LE CAPITALISME D’ÉTAT ET LA LOI DE LA VALEUR

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

LA TENDANCE GENERALE AU CAPITALISME D'ETAT

La nature capitaliste des ‘états ouvriers’.

L’analyse théorique qui reconnaît que le stade de développement du capitalisme décrit par Lénine dans l’"Impérialisme" (stade des trusts et des cartels, du capitalisme monopoliste) n’est pas le stade suprême de ce mode de production, se situe parmi les contributions théoriques les plus importantes des groupes ultra-gauche.

  • "Depuis 1917, le capitalisme est entré dans une nouvelle phase, sa phase de décadence. De profonds changements de structure, politiques et économiques ont eu lieu, et de ce fait, le prolétariat se heurte à de nouveaux problèmes et de nouvelles conditions dans sa lutte révolutionnaire.
    Ces problèmes historiques nouveaux étaient nécessairement inconnus de Marx et des théoriciens marxistes du passé.
    C’est en essayant de comprendre les conditions de cette nouvelle période que les révolutionnaires peuvent intervenir de façon efficace en aidant le prolétariat à prendre • conscience de sa tâche historique : l’ émancipation de l’ humanité."
    (Marc- "Salut à Socialisme et Barbarie’ Internationalisme –page 43- Juillet 49)

Ces changements économiques et politiques structurels du système capitaliste (qui déterminent la période de crise permanente et de guerres mondiales impérialistes) constituent la transition du capitalisme monopoliste vers le capitalisme d’Etat; les nationalisations des moyens de production, la planification étatique centralisée, l’absorption progressive de la société civile par l’Etat, le stalinisme etc... doivent être situés dans la trajectoire historique du développement capitaliste.

Les léninistes ont chanté les louanges de la Russie stalinienne en la qualifiant de "patrie du socialisme"; la IVe Internationale voyait dans l’URSS un "état ouvrier dégénéré", avec "un appareil d’Etat fascisant, un système de distribution bourgeois, et un système de production 'socialiste" (sic). A l’opposé de ces conceptions, qui défendaient inconditionnellement l’URSS, les groupes d’ultra-gauche mettaient en avant la nature capitaliste de la formation économique russe.

  • "Le mode de production capitaliste s’est historiquement développé sur la base de la propriété individuelle des moyens de production. La Révolution Russe a démontré que sous certaines conditions, le mode de production capitaliste peut continuer a exister, bien que les propriétaires individuels soient éliminés et remplacés par un appareil collectif d’exploitation, dans lequel personne ne peut dire: ce moyen de production particulier est ma propriété individuelle.
    Nier que la Russie soit un capitalisme d’Etat, c’est nier que le développement historique ait donné naissance à une nouvelle réalité. Il n’existe pas de terme exprimant plus clairement l’ordre économique établi en URSS, que celui de capitalisme d’Etat.
    Le mode de production est capitaliste, c’est à dire qu’à travers le salariat, il y a appropriation de plus-value, de profit. Cette appropriation est faite par l’appareil d’Etat qui contrôle les moyens de production et distribue la plus-value suivant les besoins du système; à savoir les nécessités d ‘une accumulation aussi rapide que possible, et la sauvegarde de l’appareil par l’accroissement de son pouvoir et de son "prestige".
    (International Council Correspondance Volume III -n°3 et 6- Juin 1937) 

Au moment où des Léninistes de toute sorte aidaient à mobiliser la classe ouvrière pour la boucherie de la 2ème guerre mondiale, sous les mots d’ordre de l’anti-fascisme, de résistance nationale, des quatre libertés, etc. l’aile radicale du mouvement ouvrier ne voyait pas de différence entre le ‘fascisme rouge’ et le ‘fascisme brun’ (Otto Rühle), entre les deux blocs rivaux impérialistes :

  • "En ce qui concerne le capitalisme, il n’existe pas de différence entre sa forme monopoliste-démocratique et sa forme étatique. En ce qui concerne les capitalistes, les Russes sont différents des Allemands, et ceux-ci des Américains. Un commissaire Russe parvient à sa position et la défend d’une façon différente de celle d’un propriétaire anglais. Les travaux Goering ont une histoire bien différente de celle de United Steel Trust. Cependant, quelles que soient les différences entre les divers propriétaires et contrôleurs du Capital, ils se comportent tous de la même manière."
    (Mattick -"Competition and Monopoly”-.New essays -Vol. VI n°3- 1943)

L’apparition du capitalisme d’Etat en URSS, ou les tendances explicites en cette direction en Allemagne Nazie, en Italie; en Turquie sous Kemal, au Japon sous Tojos... n’étaient pas pour l’ultra-gauche une aberration historique; le capitalisme d’Etat représentait une nouvelle phase du développement du Capital international.

