Dans quel camp sont les syndicats ?

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Depuisquelques mois, ce genre de petites phrases foisonne dans la presse :

“Lorsqueles suppressions d’emplois se multiplient, la crise est un défipour les syndicats européens : comment contenir la colèresociale qui commence à monter dans certains pays comme la France ?”(“Les syndicats européens malmenés par la crise”, leMonde du 7 avril).

“Lessyndicats essaient de canaliser tant bien que mal le mécontentementet donc de préserver l’ordre social”(“Lettre ouverte à mes amis de la classe dirigeante”, AlainMinc (1),le Figarodu 23 mars).

“Quantaux syndicats, ils font le job en mettant en valeur leurresponsabilité, c’est-à-dire leur capacité à canaliser larévolte...”(“Manifs : l’impuissance face à la colère”, Marianne,le 20 mars).

Lessyndicats sont censés être des “professionnels de la lutte”.Officiellement, c’est à eux que revient la tâche de défendre laclasse ouvrière, en organisant la grève quand cela est nécessaire.Or, si une chose est bien claire dans ces citations, c’est que laclasse dominante compte sur eux pour faire tout le contraire :“Contenir la colère”, “canaliser le mécontentement”,“canaliser la révolte”, “préserver l’ordre social”…

Dequel côté les syndicats sont-ils vraiment ? Si certains ouvriersse le demandent encore, la bourgeoisie semble, elle, le savoir parfaitement : du sien ! (2)

Pawel(24 avril)

 

1)Conseiller politique, entre autre, de Sarkozy.

2)Nous avons consacré de multiples articles pour montrer que ladivision et l’isolement des luttes ouvrières menées par lessyndicats n’étaient pas le fruit d’“erreurs” de la part deces officines mais bel et bien une stratégie volontaire etorchestrée par leurs soins. Pour comprendre pourquoi, quand et  comment les syndicats ont changé de camp, nous encourageons noslecteurs à lire notamment notre article “Dans quel camp sont les syndicats ”.


 

See also :