Révoltes en Thaïlande : Un suicide collectif qui illustre la décomposition du capitalisme

See also :

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Fin avril dernier, en Thaïlande, des affrontements ont opposé les forces de sécurité du pays à des groupes de jeunes musulmans armés qui ont lancé des attaques contre des postes de police dans trois provinces du pays. Ces affrontements violents se sont soldés par la mort de tous les assaillants armés de quelques fusils, de machettes et d'épées, armes pour le moins rudimentaires face à tout l'arsenal des forces de l'ordre étatique ! Celles-ci n'ont pas fait de quartier : lorsque certains des assaillants se sont retranchés dans une mosquée, l'armée a donné l'assaut et les a tous liquidés. Au total, 107 morts chez ces jeunes musulmans : pas de survivant.


Même si la situation internationale et la guerre impérialiste en Irak restent la toile de fond pour comprendre la radicalisation de nombreuses fractions islamistes ou terroristes comme l'organisation indonésienne Jemaah Islamiyah, à l'origine supposée de l'attentat de Bali, il n'y a ici aucune "logistique" terroriste chez ces jeunes fanatisés, aucun plan machiavélique préconçu pour tuer un maximum de civils, aucune préparation ou structure de type militaire, comme ce fut le cas à Madrid dernièrement ou en septembre 2001 à New-York. Cette révolte ressemble beaucoup plus à un suicide collectif qu'à une opération commando destinée à infliger le plus de dégâts possibles à l'adversaire désigné.

Pour la bourgeoisie thaïlandaise elle-même, les objectifs et les instigateurs de la révolte restent mystérieux : de terroristes islamistes séparatistes supposés, le gouvernement est passé à l'accusation de "trafiquants d'armes", de "simples bandits" à la solde de politiciens véreux.
Ainsi, pour d'autres spécialistes bourgeois, "ces événements s'expliquent entièrement par des paramètres locaux" (Libération du 28 avril). Sans nier ces paramètres locaux de minorités musulmanes au sein d'une population thaïe majoritairement bouddhiste au Sud du pays, il n'y a pas vraiment besoin de remonter à la fin du XVIIe siècle pour chercher les racines culturelles ou religieuses de cette révolte, que ce soit ici ou ailleurs dans le monde. Derrière tous les sentiments nationalistes, religieux, communautaires, on trouve souvent une population en proie à une misère permanente. Cette misère s'est accentuée au fil de l'aggravation de la crise économique, en Thaïlande comme ailleurs. D'autant plus dans des provinces excentrées, délaissées le plus souvent par l'Etat, réprimées régulièrement par la dictature militaire dès que s'exprimait le moindre souffle de révolte. C'est encore le cas aujourd'hui sous le règne de la démocratie. Pour fuir cette misère, beaucoup tentèrent d'émigrer vers la Malaisie, pays plus "prospère". Les traitements n'y furent pas meilleurs.
Depuis quelques années, la situation n'a fait que s'aggraver. Après l'effondrement du mythe de l'économie florissante des "dragons asiatiques" comme la Thaïlande et la Corée en 1997, des pans entiers de la population sont à l'abandon, avec comme seule perspective soit de se prostituer dès le plus jeune âge dans les zones urbaines du pays ou sur les sites touristiques où se concentrent le "marché" du tourisme sexuel, soit survivre de trafics divers, enrôlés par les diverses cliques mafieuses ou fondamentalistes.
Ces révoltes sont des révoltes sans perspective qui illustrent tout le degré de désespoir de ces jeunes. Elles illustrent surtout la décomposition grandissante de la société capitaliste.
Ce que montre cette révolte en Thaïlande, c'est que le degré de décomposition et d'incohérence de ce monde devient tel que, pour des secteurs entiers d'une population exclue, déclassée ou laissée à l'abandon, penser à une autre perspective de vie apparaît comme une illusion : seule la mort apparaît réaliste et libératrice.
Cette décomposition spectaculaire est aussi marquée en Cisjordanie ou à Gaza où ce sont des files entières de jeunes musulmans qui font la queue pour s'enrôler comme candidats au "martyr" pour le Hamas ou le Hezbollah. De jeunes candidats à l'attentat-suicide ont souvent exprimé le fait qu'ils n'avaient pas peur de mourir puisqu'ils étaient déjà morts !
Au fond, le désespoir et la misère sociale sont les mêmes. Par contre, au Moyen-Orient, la logistique et la manipulation guerrière, impérialiste sont d'un autre niveau : la bourgeoisie palestinienne et ses diverses fractions utilisent à leurs propres fins impérialistes cette chair à canon désespérée qui n'a plus d'autre envie que de mourir "pour la cause". La bourgeoisie sait se servir de ce désespoir, comme au Moyen-Orient, et cherche en permanence à l'utiliser pour mener sa guerre inter-impérialiste.
Mais, en l'occurrence, le désespoir de ces jeunes musulmans thaïlandais est devenu tel qu'il échappe même au contrôle et à l'utilisation, pour des fins politiques ou militaires, de telle ou telle fraction de la bourgeoisie, qu'elle soit islamiste, séparatiste ou démocratique. Voilà la conséquence ultime de ce monde en putréfaction qui n'offre plus de perspective viable ni même d'illusion alternative dans le cadre de son système. Et cela n'est pas cantonné aux seuls pays du "tiers-monde". Déjà, cette irrationalité s'exprime à des degrés divers dans tous les aspects de la vie sociale, politique et économique du monde capitaliste.
Sans le renouveau de la lutte prolétarienne sur un terrain de classe à l'échelle internationale, sans l'affirmation de sa perspective révolutionnaire pour elle-même et en définitive pour l'ensemble de l'humanité, la pourriture du monde capitaliste, sa décomposition sur pied ne peut que continuer à apporter la mort et l'enfoncement dans une barbarie sans limite.

So.