Va-t-on revivre un krach comme en 1929 ?

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Le 24 septembre 2008, le président des États-Unis, George W. Bush, a tenu, d'après les commentateurs et journalistes du monde entier, un discours "inhabituel". Son allocution télévisée a en effet annoncé sans détour quels tourments allaient s'abattre sur "le peuple américain" : "Il s'agit d'une période extraordinaire pour l'économie des États-Unis. Depuis quelques semaines, de nombreux Américains éprouvent de l'anxiété au sujet de leur situation financière et de leur avenir. [...] Nous avons observé de grandes fluctuations à la Bourse. De grands établissements financiers sont au bord de l'effondrement, et certains ont fait faillite. Alors que l'incertitude s'accroît, de nombreuses banques ont procédé à un resserrement du crédit. Le marché du crédit est bloqué. Les familles et les entreprises ont plus de difficulté à emprunter de l'argent. Nous sommes au milieu d'une crise financière grave [...] toute notre économie est en danger. [...] Des secteurs clés du système financier des États-Unis risquent de s'effondrer. [...] l'Amérique pourrait sombrer dans la panique financière, et nous assisterions à un scénario désolant. De nouvelles banques feraient faillite, dont certaines dans votre communauté. Le marché boursier s'effondrerait encore plus, ce qui réduirait la valeur de votre compte de retraite. La valeur de votre maison chuterait. Les saisies se multiplieraient. [...] De nombreuses entreprises devraient mettre la clé sous la porte, et des millions d'Américains perdraient leur emploi. Même avec un bon bilan créancier, il vous serait plus difficile d'obtenir les prêts dont vous auriez besoin pour acheter une voiture ou envoyer vos enfants à l'université. Au bout du compte, notre pays pourrait sombrer dans une longue et douloureuse récession".

L'économie mondiale touchée par un séisme financier

En réalité, ce n'est pas seulement l'économie américaine qui menace de "sombrer dans une longue et douloureuse récession" mais l'ensemble de l'économie mondiale. Les États-Unis, locomotive de la croissance depuis soixante ans, entraînent cette fois-ci l'économie mondiale vers l'abîme  !

La liste des organismes financiers en très grande difficulté s'allonge ainsi chaque jour :

- En février, la huitième banque anglaise, Northern Rock, a dû être nationalisée sous peine de disparition.

- En mars, Bear Stearns, la cinquième banque de Wall Street, est "sauvée" en étant rachetée par JP Mogan, la troisième banque américaine, via des fonds de la Banque fédérale américaine (la FED).

- En juillet, Indymac, l'un des plus gros prêteurs hypothécaires américains, est mis sous tutelle des autorités fédérales. Il est alors le plus important établissement bancaire à faire faillite aux États-Unis depuis vingt-quatre ans  ! Mais son record ne tiendra pas longtemps.

- Début septembre, le jeu de massacre se poursuit. Freddie Mac et Fannie Mae, deux organismes de refinancement hypothécaire pesant près de 850 milliards de dollars à eux deux, évitent la faillite de justesse par un nouveau renflouement de la FED.

- Quelques jours plus tard seulement, Lehman Brothers, la quatrième banque américaine, se déclare en faillite et cette fois-ci la FED ne la sauvera pas. Le total des dettes de Lehman Brothers s'élevait à 613 milliards de dollars au 31 mai. Record battu  ! La plus grosse faillite d'une banque américaine à ce jour, celle de Continental Illinois en 1984, mettait en jeu une somme seize fois plus modeste (soit 40 milliards de dollars)  ! C'est dire la gravité de la situation.

- Pour éviter d'être frappée du même sort, Merrill Lynch, autre fleuron américain, a dû accepter son rachat en urgence par Bank of America.

- Il en a été de même pour HBOS rachetée par sa compatriote et rivale Lloyds TSB (réciproquement deuxième et première banques d'Écosse).

- AIG (American International Group, l'un des plus grands assureurs mondiaux) a été renfloué de justesse par la Banque centrale américaine. En fait, les finances de l'État américain sont, elles aussi, au plus mal  ; c'est pourquoi la FED avait décidé de ne pas porter secours à Lehman Brothers. Si elle l'a tout de même fait pour AIG, c'est qu'en cas de faillite de cet organisme, la situation devenait totalement incontrôlable.

- Nouveau record  ! Deux semaines seulement après Lehman Brothers, c'est au tour de Washington Mutual (WaMu), la plus importante caisse d'épargne aux États-Unis, de mettre la clef sous la porte  ! 1

Inévitablement, les Bourses sont aussi dans la tourmente. Régulièrement, elles s'effondrent de 3, 4 ou 5  %, au fil des faillites. La Bourse de Moscou a même dû fermer ses portes pendant plusieurs jours, mi-septembre, suite à des chutes successives dépassant les 10  %  !

Vers un nouveau 1929  ?

