Qu'est-ce que la classe ouvrière ? (extraits de l'exposé de réunion publique)

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mailNous publions ci-dessous de larges extraits de l'exposé qui a été présenté à nos dernières réunions publiques sur le thème "Qu'est-ce que la classe ouvrière ?"1

Pourquoi cette question se pose-t-elle aujourd'hui ?

En premier lieu, il y a des éléments liés à l'actualité qui mettent en évidence la difficulté à comprendre clairement en quoi consiste la classe ouvrière. Cet automne, certains étudiants luttant contre la loi "LRU" ont manifesté leur solidarité avec les cheminots grévistes, tentant même parfois de réaliser des AG communes. Par contre, ils n'ont jamais essayé d'entraîner, par exemple, les infirmiers des hôpitaux ou les enseignants, en allant les voir pour discuter. Pourquoi ? L'image d'Épinal, chère à la bourgeoisie et ses médias, présente l'ouvrier en bleu de travail et aux mains calleuses. Mais qu'en est-il des millions de chômeurs, des retraités, des employés de bureaux, des fonctionnaires, des travailleurs précaires... ? Qui fait partie de la classe ouvrière ? Répondre à ces questions est primordial pour continuer dans l'avenir à développer, dans la lutte, l'unité et la solidarité [...].

Pourquoi cette question est-elle importante ?

Parce que ces idées fausses, qui sont amplement alimentées par les campagnes et les mystifications de la classe dominante, affectent les deux forces principales de la classe ouvrière : son unité et sa conscience.

  • L'unité de la classe ouvrière

Toutes les forces de la bourgeoisie sont intéressées et participent à la division de la classe ouvrière :

- Les secteurs de droite : ils ne parlent que de « citoyens tous égaux devant la loi ». Pour eux, il n'y a pas de division ni antagonisme entre les classes sociales, entre exploiteurs et exploités. Il faut manifester une « solidarité » entre « tous les partenaires d'une même entreprise », entre « tous les citoyens du pays ». Conclusions : l'ennemi des salariés de telle entreprise, ce n'est pas leur patron mais les salariés des entreprises concurrentes ; l'ennemi des exploités d'un pays, ce n'est pas leur bourgeoisie nationale mais les exploités des autres pays qui travaillent pour des salaires plus bas [...].

- Les sociologues : ils sont spécialistes dans la recherche de toutes sortes de catégories qui aboutissent à masquer les vrais divisions sociales entre exploiteurs et exploités. Ils vont faire un tas d'études, avec un tas de statistiques à l'appui, sur les différences hommes/femmes, jeunes/vieux, français/immigrés, croyants/non croyants, diplômés/non diplômés, etc. (alors qu'il y a des femmes, des jeunes, des immigrés, des non croyants ou des non diplômés qui appartiennent à la classe des exploiteurs et réciproquement).

- La gauche et surtout les syndicats : ils admettent qu'il y a des exploiteurs et des exploités mais ils ont l'habitude de diviser ces derniers entre entreprises (ils parlent des « Renault », des « PSA », etc.), entre branches professionnelles (fédérations syndicales des transports, de la fonction publique, de l'enseignement, etc.) et aussi entre pays (langage chauvin sur « produisons français » lorsque le problème de délocalisation se pose).

  • La conscience de la classe ouvrière

Elle se compose notamment de sa confiance en soi et de la conscience de sa nature historique, de son futur.

- La confiance en soi de la classe ouvrière : les différents secteurs de la bourgeoisie veulent « montrer » que la classe ouvrière n'est plus une force dans la société car elle est de plus en plus réduite en nombre puisque [...] il y a de moins en moins de « cols bleus », de travailleurs « manuels » (les seuls appartenant à la classe ouvrière dans les définitions officielles) [...]

- La conscience historique : on veut montrer qu'il n'y a rien à tirer de l'expérience historique de la classe ouvrière puisque les salariés ne sont plus les mêmes qu'au 19e siècle ou dans la première partie du 20e siècle. Voilà la conclusion que la bourgeoisie et tous ceux qui sont à son service veulent faire tirer aux exploités : les idées socialistes, l'idée d'un renversement possible de la société capitaliste pouvaient se justifier au 19e siècle ou au début du 20e siècle, mais aujourd'hui ce sont des idées absurdes, une rêverie impuissante.

Qui appartient à la classe ouvrière ?

- Est-ce que tous les travailleurs manuels appartiennent à la classe ouvrière ? NON : le boulanger ou le boucher propriétaire de son commerce travaille de ses mains, mais il n'appartient pas à la classe ouvrière car celle-ci est une classe exploitée, qui n'est pas propriétaire de ses moyens de production. D'ailleurs, les petits commerçants ne sont en général pas très amis des ouvriers qu'ils considèrent souvent comme des « fainéants ». En France, les artisans et les commerçants constituent les troupes de choc de Le Pen. Par contre, le garçon boucher ou le boulanger salarié appartiennent à la classe ouvrière.

