Grèce : une déclaration de travailleurs en lutte

See also :

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail
grece_occupation_cgt
Nous publions ci-dessous une déclaration diffusée par des travailleurs actuellement en lutte en Grèce et qui se proclament " insurgés ". Ils occupent, depuis le mercredi 17 décembre, le siège de la Confédération Générale des travailleurs à Athènes, principale centrale syndicale du pays, et ont fait de ce site un lieu d'Assemblée Générale (AG), de réunion et de discussion OUVERTE A TOUS. La bannière étendue sur la façade du bâtiment (photo ci-contre) proclame :

 

" Des accidents du travail aux meurtres de sang-froid

l'Etat du capital tue

Aucune poursuite

Libération immédiate des arrêtés

GREVE GENERALE

L'auto-organisation des ouvriers

sera la tombe des patrons



Assemblée générale
des ouvriers insurgés "


Il faut souligner qu'un scénario identique, avec occupation et AG ouvertes à tous, a également lieu à l'Université d'Economie d'Athènes.

Nous reviendrons ultérieurement et plus en détail sur les événements qui se déroulent depuis le 6 décembre dans toute la Grèce. Pour l'heure, par la publication de cette déclaration, nous voulons essentiellement participer à rompre le " cordon sanitaire " médiatique mensonger qui encercle ces luttes et qui les présente comme de simples émeutes violentes animées par quelques jeunes casseurs anarchistes qui terroriseraient la population. Ce texte montre au contraire clairement la force du sentiment de solidarité ouvrière qui anime ce mouvement et fait le lien entre les différentes générations de prolétaires !

 

DECLARATION DE L'ASSEMBLEE GENERALE DES TRAVAILLEURS INSURGES D'ATHENES


Nous déterminerons notre histoire nous même ou nous la laisserons être déterminée sans nous.

Nous, travailleurs manuels, employés, chômeurs, intérimaires et précaires, locaux ou migrants, ne sommes pas des téléspectateurs passifs. Depuis le meurtre d'Alexandros Grigoropoulos le samedi 6 au soir, nous participons aux manifestations, aux affrontements avec la police, aux occupations du centre ville comme des alentours. Nous avons dû maintes et maintes fois quitter le travail et nos obligations quotidiennes pour descendre dans la rue avec les lycéens, les étudiants et les autres prolétaires en lutte.

 

NOUS AVONS DECIDE D'OCCUPER LE BATIMENT DE LA CONFEDERATION GENERALE DES TRAVAILLEURS EN GRECE (GSEE)


Pour le transformer en un espace de libre expression et un point de rendez-vous pour les travailleurs.

Pour dissiper les mythes encouragés par les médias sur l'absence des travailleurs dans les affrontements, sur la rage de ces derniers jours qui ne serait l'œuvre que de quelques 500 "cagoulés" (koukoyloforon), "hooligans ", ou autres histoires farfelues, sur la présentation des travailleurs par les journaux télévisés comme des victimes de ces affrontements, et alors que la crise capitaliste en Grèce et dans le monde mène à des licenciements innombrables que les médias et leurs dirigeants considèrent comme un "phénomène naturel".

Pour démasquer le rôle honteux de la bureaucratie syndicale dans le travail de sape contre l'insurrection, mais aussi d'une manière générale. La Confédération générale des travailleurs en Grèce (GSEE), et toute l'intégralité de la machinerie syndicale qui le soutient depuis des dizaines et des dizaines d'années, sape les luttes, négocie notre force de travail contre des miettes, perpétue le système d'exploitation et d'esclavage salarié. L'attitude de la GSEE mercredi dernier parle d'elle-même : la GSEE a annulé la manifestation des grévistes pourtant programmée, se rabattant précipitamment sur un bref rassemblement sur la place Syntagma, tout en s'assurant simultanément que les participants se disperseraient très vite, de peur qu'ils ne soient infectés par le virus de l'insurrection.

Pour ouvrir cet espace pour la première fois, comme une continuation de l'ouverture sociale créée par l'insurrection elle-même, espace qui a été construit avec notre contribution mais dont nous avons été jusqu'ici exclus. Pendant toutes ces années, nous avons confié notre destin à des sauveurs de toute nature, et nous avons fini par perdre notre dignité. Comme travailleurs, nous devons commencer à assumer nos responsabilités, et cesser de faire reposer nos espoirs dans des leaders "sages" ou des représentants "compétents". Nous devons commencer à parler de notre propre voix, nous rencontrer, discuter, décider et agir par nous-mêmes. Contre les attaques généralisées que nous endurons. La création de collectifs de résistance "de base" est la seule solution.

Pour propager l'idée de l'auto-organisation et de la solidarité sur les lieux de travail, de la méthode des comités de luttes et des collectifs de base, abolir les bureaucraties syndicales.

Pendant toutes ces années, nous avons gobé la misère, la résignation, la violence au travail. Nous nous sommes habitués à compter nos blessés et nos morts - les soi-disant "accidents du travail". Nous nous sommes habitués à ignorer que les immigrants, nos frères de classe, étaient tués. Nous sommes fatigués de vivre avec l'anxiété de devoir assurer notre salaire, de pouvoir payer nos impôts et de se garantir une retraite qui maintenant ressemble à un rêve lointain.

De même que nous luttons pour ne pas abandonner nos vies dans les mains des patrons et des représentants syndicaux, de même nous n'abandonnerons pas les insurgés arrêtés dans les mains de l'Etat et des mécanismes juridiques !


LIBERATION IMMEDIATE DES DETENUS !

RETRAIT DES CHARGES CONTRE LES INTERPELLES !

AUTO-ORGANISATION DES TRAVAILLEURS !

GREVE GENERALE !


L'ASSEMBLEE GENERALE DES TRAVAILLEURS DANS LES BATIMENTS LIBERES DE LA GSEE, mercredi 17 décembre à 18 heures

 

See also :