Documents de la vie du CCI : La question du fonctionnement de l'organisation dans le CCI

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Le CCI a tenu récemment une confé­rence internationale extraordinaire dé­diée principalement aux questions d'or­ganisation. Dans notre presse territo­riale et dans le prochain numéro de la Revue internationale nous reviendrons sur les travaux de cette conférence. Cela dit, dans la mesure où les ques­tions que celle-ci a abordées avaient de fortes similitudes avec celles que nous avons eu à traiter par le passé, nous avons estimé utile de publier des ex­traits d'un document interne (adopté unanimement par le CCI) qui avait servi de base au combat pour la défense de l'organisation que nous avons mené en 1993-95 et dont rend compte la Revue internationale n° 82 à propos du 11e congrès du CCI.

Le rapport d'activités présenté au BI plé­nier ([1]) d'octobre 1993 fait état de l'exis­tence ou de la persistance au sein du CCI de difficultés organisationnelles dans un grand nombre de sections. Le rapport pour le 10e congrès international avait déjà traité amplement de ces difficultés. Il avait en particulier insisté sur la nécessité d'une plus grande unité internationale de l'orga­nisation, d'une centralisation plus vivante et rigoureuse de celle-ci. Les difficultés présentes font la preuve que l'effort réalisé par ce rapport et les débats du 10e congrès, tout en étant indispensables, étaient en­core insuffisants. Les dysfonctionnements qui se sont exprimés au cours de la dernière période manifestent l'existence au sein du CCI de retards, de lacunes dans la compréhension des questions, d'une perte de vue du cadre de nos principes en matière d'or­ganisation. Une telle situation nous donne la responsabilité d'aller encore plus au fond des questions qui avaient été soule­vées lors du 10e congrès. Il importe en particulier que l'organisation, les sections et tous les militants se penchent une nouvelle fois sur des questions de base et en particulier sur les principes qui fondent une organisation qui lutte pour le commu­nisme (...)

Une réflexion de ce type a été menée en 1981-82 à la suite de la crise qui avait auparavant secoué le CCI (perte de la moitié de la section en Grande-Bretagne, hémor­ragie d'une quarantaine de membres de l'organisation). La base de cette réflexion avait été donnée par le rapport sur «La structure et le fonctionnement de l'organi­sation» adopté par la conférence extraor­dinaire de janvier 1982 (Cf Revue interna­tionale n°33). En ce sens, ce document reste toujours une référence pour l'ensem­ble de l'organisation ([2]). Le texte qui suit se conçoit comme un complément, une illustration, une actualisation (suite à l'ex­périence acquise depuis) du texte de 1982. En particulier, il se propose d'attirer l'at­tention de l'organisation et des militants sur l'expérience vécue, non seulement par le CCI, mais aussi par d'autres organisa­tions révolutionnaires dans l'histoire.

 1. L'importance du problème dans l'histoire
 

La question de la structure et du fonction­nement de l'organisation s'est posée à toutes les étapes du mouvement ouvrier. A chaque fois, les implications d'un tel questionnement ont revêtu la plus haute importance. Ce n'est nullement le fait du hasard. Dans la question d'organisation se trouve concentrée toute une série d'as­pects essentiels de ce qui fonde la pers­pective révolutionnaire du prolétariat :

- caractéristiques fondamentales de la société communiste et des rapports qui s'établissent entre les membres de celle­-ci ;

- être du prolétariat comme classe por­teuse du communisme ;

- nature de la conscience de classe, ca­ractéristiques de son développement et de son approfondissement, de son extension au sein de la classe ;

- rôle de l'organisation communiste dans le processus de prise de conscience du prolétariat .

Les conséquences du développement de désaccords sur les questions organisa­tionnelles se sont souvent révélées dra­matiques, voire catastrophiques pour la vie des organisations politiques du prolé­tariat. Il en est ainsi pour les raisons sui­vantes :

- de tels désaccords sont, en dernier ressort, le révélateur de la pénétration au sein de l'organisation d'influences idéolo­giques étrangères au prolétariat, prove­nant de la bourgeoisie ou de la petite bour­geoisie ;

- beaucoup plus que les désaccords sur d'autres questions, ils se répercutent né­cessairement sur le fonctionnement de l'or­ganisation, peuvent même affecter son unité, voire son existence :

- en particulier, ils tendent à prendre un tour plus personnalisé et donc plus émo­tionnel.

Parmi de multiples exemples historiques d'un tel phénomène, on peut en prendre deux parmi les plus célèbres :

- le conflit entre le Conseil Général de l'AIT et les «Alliancistes» ;

- la scission entre Bolcheviks et Men­cheviks au cours et à la suite du 2e Congrès du POSDR en 1903.

Dans le premier exemple, il est clair que la constitution au sein de l'AIT de l'«Alliance internationale de la démocratie socia­liste» était une manifestation de l'influence de l'idéologie petite bourgeoise à laquelle était régulièrement confronté le mouve­ment ouvrier au cours de ses premiers pas. Ce n'est donc pas un hasard si l'Alliance recrutait principalement auprès des pro­fessions proches de l'artisanat (les horlo­gers du Jura suisse, par exemple) et dans des régions où le prolétariat était encore faiblement développé (comme en Italie et, particulièrement, en Espagne).

De même, la constitution de l'Alliance présentait un danger particulièrement grave pour l'ensemble de l'AIT dans la mesure où :

- elle était une «Internationale dans l 'In­ternationale » (Marx), existant « en dedans et en dehors» de celle-ci, ce qui, en soi, était déjà une remise en cause de son unité ;

- elle était, de plus, clandestine, y com­pris aux yeux de l'AIT, puisqu'elle avait proclamé sa dissolution tout en continuant à fonctionner ;

- elle s'opposait aux conceptions de l'AIT en matière d'organisation et notamment à sa centralisation (défense du «fédéra­lisme»), tout en étant d'ailleurs elle-même ultra-centralisée autour d'un «Comité cen­tral» dirigé d'une main de fer par Bakou­nine et en imposant à ses membres la discipline la plus sévère et fondée sur une abnégation totale et le don de soi de tous et de chacun» (Bakounine) .

De fait, l'Alliance constituait une négation vivante des bases sur lesquelles s'était fondée l'Internationale. C'est justement pour que cette dernière ne tombe pas entre les mains de l'Alliance, qui l'aurait à coup sûr dénaturée, que Marx et Engels, au Congrès de La Haye de 1872, ont proposé et obtenu le transfert à New York du Con­seil Général. Ils savaient pertinemment que ce transfert devait conduire l'AIT vers une extinction progressive (effective en 1876), mais, dans la mesure où elle était de toutes façons condamnée à la suite de l'écrase­ment de la Commune de Paris (qui avait provoqué un profond recul dans la classe), ils ont préféré cette fin à une dégénéres­cence qui aurait discrédité toute l'oeuvre positive qu'elle avait accomplie entre 1864 et 1872.

Enfin, il faut noter que le conflit entre l'AIT et l'Alliance a pris un tour très per­sonnalisé autour de Marx et Bakounine. Ce dernier, qui n'avait rejoint l'AIT qu'en 1868 (à la suite de l'échec de sa tentative de coopération avec les démocrates bour­geois au sein de la «Ligue de la paix et de la liberté»), accusait Marx d'être le «dictateur» du Conseil général et donc de l'en­semble de l'AIT ({C}{C}{C}[3]{C}{C}{C}). Autant dire que c'était tout à fait faux (il suffit pour s'en convain­cre de lire les procès-verbaux des réunions du Conseil général et des congrès de l'In­ternationale). D'un autre côté, Marx (avec raison) dénonçait les intrigues du chef indiscuté de l'Alliance, intrigues qui étaient facilitées par le caractère secret de cette dernière et par les conceptions sectaires héritées d'une époque révolue du mouve­ment ouvrier. II faut noter en plus que ces conceptions sectaires et conspiratives, de même que le côté charismatique de la per­sonnalité de Bakounine, favorisaient son influence personnelle sur ses adeptes et l'exercice de son autorité de "gourou". Enfin, la persécution dont il prétendait être victime était un des moyens par lesquels il semait le trouble et se gagnait des parti­sans parmi un certain nombre d'ouvriers mal informés ou sensibles aux idéologies petites-bourgeoises.

On retrouve le même type de caractéris­tiques dans la scission entre bolcheviks et mencheviks qui s'est faite, au départ, autour de questions organisationnelles.

D'une façon qui s'est confirmée par la suite, la démarche des mencheviks était déterminée par la pénétration, dans la so­cial-démocratie russe, de l'influence des idéologies bourgeoises et petites-bour­geoises (même si certaines conceptions des bolcheviks étaient elles-mêmes tribu­taires d'une vision jacobiniste bourgeoise). En particulier, comme le note Lénine (Un pas, en avant, deux pas en arrière, (Euvres, Tome 7) : «Le gros de l'opposition [les mencheviks] a été formé par les éléments intellectuels de notre Parti» qui ont donc constitué un des véhicules des concep­tions petites bourgeoises en matière d'or­ganisation.

