Salut aux nouvelles sections du CCI au Pérou et en Equateur !

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

C’est à la grande joie de notre organisation et de ses militants que viennent d’être constituées deux nouvelles sections du CCI, au Pérou et en Equateur.

La constitution d’une nouvelle section dans notre organisation est toujours pour nous un évènement de la plus grande importance. D’une part, parce qu’elle constitue une vérification supplémentaire de la capacité du prolétariat mondial, malgré ses difficultés, à secréter des minorités révolutionnaires à l’échelle internationale et, d’autre part, parce qu’elle participe du renforcement de la présence dans le monde de notre organisation.

La fondation de ces deux nouvelles sections du CCI intervient dans une situation où le prolétariat commence à récupérer, depuis 2003, de la longue période de recul dans sa conscience et dans sa combativité qu’il a subie à partir des événements de 1989 1. Cette récupération s’est traduite par un ensemble de luttes démontrant une conscience croissante de l’impasse dans lequel se trouve le capitalisme et par l’émergence, à l’échelle internationale, de minorités internationalistes qui recherchent le contact entre elles, se posent de nombreuses questions, recherchent une cohérence révolutionnaire et débattent des perspectives pour développer les combats de classe. Une partie de ce milieu se tourne vers les positions de la Gauche communiste et certains de ses éléments ou groupes viennent rejoindre notre organisation. C’est ainsi qu’en 2007 était créé un noyau du CCI au Brésil 2. En 2009, nous saluions la création de deux nouvelles sections du CCI aux Philippines et en Turquie 3.

Ces deux nouvelles sections sont aussi le produit de l’effort soutenu de toute notre organisation et de ses militants afin de participer à la discussion et à la clarification politique, de tisser des liens partout où il existe des groupes ou éléments en recherche, qu’ils se destinent ou non à entrer dans notre organisation.

Nos nouvelles sections étaient, avant de nous rejoindre, des groupes d’éléments en recherche qui, soit se sont tournés d’emblée vers la clarification politique autour des positions du CCI comme en Equateur, soit proviennent de différents milieux politiques comme au Pérou. Dans un cas comme dans l’autre, elles se sont développées à travers la discussion avec d’autres forces politiques et dans les discussions systématiques avec le CCI, de sa plateforme en particulier. Par ailleurs, elles ont eu à cœur de prendre position sur les évènements majeurs de la situation internationale et nationale 4. Aujourd’hui, elles continuent d’évoluer dans un milieu riche de contacts.

Basées en Amérique du Sud, ces deux nouvelles sections viennent renforcer l’intervention du CCI en langue espagnole, et sa présence en Amérique latine où le CCI était déjà présent au Venezuela, au Mexique et au Brésil.

L’ensemble du CCI adresse un chaleureux et fraternel salut à ces deux nouvelles sections et aux camarades qui les constituent.

CCI (avril 2012)

 

1 L’effondrement du stalinisme qui avait donné lieu au développement de campagnes de la bourgeoisie identifiant frauduleusement, une nouvelle fois, le communisme et le capitalisme d’Etat tel qu’il s’était développé dans les pays de l’Est suite à la dégénérescence de la révolution russe.

2 Lire “Salut à la création d’un noyau du CCI au Brésil !”. http ://fr.internationalism.org/ri381/salut_a_la_creation_d_un_noyau_du_cci_au_bresil.html

3 Lire “Salut aux nouvelles sections du CCI aux Philippines et en Turquie !”.

http ://fr.internationalism.org/icconline/2009/philippines-turquie

4 Certaines de ces prises de position ont été publiées dans Action Proletaria, organe du CCI en Espagne, et dans ICC on line sur notre site en langue espagnole.