- Est-ce que tous les exploités appartiennent à la classe ouvrière ?

NON : il existe par exemple (et ils sont nombreux dans les pays sous-développés) des paysans pauvres, non-propriétaires de leurs terres, qui sont exploités par les propriétaires fonciers à qui ils doivent verser un pourcentage de leurs revenus ou un loyer annuel. Ils peuvent connaître une exploitation effroyable, mais ils n'appartiennent pas à la classe ouvrière comme telle. D'ailleurs, les luttes qu'ils mènent visent surtout à obtenir un partage des terres, à se transformer en petits propriétaires exploitants [...]. En fait, ce type d'exploitation est un vestige de la société féodale, il appartient essentiellement au passé.

Quels sont les critères d'appartenance à la classe ouvrière ?

La classe ouvrière est la classe exploitée spécifique du mode de production capitaliste qui est basé sur le salariat. La spécificité du capitalisme réside dans la séparation entre producteurs et moyens de production. Les travailleurs qui mettent en œuvre les moyens de production n'en sont pas les propriétaires, ils louent leur force de travail à ceux qui les possèdent. Appartenir à la classe ouvrière suppose :

Être salarié : on ne vend pas le produit de son travail comme le fait un boulanger mais on loue sa force de travail à celui qui possède les moyens de production.

Être exploité : c'est-à-dire que le montant que reçoit chaque jour le salarié est inférieur à la valeur de ce qu'il a produit. S'il travaille pendant 8 heures, il reçoit l'équivalent de 4 heures et les 4 autres heures sont appropriées par le patron (Marx a appelé « plus-value » ce montant qui n'est pas payé au salarié). Tous les salariés ne sont pas exploités : les dirigeants des grandes entreprises sont souvent des salariés mais avec leurs salaires de plusieurs millions d'Euros par an, il est clair qu'ils ne sont pas exploités. C'est la même chose pour les hauts fonctionnaires.

Cela suppose également ne pas avoir une fonction dans la défense du capitalisme contre la classe ouvrière : les curés ou les flics ne sont pas propriétaires de leurs moyens de production (l'église où le panier à salade), ils sont salariés. Cependant, ils n'ont pas un rôle de producteurs de richesses mais de défenseurs des privilèges des exploiteurs et de maintien en place de l'ordre existant. C'est la même chose pour le petit chef dans un atelier qui joue un rôle de flic au service du patron.

Faut-il être un travailleur manuel pour appartenir à la classe ouvrière ?

Absolument pas ! [...] Il n'y a pas de séparation nette entre travailleur manuel et intellectuel : c'est le cerveau qui commande à la main. Certains métiers « manuels » demandent un très long apprentissage et mobilisent activement la pensée : un ébéniste ou un chirurgien est un « manuel ». D'ailleurs, dans le mouvement ouvrier, on n'a jamais fait cette séparation. Traditionnellement, les correcteurs d'imprimerie se considéraient comme des ouvriers à côté des typographes ou des rotativistes. Souvent, ils étaient à l'avant-garde des combats ouvriers. [...] Il n'y a pas de séparation entre « ouvriers aux mains calleuses » et employés. [...]

Faut-il faut enrichir directement un patron pour appartenir à la classe ouvrière ?

NON ! C'est clair qu'un ouvrier travaillant à l'entretien d'un hôpital appartient à la classe ouvrière. Mais c'est aussi le cas d'une infirmière qui soigne des malades. En fait, elle participe à l'entretien de la force de travail qui sert à enrichir le capitalisme. C'est la même chose pour une institutrice qui participe à la formation de la force de travail qui, plus tard, va entrer dans le processus de la production. De même, un chômeur (qui momentanément ne travaille pas) ou un retraité (ancien producteur salarié et exploité) appartient à la classe ouvrière non pas au jour le jour, mais du fait de sa place dans la société.

Les luttes que peuvent mener contre l'exploitation les ouvriers de l'industrie, les cheminots, les enseignants, les infirmières, les employés de banque, les fonctionnaires mal payés, les chômeurs, etc. mais aussi les étudiants qui vont entrer dans ces professions appartiennent toutes au combat général contre le capitalisme. Ce sont des luttes de résistance contre les attaques toujours plus brutales que ce système porte contre ceux qu'il exploite. Ce sont aussi des luttes qui préparent l'affrontement général et international contre ce système en vue de son renversement.


1 L'intégralité de cet exposé est disponible ici