En deuxième lieu, la conception de l'or­ganisation qui était celle des mencheviks lors du 2e congrès, et que Trotsky a parta­gée pendant longtemps (alors qu'il s'était très clairement éloigné d'eux, notamment sur la question de la nature de la révolution qui se préparait en Russie et des tâches du prolétariat en son sein), tournait le dos aux nécessités de la lutte révolutionnaire du prolétariat et portait avec elle la destruc­tion de l'organisation. D'une part, elle était incapable de faire une distinction claire entre membres du parti et sympathisants comme l'a montré le désaccord entre Lé­nine et Martov, le chef de file des menche­viks, sur le point l des statuts ({C}{C}{C}[4]{C}{C}{C}). D'autre part, et surtout, elle était tributaire d'une période révolue du mouvement (comme les "alliancistes" étaient encore marqués par la période sectaire du mouvement ouvrier) : "Sous le nom de `minorité' se sont grou­pés dans le Parti, des éléments hétérogè­nes qu'unit le désir conscient ou non, de maintenir les rapports de cercle, les for­mes d'organisation antérieures au Parti. Certains militants éminents des anciens cercles les plus influents, n 'ayant pas l'ha­bitude des restrictions en matière d'orga­nisation, que l'on doit s'imposer en rai­son de la discipline du Parti, sont enclins à confondre machinalement les intérêts généraux du Parti et leurs intérêts de cercle qui, effectivement, dans la période des cercles, pouvaient coïncider. " (Lé­nine, Un pas en avant, deux pas en ar­rière). En particulier, du fait de leur appro­che petite bourgeoise, ces éléments "... lèvent naturellement l'étendard de la ré­volte contre les restrictions indispensa­bles qu'exige l'organisation, et ils éri­gent leur anarchisme spontané en principe de lutte qualifiant à tort cet anar­chisme... de revendication en faveur de la 'tolérance ', etc. " (Ibid. )

En troisième lieu, l'esprit de cercle et l'individualisme des mencheviks les ont conduits à la personnalisation des ques­tions politiques. Le point le plus dramati­que du Congrès, qui a provoqué une cas­sure irréparable entre les deux groupes, est celui de la nomination dans les différentes instances responsables du Parti, et en particulier dans la rédaction de l' Iskra, qui était considérée comme la véritable direc­tion politique de celui-ci (le Comité Central ayant essentiellement une responsabilité dans les questions organisationnelles). Avant le congrès, cette rédaction était composée de 6 membres : Plekhanov, Lé­nine, Martov, Axelrod, Starover (Potressov) et Vera Zassoulitch. Mais seuls les trois premiers faisaient un réel travail de rédaction, les trois derniers ne faisaient pratiquement rien, ou se contentaient d'en­voyer des articles ({C}{C}{C}[5]{C}{C}{C}). Afin de dépasser "l'esprit de cercle" qui animait la vieille rédaction, et particulièrement ses trois membres les moins impliqués, Lénine propose au congrès une formule permettant de nommer une rédaction plus adaptée sans que cela apparaisse comme une mo­tion de défiance envers ces trois militants : le Congrès élit une rédaction plus res­treinte de trois membres qui peut, ultérieu­rement coopter d'autres militants en ac­cord avec le Comité central. Alors que cette formule avait été acceptée dans un premier temps par Martov et les autres rédacteurs, ce dernier change d'avis à la suite du débat qui l'a opposé à Lénine sur la question des statuts (et qui a mis en évidence le fait que ses anciens camarades risquaient de ne pas retrouver leur poste) : il demande (en fait c'est à Trotsky que revient de proposer une résolution en ce sens) que l'ancienne rédaction de 6 mem­bres soit "confirmée" par le Congrès. C'est finalement la proposition de Lénine qui l'emporte ce qui provoque la colère et les lamentations de ceux qui vont devenir les "mencheviks" (minoritaires). Martov, "au nom de la majorité de l'ancienne rédac­tion" déclare :"Puisque l’on a décidé d’élire un comité de trois, je déclare au nom de mes trois camarades et au mien, que personne parmi nous n'accepterait d'y en­trer. En ce qui me concerne personnelle­ment, j'ajoute que je tiendrais pour une injure le fait d'être porté comme candidat à cette fonction, et que la simple supposi­tion que je consentirais à y travailler serait considérée par moi comme une tâche à ma réputation politique. " La dé­fense sentimentale de ses vieux compa­gnons victimes de "l'état de siège qui règne dans le Parti ", la défense de l’honneur bafoué" se substituent chez Martov aux considérations politiques. Pour sa part, le menchevik Tsarev déclare : "Comment les membres non élus de la rédaction doivent-ils se comporter à l'égard du fait que le congrès ne veut plus les voir faire partie de la rédaction ?" Les bolcheviks dénoncent cette façon non politique de présenter les questions ({C}{C}{C}[6]{C}{C}{C}). Par la suite, les mencheviks refusent et sabotent les déci­sions du Congrès, boycottent les organes centraux élus par ce dernier et se lancent dans des attaques personnelles systéma­tiques contre Lénine. Par exemple, Trotsky l'appelle "Maximilien Lénine", il l'accuse de vouloir "prendre sur lui le rôle de l'incorruptible " et d'instituer une "Répu­blique de la Vertu et de la Terreur". (Rap­port de la délégation sibérienne). On est frappé par la ressemblance entre les accu­sations lancées par les mencheviks contre Lénine et celles des alliancistes contre Marx et sa "dictature". Face à l'attitude des mencheviks, à la personnalisation des questions politiques, aux attaques qui le prennent pour cible et à la subjectivité qui a envahi Martov et ses amis, Lénine ré­pond : "Lorsque je considère la conduite des amis de Martov après le congrés , (...) je puis dire seulement que c'est la une tentative insensée, indigne de membres du parti, de déchirer le Parti... Et pour­quoi ? Uniquement parce qu'on est me­content de la composition des organis­mes centraux, car objectivement, c'est uniquement cette question qui nous a séparés, les appréciations subjectives (comme offense, insulte, expulsion, mise à l'écart, flétrissure, etc.) n'étant que le fruit d'un amour-propre blessé et d'une imagination malade. Cette imagination malade et cet amour-propre blessé mè­nent tout droit aux commérages les plus honteux : sans avoir pris connaissance de l'activité des nouveaux centres, ni les avoir encore vus à l'oeuvre, on va répan­dant des bruits sur leur "carence ", sur le "gant de fer" d'Ivan Ivanovitch, sur la "poigne" d'Ivan Nikiforovitch, etc. (...) Il reste à la social-démocratie russe une dernière et difficile étape à franchir, de l'esprit de cercle à l'esprit de parti ; de la mentalité petite-bourgeoise à la cons­cience de son devoir révolutionnaire ; des commérages et de la pression des cercles, considérés comme moyens d'ac­tion, à la discipline. " (Relation du IIe Congrès du POSDR, (Euvres, Tome 7)

 
2. Les problèmes organisationnels dans l'histoire du CCI 

Comme toutes les autres organisations du prolétariat, (...) des difficultés organisa­tionnelles similaires à celles qu'on vient d'évoquer ont affecté également le CCI. Parmi ces difficultés, on peut relever les moments suivants :

- 1974 : débat sur la centralisation dans le groupe Révolution internationale (future section du CCI en France), formation et départ de la «tendance Bérard» ;

- 1978 : formation de la «tendance S-M» qui allait fonder le GCI en 1979 ;

- 1981 : crise du CCI, formation et départ de la «tendance Chénier» ;

- 1984 : apparition de la minorité qui, en 1985, allait se constituer en «tendance» puis quitter le CCI pour former la FECCI ;

- 1987-88 : difficultés dans la section en Espagne conduisant à la perte de la section du Nord,

- 1988 : dynamique de contestation et de démobilisation au sein de la section de Paris ; mise en évidence, par le 8e congrès de RI (Révolution internationale, section du CCI en France) du poids de la décompo­sition dans nos rangs.

(... ) De ces moments de difficultés on peut retenir, malgré leurs différences, une série de caractéristiques communes qui les rap­prochent des problèmes rencontrés anté­rieurement dans l'histoire du mouvement ouvrier :

- poids de l'idéologie petite-bourgeoise, et notamment de l'individualisme ;

- remise en cause du cadre unitaire et centralisé de l'organisation ;

- importance prise par les questions per­sonnelles et de subjectivité.

Il serait trop long de passer en revue tous ces moments de difficultés. On peut se contenter de mettre en évidence comment ces caractéristiques (qui ont toujours été présentes, mais à des degrés divers) se sont manifestées à certains de ces mo­ments.
 

a) Le poids de l'idéologie petite bour­geoise

Ce poids est évident lorsqu'on examine ce qu'est devenue la tendance de 1978 : le GCI a sombré dans une sorte d'anarcho­ bordiguisme, exaltant les actions terroris­tes et méprisant les luttes du prolétariat dans les pays avancés alors qu'il montait en épingle des luttes prolétariennes imagi­naires dans le Tiers-Monde. De même, dans la dynamique du groupe de camara­des qui allait former la FECCI, nous avons identifié des similitudes frappantes avec celle qui avait animé les mencheviks en 1903 (voir notamment l'article «La Fraction externe du CCI» dans la Revue internatio­nale 45) et en particulier le poids de l'élé­ment intellectuel. Enfin, dans la dynamique de contestation et de démobilisation (...) qui avait affecté la section de Paris en 1988, nous avions mis en évidence l'impor­tance du poids de la décomposition comme facteur favorisant la pénétration de l'idéologie petite bourgeoise dans nos rangs, particulièrement sous la forme du «démocratisme» (... ).

b) La remise en cause du cadre unitaire et centralisé de l'organisation

C'est un phénomène que nous avons ren­contré de façon systématique et marquée lors des différents moments de difficultés organisationnelles dans le CCI :

- Le point de départ de la dynamique qui devait aboutir à la «tendance Bérard» est la décision de la section de Paris de se doter d'une Commission d'organisation (CO). Un certain nombre de camarades, particulièrement la grande majorité de ceux qui avaient milité dans le groupe trotskiste «Lutte Ouvrière» (LO), voyait dans cet embryon d'organe central une «grave menace de bureaucratisation» pour l'or­ganisation. Bérard n'avait de cesse de comparer la CO au Comité central de LO (organisation dont Bérard avait été mem­bre pendant plusieurs années), d'identi­fier RI à cette organisation trotskiste, argu­ment qui avait un fort impact sur les autres camarades de sa «tendance» dans la me­sure où tous (sauf un) venaient de LO.

- Lors de la crise de 1981, il s'était déve­loppé (avec la contribution de l'élément trouble Chénier, mais pas seulement) une vision qui considérait que chaque section locale pouvait avoir sa propre politique en matière d'intervention, qui contestait vio­lemment le Bureau international (BI) et son Secrétariat (SI) (auxquels on reprochait notamment leur position sur la gauche dans l'opposition et de provoquer une dégénérescence stalinienne) et qui, tout en se réclamant de la nécessité des orga­nes centraux, leur attribuait un rôle de simple boîte au lettres (...)

- Dans toute la dynamique qui allait con­duire à la formation de la FECCI, l'aspect remise en cause de la centralisation s'est fait sentir également mais sous une forme différente, notamment dans la mesure où 5 membres sur 10 de la «tendance» apparte­naient au BI. C'est essentiellement par les actes répétés d'indiscipline vis-à-vis de ce dernier, mais aussi des autres instances de l'organisation, que s'est faite sentir cette remise en cause : d'une façon quelque peu aristocratique, certains membres de la «ten­dance» considéraient qu'ils étaient «au dessus des lois». Confrontés à la néces­saire discipline de l'organisation, ces mili­tants y voyaient une «dégénérescence stalinienne» reprenant à leur compte les arguments de la «tendance Chénier» qu'ils avaient pourtant combattus trois ans aupa­ravant.