Face à cette cascade de mauvaises nouvelles, même les plus grands spécialistes de l'économie s'affolent. Alan Greenspan, l'ancien président de la FED (considéré comme un président "mythique" par ses pairs) a ainsi déclaré sur la chaîne de télévision ABC, le 15 septembre 2008 : "On doit reconnaître qu'il s'agit d'un événement qui se produit une fois tous les cinquante ans, probablement une fois par siècle [...] Il n'y a aucun doute, je n'ai rien vu de pareil et ce n'est pas encore fini et cela prendra encore du temps." Plus significative encore fut la déclaration du prix Nobel d'économie, Joseph Stiglitz qui, voulant "calmer les esprits", a affirmé très maladroitement que la crise financière actuelle devrait être moins grave que celle de 1929, même s'il fallait se garder d'un "excès de confiance" : "On peut bien sûr se tromper mais le point de vue général est que nous disposons aujourd'hui d'outils [...] pour éviter une autre Grande dépression 2"  ! Loin de rassurer, cet éminent spécialiste de l'économie, mais pas fin psychologue, a évidemment provoqué l'affolement général. En fait, involontairement, il a dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas : allons-nous vers un nouveau 29, vers une nouvelle "dépression"  ?

Depuis lors, pour nous rassurer, les économistes se succèdent sur les plateaux télé pour expliquer que si, oui, la crise actuelle et très grave, elle n'a rien à voir avec le krach de 1929 et que, de toute façon, ça finira par repartir. Tous ceux-là n'ont qu'à moitié raison. Lors de la Grande dépression, aux États-Unis, des milliers de banques ont fait faillite, des millions de gens ont perdu leurs économies, le taux de chômage a atteint 25  % et la production industrielle a chuté de près de 60  %. Bref, l'économie s'est comme arrêtée. En fait, à l'époque, les dirigeants des États n'avaient réagit que très tardivement. Pendant de longs mois, ils avaient laissé les marchés livrés à eux-mêmes. Pire, leur seule mesure fut de fermer les frontières aux marchandises étrangères (par le protectionnisme) ce qui avait fini de bloquer le système. Aujourd'hui, le contexte est très différent. La bourgeoisie a appris de ce désastre économique, elle s'est dotée d'organismes internationaux et surveille la crise comme le lait sur le feu. Depuis l'été 2007, les différentes banques centrales (principalement la FED et la Banque centrale européenne - la BCE) ont injecté près de 2000 milliards de dollars pour sauver les établissements en difficulté. Elles sont ainsi parvenues à éviter l'effondrement net et brutal du système financier. L'économie est en train de décélérer très très vite mais ne se bloque pas. Par exemple, en Allemagne, la croissance pour 2009 ne devrait être que de 0,5  % (d'après l'hebdomadaire allemand Der Spiegel du 20 septembre). Mais contrairement à ce que disent tous ces spécialistes et autres docteurs ès-science, la crise actuelle est beaucoup plus grave qu'en 1929. Le marché mondial est totalement saturé. La croissance de ces dernières décennies n'a été possible que par un endettement massif. Le capitalisme croule aujourd'hui sous cette montagne de dettes  ! 3

Certains politiciens ou hauts responsables de l'économie mondiale nous racontent aujourd'hui qu'il faut "moraliser" le monde de la finance afin de l'empêcher de commettre les excès qui ont provoqué la crise actuelle et de permettre le retour à un "capitalisme sain". Mais ils se gardent de dire (ou ils n'ont pas envie de le voir) que la "croissance" des années passées a justement été permise par ces "excès", c'est-à-dire la fuite en avant du capitalisme dans l'endettement généralisé 4. Ce ne sont pas les "excès des financiers" qui sont les véritables responsables de la crise actuelle  ; ces excès et cette crise de la finance ne font qu'exprimer la crise sans issue, l'impasse historique dans lesquelles se trouve le système capitaliste comme un tout. C'est pour cela qu'il n'y aura pas de véritable "sortie du tunnel". Le capitalisme va continuer de s'enfoncer inexorablement. Le Plan Bush de 700 milliards de dollars, censé "assainir le système financier", sera forcément un échec. Si ce plan est accepté 5, le gouvernement américain va récupérer les créances douteuses pour apurer les comptes des banques et relancer le crédit. A l'annonce de ce plan, soulagées, les Bourses ont battu des records de hausse en une seule journée (9,5  % pour la Bourse de Paris, par exemple). Mais depuis, elles font du yo-yo car, au fond, rien n'est vraiment réglé. Les causes profondes de la crise sont toujours là : le marché est toujours saturé de marchandises invendables et les établissements financiers, les entreprises, les États, les particuliers... croulent toujours sous le poids de leurs dettes.

Les milliers de milliards de dollars jetés sur les marchés financiers par les différentes banques centrales de la planète n'y changeront rien. Pire, ces injections massives de liquidités signifient un nouvel accroissement des dettes publiques et bancaires. La bourgeoisie est dans l'impasse, elle n'a que des mauvaises solutions à offrir. C'est pourquoi la bourgeoisie américaine hésite tellement à lancer le "plan Bush"  ; elle sait que si dans l'immédiat cela évite la panique, cela revient surtout à préparer de nouveaux soubresauts d'une extrême violence pour demain. Pour George Soros (l'un des financiers les plus célèbres et respectés de la planète), la "possibilité d'un éclatement du système financier existe".