Selon Paul Mattick, un des militants les plus cohérents du mouvement du Communisme des Conseils, le développement du Capitalisme d’Etat dans les sociétés capitalistes plus faibles et moins avancées donne un aperçu de l’avenir des métropoles capitalistes les plus avancées.

En l’absence de révolution prolétarienne, quel que soit le vainqueur de la 2ème guerre mondiale, la tendance vers le capitalisme d’Etat intégral continuerait à se manifester: "quel que soit le vainqueur sur le plan militaire, le monde continuera à aller du monopolisme vers le totalitarisme (capitalisme d’Etat), de la même façon qu’il est venu de la concurrence aux monopoles" (Mattick -Competition and Monopoly)

Les groupes d‘ultra-gauche avaient correctement saisi les tendances inhérentes au développement capitaliste. L’après-guerre a vu l’extension du capitalisme d’Etat (sur le modèle russe) à travers l’Europe de l’Est et les secteurs d’Extrême Orient (Mongolie, Corée du Nord). En 1949, le triomphe de Mao en Chine et la victoire de Ho Chi Minh en 54 au Nord-Viet ’Nam ont mené à une plus grande extension de ce système.

Secteur étatisé et secteur privé dans le capitalisme traditionnel.

En Europe Occidentale, dans les sociétés capitalistes fatiguées et affaiblies par la guerre, le secteur d’Etat s’est élargi: En Grande Bretagne, la Banque d’Angleterre, le charbon, le gaz naturel, l’électricité, le fer et l’acier, et les transports routiers ont été nationalisés[1]. En France, la Banque de France, les quatre banques commerciales les plus importantes, de grandes compagnies d’assurance, le charbon, le gaz naturel, l’électricité, de larges secteurs de l’industrie aéronautique, ainsi que la plus grande usine de voitures et de camions (Renault) ont subi le même sort. En France, une planification centrale fut inaugurée et dans les autres pays européens, le réseau contrôlé par l’Etat se développe considérablement.

En Italie, l’énorme secteur étatique né sous Mussolini (banque, crédit, fer, acier, armement, secteur mécano-électrique, production de wagons de chemins de fer et de locomotives, construction navale et industrie maritime) est demeuré intact, et a même été élargi dans les années suivantes: les téléphones et l’électricité ont été nationalisés, et des secteurs dynamiques tels que le pétrole, le gaz et la pétrochimie ont été développés sous contrôle étatique(ENI)

Au cours de la période même de prospérité relative qu’a connu le capitalisme occidental dans les années de 1’après-guerre, de nombreux projets nécessitant des investissements considérables n’ont pu être entrepris que par l’Etat.

En France par exemple, parallèlement à une participation étatique dans la plus grande compagnie pétrolière (CFP) une nouvelle compagnie appartenant exclusivement à l’Etat a été créée pour l’exploitation, le raffinage et la distribution de gaz et de pétrole, et pour le développement des secteurs pétrochimiques (ELF ERAP) ; l’expansion et la réorganisation du secteur étatique de l’industrie aérospatiale ont aussi été réalisées. (Sud-Aviation).

En Italie, des industries de pointe telles que les télécommunications, les ordinateurs et les systèmes automatiques sont développés par le capital d’Etat (STET) ; l’industrie aérospatiale se développe sur une base égalitaire ( 50$-50$ ) par le capital d’État (IRI) et le capital privé ( FIAT ) à travers la nouvelle compagnie Aeritalia; on peut ajouter' que dans son effort de nationalisation et réorganisation du secteur chimique, l’Etat (à travers IRI et ENI) est devenu 1’actionnaire le plus important de la deuxième compagnie italienne Montecatini-Edison.

