L'aide "humanitaire" : un prétexte pour masquer les visées impérialistes

See also :

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

 Face à la tragédie de Bam, l'Etat iranien a lancé un appel au niveau international et c'est au nom de la soi-disant solidarité humaine que les grandes puissances de ce monde ont envoyé des équipes de secouristes.

Comme le soulignent plusieurs membres des ONG (organisations non gouvernementales), on a assisté à une véritable ruée des secours internationaux dont les équipes ont joué des coudes pour s'imposer sur le terrain. Leur manque de coordination est venu ajouter un peu plus de pagaille aux secours locaux. On a vu ainsi lors des journaux télévisés, la France, la Russie, l'Angleterre faire une publicité indécente pour leurs équipes de secouristes et leurs chiens renifleurs. Cette tragédie a même été l'occasion de grandes retrouvailles entre les Etats-Unis et l'Iran. Quoi qu'en disent les médias, l'envoi de secouristes américains est le prétexte "humanitaire" qui sert cyniquement de masque à la bourgeoisie américaine, comme aux autres puissances, pour travestir leurs visées impérialistes. Effectivement les discours des Etats-Unis sur l'aspect strictement humanitaire de leur aide est un pur mensonge. Le tremblement de terre est une aubaine pour les autorités américaines qui ont tout intérêt à se rapprocher de l'Iran qui a une grande influence sur la communauté chiite d'Irak (qui pose des difficultés aux Américains). Quant aux Iraniens, ils espèrent que les Etats-Unis vont mettre au pas leur ennemi héréditaire, l'opposition armée des moudjahidin. Non seulement le séisme est utilisé comme couverture des appétits et stratégies diplomatiques des grandes puissances, mais le show médiatique de l'aide humanitaire aura été de courte durée. Trois semaines seulement après la catastrophe, les différentes équipes de secours sont reparties aussi vite qu'elles étaient venues. Les rescapés, eux, n'ont qu'à se débrouiller ! Ils vont devoir maintenant survivre dans ce champ de ruines en ne comptant que sur eux-mêmes, pendant que les gouvernements continuent en coulisse leurs tractations et leurs sordides marchandages.