L’utopie ne mène pas à la lutte, la recherche de la vérité offre une perspective

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail
 
 
 

Ces dernières années, de plus en plus nombreuses sont les voix qui s’élèvent pour mettre en avant des revendications encore plus radicales et rechercher une solution pour une transformation plus fondamentale de la société. Les mouvements de lutte de ces dernières années (Occupy, Indignés, etc.) ont mis en évidence que des revendications partielles en tant que telles, des revendications sur des terrains particuliers de la société, bien qu’elles peuvent constituer un point de départ pour la lutte, sans suite et sans extension dans et par la lutte, se brisent tôt ou tard. Un texte signé Sander du KSU (1), tente de formuler une réponse à cette question.

Viser les réformes semble, à première vue, plus réaliste, mais il vaut la peine de lutter pour une société qui est entièrement comme tu l’imagines. En revendiquant des réformes, on risque d’affaiblir la lutte une fois que les revendications ont été satisfaites. (…) Des causes sous-jacentes (…) sont faciles à reprendre à leur compte par des parties modérées qui ensuite récupèrent la résistance. Quand par contre, on lutte pour une toute autre société (…) alors il est possible sur cette base de davantage développer, parce que le but final dès le début est une société totalement différente et ainsi on peut continuer vers ce qu’on vise véritablement” ().

Et Sander n’est pas le seul qui constate que poser des “revendications réalistes” ne favorise pas le combat. D’autres voix également font un plaidoyer pour radicaliser les revendications :

Celui qui soumet l’art aux lois du marché, après tout, abolit la promesse sur l’avenir. Car du véritable art est hors normes, un sens du possible et de l’imagination et c’est là que le changement commence. Aussi l’artiste et les amoureux de la culture doivent, en ce qui concerne la gestion de la culture, oser réfléchir sur un changement radical” ().

Les dernières années m’ont appris que beaucoup de gens entre temps savent qu’un changement radical est inévitable. Les crises sociales, écologiques et économiques ne peuvent pas être résolues par un ‘business as usual’. Les conceptions existantes ont mené vers les crises et ne peuvent être employées pour les résoudre” ().

Mais comment mettre en avant des revendications encore plus radicales si on a déjà lutté pour l’abolition du capitalisme ? Quelque part désorientés, mais non découragés et battus, les camarades combatifs du KSU se retirent pour soigner leurs blessures et tirer les leçons, à la recherche d’une autre façon d’enfoncer une plus grande brèche dans le mur de l’État capitaliste. Plusieurs articles sont parus sur le site web du KSU, qui essayent de donner un élan à un nouveau concept stratégique pour la lutte à venir.

Toutes sortes de groupes, surtout anarchistes, ont depuis des années pris ces mêmes chemins battus. Le KSU est un des rares groupes dans le milieu politique qui montre encore une vraie vie et garde la capacité de prendre un autre chemin, dans une tentative de sortir de l’impasse dans laquelle il est arrivé, en partie suite à son propre activisme. C’est un regroupement qui existe depuis plusieurs années mais qui n’est pas un groupe d’action classique. Même si rien n’indique que de nombreuses discussions ont lieu au sein du groupe, les participants sont néanmoins intéressés par la théorie. Régulièrement des textes sont publiés, surtout des reprises, qui approfondissent l’un ou l’autre thème.

Le groupe est assez hétérogène, n’a pas de concept idéologique fixe (anarchiste, situationniste, moderniste, etc.)et développe surtout des activités dans le cadre de l’enseignement supérieur et de la science. Même si le noyau est resté pratiquement le même depuis plusieurs années, le groupe attire encore régulièrement des nouveaux, jeunes gens qui, avec des nouvelles idées, ravivent le groupe. Récemment encore par la publication de quelques contributions sur une stratégie utopique, qui pourrait éventuellement redonner une perspective à la lutte anticapitaliste :

Prenons par exemple l’article titré : “Ecotopia”, dans lequel on tend à présenter une alternative utopique d’une société où la nature est au centre, face à la dérive d’une croissance continue et de la consommation infinie, produits logiques du mode de production capitaliste ;

Un deuxième article sur le site, intitulé : “Réalité au-dessus des rêves et de l’imagination ?”, écrit : “les rêves sur un meilleur monde. Irréaliste ! pas pratique ! gaspillage de temps ! dangereux ! Nous avons oublié la valeur de l’idéalisme” ;

Dans un troisième article sur le site du KSU, nommé : “La pensée non pratique comme solution pratique, on lit : “… des autres font immédiatement le choix du but ultime et avancent des revendications utopiques (…) en élargissant le but, plus nombreux seront ceux qui peuvent s’y retrouver (…) cela parait utopique, mais c’est peut-être le façon la plus pratique de s’y prendre”.