Pour empêcher les secteurs-clés de leur économie nationale (électronique, secteur nucléaire, ordinateurs, pétrole, pétrochimie) de tomber sous le contrôle américain, les gouvernements français, italiens, britannique, et Ouest-Allemand ont imposé aux trusts privés une série de réorganisations et fusions en vue de créer des compagnies nationales viables et compétitives[2].

Il devient de plus en plus clair que la seule mesure efficace pour résister à la menace de domination américaine, est la fusion des capitaux privés et étatiques au sein d’un cadre de planification et de contrôle étatique.

La crise économique actuelle produit déjà une expansion plus étendue du secteur étatique en Europe occidentale: nationalisation de Rolls Royce et réorganisation de la construction navale en Grande Bretagne; la récente participation du capital d’Etat italien dans l’entreprise de très gros appareillages électrique (la plus grande d’Europe) Zanussi.

Les USA paraissent être la seule exception à cette tendance générale vers le capitalisme d’Etat. En effet, les secteurs étatiques développés pendant la deuxième guerre mondiale (et qui englobaient 20$ de la capacité productive nationale) ont été démantelés à la fin de celle- ci et ‘vendus’ aux entreprises privées. Cependant, la stabilisation de l’économie américaine et le niveau de Keynésianisme (Interventionnisme économique de l’Etat) institutionnalisé n’ont été qu’une interruption de cette tendance; interruption résultant de la domination quasi totale du marché mondial par les USA à travers la défaite et l’épuisement temporaire de ses rivaux impérialistes.

Avec la stagnation du capitalisme américain et la perspective de crise économique mondiale, il devient clair que la tendance irréversible (que le capitalisme américain lui-même ne pourra pas contrecarrer) est celle qui mène à une économie contrôlée et à une fusion entre capital privé et capital étatique.

Un indice de nationalisation au moins partielle du crédit, nous est fourni par la récente ‘garantie fédérale de prêt concédée à Lockheed au bord de la faillite. Au moment de l’affaire Lockheed, l’été dernier, le président de la Bank of America, Chauncy J. Medberry déclarait que aucun "programme de l’ampleur du L-1011 (avion) de Lockheed, qu’il soit commercial ou de défense, ne serait plus financé exclusivement par du capital prive." Il énonçait ainsi les besoins de participation directe du capital d’Etat dans les futures gros investissements.

Le système récent de contrôle des prix et des salaires a accéléré ce mouvement vers une économie contrôlée -stade préparatoire du capitalisme d’Etat- et nous pouvons nous attendre dans les mois prochains à d’autres mesures dans ce sens.

Mais, c’est surtout dans le tiers monde sous l’impact de dizaines d’années de stagnation et de crises, que la transition vers le capitalisme d’Etat se développe plus rapidement.

Selon la résolution sur la politique industrielle adoptée en Inde en 1956 les industries suivantes devaient passer sous "la responsabilité exclusive de l’État": munitions, énergie atomique, fer et acier, équipement électrique lourd, charbon, pétrole, chemin de fer, mines, aéronautique, transports, construction navale, électricité. Parallèlement, l’aluminium, les machines-outils, les alliages ferreux, la chimie lourde, les fertilisateurs, le caoutchouc synthétique, les transports routiers et maritimes devaient: "progressivement devenir propriété étatique" et la responsabilité de nouvelles initiatives dans ce secteur serait prioritairement étatique. Le gouvernement permettait à d’importants trusts d’opérer dans ces secteurs mais sous son contrôle et sa réglementation. En outre, les banques, le crédit et les assurances ont été nationalisés.

