être prolongé et où le travail sociale­ment nécessaire ne peut être réduit, du fait des limites naturelles et sociales qui existent. Le développement des forces productives mène ainsi à une contradiction ouverte avec les rapports de production capitalistes, qui portée à ses limites absolues signifierait un manque de plus-value par rapport à la masse du capital accru et à ses exi­gences d'expansion. C'est à ces limites qu'arrive le capitalisme, qui mené par sa propre nature con­tradictoire entrave en son sein le développement progressif des forces productives.

Nous reconnaissons corme seul sujet révolution­naire le prolétariat. A ce marient de la décadence irréversible du système capitaliste (voir thèse 6 ) le prolétariat doit rompre avec toute entente idéologico-politique avec le capital (que ce soit le capital avancé ou privé) .

Nous considérons que toute perspective qui part du cadre national se trouve d'avance aliénée au capital qui fonde son existence dans l'humus de la nation. La lutte prolétarienne se propose d'emblée de rompre avec tout type de barrières nationales.

Toutes les tendances et partis bourgeois (de la droite à la gauche) se trouvent sur des positions inter-classistes (féminisme, fronts populaires, etc.) pour lutter contre le prolétariat.

Le prolétariat s'affronte au capital dans sa to­talité, en marge de ses fractions ou secteurs, et même si sa lutte s'effectue de manière formelle dans le cadre national, elle est par son contenu internationale.

8- Nous considérons que le parlement et le syndica­lisme ne constituent pas un moyen de lutte pour le prolétariat dans ce pays ou dans n'importe quel autre, puisque ces formes sont utilisées par la bourgeoisie pour médiatiser les luttes proléta­riennes et les intégrer. Le parlement et le Syn­dicalisme constituent une mystification de plus du capital, qui renforce son schéma de domination sur la classe ouvrière, aliénant son activité ré­volutionnaire.

9- Nous considérons qu'il n'existe aucune fraction bourgeoise progressiste, et que la stratégie du prolétariat ne doit comporter aucune alliance avec un secteur quelconque de la bourgeoisie, pour aissi "progressiste" qu'elle paraisse. La lutte de la classe ouvrière doit être l'oeuvre de la classe ouvrière elle-même.

10- Nous considérons que la notion de capital mono­poliste d'Etat ne parvient pas à rendre compte du développement du capitalisme dans ses détermina­tions essentielles, mais constitue un subterfuge idéologique de plus sur l'interprétation de la réalité capitaliste, qui sert de base à la gauche du capital pour justifier ses alliances avec les secteurs privés de la bourgeoisie. L'intervention croissante de l'Etat dans l'économie obéit unique­ment à l'anarchie même de la production capitalis­te, et sa présence exprime 1 ' exacerbation des con­tradictions du système capitaliste.

11- Nous considérons que toute nationalisation.» ou étatisation des moyens de production, loin de nous préparer au communisme, renforce la domination du capital social sur le travail salarié.

Dans le cas de l'étatisation bancaire, et spéci­fiquement celle qui s'est effectuée il y a deux ans au Mexique, le capital financier en tant que rapport de production spécifique n'a pas été éliminé, puisque le rôle de celui-ci au sein du pro­cessus de reproduction du capital continue d'être en vigueur.

Le capital social n'est pas non plus éliminé comme tel, puisque qu'avec l'étatisation, seule est modifiée la propriété juridique sur un méca­nisme qui organise la circulation du capital, au sein du cadre des rapports capitalistes de pro­duction.

De cette manière, l'Etat se transforme en pro­priétaire juridique du capital, en une de ses expressions reproductives : le capital qui donne ses intérêts.

Ce qui résulte de ce mouvement, c'est la dépersonnalisation de la fonction qu'accomplit le capital financier, au sein des rapports capitalis­tes de production et de sa logique reproductive, la préservant à un niveau supérieur de développe­ment.

