TEXTES DU IIème CONGRES DU COURANT ‎COMMUNISTE INTERNATIONAL

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Présentation

Nous publions dans ce numéro les principaux textes du second Congrès du Courant Communiste International. Ce Congrès a essentiellement été consacré au réexamen et à la vérification de l'orientation du CCI. Il a été un moment où l'organisation internationale toute entière, tire le bilan et trace les perspectives pour la période à venir.

Ce second Congrès a ainsi réaffirmé avec force, à la lumière de l'expérience, la validité des bases principielles sur lesquelles s'est fondé le CCI, il y a un an et demi :

  • la plateforme politique[1],
  • les statuts d'une organisation révolutionnaire unie et centralisée internationalement,
  • le manifeste du premier Congrès appelant les révolutionnaires à prendre conscience de leurs tâches, par rapport à l'enjeu décisif de notre époque de crise et de lutte de classe[2].

Seule cette basé de principes cohérents donne un sens global à l'activité révolutionnaire et le second Congrès du CCI s'est donné comme tâche la mise en application de ces principes à l'analyse de la situation politique actuelle.

es textes du Congrès parlent d'eux-mêmes, mais on ne peut en saisir toute la portée qu'en les comprenant comme le résultat du travail collectif d'une organisation révolutionnaire. L'élaboration méthodique des perspectives tout comice sa traduction en interventions actives nécessitent la création d'un cadre collectif et organisé. Ce Congrès a donc, considéré l'élargissement général de l'organisation dans ses huit sections territoriales et surtout le développement du travail du CCI en Espagne, en Italie, en Allemagne et en Hollande comme une vérification de l'orientation défendue et suivie depuis longtemps. Plus que le simple accroissement numérique, l'important a été la capacité du CCI depuis dix-huit mois à diffuser régulièrement ses analyses dans 95 numéros de ses publications, en 7 langues, distribuées un peu partout dans le monde.

Les textes ci-dessous sont aussi le fruit d'une recherche politique et théorique constante du CCI pour pouvoir aller plus loin vers les problèmes que la lutte de classe pose pour l'avenir et notamment sur la période de transition au socialisme. En ce sens, ces textes cristallisent un an et demi d'efforts de discussions aussi bien avec d'autres courants politiques qu'au sein du CCI. La capacité d'élever constamment le niveau politique du CCI et ceci de façon homogène dans toute l'organisation en comptant sur l'apport de tous les militants, a été et reste un axe fondamental du travail, seule façon d'assurer que les révolutionnaires puissent contribuer à l'approfondissement théorique dans le mouvement ouvrier.

Expression d'un effort organisationnel et d'une recherche théorique, les travaux du second Congrès expriment aussi la volonté de mieux com-prenùre le milieu révolutionnaire aujourd'hui afin d'oeuvrer vers le regroupement. Nous pré-, sentons donc ces documents à la lumière des récentes tentatives importantes de confrontation entre groupes politiques prolétariens. En mai 1977, le Partito Comunista Internazionalista ("Battaglia Comunista") a convoqué une Conférence Internationale[3] de discussions à laquelle a participé le CCI. D'autres groupes invités (dont la Communist Workers Organisation et Fomento Obrero Revolucionario) n'ont malheureusement pas pu être présents et d'autres comme Pour Une Intervention Communiste ont refusé; mais les débats sur la période actuelle et les implications pour la lutte de classe, sur le rôle des syndicats et sur l'organisation des révolutionnaires ont aidé à dissiper des malentendus, à mieux cerner les points d'accord et les raisons des désaccords. Suite à cette tentative, limitée mais fructueuse de clarification, le CCI a accueilli une délégation du PCI-Battaglia Comunista au second Congrès où ces camarades ont pu porter le débat devant l'ensemble de l'organisation. Les impératifs imposés par le développement de la résistance ouvrière sont aujourd'hui ressentis de façon beaucoup plus forte dans le milieu révolutionnaire en tant qu'impulsion vers les contacts internationaux. En septembre 1977, plusieurs groupes suédois et norvégiens organisent une conférence, de discussions à laquelle le CCI participe.