Que ces trois articles cités expriment non seulement les besoins d’un groupe quelconque mais répondent aussi à un besoin plus large parmi les couches non exploiteuses, est confirmé par le fait qu’au cours de l’année passée, plusieurs livres sont parus sur le thème de l’utopie :

La nouvelle coopération entre la réalité et l’utopie (Walter Lotens) ;

De la crise vers l’utopie réalisable (Jan Bossuy) ;

La nouvelle démocratie et autres formes de politique (Willem Schinkel).

S’y ajoutent d’autres initiatives :

Konfrontatie a consacré un numéro de sa revue pour une grande partie à la question de l’utopie ;

– une série de trois émissions de radio, il y a un an, traitait de l’idée utopiste ;

– dernièrement, a eu lieu une discussion de forum à Leiden sur le même sujet.

L’anticapitalisme donc, ne suffit pas. Cela entre-temps, les camarades du KSU l’ont probablement également bien compris. Cela avait, en passant, déjà été souligné lors d’une contribution précédente sur le site du KSU . Il doit y avoir également une perspective, une perspective réelle d’une autre société. Celle-ci représente un autre avenir, constitue une attirance qui peut donner une orientation et une inspiration à la lutte actuelle. Selon Willem Schinkel, on aurait justement besoin de plus d’imagination utopique, car cela constitue un moyen de dépasser la “politique d’une simple gestion des problèmes”.

Afin de dépasser la nature purement anticapitaliste de la lutte, certains soulignent l’importance des rêves. Parce que la pensée utopique est l’art de rêver d’une alternative. Pour transcender notre réalité, nous devons en effet apprendre à regarder au-delà de l’horizon du capitalisme et donner un contenu à une vision d’un monde alternatif et meilleur. Pour donner une forme dans nos têtes à un tel avenir, nous avons besoin de nous inscrire à un certain idéal, même s’il reste fondé sur une base matérielle. Libéré de la nécessité de rechercher une solution pratique à la misère quotidienne du capitalisme, un espace est libéré pour créer dans nos pensées une représentation idéale.

“L’imagination au pouvoir !”, a été le célèbre slogan de la révolte de mai 1968. Non pas que l’imagination suffise pour réaliser une autre société. Mais l’imagination peut avoir une fonction importante. “Nous devons à nouveau oser rêver. Parce que les rêves d’un monde meilleur signifient une réflexion critique sur le monde actuel. Car si on réfléchit à des choses qui semblent impossibles, on est en mesure de penser en dehors du cadre, peu importe que notre idée soit oui ou non “réaliste”” (“Réalité au-delà des rêves et de l’imagination ?”)

Le volet culturel de la lutte contre le capitalisme

La lutte contre le capitalisme se compose de trois éléments :

– la lutte contre les attaques sur nos conditions matérielles de vie : notre revenu et sur l’éducation, sur la santé... ;

– la lutte pour le pouvoir politique : le remplacement du système de la propriété privée par la propriété collective ;

– la lutte contre l’aliénation, contre le rétrécissement de la conscience, contre l’abrutissement par un mode de vie comme une machine, comme des aspects importants du volet culturel de la lutte.

Ce troisième volet culturel de la lutte se caractérise par des caractéristiques fondamentales de l’homme, telles que l’engagement moral (la voix de l’intérieur) et les sentiments artistiques (le sens de la beauté), mais aussi par des aspects tels que l’imagination, la créativité, l’intuition. “L’imagination a tout. Elle décide de la beauté, de la justice et du bonheur, qui signifient tout dans le monde” (Blaise Pascal). La lutte “pour le socialisme n’est pas seulement une question de pain et de beurre, mais un mouvement culturel...” (Rosa Luxemburg).