- Les difficultés rencontrées par la sec­tion en Espagne en 1987-88 sont directe­ment liées au problème de la centralisa­tion : les nouveaux militants de la section de San Sebastian entrent dans une dyna­mique de contestation de la section de Valence qui joue le rôle d'organe central. Il existe au sein de la section «basque» un certain nombre de désaccords et confu­sions politiques, notamment sur la ques­tion des comités de chômeurs, confusions qui relèvent pour une bonne part des ori­gines gauchistes de certains éléments de cette section. Mais au lieu que ces désac­cords puissent être discutés dans le cadre organisationnel, ils sont l'occasion de la mise en avant d'une politique de «bougnat est maître chez soi», d'un rejet de principe des orientations et consignes provenant de Valence. Suite à cette dynamique, la section en Espagne perd la moitié de ses effectifs ( ... ).

- Dans la dynamique de contestation et de démobilisation qui s'était développée en 1988 dans la section en France, et par­ticulièrement à Paris, la remise en cause de la centralisation s'exprimait essentiellement contre l'organe central de cette section. La forme la plus «élaborée» de cette remise en cause avait été exprimée par un membre de l'organisation qui avait développé dans ses textes, et dans son comportement, une démarche voisine de l'anarcho ­conseillisme. En particulier, une de ses premières contributions... portait sur une critique des organes centraux et défendait l'idée d'une rotativité dans la nomination des militants au sein de ces organes.

Le rejet ou la contestation de la centralisa­tion n'ont pas été les seules formes de remise en cause du caractère unitaire de l'organisation lors des différents moments de difficultés qu'on vient d'évoquer. Il faut y ajouter les manifestations d'une dynamique qu'on pourrait appeler, comme Lénine en 1903, «de cercle» ou bien «de clan». C'est-à-dire le regroupement, même informel, entre un certain nombre de cama­rades sur la base, non pas d'un accord politique, mais sur des critères hétéroclites comme les affinités personnelles, le mé­contentement vis-à-vis de telle orientation de l'organisation ou la contestation d'un organe central.

En fait, toutes les «tendances» qui, à ce jour, se sont formées dans le CCI obéis­saient, peu ou prou, à une telle dynamique. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elles ont toutes mené à des scissions. C'est quelque chose que nous avions relevé à chaque fois : les tendances se formaient non pas sur la base de la mise en avant d'une orientation positive alternative à une position prise par l'organisation mais comme rassemblement de «mécontents» qui mettaient dans un pot commun leurs divergences et essayaient, par la suite de leur donner une certaine cohérence. Sur de telles bases, une tendance ne pouvait donner rien de positif dans la mesure où sa dynamique ne consistait pas dans la re­cherche d'un renforcement de l'organisa­tion à travers la plus grande clarté possible mais exprimait au contraire une démarche (souvent inconsciente) de destruction de l'organisation. De telles tendances n'étaient pas un produit organique de la vie du CCI et du prolétariat mais expri­maient au contraire la pénétration en son sein d'influences étrangères : en général l'idéologie petite bourgeoise. En conséquence, ces tendances apparaissaient d'emblée comme des corps étrangers au CCI ; c'est pour cela qu'elles étaient un danger pour l'organisation et que leur destin leur était pratiquement tracé d'avance : la scission. ({C}{C}{C}[7]{C}{C}{C})

D'une certaine façon, la tendance Bé­rard fut celle qui témoigna le plus d'homo­généité. Mais cette dernière n'avait pas pour origine une véritable compréhension commune des questions soulevées. Cette «homogénéité» se basait essentiellement sur :

- l'origine commune (LO) des membres de la tendance qui les ont fait converger spontanément vers des démarches similai­res et notamment le rejet de la centralisa­tion ;

- le charisme de Bérard, qui était un élément très brillant, et dont les «contribu­tions» en ont «mis plein la vue» à des éléments peu formés qui, dans l'ensemble, n'y comprenaient pas grand chose et qui ont adhéré «les yeux fermés» à sa démarche.

C'est pour cette dernière raison qu'on trouvait dans cette «tendance» à la fois des éléments très académistes (...) et des éléments plutôt activistes (...). Autant dire que la «Tendance communiste» qui s'est constituée après la scission n'a pas survécu au premier numéro de sa publi­cation.

Concernant les autres «tendances» qu'on a connues dans le CCI, chacun garde en tête le bric-à-brac de positions qui s'y retrouvaient :

- Tendance S-M : baisse tendancielle du taux de profit comme explication de la crise économique (S) plus nature prolétarienne de l'État de la période de transition (S) plus vision bordiguisante du rôle de l'organisation (M) plus surestimation des luttes ouvrières dans le tiers monde (R) ;

- Tendance Chénier : rejet de l'analyse de la gauche dans l'opposition plus assi­milation d'organismes syndicaux à des organes de la lutte de classe plus «dégéné­rescence stalinienne» du CCI (plus des manoeuvres occultes d'un individu peut être au service de l'État bourgeois) (...) ;

- Tendance FECCI : vision non marxiste de la conscience de classe (ML) plus fai­blesses conseillistes (JA et Sander) plus désaccords sur l'intervention du CCI dans les actions menées par les syndicats pour immobiliser la classe ouvrière (Rose) plus rejet de la notion de centrisme et d'oppor­tunisme (Mclntosh).

Considérant le caractère hétéroclite de ces tendances, la question qu'on peut se poser est donc : sur quoi était fondée leur démarche et leur «unité» ?

A la base, il y avait incontestablement des incompréhensions et des confusions tant sur des questions politiques généra­les que sur des questions d'organisation.

Mais tous les camarades qui avaient des désaccords sur ces questions n'ont pas adhéré à ces tendances. A l'inverse, cer­tains camarades qui, au départ, n'avaient aucun désaccord s'en sont «découvert» en cours de route pour adhérer au proces­sus de formation des «tendances» (...). C'est pour cela qu'il nous faut faire appel, comme l'avait fait Lénine en 1903, à un autre aspect de la vie organisationnelle : l'importance des questions «personnelles» et de subjectivité.

c) L'importance des questions «per­sonnelles» et de subjectivité

Les questions concernant l'attitude, le comportement, les réactions émotionnel­les et subjectives des militants de même que la personnalisation de certains débats ne sont pas de nature «psychologique» mais éminemment politiques. La person­nalité, l'histoire individuelle, l'enfance, les problèmes affectifs, etc. ne permettent pas à eux seuls, ni fondamentalement, d'expli­quer les attitudes et comportements aber­rants que peuvent adopter certains mem­bres de l'organisation à tel ou tel moment. Derrière de tels comportements on retrouve toujours, directement ou indirectement, l'individualisme ou le sentimentalisme, c'est-à-dire des manifestations de l'idéo­logie de classes étrangères au prolétariat : bourgeoisie ou petite bourgeoisie. Ce qu'on peut dire tout au plus c'est que certaines personnalités sont plus fragiles que d'autres face à la pression de telles influences idéologiques.

Cela n'enlève rien au fait que des as­pects «personnels» peuvent jouer un rôle important dans la vie organisationnelle comme on a pu le voir en de nombreuses reprises :

- Tendance Bérard : Il suffit de signa­ler le fait que, quelques jours après le vote instaurant la Commission d'organisation, auquel Bérard s'était opposé, le même Bérard est allé trouver MC ({C}{C}{C}[8]{C}{C}{C}) pour lui proposer le marché suivant : `je change mon vote en , laveur de la CO si tu me proposes pour en faire partie, sinon je la combattrai ' . Autant dire que Bérard s'est fait envoyer sur les roses, MC s'étant seu­lement engagé à ne pas faire état de cette proposition afin de ne pas "enfoncer" Bé­rard publiquement et de permettre au débat d'être mené sur le fond. Ainsi, la CO ne présentait de "danger de bureaucratisation" que parce que Bérard n'en faisait pas par­tie... Sans commentaires !

- Tendance S-M : Elle est constituée de trois groupes (en partie familiaux) dont les «leaders» ont des préoccupations diffé­rentes mais qui se retrouvent dans la con­testation des organes centraux (...)

Comme «il n'y a pas de place pour plu­sieurs crocodiles mâles dans le même marigot» (proverbe africain) les trois pe­tits crocodiles se sont séparés par la suite : S a scissionné le premier du GCI pour fonder l'éphémère «Fraction communiste internationaliste», plus tard M a égale­ment quitté le GCI pour former le «Mouve­ment communiste».

- Tendance Chénier : Les conflits de personnes et de personnalités ne sont pas étrangers à la division de la section en Grande-Bretagne en deux groupes qui ne s'adressent plus la parole et qui, par exem­ple, vont manger dans des restaurants différents lors des réunions générales de la section. Les militants de l'étranger qui viennent à ces réunions sont accaparés par l'un ou l'autre clan et ils ont droit à toutes sortes de commérages (...)Enfin, la crise est encore aggravée par toutes les manœuvres de Chénier qui met systémati­quement de l'huile sur le feu des con­flits ({C}{C}{C}[9]{C}{C}{C}).

- Tendance FECCI : A côté des di­vergences politiques (mais qui étaient disparates), un des aliments majeurs de la démarche du groupe de camarades qui allait fonder la FECCI, et explique en particulier l'incroyable mauvaise foi dont ils ont fait preuve, est l'orgueil blessé de certains (notamment JA et ML) peu habitués à être critiqués (no­tamment par MC) et la «solidarité» que leurs amis de vieille date ont voulu leur témoigner (...). En fait, quand on se penche sur l'histoire du 2e congrès du POSDR et qu'on a vécu l'affaire de la «tendance FECCI» on ne peut être que frappé par toutes les similitudes entre les deux événements. Mais comme le disait Marx, «si l'histoire se répète, c'est la première fois comme tragédie et la seconde fois comme farce».

Ce n'est pas seulement lors de la forma­tion de «tendances» que les questions de personnes ont joué, de différentes fa­çons, un rôle très important.

Ainsi, lors des difficultés de la section en Espagne en 87-88, il se développe parmi les camarades de San Sebastian, qui ont été intégrés sur des bases politiques insuf­fisamment solides et avec une part impor­tante de subjectivité, une animosité très forte à l'égard de certains camarades de Valence. Cette démarche personnalisée est notamment accentuée par l'état d'esprit retord et malsain d'un des éléments de San Sébastien et surtout par les agissements de Albar, animateur du noyau de Lugo, dont le comportement est assez proche de celui de Chénier : correspondances et con­tacts clandestins, dénigrements et calom­nies, utilisation de sympathisantes pour «travailler» le camarade de Barcelone qui a finalement quitté le CCI (...)