Un autre élément de la situation actuelle prouvé par l'expérience de ces dernières années, est la' faillite de la théorisation de l'isolement. Ceux qui, en 1975, ont rejeté le regroupement et même tout contact avec le CCI - PIC en France, la CWO en Grande-Bretagne, le Revolutionary Workers 'group aux USA - se sont depuis longtemps disloqués entre eux, condamnant la tentative d'association anti-CCI à la stérilité. La RWC s'est dissoute il y a un an après avoir subi les métamorphoses du modernisme. La CWO, pour sa part avait déjà recueilli l'an passé les premiers fruits amers de l'unification confuse et sectaire entre Revolutionary Perspectives et Workers 'Voice : l'éclatement de leur "regroupement" national en deux morceaux. Tout récemment, au cours de l'été 77, le reste de la CWO a  subi une seconde scission et ceux qui quittent la CWO défendent, cette fois-ci la nécessité du regroupement et plus particulièrement expriment la volonté d'entamer une discussion avec le CCI dans ce sens[4].

C'est dans ce contexte général que nous présentons les textes du Congrès qui portent sur trois thèmes principaux :

  • Un rapport sur la situation internationale dans lequel est tracés l'évolution actuelle du renforcement de la tendance vers le capitalisme d'Etat dans le bloc de l'Ouest et dans le bloc de l'Est, mettent en relief le développement de l'économie de guerre, réponse du Capital à la crise et les antagonismes inter-impérialistes évoluant, de guerres locales vers une généralisation. Nous tentons d'approfondir à la lumière des événements actuels les analyses de l'économie de guerre faites par la Gauche Communiste dans les années 30.
  • Une résolution sur les groupes politiques prolétariens, marquant l'effort de cerner les différents éléments qui constituent le milieu révolutionnaire de notre période, éléments différents de ceux des Partis de masse d'autrefois. Ce texte situe le CCI dans un contexte plus général du développement de la conscience de classe en soulignant la volonté de rejeter le sectarisme et toute prétention à l'exclusivité, chère aux bordiguistes. Cette résolution aborde les groupes politiques et non les cercles de discussion qui peuvent surgir en milieu ouvrier : ces surgissements éphémères, expressions historiques et actuelles de la faiblesse de la présence des organisations révolutionnaires, seront traités spécifiquement dans d'autres textes.
  • Sur la période de transition du capitalisme au communisme, le lecteur trouvera deux projets synthétisant le niveau atteint par la discussion dans le CCI. Bien que l'orientation du premier texte ait suscité l'accord de la plupart des membres de l'organisation, le Congrès a préféré ne pas se contenter d'un vote formel sur cette question, considérant qu'il est plus important actuellement de poursuivre plus avant cette discussion et ceci publiquement. Notre principal souci reste en effet la clarification théorique, non seulement dans le CCI mais en stimulant les contributions d'autres courants et éléments révolutionnaires à ce débat complexe.
Ce n'est ni par mégalomanie, ni par surestimation de la portée de ce Congrès que nous présentons aujourd'hui ces documents. Les minorités communistes n'ont pas encore d'impact immédiat sur la situation mais le développement du travail d'analyse et la mise en oeuvre de moyens organisationnels sont une contribution et une meilleure préparation aux affrontements décisifs de demain.


[1] Revue Internationale n°5

[2] Révolution Internationale n°22

[3] Revue Internationale n°10 et textes de la Conférence Internationale (brochures) (ronéoté en Français et Anglais, n° spécial de "Prométéo" bilingue français-italien)

[4] Les textes de cette scission et une mise au point sur les discussions seront publiés dans le prochain numéro de la Revue Internationale ainsi que dans "Revolutionary Perspectives" (organe de la CWO à notre critique parue clans les n°s 9 et 10 de la Revue Internationale)