LO et LCR : un seul et même appel pour faire voter les travailleurs

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Une élection s'achève, une autre commence. Après les présidentielles du mois de mai, c'est au tour des législatives d'occuper le terrain de la campagne électorale. A peine le temps de reprendre son souffle et voilà le brave citoyen à nouveau mis à contribution.

Fort heureusement, pour prévenir tout risque d'indigestion, au beau milieu de ce gargantuesque gavage démocratique, la bourgeoisie sait qu'elle peut compter sur les services d'une extrême-gauche toujours prompte à ranimer l'appétit citoyen et convier les ouvriers à se joindre au grand banquet républicain.

Ainsi, Lutte ouvrière et la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), chacune dans un registre différent, ont ressorti leurs tambourins pour battre, à grand bruit, le rappel vers les bureaux de vote.

LCR : une extrême gauche "décomplexée"... au service de la démocratie bourgeoise

"Il est évident que la victoire de Sarkozy est une très mauvaise nouvelle et qu'on a pris un coup sur la tête le 6 mai. Mais ce n'est pas la fin de l'histoire" (Rouge 17 mai). Attention, personne ne descend du manège, c'est reparti pour 2 tours ! Contrairement à LO, sa vieille cousine, la LCR n'y va pas par quatre chemins et décide d'afficher sans détour son démocratisme façon "extrême gauche décomplexée" en allant, au culot, faire avaler aux ouvriers que le meilleur moyen de se défendre contre les attaques à venir, c'est encore de voter pour des représentants qui, une fois dans les assemblées (ou ailleurs), constitueront "une force anticapitaliste déterminée à lutter pied à pied contre la droite et le patronat... une force qui choisira toujours les salaires contre les profits". Bref, les ouvriers sont cordialement invités à mettre en sourdine leurs luttes ou, du moins, à remettre leur sort entre les mains des institutions démocratiques, celles là même qui ont été édifiées pour défendre les intérêts de la seule classe dominante de ce système : la bourgeoisie.

"Voter pour les candidats de la LCR, le 10 juin, ce sera dire [...] votre volonté de ne pas vous laisser faire. Ce sera un geste en faveur d'une autre répartition des richesses, pour reconstruire la solidarité et l'espoir. Ce sera un vote qui dira clairement qu'il est possible de faire reculer Sarkozy, un vote pour une gauche de lutte" (tract LCR du 29 mai).

Si les meilleures soupes se font dans les vieilles marmites, c'est toujours avec de jeunes carottes. Il est donc bien normal que la vieille LCR avec son jeune Besancenot nous resserve de cette mixture réformiste si efficace pour éloigner la classe ouvrière de sa perspective révolutionnaire en lui faisant espérer qu'un monde nouveau peu sortir des urnes républicaines.

LO : une extrême gauche radicale"... au service de la démocratie bourgeoise

Pour LO, par contre, ç'en est assez de ce cirque électoral... il est temps d'ouvrir les yeux.

"Tout dépend du monde du travail, de sa détermination et de la conscience qu'il aura que le bulletin de vote n'est qu'un chiffon de papier et que seules les luttes peuvent payer" (LO du 11 mai). Voilà que LO hausse le ton...

"Notre avenir est, en fait, entre nos mains. Pas par la grâce d'un bout de papier à glisser dans l'urne..." (LO du 25 mai). Et oui, les élections ne servent pas les intérêts de la classe ouvrière, mais uniquement ceux de la bourgeoisie, le prolétariat ne dispose pas d'autres moyens de défendre ses intérêts que sa lutte, sur son terrain de classe. Et pourtant, LO n'a jamais hésité a imprimer le nom d'Arlette Laguiller sur des millions de ces "chiffons de papier", et cela depuis 1974 !

Comment expliquer cette contradiction apparente ? Le plus simplement du monde, puisque à en croire LO, il n'y en a aucune !

"Les votes pour les grands partis ne changeront rien à rien, si ce n'est renforcer les illusions et les faux espoirs électoraux. [C'est pourquoi] ... les votes pour les candidats de Lutte ouvrière exprimeront au moins qu'une partie, fut-elle petite, de l'électorat ouvrier ne fait pas confiance aux bulletins de vote pour changer son sort" (LO du 25 mai).

Pour dire à la bourgeoisie qu'on "ne fait pas confiance au bulletin de vote" pour changer le monde, il faut... glisser un bulletin de vote dans l'urne ! On reconnaît bien là le double langage de LO qui nous dit d'un côté que voter ne sert à rien pour mieux nous appeler dans la même phrase à faire notre devoir de citoyen. Que l'on ne s'y trompe pas, tout ceci est on ne peut plus logique... du moins pour une organisation qui défend (tous compte fait et sous couvert de radicalisme révolutionnaire) les intérêts du capital, en invitant la classe ouvrière à exprimer sa colère à travers un moyen purement bourgeois et totalement dénué de la moindre efficacité pour remettre en cause l'ordre établi.

C'est à chaque élection que les trotskistes se prêtent à ces petits jeux. A chaque élection, ils font la promotion de la démocratie, cette mystification selon laquelle le "peuple" exercerait le pouvoir politique. Mais le seul pouvoir auquel la classe ouvrière puisse prétendre, c'est celui qu'elle prendra par ses luttes après avoir détruit tout l'appareil démocratique qui sert aujourd'hui à la bourgeoisie pour exercer sa dictature et maintenir le règne de l'exploitation.

GD (24 mai)