De cette manière, nous observons que les rap­ports capitalistes de production adoptent un ca­ractère plus abstrait et impersonnel, rendant ainsi plus évident le fétichisme inhérent à ceux-ci. L'Etat, en tant que capitaliste collec­tif réel intégrant le personnel bancaire et sala­rié en général à un schéma de domination plus abstrait et aliénant. L'Etatisation est un moyen pour garantir la logique reproductive du capita­lisme national et international, indépendamment et par dessus toute fraction bourgeoise.

Dans ce sens, nous pouvons affirmer que la mesu­re prise par l'Etat mexicain a, comme but princi­pal celui de préserver la configuration sociale capitaliste.

 

NOS COMMENTAIRES ET CRITIQUES

Le CCA (Collectif Communiste Alptraum) a réalisé depuis les temps où ses membres faisaient encore partie du PMP, une évolution - déterminée en gran­de partie par ses contacts avec le CCI - qui les a conduits à rompre avec le flou et l'inconsistance du PMP et à se définir politiquement dans le camp prolétarien. Leurs "thèses" constituent effective­ment un cadre politique qui le situe au sein du cadre défini à travers l'histoire par l'expérience théorico-politique du mouvement révolutionnaire prolétarien.

Les thèses se prononcent sur l'ensemble des ques­tions qui ont été au centre des préoccupations du mouvement ouvrier depuis la dernière grande vague de luttes internationales (1917-23) et la 3ème Internationale qui en fut la principale manifesta­tion politique.

En réaffirmant la nature décadente du capitalis­me dans sa phase historique actuelle, ainsi que l'ensemble des conséquences de cette réalité sur les formes et le contenu de la lutte ouvrière dans cette époque : impossibilité de la lutte pour des réformes durables au sein du système capitaliste, rejet du syndicalisme, du parlementarisme, des luttes de libération nationale, des politiques de front unique ; en reconnaissant la nature capitaliste des pays dits "communistes" et le caractère universel de la tendance au capitalisme d'Etat ; en réaffirmant la nature internationale de la lut­te prolétarienne ainsi que son organisation politique et la nécessité de son intervention, le CCA a su, à travers ses thèses, se définir politique­ment en sachant se situer dans la réalité histori­que du combat de classe.

Les thèses tracent aussi une analyse du cours historique de la lutte de classe et savent recon­naître 1'ampleur et 1'importance des combats pro­létariens présents ainsi que la situation centrale du prolétariat d'Europe occidentale.

Tout cela exprime une véritable lucidité de classe qui sait dégager de l'histoire des moyens de comprendre le présent.

Nous avons signalé des qualités importantes de ce texte. Penchons-nous maintenant plutôt sur ce qui nous semble y traduire des manques. Deux fai­blesses principales : la première au niveau de l'analyse du rôle des organisations révolutionnai­res ; la deuxième au niveau de l'analyse économi­que, qui tient dans ces thèses tant de place.

Les organisations révolutionnaires.

Les thèses d'Alptraum affirment clairement l'ap­partenance des organisations communistes au prolé­tariat et ce qu'elles représentent du point de vue de la clarté de vue et de la continuité du combat historique de leur classe. Mais elles disent peu, trop peu, sur le rôle actif de celles-ci au sein des combats prolétariens et le caractère crucial de  leur  intervention  à  l'époque  présente.

Alptraum reprend bien cette idée du célèbre ex­trait du Manifeste Communiste de 1848 suivant la­quelle "du point de vue théorique, (les communis­te ) ont sur le reste de la masse prolétarienne 1'avantage de comprendre les conditions, la marche et les résultats généraux du mouvement ouvrier."

C'est ainsi que les thèses disent : "Les communistes ne sont pas extérieurs à la clas­se prolétarienne, ils constituent les éléments les plus lucides de celle-ci. (...) Les communistes incarnent la continuité de la lutte historique de classe dans ses moments les plus hauts comme la Commune de Paris, la révolution russe, la révolu­tion allemande,  etc. . " (Thèse 5)

Tout cela est vrai et important à comprendre.