Dans les yeux de Henriette Roland Holst la lutte obtient toute son importance seulement quand la raison et l’intuition coulent conjointement. Il s’agissait pour elle “d’écouter la voix intérieure”, où “la véracité et l’empathie sont les deux principales puissances psychiques”. Selon Henriette Roland Holst, le monde n’est pas connu dans son intégralité que par la raison. L’intuition, le sentiment, la perception et leur synthèse dans l’imagination sont les autres composants indispensables (“Le communisme et la morale”).

En élargissant l’objectif, plus de gens se reconnaîtront dans le but (....) Cela parait utopique...”. En fait, dans la période actuelle, l’établissement d’une utopie dans le cadre de la lutte revendicative n’a jamais conduit à une forme de mobilisation générale des travailleurs, des étudiants, des chômeurs. La revendication “utopique” : un revenu de base pour tous, qui depuis plusieurs décennies est mise en avant par les gauchistes, mène à l’opposé de l’unification dans la lutte. La revendication comparable de “gratuité de l’enseignement”, qu’entre autre le KSU récemment avait mis en avant comme une revendication “utopique”, n’a pas fonctionné. C’est parce que l’“utopie” ne se définit pas au niveau de la lutte matérielle, mais est une expression typique de la lutte “spirituelle”.

Bien sûr, la lutte pour la défense des conditions matérielles de vie est et reste dans les circonstances actuelles, la première préoccupation dans la lutte de la classe. Parce que sans un minimum vital, la vie de toute façon n’est pas digne d’être vécue. Cependant la lutte contre le capitalisme et son idéologie étroite ne s’arrête pas là. Car la poursuite d’une véritable conscience, de la vérité, est motivée non seulement par des intérêts matériels, comme un revenu décent pour tous, mais aussi par l’idée d’une sorte d’“idéal”.

”Nous avons oublié la valeur de l’idéalisme.” Non ! Mais sans nous considérer comme des idéalistes, la valeur la plus élevée de la lutte pour une autre société finalement ne se trouve pas sur le plan matériel, mais sur le plan de la conscience, de la lutte spirituelle. Et nous ne pouvons l’utiliser que si nous comprenons que l’idée créative en constitue un élément indispensable. Dépasser dans la tête – la représentation idéale donc – des limites du système actuel n’est pas possible sans faire appel à l’inspiration de l’imagination. Des structures idéales dans nos esprits sont capables de faire monter à la surface une force intérieure profonde, qui peut fournir un stimulus majeur à la lutte.

Il doit être clair qu’il serait myope de nous limiter aux sources d’inspiration, développées par les utopistes socialistes ci-dessus et Kropotkine. Nous devons considérer dans un contexte plus large la valeur de l’imagination, la pensée créative qui tout au long de l’histoire de l’humanité a toujours été une force majeure dans son progrès. En effet, les gens vivent également dans un monde d’idées et d’idéaux, dont la poursuite à certains moments peut être plus puissante que l’instinct de préserver le niveau des conditions matérielles immédiates. Ainsi, les révolutionnaires sociaux-démocrates en 1905, lors de la montée révolutionnaire en Russie, par exemple, ont été “surpris, rattrapés et dépassés par la turbulence du mouvement, ses nouvelles formes d’apparence, son imagination créatrice...”.

Un exemple d’un effort, conduit par l’imagination et l’inspiration, est la vie de Léon Tolstoï. La source de sa force venait des profondeurs de sa grande personnalité qui lui a donné le courage de rechercher sans préjudice la vérité. Comme a écrit Rosa Luxemburg dans le Leipziger Volkszeitung (1908) “tout au long de sa vie et de son œuvre, c’était en même temps une contemplation agitée de la vérité dans la vie humaine”. Il était un chercheur et un combattant, mais était loin d’être un socialiste révolutionnaire. “Avec son art, il a embrassé toute la passion humaine, toutes les faiblesses et les humeurs” qui lui ont permis, jusqu’à son dernier souffle, de lutter pour faire face aux problèmes sociaux les yeux ouverts.

Zyart, 15 janvier 2014

() Sander van Lanen ; KSU.

() L’imagination au pouvoir ! Egalement dans le domaine de la gestion de la culture ; 20-09-2013, DeWereldMorgen.

() Martijn Jeroen van der Linden, économe d’entreprise, Hoogeveen.