L'examen, nécessairement trop rapide et superficiel des difficultés organisationnel­les rencontrées par le CCI au cours de son histoire fait apparaître deux faits essen­tiels :

- ces difficultés ne lui sont pas propres, on les rencontre tout au long de l'histoire du mouvement ouvrier ;

- c'est de façon répétée et fréquente qu'il est confronté à ce type de difficultés.

Ce dernier élément doit inciter l'ensemble de l'organisation et tous les camarades à se pencher à nouveau, et de façon appro­fondie, sur les principes d'organisation qui ont été précisés lors de la conférence extraordinaire de 1982 dans le «Rapport sur la structure et le fonctionnement de l'organisation» et dans les statuts.
 

3. Les points principaux du rapport de 1982 et des statuts

 L'idée maîtresse du rapport de 1982 est l'unité de l'organisation. Dans ce docu­ment, cette idée est d'abord traitée sous l'angle de la centralisation avant que d'être traité sous celui des rapports entre mili­tants et organisation. Le choix de cet ordre correspondait aux problèmes rencontrés par le CCI en 1981 ( où les faiblesses s'étaient surtout manifestées par une remise en cause des organes centraux et de la centralisa­tion. A l'heure actuelle, la plupart des difficultés affrontées par les sections ne sont pas directement liées à la question de la centralisation mais bien plus à la ques­tion du tissu organisationnel, à la place et aux responsabilités des militants au sein de l'organisation. Et même lorsque les dif­ficultés concernent des problèmes de cen­tralisation, comme dans la section en France, elles renvoient au problème précé­dent. C'est pour cela que, dans l'examen des différents aspects du rapport de 1982, il est préférable de commencer par la der­nière partie (le point 12) qui touche juste­ment les rapports entre organisation et militants :

 

3.1. Les rapports entre organisation et militants
 

a) Le poids de l'individualisme

«Une condition fondarnentale de l'apti­tude d'une organisation à remplir ses tâches dans la classe est une compréhen­sion correcte en son sein des rapports qui s'établisserat entre les militants et l'orga­nisation. C'est là une question particu­lièrement difficile à comprendre à notre époque, compte tenu du poids de la rup­ture organique avec les fractions du passé et de l'influence de l'élément estudiantin dans les organisations révolutionnaires après 68 qui ont favorisé la résurgence d'un des boulets du mouvement ouvrier du 19e siècle : l'individualisme.» (Rap­port de 1982, point 12)

Il est clair qu'à ces causes, depuis longtemps identifiées, de la pénétration de l'individualisme dans nos rangs, il est nécessaire d'ajouter aujourd'hui le poids de la décomposition qui favorise en par­ticulier l'atomisation et le «chacun pour soi». Il importe que toute l'organisation soit bien consciente de cette pression constante que le capitalisme pourrissant exerce sur les têtes des militants, une pression qui ne pourra aller, tant que ne sera pas ouverte une période révolution­naire, qu'en augmentant. En ce sens, les points qui suivent, et qui répondent à des difficultés et dangers déjà rencontrés dans l'organisation par le passé, gardent toute leur validité, et sont même encore plus valables, aujourd'hui. Cela ne doit pas évidemment nous décourager mais au contraire nous encourager à une vigi­lance encore accrue à l'égard de ces dif­ficultés et de ces dangers.

 

b) La «réalisation» des militants

«Le même rapport qui existe entre un organisme particulier (groupe ou parti) et la classe existe entre l'organisation et le militant. Et de même que la classe n 'existe pas pour répondre aux besoins des orga­nisations communistes, de même celles-ci n'existent pas pour résoudre les problè­mes de l'individu militant. L'organisation n'est pas le produit des besoins des militants. On est militant dans la mesure où on a compris et adhéré aux tâches et à la fonction de l'organisation.

Dans cet ordre d'idées, la répartition des tâches et des responsabilités dans l'organisation ne vise pas une «réalisa­tion» des individus-militants. Les tâches doivent être réparties de sorte que l'orga­nisation comme un tout puisse fonction­ner de façon optimale. Si l'organisation veille, autant que possible au bon état de chacun de ses membres, c'est avant tout dans l'intérêt de l'organisation. Cela ne veut pas dire que soient ignorés l'individualité du militant et ses problèmes, mais signifie que le point de départ et le point d'arrivée sont l'aptitude de l'organisa­tion à accomplir sa tâche dans la lutte de classe. »

C'est un point que nous ne devons ja­mais oublier. Nous sommes au service de l'organisation et non le contraire. En parti­culier, celle-ci n'est pas une sorte de clini­que chargée de guérir les maladies, notam­ment psychiques, dont peuvent souffrir ceux qui y adhèrent. Cela ne veut pas dire que le fait de devenir militant révolutionnaire ne puisse pas contribuer à relativiser, sinon dépasser, des difficultés personnelles que chacun traîne dans ses bagages. Bien au contraire, devenir un combattant du com­munisme signifie qu'on a donné un sens profond à son existence, un sens bien supé­rieur à tout ce qui peut être apporté par d'autres aspects de la vie (réussite «profes­sionnelle» ou «familiale», procréation et éducation d'un enfant, création scientifi­que ou artistique, toutes satisfactions dont chaque humain peut être privé et qui est interdite, de toutes façons, à la plus grande partie de l'humanité). La plus grande satis­faction que puisse éprouver un être humain dans sa vie est d'apporter une contribution positive au bien de ses semblables, de la société et de l'humanité. Ce qui distingue le militant communiste, et donne un sens à sa vie, c'est qu'il est un maillon de la chaîne qui va jusqu'à l'émancipation de l'huma­nité, son accession au «règne de la liberté», une chaîne qui subsiste après sa propre disparition. De fait, ce que chaque militant peut aujourd'hui accomplir est incompara­blement plus important que ce que peut réaliser le plus grand savant, que celui qui découvrira le remède au cancer ou une source inépuisable d'énergie non polluante. En ce sens, la passion qu'il apporte à son engagement est celle qui doit le mieux lui permettre de dépasser et surmonter les dif­ficultés que chaque être humain est suscep­tible de rencontrer.

C'est pour cela que, face aux difficul­tés particulières que peuvent rencontrer des membres de l'organisation, l'attitude que celle-ci doit adopter est avant tout politique et non psychologique. Il est clair que les données psychologiques peuvent être prises en compte pour af­fronter tel ou tel problème pouvant affec­ter un militant. Mais cela doit se faire dans le cadre d'une démarche organisa­tionnelle et non l'inverse. Ainsi, lors­qu'un membre de l'organisation est sujet à des défaillances fréquentes dans l'ac­complissement de ses tâches, il est nécessaire que celle-ci se comporte à son égard fondamentalement de façon politi­que et en accord avec ses principes de fonctionnement, même si, évidemment. elle se doit de savoir reconnaître les spé­cificités de la situation dans laquelle se trouve le militant en question. Par exem­ple, lorsque l'organisation se trouve con­frontée au cas d'un militant qui se laisse aller à l'alcoolisme, son rôle spécifique n'est pas de jouer au psychothérapeute (rôle pour lequel elle n'a d'ailleurs aucune qualification particulière et dans lequel elle risque de se comporter en «apprenti sorcier») mais de réagir sur le terrain qui est le sien :

- mise en évidence et discussion du problème en son sein et avec le militant concerné ;

- interdiction d'utiliser des boissons al­coolisées dans les réunions et activités de l'organisation ;

- obligation pour chaque militant d'arri­ver serein à celles-ci.

L'expérience a amplement montré que c'est le meilleur moyen de surmonter ce type de problème.

C'est aussi pour les raisons évoquées plus haut que l'engagement militant n'a pas à être vécu comme une routine comme celle que l'on rencontre sur son lieu de travail, même si certaines des tâches qu'il est nécessaire d'accomplir ne sont pas enthousiasmantes en soi. En particulier, s'il est nécessaire que l'organisation veille à répartir ces tâches, comme toutes les tâches en général, de la façon la plus équi­table possible, afin que certains ne soient pas accablés de travail alors que d'autres n'ont pratiquement rien à faire, il importe aussi que chaque militant bannisse de sa pensée et de son comportement toute atti­tude de «victime», de lamentation envers les «mauvais traitements» ou la «surcharge de travail» que lui infligerait l'organisa­tion. Le grand silence qui, bien souvent, dans certaines sections, fait suite à la de­mande de volontaires pour accomplir telle ou telle tâche est quelque chose de cho­quant et de démoralisant, notamment pour les jeunes militants ({C}{C}{C}[10]{C}{C}{C}).

 

c) Les différents types de tâches et le travail dans les organes centraux

«Il n’existe pas dans l'organisation des lâches «nobles» et des taches «secondai­res» ou «moins nobles». Le travail d'éla­boration théorique comme la réalisation de tâches pratiques, le travail au sein des organes centraux comme le travail spéci­fique des sections locales, sont tous aussi importants pour l'organisation et ne sau­raient, de ce fait, être hiérarchisés (c'est le capitalisme qui établit de telles hiérar­chies). C'est pour cela qu'est parfaite­ment à rejeter, comme bourgeoise, l'idée suivant laquelle la nomination d'un mili­tant dans un organe central constituerait pour lui une «ascension», l'accession à un «honneur» ou à un privilège. L'esprit de carriérisme doit être résolument banni de l'organisation comme totalement op­posé au dévouement désintéressé qui est l'une des caractéristiques dominantes du militantisme communiste.»