La junte militaire qui gouverne le Pérou depuis octobre 68 a entrepris -une réorganisation complète des bases du capitalisme péruvien. L’Etat a déjà acquis le contrôle de 50% du capital bancaire; il a créé un holding (COFIDE, corporation de développement financier) destiné à fournir des crédits à long terme aux entreprises publiques et privées s’engageant dans des projets à échelle importante. Les secteurs pétroliers et minéraux sont contrôlés par des entreprises d’Etat (PETROPEROU et MINEPEROU). L’exploitation directe des gisements de pétrole et des mines, l’établissement des raffineries, la commercialisation des produits finis ainsi que les accords -quand nécessaire- en vue participation du capital étranger dans ces secteurs, toutes ces attributions tombent sous la responsabilité des entreprises d’Etat. Celui-ci a en outre l’intention de devenir propriétaire et -de contrôler les "industries de base", fer et acier, chimie lourde et pétrochimie.

Les modalités de développement du capitalisme d’Etat sont aussi diverses que les idéologies qui masquent cette réorganisation du capital: socialisme démocratique (Inde), marxisme-léninisme (Cuba), communautarisme (Pérou), socialisme arabe (Egypte) Unité populaire (Chili).

Aussi différents soient-ils, ces systèmes représentent des étapes dans le mouvement vers un capitalisme d‘Etat intégral.


 

CRITIQUE DES THESES DE PAUL MATTICK

Le capitalisme d'Etat, un nouveau système ?

Les groupes d’ultra-gauche ont compris depuis longtemps que la survie du capitalisme dans la période de crise permanente, requiert l’expropriation progressive du capitalisme monopoliste, la destruction des trusts privés et des cartels, et une réorganisation économique sous contrôle étatique. Derrière les façades des idéologies "marxistes-léninistes" et populistes, ils ont vu une exploitation plus intensive du travail salarié, menée à bien par la militarisation, le stakhanovisme, les salaires basés sur la productivité, l’intégration totale des syndicats dans l’appareil d’Etat etc.

Pour comprendre ces développements historiques nouveaux, il est néanmoins nécessaire de posséder une analyse scientifique des lois fondamentales de développement de société de capitalisme d’Etat.

Il est clair que des différences importantes entre le capitalisme d’Etat et le capitalisme privé existent tant au niveau des structures qu’au niveau de l’organisation, mais:

  • "Ces différences sont-elles suffisamment importantes pour justifier la thèse qui veut que le vieux système socio-économique a été remplacé par un système nouveau FONDAMENTALEMENT DIFFERENT? Ce nouveau système se trouve-t-il alors soumis aux mêmes lois de développement et aux contradictions du capitalisme? "
    ("How new is the ‘NEW ORDER’ of Fascism?” Mattick, Partisan Review 1941)

En 1941, dans le contexte de son analyse de l’économie nazie allemande, Mattick arrivait à la conclusion que les systèmes basés sur la propriété d’Etat et contrôlés par celui-ci étaient soumis aux mêmes lois et en proie aux mêmes contradictions fondamentales que les formes antérieures du capitalisme.

  • "L’ensemble du marché capitaliste -à 1’exception des relations de marché entre capital et travail- peut disparaître sans affecter la forme de production capitaliste. La relation de marché entre capital et travail est l’unique relation capitaliste EN SOI. Sans son abolition le mode de production historiquement développé et qui est appelé capitalisme, ne peut pas disparaître."
    (Mattick "How new..." page 300)

Le capitalisme d'Etat échappe-t-il à la loi de la valeur ?

Dans ses articles plus récents et plus particulièrement dans son livre "MARX ET KEINES"[3] dont les trois derniers chapitres traitent DU CAPITALISME d’Etat) Mattick nous fournit une analyse bien différente quant à la structure et à l’organisation des sociétés de capitalisme d’Etat.

Mattick fonde son analyse sur deux prémisses de base (qui ont notre accord) :

  • -Alors que la distribution du travail est déterminée, dans tout type de société par les "économies de temps", "le type de régulation de la production amenée par la loi de la valeur... est spécifiquement capitaliste".
  • -Le capitalisme d’Etat est un système basé sur l’exploitation de la classe ouvrière, sur la séparation des travailleurs d’avec leurs moyens de production.

Il subsiste toutefois une question fondamentale: ces systèmes d’exploitation basés sur la propriété d’Etat sont-ils ‘régulés’ par la loi de la valeur, c’est à dire sont-ils des systèmes de production capitalistes ?

Mattick commence son analyse en mettant en avant les similitudes entre capitalisme privé et capitalisme d’Etat.