Une vague de paupérisation sans précédent depuis les années 1930

Les conditions de vie de la classe ouvrière et de la majorité de la population mondiale vont se dégrader brutalement. Une vague de licenciements va frapper simultanément tous les coins de la planète. Des milliers d'usines vont fermer. D'ici la fin 2008, pour le seul secteur de la finance, 260 000 emplois devraient être supprimés aux États-Unis et en Grande-Bretagne (d'après le quotidien français les Échos, du 26 septembre). Or, un emploi dans la finance génère en moyenne quatre emplois directs  ! L'effondrement des organismes financiers signifie donc le chômage pour des centaines de milliers de familles ouvrières. Les saisies immobilières vont encore augmenter. 2,2 millions d'Américains ont déjà été expulsés de chez eux depuis l'été 2007, 1 million encore devraient se retrouver à la rue d'ici Noël. Et ce phénomène commence à toucher l'Europe, en particulier l'Espagne et la Grande-Bretagne.

En Angleterre, le nombre de saisies immobilières a augmenté de 48  % au 1er semestre 2008. Depuis un peu plus d'un an, l'inflation a fait son grand retour sur le devant de la scène. Le prix des matières premières et des denrées alimentaires a explosé, ce qui a provoqué des famines et des émeutes dans de très nombreux pays 6. Les centaines de milliards de dollars injectés par la FED et la BCE vont encore accroître ce phénomène. Cela signifie une paupérisation de toute la classe ouvrière : se loger, se nourrir, se déplacer va devenir de plus en plus difficile pour des millions de prolétaires  !

La bourgeoisie ne manquera pas de présenter la note de sa crise à la classe ouvrière. Au programme : diminution des salaires réels, des aides et des allocations (pour le chômage, la santé...), allongement de l'âge de la retraite, hausse des impôts et multiplication des taxes. D'ailleurs, Georges W. Bush a déjà prévenu : son plan de 700 milliards de dollars sera financé par les "contribuables". Les familles ouvrières devront débourser plusieurs milliers de dollars chacune pour renflouer les banques au moment même où une grande partie d'entre elles n'arrive même plus à se loger  !

Si la crise actuelle n'a pas l'aspect soudain du krach de 1929, elle va faire subir les mêmes tourments aux exploités du monde entier. La vraie différence avec 1929 ne se situe pas du côté de l'économie capitaliste mais du côté de la combativité et de la conscience de la classe ouvrière. A l'époque, alors qu'il venait de subir l'échec de la Révolution russe de 1917, l'écrasement des révolutions en Allemagne entre 1919 et 1923 et les affres de la contre-révolution stalinienne, le prolétariat mondial était totalement abattu et résigné. Les coups de boutoirs de la crise avaient bien déclenché des mouvements de chômeurs importants aux États-Unis, mais cela n'avait pas été plus loin et le capitalisme avait entraîné l'humanité vers la Seconde Guerre mondiale. Aujourd'hui, c'est totalement différent. Depuis 1968, la classe ouvrière a soulevé la chape de plomb de la contre-révolution et si les campagnes de 1989 sur la "fin du communisme" lui avaient porté un coup violent, depuis 2003, elle développe sa lutte et sa conscience. La crise économique peut être le terreau fertile sur lequel vont germer la solidarité et la combativité ouvrières  !

Françoise (27 septembre)

1) A l'annonce de toutes ces faillites en chaîne, on ne peut qu'être indigné en pensant aux sommes faramineuses empochées ces dernières années par les responsables de ces différents organismes. Par exemple, les dirigeants des cinq premières banques de Wall Street ont touché 3,1 milliards de dollars en 5 ans (Bloomberg). Et aujourd'hui, c'est la classe ouvrière qui subit les conséquences de leur politique. Même si la démesure de leur salaire n'explique pas la crise, elle révèle ce qu'est la bourgeoisie : une classe de gangsters qui a le plus grand mépris pour les ouvriers, les "petites gens"  !

22) La "Grande dépression" correspond à la crise des années 1930.

3) Les "créances douteuses" (c'est-à-dire risquant fortement de ne pas être remboursées) se situent aujourd'hui, au niveau mondial, entre 3000 et 40 000 milliards de dollars, suivant les évaluations. L'imprécision de cette fourchette provient du fait que les banques se sont vendus mutuellement ces prêts à risques, à ce point qu'elles ne parviennent plus aujourd'hui à les évaluer réellement  !

4) Comme l'a dit un journaliste sur le plateau d'une émission de "C dans l'air" sur France 5 : "Les États-Unis ont joué les prolongations grâce au crédit" .

5) A l'heure où nous mettons sous presse, les discussions entre le gouvernement et le congrès sont toujours en cours.

6) Lire "Crise alimentaire : les émeutes de la faim montrent la nécessité de renverser le capitalisme".