Mais la plus grande "lucidité", les plus grandes "synthèses de l'expérience historique" ne seraient rien si elles n'étaient que moyens "d'interpréter le monde". Les organisations communistes sont un instrument du prolétariat pour s'autotransformateur et pour transformer le monde.

Tournant le dos à tout esprit académiste, les communistes n'analysent pas la réalité pour le goût de l'analyse en soi mais pour mieux partici­per et orienter le combat réel concret ~di leur classe, c'est-à-dire pour intervenir dans celui-ci.

Sur cet aspect de l'activité des communistes, les thèses se contentent d'affirmer, en passant :

"De notre point de vue, avec 1'accélération de la lutte de classes, la discussion entre révolu­tionnaires et  leur intervention organisée à l'échelle internationale sont nécessaires et iné­vitables. "

Au moins, au niveau de 1'insistance il manque aux thèses de mieux souligner la place pratique des organisations dans leur classe, leur caractère d'avant-garde la plus résolue au sein des combats.

Il manque cet autre partie de l'extrait déjà cité du Manifeste et qui dit : "Pratiquement, les communistes sont donc la partie la plus résolue des partis ouvriers de tous les pays, la fraction qui va toujours de l'avant."

Ce n'est pas dans un avenir plus ou moins loin­tain que l'intervention des organisations révolu­tionnaires sera "nécessaire" et "inévitable". C'est dès à présent, dans les combats actuels, que cette intervention est indispensable.

Dans ses thèses Alptraum rend bien compte de la gravité de la situation historique actuelle :

"Nous vivons une période qui se caractérise par le réveil du prolétariat dans son unité et sa con­tinuité historique  comme  sujet."

Et de façon plus précise :

"A partir de la défaite du mouvement prolétarien polonais, due fondamentalement aux actions média­trices du syndicat Solidarnosc, s'est ouverte une période de reflux qui a été dépassée rapidement par le développement des grèves en Hollande et en Belgique en 1983, et les mobilisations en France, Angleterre  et Allemagne."   (Thèse 3)

On est en droit d'être surpris qu'aucun accent ne soit mis sur l'importance actuelle de l'inter­vention des organisations communistes dans ces grèves.

Certes, Alptraum n'est encore qu'un "collectif", une sorte de "cercle". Mais, premièrement, cela ne change rien à l'importance de 1'intervention pour définir en termes généraux le rôle des organisations révolutionnaires, et deuxièmement, Alptraum possède déjà un cadre politique qui lui permet et exige de lui d'envisager l'intervention organisée systématique continue dans la classe comme tâche urgente.

L'histoire s'accélère et les révolutionnaires doivent savoir adapter en conséquence leur rythme d'existence.

L'analyse économique.

Il y a peut-être un lien entre cette sorte de "lenteur" ou d'"attentisme" politique et certains aspects de l'analyse économique exposée dans les thèses.

Ainsi, la thèse n°1 dit : "La crise capitaliste actuelle (...) doit être conçue comme une crise classique de suraccumula­tion." Une crise "classique" de suraccumulation ? Alptraum semble assimiler la crise actuelle à ces crises de croissance que connaissait périodi­quement le capitalisme au 19ème siècle.

Il est vrai qu'il y a des mécanismes et des con­tradictions analogues dans toutes les crises du capitalisme. Mais, alors que dans la phase d'ex­pansion du capital au monde entier ces crises constituaient comme les battements de coeur d'un corps en plein développement, les crises du capi­talisme décadent, celui des guerres mondiales et du militarisme universalisé, apparaissent comme les râles d'un corps agonisant. Au 19ème siècle, le capital avait le monde entier à conquérir : il dépassait ses crises par l'ouverture de nouveaux marchés dans le monde. Au 20ème siècle, ses crises le conduisent à la guerre mondiale et totale... et aujourd'hui à la menace d'anéantissement de l'hu­manité.

Alptraum reconnaît l'entrée du capitalisme dans sa phase de déclin et implicitement parle du cycle crise-guerre-reconstruction suivant lequel le ca­pitalisme vit depuis la 1ère guerre mondiale. Mais au moment d'analyser les fondements, les "détermi­nations essentielles" qui conduisent le capitalis­me aux crises et au déclin, les thèses ne se ré­fèrent qu'à des éléments insuffisants.