  • "Tous les systèmes capitalistes d’Etat s’apparentent à l’économie de marché du fait que les rapports capital-travail s’y trouvent perpétués... Formellement, il n’y a pas grande différence de l’un à l’autre système, si ce n’est, dans le cas de l’étatisation, un contrôle plus centralisé du surproduit."
    (‘Marx et Keynes’, p. 347 et 348)

En effet, "le capitalisme d’Etat continue d’être un système générateur de plus-value" (ibid. page 348). Toutefois, par la suite, Mattick affirme que la société capitaliste d’Etat n’est pas "régie" par la loi de la valeur, pas plus que ses relations économiques ne sont mises en ordre sur la base de cette loi". (Ibid., page 387)

Pour Mattick, là où il n ‘y a pas de propriété privée du capital, là où la production est planifiée centralement, là où les salaires et les prix sont contrôlés directement par l’Etat et même fixés par lui, là où capital et travail sont alloués en dehors des relations de marché, la loi de la valeur cesse de fonctionner.

Cependant, les caractéristiques propres au mode de production capitaliste - Double caractère du travail (travail concret et travail abstrait);double caractère de la marchandise (valeur d’usage et valeur d’échange); force de travail considérée comme marchandise; plus-value, travail non payé -ces caractéristiques qui déterminent les lois de développement du capitalisme, n’existent que dans une formation socio-économique dont le mécanisme régulateur est la loi de la valeur.

Le capitalisme d'Etat, système éc​happant aux crises ?

En plus du fait qu’on ne peut pas parler de plus-value là où la production de valeurs a cessé d’exister, les contradictions fondamentales et insolubles de la société capitaliste doivent disparaître avec la disparition de la production basée sur la loi de la valeur, puisque c’est cette dernière qui les a engendrées.

Si la production est "réglée consciemment, alors les crises de surproduction n’existent plus; si les biens ne sont plus des marchandises destinées à être échangées à travers le marché, alors, le problème de la réalisation cesse de se poser.

En ce qui concerne la baisse tendancielle du taux de profit,-considérée par Mattick comme la contradiction fondamentale du capitalisme et la source de ses crises- elle aussi cesse d’être un facteur opératoire:

  • "Le capitalisme d’Etat ignore la contradiction entre production rentable et production non rentable dont souffre le système rival ... Le capitalisme d’Etat peut produire de manière rentable ou non sans tomber dans la stagnation."
    ("Marx et Keynes" page 350)

En raisonnant de la sorte, Mattick a rejeté la base matérielle de la révolution prolétarienne. Le communisme est le résultat de l’impossibilité économique de poursuivre l’accumulation du capital sur une échelle élargie; les crises économiques sont la principale manifestation de cet essoufflement du processus d’accumulation. Ceci n’est pas dire que les crises engendrent automatiquement une révolution socialiste, car le prolétariat doit prendre conscience de sa tache historique, il doit agir consciemment et se débarrasser du poids de l’idéologie bourgeoise.

Si ce processus n’a pas lieu, le monde sera condamné à une nouvelle orgie de guerres et de destruction. Cependant, la paupérisation croissante de la classe ouvrière, la crise permanente du capitalisme sont la base matérielle sur laquelle se développe la conscience de classe.

Là où il n’existe pas de crise économique, là où le système peut produire "sans être mené à la stagnation", le socialisme perd sa base de nécessité objective et devient simplement un espoir ou un rêve. La révolution prolétarienne en viendrait alors à dépendre de la puissance de persuasion de "l’idée", ou du programme que des intellectuels amèneraient à la classe. En ce sens, Mattick va du marxisme au socialisme utopique, du matérialisme à l’idéalisme.

Le capitalisme d ' Etat échappe-t-il à l'impérialisme ?

Selon Mattick, ce ne sont pas uniquement la loi de la valeur et les contradictions qui en découlent qui disparaissent dans le capitalisme d’Etat; "bases de l’impérialisme sont également absentes. Mattick a toujours soutenu que l’impérialisme est un produit inévitable" du mode de production capitaliste; sa base étant la recherche d’un taux de profit plus élevé dans les colonies (à travers l’exploitation des capitaux) pour contrecarrer la tendance à la baisse dans la métropole. Toutefois, il est clair que cette inévitabilité de l’impérialisme est spécifique seulement aux sociétés où la loi de la valeur joue, et ainsi elle est exclue dans la conception du capitalisme d’Etat chez Mattick.