Cette affirmation ne s' applique pas seu­lement à la situation que vivait le CCI en 1981 mais est d'une portée générale, vala­ble en permanence ({C}{C}{C}[11]{C}{C}{C}). D'une certaine façon, les phénomènes de contestation auxquels est confronté le CCI de façon régulière sont souvent liés à une concep­tion "pyramidale", "hiérarchique" de l'organisation qui est la même que celle qui voit dans l'accession à des responsabili­tés dans les organes centraux une sorte de "but à atteindre" pour chaque militant (l'ex­périence a montré que les anarchistes font très souvent d'excellents - si l'on peut dire - bureaucrates). De même, il n'est que de voir la répugnance qui existe dans l'organisation à dégager un militant de ses responsabilités au sein d'un organe cen­tral, ou du traumatisme qu'une telle mesure provoque lorsqu'elle est adoptée, pour se rendre compte qu'il ne s'agit pas d'un faux problème. Il est clair que de tels traumatis­mes sont un tribut direct payé à l'idéologie bourgeoise. Mais il ne suffit pas d'en être parfaitement convaincu pour être en me­sure d'y échapper totalement. Face à une telle situation, il importe que l'organisa­tion et ses militants veillent à combattre tout ce qui peut favoriser la pénétration d'une telle idéologie :

- les membres des organes centraux ne doivent bénéficier, ni accepter, aucun «pri­vilège» particulier, notamment de se sous­traire aux tâches et à la discipline valables pour les autres membres de l'organisa­tion ;

- il leur appartient, dans leur comporte­ment, leurs attitudes, leur façon de s'expri­mer, de veiller à ne pas «faire sentir» aux autres militants leur appartenance à tel ou tel organe central : cette appartenance n'est pas un galon qu'on arbore de façon osten­tatoire et arrogante mais une tâche spéci­fique qu'il s'agit d'assumer avec le même sens des responsabilités et la même mo­destie que toutes les autres ;

- il n'existe pas une «promotion à l'an­cienneté» au sein des organes centraux, une sorte de «plan de carrière» comme dans les entreprises ou administrations bourgeoises où l'employé est convié à gravir, l'un après l'autre, tous les échelons de la hiérarchie ; au contraire, l'organisa­tion, afin de préparer son avenir, doit se préoccuper de confier des responsabili­tés, même au niveau le plus global, à de jeunes militants dès lors qu'a été identifiée leur capacité à assumer de telles responsabilités (on peut rappeler que Lé­nine avait proposé d'intégrer Trotsky, alors âgé de 22 ans, à la rédaction de l'Iskra, ce dont n'a pas voulu le «vieux» Plekha­nov» : on sait ce que sont devenus les uns et les autres) ;

- si, pour les besoins de l'organisation, il est nécessaire ou utile de remplacer un militant dans un organe central, cela ne doit pas être vécu ou présenté comme une sanction contre ce militant, comme une sorte de «dégradation» ou de perte de confiance à son égard : le CCI ne se reven­dique pas, à l'instar des anarchistes, de la rotativité des charges ; il ne préconise pas non plus le maintien à vie des personnes aux mêmes responsabilités, comme à l'Aca­démie française ou à la direction du parti communiste chinois.

 

d) Les inégalités entre militants

«S'il existe effèctivement, surtout entrete­nues et renforcées par la société de clas­ses, des inégalités d'aptitudes entre indi­vidus et entre militants, le rôle de l'orga­nisation n'est pas, à l'image des commu­nautés utopistes, de prétendre les abolir. L'organisation se doit de renforcer au maximum la formation et les aptitudes politiques de ses militants comme condi­tion de son propre renforcement, mais elle ne pose jamais le problème en terme d'une formation scolaire individuelle de ses membres, ni d'une égalisation de ces formations.

La véritable égalité qui peut exister entre militants est celle qui consiste, pour cha­cun d'eux, à donner le maximum de ce qu'ils peuvent donner pour la vie de l'or­ganisation («de chacun selon ses moyens», formule de Saint-Simon reprise par Marx). La véritable «réalisation» des militants, en tant que militants, consiste à tout faire de ce qui est de leur ressort pour que l'organisation puisse réaliser les tâ­ches pour lesquelles la classe l'a faite surgir. »

Les sentiments de jalousie, de rivalité, de concurrence ou bien de "complexes d'infériorité" qui peuvent apparaître entre militants, et liés à leurs inégalités, sont typiquement des manifestations de la pé­nétration de l'idéologie dominante dans les rangs de l'organisation commu­niste ({C}{C}{C}[12]{C}{C}{C}). Même s'il est illusoire de penser qu'on pourrait chasser complètement de tels sentiments de la tête de tous les mem­bres de l'organisation, il importe cepen­dant que chaque militant ait en perma­nence le souci de ne pas se laisser dominer ou conduire par de tels sentiments dans son comportement et il appartient à l'orga­nisation de veiller à ce qu'il en soit ainsi.

Les démarches contestataires sont sou­vent le résultat de tels sentiments et frus­trations. En effet, la contestation, qu'elle s'applique aux organes centraux ou à cer­tains militants supposés avoir «plus de poids» que d'autres (comme justement les membres de ces organes) est typiquement la démarche de militants ou de parties de l'organisation qui se sentent «complexés» vis-à-vis des autres. C'est pour cela qu'elle prend en général la forme d'une critique pour la critique (et non pas en fonction de ce qui est dit ou fait), à l'égard de ce qui peut représenter "l'autorité" (c'est le com­portement classique de l'adolescent qui fait sa «révolte contre le père»). Comme manifestation de l'individualisme, la con­testation est l'exact symétrique de cet autre manifestation de l'individualisme que cons­titue l'autoritarisme, le «goût du pou­voir» ([13]). II faut noter que la contestation peut également prendre des formes "muet­tes", qui ne sont pas moins dangereuses que les autres, au contraire, puisque plus difficiles à mettre en évidence. Elle peut également s'exprimer dans une démarche visant à prendre la place de celui (militant ou organe central) qu'on conteste : en se substituant à lui on espère mettre fin aux complexes qu'on avait à son égard.

Un autre aspect auquel il sera important de veiller dans une période où vont arriver de nouveaux camarades, c'est les témoi­gnages d'hostilité de la part des anciens militants craignant que les nouveaux ve­nus ne leur «fassent de l'ombre», surtout si ces derniers manifestent d'emblée des capacités politiques importantes. Ce n'est pas un faux problème : il est clair qu'une des raisons majeures de l'hostilité de Plekhanov à l'entrée de Trotsky dans la rédaction de l' Iskra, était la crainte que son propre prestige ne soit affecté par l'arrivée de cet élément extrêmement brillant ({C}{C}{C}[14]{C}{C}{C}). Ce qui était valable au début du siècle l'est encore plus dans la période actuelle. Si l'organisation (et ses militants) n'est pas capables de chasser, ou au moins neutra­liser, ce type d'attitudes, elle ne sera pas capable de préparer son futur et celui du combat révolutionnaire.

Enfin, concernant laquestion de la «for­mation scolaire individuelle» évoquée dans lerapport de 1982, il importe également de préciser que l'entrée dans un organe cen­tral ne saurait être en aucune façon consi­dérée comme un moyen de «formation» des militants. Le lieu où se forment les militants est leur activité au sein de ce qui constitue «l'unité de base de l'organisa­tion» (statuts), la section locale. C'est fon­damentalement dans ce cadre qu'ils ac­quièrent et perfectionnent, en vue d'une meilleure contribution àlaviede l'organi­sation, leurs capacités en tant que mili­tants (que ces capacités concernent les questions théoriques, organisationnelles ou pratiques, le sens des responsabilités, etc.). Si les sections locales ne sont pas en mesure de jouer ce rôle, c'est que leur fonctionnement, les activités et discus­sions qui s'y mènent ne sont pas à la hauteur de ce qu'ils devraient être. S'il est nécessaire que l'organisation puisse ré­gulièrement former de nouveaux militants aux tâches spécifiques qui sont celles des organes centraux ou des commissions spé­cialisées (par exemple pour être en mesure de faire face à des situations de neutralisa­tion de ces organes du fait de la répres­sion), ce n'est nullement dans le but de satisfaire un quelconque «besoin de for­mation» des militants concernés mais bien pour lui permettre à elle, comme un tout, de faire face à ses responsabilités.
 

e) Les rapports entre militants

«Les rapports qui se nouent entre les militants de l'organisation, s'ils portent nécessairement les stigmates de la société capitaliste... ne peuvent être en contra­diction flagrante avec le but poursuivi par les révolutionnaires... Ils s'appuient sur une solidarité et une confiance mutuelles qui sont une des marques de l'appartenance de l'organisation à la classe porteuse du communisme» (Extrait de la plate forme du CCI repris dans le rapport)

Cela signifie en particulier que l'attitude des militants les uns envers les autres doit être marquée par la fraternité et non l'hos­tilité. En particulier :

- l'application d'une démarche non pas «psychologique» mais politique et orga­nisationnelle envers un militant qui éprouve des difficultés ne doit nullement être comprise comme le fonctionnement d'une mécanique impersonnelle ou admi­nistrative ; l'organisation et les militants doivent savoir faire preuve, dans de telles circonstances, de leur solidarité, tout en sachant que fraternité ne signifie pas com­plaisance ;

- le développement de sentiments d'hos­tilité de tel militant envers tel autre au point qu'il en vienne à le considérer comme un ennemi est le témoignage qu'a été perdu de vue ce qui fait la raison d'être de l'organisation, la lutte pour le communisme ; c'est le signe qu'il est nécessaire de se réapproprier ce fondement de base de l'en­gagement militant.

En dehors de ce cas extrême, qui n'a pas sa place dans l'organisation, il est clair que les inimitiés ne peuvent jamais disparaître totalement du sein de celle-ci. Dans ce dernier cas, i1 convient de faire en sorte que le fonctionnement de l'organisation ne favorise pas, mais au contraire tende à atténuer ou neutraliser, de telles inimitiés. En particulier, la nécessaire franchise qui doit exister entre camarades de combat, n'est nullement synonyme de rudesse ou de manque d'égards. De même, les injures doivent être proscrites absolument dans les relations entre militants.

Cela dit, l'organisation ne doit pas se concevoir comme un «groupe d'amis», ou comme un rassemblement de tels grou­pes ([15]).

En effet, un des graves dangers qui menacent en permanence l'organisation, qui remettent en cause son unité et ris­quent de la détruire, est la constitution, même si elle n'est pas délibérée ou cons­ciente, de «clans». Dans une dynamique de clan, les démarches communes ne par­tent pas d'un réel accord politique mais de liens d'amitié, de fidélité, de la conver­gence d'intérêts «personnels» spécifiques ou de frustrations partagées. Souvent, une telle dynamique, dans la mesure où elle ne se fonde pas sur une réelle convergence politique, s'accompagne de l'existence de «gourous», de «chefs de bande», garants de l'unité du clan, et qui peuvent tirer leur pouvoir soit d'un charisme particulier, pouvant même étouffer les capacités poli­tiques et de jugement d'autres militants, soit du fait qu'ils sont présentés, ou qu'ils se présentent, comme des «victimes» de telle ou telle politique de l'organisation. Lorsqu’une telle dynamique apparaît, les membres ou sympathisants du clan ne se déterminent plus, dans leur comportement ou les décisions qu'ils prennent, en fonc­tion d'un choix conscient et raisonné basé sur les intérêts généraux de l'organisation, mais en fonction du point de vue et des intérêts du clan qui tendent à se poser comme contradictoires avec ceux du reste de l'organisation ({C}{C}{C}[16]{C}{C}{C}). En particulier, toute intervention, prise de position mettant en cause un membre du clan (dans ce qu'il dit ou fait) est ressentie comme un "règlement de compte personnel" avec lui ou avec l'ensemble du clan. De même, dans une telle dynamique, le clan tend souvent à présenter un visage monolithique (il pré­fère "laver son linge sale en famille") ce qui s'accompagne d'une discipline aveugle, un ralliement sans discussion aux orienta­tions du "chef de bande".

