Une Brochure anonyme - Quand les voleurs font dans la contrefaçon

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Sur les marchés de Noël qui prolifèrent en ce moment, les contrefaçons occupent une place de plus en plus importante. Grâce aux vendeurs à la sauvette, c'est l'heure de gloire du sac Vuitton à l'espérance de vie inférieure à celle d'un sac poubelle et de la chemise Lacoste dont le crocodile proclame son indépendance au bout de deux lavages. Il faut dire que c'est bien pratique quand les convenances commandent de faire un cadeau à une belle-mère particulièrement envahissante et à un cousin détesté depuis l'enfance : ni l'un ni l'autre n'osera protester quand il découvrira la triste réalité de son prestigieux présent.

La prétendue "Fraction interne du CCI" (FICCI) a décidé de prendre sa place sur le marché de la contrefaçon en espérant elle aussi écouler en douce sa camelote frelatée. Depuis quelque temps, elle a mis en vente une brochure intitulée "La Ligue Communiste et la Fraction de Gauche (Treint-Marc) (1930-1932)" avec comme sous-titre "Tâches et fonctions d'une fraction communiste". Que la FICCI ait envie de se donner des airs "sérieux" en publiant des documents à vocation historique, on le comprend aisément : cela lui permet d'essayer de faire oublier ses exploits dans le domaine du vol et du mouchardage (1). Mais pour ce faire, une nouvelle fois, elle ne peut s'empêcher d'étaler sa malhonnêteté : la brochure en question se présente comme une contrefaçon de la brochure du CCI La Gauche communiste de France. Tout y est : les couleurs et le style de la couverture, le surtitre "Contribution à une histoire du mouvement révolutionnaire", la présence des positions de base du CCI au verso. D'ailleurs, la préface de cet ouvrage mémorable n'hésite pas à le présenter comme un complément à notre brochure. Ce n'est pas la première fois que la FICCI nous gratifie de ce genre d'exploit : n'avait-elle pas déjà publié une autre brochure intitulée "La dégénérescence de l'IC : le cas du Parti communiste français (1924-1927)" qui essayait de démontrer que le CCI avait repris à l'égard de la FICCI les mêmes méthodes que les staliniens contre les courants de gauche ? Cette brochure déjà avait les couleurs et les apparences de celle du CCI, mais sa couverture disait clairement qu'elle était publiée par la FICCI. Rien de tout cela dans la dernière brochure ,à tel point que le lecteur peu avisé pourrait croire que c'est effectivement un complément à la nôtre (2).

C'est pour cela que nous mettons en garde nos lecteurs contre cette brochure : ils risquent de se faire arnaquer de 6 euros (ce qui est un prix ahurissant au vu de son épaisseur et de la qualité minable de sa présentation). Même si c'est pour l'offrir au cousin détesté, ce n'est pas la peine de faire une telle dépense (3).

Carmen (18 décembre)

1 Voir notamment nos articles dans RI 323, 330 et 338.

2 La seule indication d'auteur est le nom bien célèbre de "Michel Olivier" qui vient signer un petit texte au verso, juste au dessus de nos positions de base. Il y avait à la télévision, dans le passé, le chef cuisinier Michel Oliver. Faut-il croire que pour sa sale petite cuisine la FICCI a aussi besoin des recettes d'un maître -queux ? En tout cas, même si Michel Olivier se prend pour un historien, ses recettes sont loin d'avoir leur place dans les marmites de l'avenir (suivant l'expression de Marx).

3 Cela dit, si le prix de 6 euros (plus 1,5 euro de frais de port) est exorbitant pour une brochure de ce type, il pourrait se justifier pour un livre de recettes à offrir à une belle-mère casse-pieds.

See also :