Ignorant ou rejetant l'analyse de Rosa Luxemburg - en réalité de Marx - suivant laquelle la contra­diction fondamentale du capitalisme réside dans son incapacité à créer indéfiniment les marchés nécessaires à son expansion, Alptraum écrit :

"De notre point de vue, aussi bien le développe­ment que le déclin du système reposent sur deux déterminations essentielles, à savoir : une qui exprime sa forme dans la loi générale de la baisse tendancielle du taux de profit, l'autre qui cons­titue son contenu et s'exprime dans la subordina­tion   formelle   et   réelle   du   procès   de   travail   au capital" (Thèse 6)

Or, ni la distinction entre "domination formelle et domination réelle" du capital, ni la loi de la baisse tendancielle du taux de profit ne suffisent à expliquer pourquoi le capitalisme connaît depuis plus d'un demi siècle un irréversible déclin his­torique ni pourquoi la crise économique actuelle n'a rien à voir avec les crises de croissance du siècle passé.

La distinction faite par Marx entre "domination formelle" et "domination réelle" du travail par le capital, traduit la différence entre l'époque où les prolétaires étaient encore principalement des artisans "salariés" (les Canuts de Lyon) qui, tout en étant commercialement soumis au capital, conti­nuaient de produire avec pratiquement les mêmes moyens et gestes que leurs ancêtres du féodalisme, et l'époque de la révolution industrielle où les gestes et l'organisation artisanale du travail laissent la place à la grande industrie et ses prolétaires façonnés suivant les nécessités de la grande usine ([1]).

Pour intéressante qu'elle soit, cette distinc­tion ne nous dit en rien pourquoi à un stade donné les rapports de production capitalistes cessent d'être un stimulant du développement des forces productives pour se transformer en entrave chroni­que et croissante de celui-ci.

Il en est de même de la loi de la baisse tendan­cielle eu taux de profit. Celle-ci, pour exacte et importante qu'elle soit comme manifestation d'une contradiction du processus de production capita­liste, n'est qu'une loi "tendancielle", c'est-à-dire une tendance constamment contrecarrée. Pour comprendre à quel moment, dans quelles circonstan­ces historiques cette tendance devient effective et se traduit par un effondrement effectif des profits, c'est au niveau des facteurs qui contre­carrent la tendance générale que l'on trouvera une réponse. Depuis Marx, nous savons que c'est par l'augmentation de la masse de plus-value et par l'intensification de l'exploitation (augmentation de la productivité) que le capital ralentit et compense, contrecarre la baisse tendancielle du taux de profit. Or, aussi bien l'un que l'autre de ces moyens dépend essentiellement de la capacité du capital à élargir son champ de production, ce qui, à son tour, dépend de l'existence de marchés solvables - extérieurs à sa sphère de production -Si, comme le fait Alptraum, on ignore la contra­diction au coeur du système capitaliste entre d'une part sa nécessité de produire toujours plus pour exister et, d'autre part, son incapacité à créer des marchés solvables suffisants, il faut conclure que le capitalisme, loin d'être à la fin de son existence étouffé par ses propres contra­dictions, a encore devant lui un bel avenir. Car tant que le capitalisme ne connaît pas de limites à l'expansion de ses débouchés commerciaux, il peut surmonter, compenser toutes ses autres con­tradictions. C'est le marché qui fait vivre le ca­pital et c'est lui qui en constitue sa dernière limite.