I1 est un fait que certains membres de l'organisation peuvent acquérir, à cause de leur expérience, de leurs capacités po­litiques ou de la justesse, vérifiée par la pratique, de leurs jugements, une autorité plus importante que celle d'autres mili­tants. La confiance que les autres militants leur accordent spontanément, même s'ils ne sont pas immédiatement sûrs de parta­ger leur point de vue, fait partie des choses «normales» et courantes de la vie de l'or­ganisation. Il peut même arriver que des organes centraux, ou même des militants, demandent qu'on leur fasse momentané­ment confiance alors qu'ils ne peuvent immédiatement produire tous les éléments permettant d'étayer fermement une con­viction ou lorsque les conditions d'un clair débat n'existent pas encore dans l'organi­sation. Ce qui est en revanche «anormal», c'est qu'on soit définitivement en accord avec telle position parce que c'est X qui l'a mise en avant. Même les plus grands noms du mouvement ouvrier ont commis des erreurs. En ce sens, l'adhésion à une posi­tion ne peut se baser que sur un accord véritable dont la qualité et la profondeur des débats sont les conditions indispen­sables. C' est aussi la meilleure garantie de la solidité et de la pérennité d'une position au sein de l'organisation qui ne saurait être remise en cause parce que X a changé d'avis. Les militants n'ont pas à «croire» une fois pour toutes et sans discussion ce qui leur est dit partel ou tel ou même par un organe central. Leur pensée critique doit être en éveil de façon permanente (ce qui ne veut pas dire qu'ils aient à faire des critiques de façon permanente). Cela con­fère aussi la responsabilité aux organes centraux, de même qu'aux militants qui ont le plus de «poids», de ne pas utiliser à tout bout de champ et n'importe comment les «arguments d'autorité», Au contraire, il leur appartient de combattre toute ten­dance au «suivisme», aux accords super­ficiels, sans conviction et sans réflexion.

Une dynamique de clan peut s'accom­pagner d'une démarche, qui n'est pas, là on plus, forcément volontaire, de «noyau­tage», c'est-à-dire de désignation à des positions clés de l'organisation (comme les organes centraux, par exemple, mais pas seulement) de membres du clan ou de personnes qu'on veut gagner à lui. C'est une pratique courante et souvent systé­matisée au sein des partis bourgeois que l'organisation communiste, pour sa part, doit rejeter fermement. Elle se doit d'être particulièrement vigilante à ce sujet. En particulier si, dans la nomination des orga­nes centraux «il est nécessaire de prendre en compte (...) la capacité [des candidats] à travailler de façon collective» (statuts), il importe aussi de veiller, dans le choix des militants devant travailler dans de tels or­ganes, à favoriser le moins possible l'ap­parition en leur sein d'une dynamique de clan du fait des affinités particulières ou de liens personnels pouvant exister entre les militants concernés. C'est notamment pour cela que l'organisation évite, autant que possible, de nommer les deux membres d'un couple au sein de la même commis­sion. Un manque de vigilance dans ce domaine peut avoir des conséquences particulièrement nocives, et cela quelles que soient les capacités politiques des militants ou de l'organe comme un tout. Au mieux, l'organe en question, quelle que soit la qualité de son travail, peut être ressenti par le reste de l'organisation comme une simple «bande d'amis», ce qui est un facteur de perte d'autorité non négligea­ble. Au pire, cet organe peut aboutir à se comporter effectivement comme un clan particulier, avec tous les dangers que cela comporte, ou bien à être totalement para­lysé du fait des conflits entre clans en son sein. Dans les deux cas, c'est l'existence même de l'organisation qui peut en être affectée.

Enfin, une dynamique de clan constitue un des terrains sur lesquels peuvent se développer des pratiques plus proches du jeu électoral bourgeois que du militan­tisme communiste :

- campagnes de séduction auprès de ceux qu'on veut gagner au clan ou dont on sollicite les suffrages ou l'appui pour telle ou telle nomination à des responsabilités spécifiques ({C}{C}{C}[17]{C}{C}{C}) ;

- campagnes de dénigrement à l'encon­tre de ceux qui peuvent porter ombrage au clan, soit qu'ils occupent des «postes» convoités par des membres de celui-ci, soit simplement qu'ils puissent faire obstacle à ses visées.

La mise en garde contre le danger, au sein des organisations révolutionnaires, de comportements aussi étrangers au militantisme communiste ne saurait être considé­rée comme un combat contre des moulins à vent. En fait, tout au long de son exis­tence, le mouvement ouvrier a été con­fronté fréquemment à ce type de comportements, témoignage de la pression dans ses rangs de l'idéologie dominante. Le CCI lui-même n'y a évidemment pas échappé. Croire qu'il serait désormais immunisé contre de telles dérives est du domaine des vœux pieux et non de la clairvoyance poli­tique. Au contraire, le poids croissant de la décomposition, dans la mesure où celle-ci renforce l'atomisation (et, de ce fait, la recherche d'un «cocon»), les démarches irrationnelles, les approches émotionnel­les, la démoralisation, ne pourra qu'accroî­tre la menace de tels comportements. Et cela doit nous inciter à être toujours plus vigilants face au danger qu'ils représen­tent.

Cela ne veut pas dire que doive se déve­lopper au sein de l'organisation une mé­fiance permanente entre les camarades. C'est bien du contraire qu'il s'agit : le meilleur antidote contre la méfiance est justement la vigilance qui permet que ne se développent pas des dérives et des situa­tions qui, elles, sont le meilleur aliment de la méfiance. Cette vigilance doit s'exercer face à tout élément de comportement, à toute attitude qui pourrait aboutir à de telles dérives. En particulier, la pratique des discussions informelles entre camara­des, notamment sur des questions tou­chant à la vie de l'organisation, si elle est inévitable dans une certaine mesure, doit être limitée le plus possible et en tout cas exercée de façon responsable. Alors que le cadre formel des différentes instances de l'organisation, à commencer par la section locale, est celui qui se prête le mieux tant à des agissements et propos responsables qu'à une réflexion consciente et réellement politique, le cadre «informel» est celui qui laisse le plus de place aux attitudes et propos irresponsables de même que mar­qués par la subjectivité. En particulier, il importe de façon expresse de fermer la porte à toute campagne de dénigrement d'un membre de l'organisation (comme d'un organe central, évidemment). Et une telle vigilance contre des dérapages de ce type doit s'exercer autant envers soi-même qu'envers autrui. Dans ce domaine, comme dans beaucoup d'autres mais plus encore, les militants les plus expérimentés, et par­ticulièrement les membres des organes centraux, se doivent de se comporter de façon exemplaire du fait de l'impact que leurs propos peuvent provoquer. Et c'est encore plus important et grave lorsqu'ils s'adressent à de nouveaux camarades :

- qui, ne connaissant pas bien les mili­tants victimes de dénigrements, peuvent plus facilement prendre ces derniers à la lettre ;

- qui risquent de se mouler dans ce type de comportements ou bien encore d'être écoeurés et démoralisés par l'image qu'ils donnent de l'organisation.

Pour conclure cette partie sur les rapports entre l'organisation et les militants, il faut rappeler et souligner que l'organisation n'est pas une somme de militants. Dans sa lutte historique pour le communisme, l'être collectif du prolétariat fait surgir, comme partie de lui-même, un autre être collectif, l'organisation révolutionnaire. Sont des militants communistes ceux qui consacrent leur vie à faire vivre et progresser, à défendre cet être collectif et unitaire que la classe leur a confié. Toute autre vision, notam­ment celle le l'organisation comme une somme de militants, participe de l'influence de l'idéologie bourgeoise et constitue une menace de mort pour l'organisation.

C'est uniquement à partir de cette vi­sion collective et unitaire de l' organisation qu'on peut comprendre la question de la centralisation.

 
3.2. La centralisation de l'organisation

Cette question se trouvait au centre du rapport d'activités présenté au 10e con­grès international. De plus, les difficultés auxquelles sont confrontées la plupart des sections ne concernent pas directement la question de la centralisation. Enfin, lors­qu'on a compris clairement la question des rapports entre l'organisation et ses mili­tants, il est beaucoup plus facile de com­prendre celle de la centralisation. C'est pour cela que cette partie du texte sera moins développée que les précédentes et se composera, en grande partie, d'extraits des textes fondamentaux auxquels seront apportés les commentaires rendus néces­saires par les incompréhensions qui se sont développées ces derniers temps.

 

a) Unité de l'organisation et centralisation

«Le centralisme n'est pas un principe abstrait ou facultatif de la structure de l'organisation. C'est la concrétisation de son caractère unitaire. Il exprime le fait que c'est une seule et même organisa­tion qui prend position et agit dans la classe. » (Rapport de 1982, point 3 )

«Dans les rapports entre les différentes parties de l'organisation et le tout, c'est toujours le tout qui prime. (...) La concep­tion selon laquelle telle ou telle partie de l'organisation peut adopter face à la classe ou à l'organisation des positions ou des attitudes qui lui semblent correctes au lieu de celles de l'organisation qu'elle estime erronées est à proscrire absolu­ment( ...) si l'organisation fait fausse route, la responsabilité des membres qui esti­ment défendre une position correcte n'est pas de se sauver eux-mêmes dans leur coin, mais de mener une lutte au sein de l'organisation afïn de contribuer à la remettre dans `le droit chemin'» (Ibid., point 3)

«Dans l'organisation, le tout n'est pas la somme des parties. Celles-ci reçoivent délégation pour l'accomplissement de telle activité particulière (publications territoriales, interventions locales, etc.) et sont donc responsables devant l'en­semble de ce mandat qu'elles ont reçu. » (Ibid., point 4)

Ces brefs rappels du rapport de 1982 mettent en évidence toute l'insistance sur la question de l'unité de l'organisation qui constitue l'axe principal de ce docu­ment. Les différentes parties de l'organisa­tion ne peuvent se concevoir autrement que comme parties d'un tout, comme délé­gations et instruments de ce tout. Est-il besoin de répéter une fois encore que cette conception doit être présente en perma­nence dans toutes les parties de l'organi­sation ?

Ce n'est qu'à partir de cette insistance sur l'unité de l'organisation que le rapport introduit la question des congrès (sur la­quelle il est inutile de revenir ici) et des organes centraux.