Celui-ci évoque pour l’époque actuelle, une seconde cause de l’inévitabilité de l’impérialisme :

  • "Il a pour objet non seulement de faire triompher les intérêts de groupes capitalistes organisés sur le plan national, mais encore de défendre ici et d’anéantir là- bas des structures sociales différentes."
    ("Marx et Keynes", page 324)

Pour Mattick, le capitalisme privé doit lutter contre la montée du capitalisme d’Etat, celui-ci constituant, un système différent et rival. Le capital privé "ne saurait tolérer l’expansion d’un système social différent du sien... Il lit dans la disparition du capital privé à l’étranger l’annonce de son éventuelle atrophie en Amérique". (Ibid, page 323)

Capitalisme d’Etat ou "Socialisme d'Etat" ?

Pour Mattick, cette explication aussi n’a d’application que pour le capital privé. Il argumente qu’à "côté du marché mondial dominé par les U.S.A" (cette partie du globe où domine l’impérialisme, et le colonialisme delà sphère du capitalisme privé) "il existe une espèce de second marché mondial dans lequel l’exploitation des pays sous-développés par les pays plus avancés est restreinte ou absente". ("The United States in South East Asia”, International Socialist Journal, Parag 14, page 134, Paul Mattick.)
Ce second marché mondial est composé du bloc de l’est, des sociétés de capitalisme d’Etat. Il semble que pour Mattick, le capitalisme d’Etat n’a besoin ni d’expansion ni d’impérialisme pour survivre. Ces sociétés n’auraient apparemment pas à exploiter ou piller les pays sous-développés.

A travers sa tentative pour distinguer le capitalisme d’Etat du capitalisme à ses débuts, il apparaît que pour Mattick. Les lois de développement, les mécanismes régulateurs ainsi que les tendances de développement ne sont pas les mêmes dans le capitalisme privé et le capitalisme d’Etat. Pour lui, ce dernier est un mode de production complètement différent, de celui que Marx analysait dans le ‘Capital’. Il le reconnaît quand il dit:

  • "Le capitalisme d’État n’est ni capitaliste au sens traditionnel, ni socialiste au sens de Marx.
    Du point de vue du capitalisme privé on peut le définir comme un socialisme d’Etat, du seul fait que le capital y est centralisé par l’État, mais du point de vue du socialisme prolétarien, il faut le définir comme un capitalisme d’Etat, puisqu’il perpétue la répartition capitaliste des conditions de production entre travailleurs et non-travailleurs. S’appliquant à des conditions identiques, les deux termes sont interchangeables."
    (‘Marx et Keynes’, page 383)

Si la division entre travailleurs et non travailleurs est la seule caractéristique capitaliste de ce système, nous faisons remarquer que cette caractéristique n’est PAS spécifique au mode de production capitaliste.

La propriété et le contrôle des moyens de production par les non-travailleurs, l’extraction d’un surplus caractérisent des sociétés aussi différentes que la Rome Antique, l’Europe Féodale, et l’Empire INCA. L’exploitation des masses travailleuses commence avec la dissolution du communisme primitif et non pas avec le mode de production instauré par la bourgeoisie.

Le caractère spécifique de l’exploitation capitaliste se manifeste lorsque le surplus devient plus-value, sous forme de marchandises.

Ainsi le terme de capitalisme d’Etat employé par Mattick est faux. Le capitalisme d’Etat ou socialisme d’Etat tels qu’ils sont décrits par Mattick sont des sociétés d’exploitation qui ressemblent étrangement à la description que faisaient Bruno Rizzi et Max Scatman du "collectivisme bureaucratique", théorie apparue à la veille de la seconde guerre mondiale.