Si, pour que le capitalisme entre en phase de déclin, il fallait attendre - comme semble le dire la thèse 6 - qu'il "arrive un moment où le nombre de travailleurs ne peut plus être augmenté, où le temps de travail ne peut plus être prolongé et où le travail socialement nécessaire ne peut être ré­duit du fait des limites naturelles (sic !) et so­ciales qui existent", nous devrions nous résigner à attendre des siècles... voire l'éternité. Jamais le capital n'atteindra des "limites naturelles" qui l'empêcheraient d'augmenter le nombre de travailleurs, d'intégrer tous les chômeurs et margi­nalités de la terre. Depuis que le capitalisme est en décadence, le nombre de travailleurs non inté­grés, de laissés pour compte essentiellement dans les pays sous-développés, ne se réduit pas (appro­chant de supposées limites naturelles) mais au contraire augmente de façon exponentielle.

Nous ne pouvons ni ne voulons ici développer une polémique détaillée sur l'analyse des contradic­tions fondamentales du capitalisme ([2]). Ce qui nous importe c'est de signaler :

1°) que 1'analyse présentée par les thèses est in­suffisante..sinon erronée ;

2°) qu'elle peut servir de base à la théorisation d'une attitude plus ou moins attentiste qui - en contradiction avec tout ce qui est par ailleurs affirmé dans les thèses - ne comprendrait pas l'importance et l'urgence de l'intervention prati­que des communistes aujourd'hui sous prétexte que le capitalisme est encore loin d'avoir attein1; ses "limites naturelles".

Conclusion.

"Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire", disait avec raison Lénine. Les thèses du CCA traduisent sans aucun doute un ef­fort théorique réel et une compréhension de l'im­portance de cet effort pour le prolétariat. Mais elles montrent aussi que cet effort doit être poursuivi et pour ce faire le CCA doit se situer plus directement, plus activement sur le terrain de l'intervention politique au sein du mouvement présent du prolétariat ([3]).

L'intervention des révolutionnaires est nourrie et soutenue par la théorie révolutionnaire ; mais la théorie révolutionnaire ne peut vivre et se dé­velopper qu'en vue de cette intervention, et cela d'autant plus dans la période historique présente.

Lorsqu'ils étaient encore membres du PMP les éléments qui aujourd'hui constituent le CCA étaient parmi les plus actifs sur le plan de l'in­tervention dans la ville de Mexico. C'est avec eux que le CCI tint dans cette ville, pendant l'été 82, une réunion publique sur les luttes ouvrières en Pologne.

Il ne faudrait pas que la période de réflexion, de rupture et de clarification politique qu'ils ont depuis traversée ne leur fasse oublier le sou­ci primordial, comme parfois les thèses peuvent le laisser penser.

R.V.


[1] Avec la publication en français, au début des années 70, du "chapitre inédit du Capital" - où Marx développe plus particulièrement cette distinction - les courants tel le groupe qui publiait "Invariance", et à sa suite certains "modernistes", ont cru trouver dans cette analyse un élément fondamental, "nou­veau", pour la compréhension du capitalisme au 20ème siècle. Goût de 1'innovation pour 1'innovation obli­ge. Mais en réalité les éléments qui constituent cette distinction (transformation concrète du procès de travail et surtout prédominance de la plus-value relative par rapport à la plus-value absolue) caractéri­sent essentiellement des étapes au sein de 1 'ascendance du capitalisme et non le passage dans la phase décadente. Ainsi, par exemple, le capitalisme se développe en Russie, à la fin du 19ème siècle, en pre­nant  d'emblée  les  formes  les plus modernes  de  la  domination  réelle.

[2]cf. "Théorie des crises" (critique de Boukharine), in Revue Internationale n°29 et 30 (2eme et 3éme trimestre 82) ; "Les théories des crises de Marx à l'Internationale Communiste", in Revue Internationale n°22 (3ème trimestre 80) ; "Les théories des crises de la gauche hollandaise", in Revue Internationale n°16, 17, 21 ; "Sur 1'impérialisme", in Revue Internationale n°19(4ème trimestre 79); "Théories économiques et lutte pour le socialisme", in Revue Internationale n°16  (1er trimestre 79) décadence du capitalisme".

[3] Le langage obscur, souvent inutilement abstrait des thèses exprime non seulement un manque de clarté dans la pensée mais aussi 1'absence du souci d'être compréhensible en dehors d'un milieu intellectuel restreint.