«L'organe central est une partie de l'organisation et, comme tel, il es respon­sable devant elle lorsqu'elle est réunie en Congrès. Cependant, c'est une partie qui a comme spécificité d'exprimer et de re­présenter le tout et, de ce fait, les positions et décisions de l'organe central priment toujours sur celles des autres parties de l'organisation prises séparément.» (Ibid.. point 4)

«... l'organe central est un instrument de l'organisation et non le contraire. Il n'est pas le sommet d'une pyramide sui­vant une vision hiérarchique et militaire... L'organisation n'est pas formée d'un or­gane central plus les militants, mais cons­titue un tissu serré et uni au sein duquel s'imbriquent et vivent toutes ses compo­santes. Il faut donc plutôt voir l'organe central comme le noyau de la cellule qui coordonne le métabolisme d'une entité vivante.» (Ibid., point 5)

Cette dernière image est fondamentale dans la compréhension de la centralisa­tion. Elle seule, en particulier, permet de comprendre pleinement qu'au sein d'une organisation unitaire il puisse y avoir plu­sieurs organes centraux ayant des échel­les de responsabilité différentes. Si l'on considère l'organisation comme une pyra­mide, dont l'organe central serait le som­met, nous sommes confrontés à une figure géométrique impossible : une pyramide ayant un sommet et composée par un ensemble de pyramides ayant chacune son propre sommet. Dans la pratique, une telle organisation serait aussi aberrante que cette figure géométrique et ne pour­rait pas fonctionner. Ce sont les adminis­trations ou les entreprises bourgeoises qui ont une architecture pyramidale : pour que celles-ci puissent fonctionner, les dif­férentes responsabilités sont nécessaire­ment attribuées de haut en bas. Or ce n'est nullement le cas du CCI qui dispose d'or­ganes centraux élus à différents niveaux territoriaux. Un tel mode de fonctionne­nient correspond justement au fait que le CCI est une entité vivante (comme une cellule ou un organisme) dans lequel les différentes instances organisationnelles sont des relais d'une totalité unitaire.

Dans une telle conception, qui s'ex­prime de façon détaillée dans les statuts, il ne doit pas y avoir de conflits, d'opposi­tions entre les différentes structures de l'organisation. Des désaccords peuvent évidemment surgir, comme partout ailleurs dans celle-ci, mais cela fait partie de sa vie normale. Si ces désaccords débouchent sur des conflits, c'est que, quelque part, cette conception de l'organisation a été perdue, qu'il s'est introduit, notamment, une vision pyramidale laquelle ne peut que conduire à des oppositions entre diffé­rents «sommets». Dans une telle dynami­que, qui conduit à l'apparition de plusieurs «centres», et donc à une opposition entre eux, c'est l'unité de l'organisation qui est remise en cause, et donc son existence même.

Si elles sont de la plus haute importance, les questions d'organisation et de fonc­tionnement sont aussi les plus difficiles à comprendre ({C}{C}{C}[18]{C}{C}{C}). Beaucoup plus que pour les autres questions, leur compréhension est tributaire de la subjectivité des mili­tants et elles peuvent constituer, de ce fait, un canal privilégié de pénétration d'idéo­logies étrangères au prolétariat. Comme telles ce sont des questions qui, par excel­lence, ne sont jamais acquises définitive­ment. I1 importe donc qu'elles fassent l'ob­jet d'une attention et d'une vigilance sou­tenues de la part de l'organisation et de tous les militants.( ... )

(14/10/1993)

 


{C}{C}{C}

{C}{C}{C}[1]{C}{C}{C} A l'image de la 2° Internationale et de l'Internationale communiste, le CCI s'est doté d'un organe central international composé de militants de différentes sections territoriales, le Bureau international (BI). Celui-ci se réunit en session plénière régulièrement (BI plénier) et entre ses réunions, c'est une commission permanente, le Secrétariat international (SI), qui assure la continuité de son travail.

[2] «Moins encore que les autres textes fondamenteaux du CCI, ceux de la confërence extraordinaire ne sont faits pour être enterrés au fond d'un tiroir ou sous un amas de papiers. Ils devraient constituer une référence constante pour la vie de l'organisation.» (Résolution d'activités du 5e congrès du CCI)

{C}{C}{C}[3]{C}{C}{C} Il ne se privait pas, non plus, de l'épingler fréquemment comme Juif et Allemand deux caractéristiques qu'il détestait : « c’est un recueil (...) de tous les contes absurdes et sales que la méchanceté plus perverse que spirituelle des Juifs allemands et russes, ses amis, ses agents, ses disciples [de Marx]... a propagés et colportés contre nous tous, mais surtout contre moi... (...) Vous rappelez-vous l'article du Juif allemand M. Hess dans le Réveil (...), reproduit et développé par les Borkheim et autres Juifs allemands du Volksstaat ? » (Réponse de Bakounine à la circulaire du Conseil général de mars 1872 sur «Les prétendues scissions dans l'Internationale»). Il faut également noter que Bakounine, que les anarchistes présentent comme une sorte de «héros sans peur et sans reproche», savait faire preuve d'une bonne dose d'hypocrisie et de duplicité. Ainsi, au moment même où il commençait a tisser ses intrigues contre le Conseil général et contre Marx, il écrivait à ce dernier : «Je fais maintenant ce qui, tu as commencé, toi, il v a vingt ans. (...) Ma patrie maintenant c'est l'Internationale, dont tu es l'un des principaux fondateurs. Tu vois donc, cher ami, que je suis ton disciple et que je suis fier de l'étre » (22/12/ 1868)

{C}{C}{C}[4]{C}{C}{C} Formulation défendue par Lénine : «Est membre du parti quiconque reconnaît son programme et soutient le parti tant matériellement qu'en militant personnellement dans l'une de ses organisations». Formulation proposée par Martov (et adoptée par le Congrès grâce aux voix du Bund) :«Est membre du parti quiconque reconnaît son programme et soutient le parti tant matériellement qu'en travaillant sous le contrôle et la direction d'une de ses organisations»

{C}{C}{C}[5]{C}{C}{C} Il est significatif que ces trois militant, de même d'ailleurs que Plekhanov qui a rejoint les mencheviks quelques mois après le Congrès, ont été des social-chauvins au cours de la guerre et se sont opposés à la révolution en 1917. Seul Martov a adopté une position internationaliste mais il a, par la suite, pris position contre le pouvoir des sovicts.

[6] Voici la réponse du bolchevik Roussov (citée et saluée par Léninc dans «Un pas en avant, deux pas en arrière») : «Dans la bouche des révolutionnaires on entend des discours singuliers qui se trouvent en désaccord bien net avec la notion du travail du Parti, de l'éthique du Parti . (...) En nous plaçant à ce point de vue étranger au Parti, à ce point de vue petit-bourgeois, nous nous trouverons à chaque élection devant la question de savoir si Pétrov ne se formaliserait pas de voir qu'à sa place a été élu lvanov (...) Où donc, camarades, cela va-t-il nous mener ? Si nous nous sommes réunis là, non pas pour nous adresser mutuellement d'agréables discours, ou échanger d'affables politesses mais pour créer un parti, nous ne pouvons aucunement accepter ce point de vue. Nous avons à élire des responsables et il ne peut être question ici de manque de confiance en tel ou tel non élu ; la question est de savoir seulement si c'est dans l'intérêt de la cause et si la personne élue convient au poste pour lequel elle est désignée». Dans la méme brochure, Lénine résume ainsi les enjeux de ce débat : «La lutte de l'esprit petit ­bourgeois contre l'esprit de parti, des pires «considérations personnelles» contre des vues politiques, des paroles pitoyables contre les notions élémentaires du devoir révolutionnaire, voilà ce que fu la lutte autour des six et des trois à la trentième séance de notre congrès.» (les soulignés sont de Léninc)

[7] A plusieurs reprises, certains camarades en désaccord avec les orientations du CCI en matière d'organisation ont affirmé que ce destin systématiquement «tragique» des tendances que nous avions connues révélait une faiblesse de notre organisation, et notamment une politique erronée des organes centraux. Sur cette question, il convient d'apporter les éléments suivants :

- l'apparition d'une tendance (nous parlons d'une vraie tendance basée «sur des positions positives et cohérentes clairement exprimées et non sur une collection de points d'opposition et de récriminations» comme disent les statuts) n'est pas en soi un phénomène «positif» : un tel phénomène est au mieux «la manifestation d'une immaturité de l'organisation» comme le disent également les statuts ;

- le seul caractère positif d'une tendance est de permettre l'élaboration la plus claire et cohérente possible d'une orientation alternative à celle de la majorité de l'organisation lorsqu'il est apparu, au cours des débats dans celle-ci, qu'une telle orientation était en train de se dégager : c'est pour cela que, en général, les tendances se constituent a l'approche des congrès en vue de présenter, sur un ou plusieurs points à l'ordre du jour, des textes ou amendements défendant une orientation différente de celle qui figure dans les documents soumis au congrès par l'organe central ;

- en ce sens, une tendance est d'autant plus nécessaire que l'orientation donnée par l'organe central est erronée ou insuffisante. Or, jusqu'à présent, si les organes centraux du CCI (et notamment le BI) ont pu commettre des erreurs, celles-ci ont été, en général, assez limitées et/ou corrigées par les organes centraux eux-mêmes assez rapidement ;

- ce dernier constat, qui s'applique au passé, ne doit pas être compris comme la garantie d'une sorte «d'infaillibilité» de ces organes centraux pour le futur : il est au contraire de la responsabilité de l'ensemble de l'organisation et de tous les militants d'exercer en permanence leur vigilance à l'égard des orientations, prises de positions et activités des organes centraux ;

- en conséquence, on ne peut dire que ce soit une preuve de faiblesse spécifique des organes centraux si l'organisation n'a pas connu jusqu'à présent de tendance digne de ce nom ;

- cependant, ce fait révèle effectivement l'existence dans l'ensemble de l'organisation d'un certain nombre d'incompréhensions et de faiblesses, et notamment une certaine superficialité dans l'accord donné aux orientations élaborées par le CCI lors de ses congrès et réunions territoriales ; c'est un problème qui a été souvent soulevé par les organes centraux dans leurs rapports d'activités, mais il n'est pas dans leur capacité de le résoudre par eux-mêmes ; c'est à l'ensemble de l'organisation et à tous les militant qu'il appartient de le faire.

 

[8] MC était un camarade qui était militant depuis la vague révolutionnaire qui a suivi la première guerre mondiale. Il avait été exclu du parti communiste français à la fin des années 20 comme oppositionnel de gauche et avait milité dans différentes organisations de la Gauche communiste, notamment la Fraction italienne de celle-ci à partir de 1938. II était le principal fondateur de la Gauche communiste de France, ancêtre politique du CCI. Il est mort en décembre 1990 (voir à son sujet l'article que nous avons publié dans la Revue internationale n' 65 et n° 66).

[9] «Ce n'est pas Chénier qui fonde la tendance et la crise, mais c'est la crise latente dans le CCI qui permi à Chénier de là catalyser et manipuler pour des motivations qui, si elles n'ont pu être pleinement mises à jour, tiennent, à la rigueur, plus d'une question de nature pathologique et d'ambition arriviste que de politique. La commission ne peut répondre ni dans un sens ni dans l'autre à la question de savoir- si ses agissements obéissaient à des ordres extérieurs - comme le suggèrent certains témoignages - mais elle peut affirmer fermement que c'est un élément profondément trouble, lâche et hypocrite, parfaitement susceptible de servir n'importe quelle cause visant a détruire de l'intérieur route organisation dans laquelle il parvient à s'infiltrer » (Rapport de la commission d'enquête) Pour les camarades qui n'ont pas connu cette période de la vie du CCI, on peut donner quelques illustrations assez significatives du comportement et de la personnalité de Chénier :

- en coulisse et dans ses correspondances secrètes, il montait la tête des camarades et les poussait à «aller au feu» dans les réunions de l'organisation alors que lui-même était particulièrement modéré et conciliant dans ces mêmes réunions,

- avec les membres de l'organisation il se montrait toujours très fraternel, charmant même, soit parce qu'il voulait les enrôler dans sa tendance, soit parce qu'il tentait de dissiper toute méfiance de la part de ceux sur qui, en coulisse, il faisait courir les pires calomnies ;

- il «utilisait» les femmes comme instruments de ses manœuvres : il a poussé sa compagne K dans les bras de JM, membre fondateur de WR et ayant une grosse influence parmi les camarades de la section ; jouant sur la fibre affective, il a envoyé des consignes à K pour qu'elle se fasse le relais de ses manoeuvres ; de même, il a séduit Jo, ex­compagne de JM, qui est venue le rejoindre à Lille, qu'il a mise a contribution (notamment pour traduire en anglais ses documents publics ou secrets et comme «agent d'influence» auprès de ses amis en Grande-Bretagne) et qu'il a jetée immédiatement à la rue dès qu'il n'a plus eu besoin d'elle, c'est-à-dire lorsqu'a été déjouée sa tentative de «putsch» dans la section en Grande­Bretagne.

Voilà quel genre de personnage le CCI avait eu la faiblesse, par manque de vigilance, de laisser entrer dans ses rangs. Il faut noter que cet élément était devenu membre de la CE de RI et il n'est pas absurde de penser que, s'il ne s'était pas démasqué aussi rapidement, il aurait même pu devenir membre du BI.

 

[10] Dans un texte écrit en 1980 le camarade MC soulevait déjà cette question :«Je ne voudrais pas m'attarder sur ce type de récrimination, car plus que navrant je le trouve indécent. Quand un connant un tant soit peu ce qu'était la vie des militants révolutionnaires, non seulement dans des moments comme la guerre ou la révolution, mais la vie contrante, « normale », quand on pense par exemple ce qu'était la vie des militants de la Fraction Italienne dans les années 30, tous des émigrés dont une bonne partie, expulsés, illégaux, ouvriers non qualifiés, chomeurs et toujours sans travail et résidence instables, avec des enfants (sans pouvoir trouver aucun appui et soutien de la famille au loin), qui, souvent ne mangeaient pas à leur faim, ces militants qui poursuivaient dans ces conditions 20-30-40 ans leur activité... on ne peut entendre les plaintes et récriminations de certaines « critiques », que les trouver purement et simplement indécentes. Au lieu de jérémiades, nous devrions plutôt prendre conscience que le groupe et les militants vivent actuellement dans des conditions exceptionnellement favorables. Nous n'avons, jusqu'à présent, connu ni la répression, ni l'illégalité, ni le chômage, ni des difficultés matérielles majeures. C’est pour cela qu'aujourd'hui plus encore que dans d'autres conditions le militant n'a pas à présenter de rèclamations de caractère personnel, mais d'avoir toujours à coeur d'offir le maximum de ce qu'il peut donner, sans même attendre d'y être invité.» (MC, «L'organisation révolutionnaire et les militants», 1980)

 

 

{C}{C}{C}[11]{C}{C}{C} «Il est insensé de voir dans la nommination de camarades à des commissions on ne sait quelle «ascension » et de la considérer comme un honneur et un privilège. Etre nommé dans une commission est une charge et des responsabilités supplémentaires, et nombreux sont les camarades qui souhaiteraient s'en libérer. Et tant que celu n'est pas possible, il importe qu'ils les accomplissent le plus consciencieusement possible. Il est trés important de veiller à ne pas laisser remplacer la vraie question de savoir «s'ils accomplissent bien les tâches qui leur ont été confiées» par cette autre fausse question, typiquement gauchiste : « la course aux postes honorifiques» (MC, 1980)

{C}{C}{C}[12]{C}{C}{C} «la vision prolétarienne est tout autre. Parce qu'elle est une classe historique et la dernière classe de l'histoire, sa vision tend d'emblée à être globale et dans celle-ci les divers phénomènes ne sont que des aspects, des moments d'un tout. C’est pourquoi la militance prolétarienne n'est pas conditionnée par : «quelle place j'occupe moi», ni motivée par l'ambition individuelle qu'elle soit légitime ou non. Qu'il soit en train d'écrire ou de se creuser les méninges sur une question théorique, ou qu'il soit en train de taper à la machine, ou tirer un tract, ou manifèster dans la rue, ou diffuser le journal que d'autres camarades ont écrit, il est toujours le même militant, parce que l'actionà laquelle il participe est toujours politique et quelle que soit la pratique particulière, elle relève d'une option politique et exprime sort appartenance à cette unité, à ce corps politique :  le groupe politique.» (MC, 1980)

{C}{C}{C}[13]{C}{C}{C} «Ce n'est pas seulement la division de fait entre travail théorique et travail pratique, entre théorie et pratique, entre direction qui décide et base qui exécute, qui est la maniféstation de la division de la société en classes antagonistes, mais également l'obsession qui fait de ce fait un axe central de la préoccupation, exprime qu'on n'est pas parvenu à dépasser ce plan, qu'on se situe encore sur le même terrain en retournant simplement la médaille à l'envers, mais en la conservant.» (MC, 1980)

{C}{C}{C}[14]{C}{C}{C} C'était  la preuve que Plekhanov commençait a être gagné par l'idéologie bourgeoise (lui qui avait écrit un livre excellent sur «Le rôle de l'individu dans l'histoire») : en fin de compte, la différence d'attitude de Lénine et de Plekhanov sur cette question préfigurait, d'une certaine façon, l'attitude qu'ils auraient, par la suite, face à la révolution du prolétariat.

{C}{C}{C}[15]{C}{C}{C}  «C’est dans la dernière moitié des années 60 que se constituent de petits noyaux, de petits cercles d'amis, dont les éléments sont pour la plupart très jeunes, sans aucune expérience politique, vivant dans le milieu éstudiantin. Sur le plan individuel leur rencontre semble relever d'un pur hasard. Sur le plan objectif - le seul où l'on peut trouver une explication réelle - ces noyaux correspondent à  la fin de la reconstruction de l'après-guerre, et des premiers siqnes que le capitalisme rentre à nouveau dans une phase aiguë de sa crise permanente, faisant resurgir la lutte de classes. En dépit de ce que pouvaient penser les individus composant ces noyaux, s'imaginant que ce qui les unissait était leur affinité objéctive, l'amitié, l'envie de réaliser ensemble leur vie quotidienne, ces noyaux ne survivront que dans la mesure où ils se politiseront, où ils deviendront des groupes politiques, ce qui ne peut se faire qu'en accomplissant et assumant consciemment leur destinée. Les noyaux qui ne parviendront pas à cette conscience seront engloutis et se décomposeront dans le marais gauchiste, moderniste ou se disperseront dans la nature. Telle est notre propre histoire. Et c'est non sans difficultés que nous avons suivi ce processus de transformation d'un cercle d'amis en groupe politique, où l'unité basée sur l'affectivité, les sympathies personnelles, le même mode de vie quotidienne doit laisser la place à une cohésion politique et une solidarité basée sur une conviction que l'on est engagé dans un même combat historique : la révolution prolétarienne.» (...) «On ne doit pas confondre l'organisation politique que nous sommes avec les « communautés» si chéries dans le mouvement étudiant, dont la seule raison d'être est 1'illusion que quelques individus, mal dans leur peau, peuvent, ensemble, se soustraire aux contraintes que la société décadente impose, et « réaliser » ainsi mutuellement leur vie personnelle.» (MC, 1981)

[16] «... dans une organisation bourgeoise, l'existence de divergences est basée sur la défense de telle on telle orientation de gestion du capitalisme, ou plus simplement sur la défense de tel ou tel secteur de la classe dominante ou de telle ou telle clique, orientations ou intérêts qui se maintiennent de façon durable et qu'il s'agit de concilier par une «répartition équitable» des postes entre représentants. Rien de tel dans une organisation communiste ou les divergences n'expriment nullement la défense d'intérêts matériels, personnels ou de groupes de pression particuliers, mais sont la traduction d'un processus vivant et dynamique de clarification des problèmes qui se posent à la classe et sont destinés, comme tels, à être résorbés avec l'approfondissement de la discussion et à la lumière de l'expérience.» (Rapport de 1982, point 6)

 

[17] Sur cette question, il importe que la pratique des invitations à des repas ou à des rencontres «privées» soit mise en ueuvrc avec sens des responsabilités. Se réunir entre camarades autour d'un bon repas peut constituer une bonne occasion de renforcer les liens entre membres de l'organisation, de développer les sentiments de fraternité entre eux, de surmonter l'atomisation que la société d'aujourd'hui engendre (notamment parmi les camarades plus isolés). Cependant, il est nécessaire de veiller a ce que cette pratique ne se transforme pas en une «politique de clan» :

- par des invitations sélectives ayant comme objectif de gagner l'amitié et la confiance de ceux qu'on veut l'aire venir dans son clan ou «groupe d'influence» ;

- par des discussions participant à aggraver les clivages au sein de l'organisation, a saper la confiance entre militants ou groupes de militants.

 

[18] Un révolutionnaire de la taille de Trotsky a, en de nombreuses occasions, montré qu'il ne comprenait pas bien ces questions. C’est tour dire !