La crise du capitalisme, la crise du mode de production capitaliste basé sur la loi de la valeur n’engendre plus l’alternative historique: socialisme ou barbarie mais plutôt l’alternative: Socialisme barbarie ou capitalisme d’Etat. Le prolétariat n’est plus le seul à pouvoir résoudre les contradictions du capitalisme à travers la destruction de l’Etat bourgeois et du mode de production capitaliste; pour Mattick, le capitalisme d’Etat représente aussi une résolution historique des contradictions du système.

Peut-être trouve-t-on ici la raison du pessimisme de cet auteur en ce qui concerne la révolution prolétarienne. Il a dit par exemple que "l’époque des révolutions est peut-être révolue", bien qu’il dise aussi "tout est possible, même une révolution prolétarienne".

En l’absence d’une analyse plus détaillée et complète, il nous est impossible de savoir si Mattick prévoit une époque de socialisme d’Etat universel à la suite de l’essoufflement du capitalisme; pour le moment, nous tirons comme conclusion que, poux lui, une intervention consciente du prolétariat sur la scène historique demeure seulement une possibilité. Nous sommes loin de la conclusion qu’il donne à une brochure de 1935,"L’inévitabilité du communisme."

"Mais prématurée ou trop mûre, la révolution -locomotive de l’histoire- et avec elle la société communiste, s’affirme nécessairement et est menée à bien par les travailleurs eux-mêmes. La marche antérieure de l’histoire a créé des conditions ne permettant pas d’autre issue, la solution est identique aux nécessités vitales de la majorité de l’humanité."

Un libre développement des forces productives ...

Les contradictions spécifiques auxquelles le système capitaliste est en proie et qui mènent à son effondrement, à la paupérisation absolue de la classe ouvrière sont les manifestations particulières de cette contradiction fondamentale qui crée la nécessité objective de révolution sociale dans n’importe quelle formation socio-économique.

  • "A un certain degré de leur développement, les forces productives matérielles de la société entrent en collision avec les rapports de production existants, ou avec les rapports de propriété au sein desquels elles s tétaient mues jusqu’alors et qui n’en sont que l’expression juridique. Hier encore formes de développement des forces productives, ces conditions se changent en lourdes entraves. Alors commence une ère de révolution sociale.’
    (K. Marx, Avant-propos à la ‘Critique de l’Economie politique’ Ed La Pléiade -Tome1- page 272)

Selon Marx, le ‘moteur’ du développement historique est le développement des forces productives de la société: c’est seulement lorsque ces forces ne peuvent plus se développer dans le cadre des rapports de production existants que la révolution est à l’ordre du jour.

Cependant, cette impossibilité d’un développement plus étendu des forces productives n’est pas le fait d’une mauvaise gestion de la société par la classe exploiteuse, mais est inhérente à l’organisation et à la structure du mode de production lui-même dans ses lois régulatrices.

Mattick argumente que le capitalisme d’Etat ou socialisme d’Etat n’est pas sujet aux contradictions des sociétés basées sur la loi de la valeur; il affirme que ce nouveau mode de production permet un plus grand développement des forces productives que sous le capitalisme privé.

  • "A la différence des économies occidentales de concurrence, les économies centralisées telles la Russie et ses satellites ne semblent pas craindre les conséquences de la cybernétique... En principe, ...la nature centralisée du capital russe permet une application plus large de la cybernétique aux processus économiques et sociaux que celle permise à l’Ouest. Et ceci à son tour permet une automation plus rapide parallèle à 1’augmentation générale de la productivité"
    (‘The Economies of Cybernation’, Mattick, New politics)

Sous le capitalisme d’Etat, "le rythme et l’extension de l’automation industrielle sont déterminés par le fond d’accumulation disponible et le besoin de remplacement de l’appareil productif existant" (ibid)

En d’autres termes, le développement des forces productives n’est pas freiné par les questions de profit, ni par les difficultés de la réalisation de la plus-value ; seule la question technique concernant la quantité disponible de moyens de production -qui ne sont plus du capital constant- paraît affecter le taux et l’extension de ce processus.

Cependant, ce qui nous intéresse, c’est de savoir si Mattick prévoit un moment où le socialisme d’Etat lui-aussi deviendra une barrière au développement des forces productives; moment où la poursuite du développement de celles-ci exigera la destruction des rapports de production caractérisant ce nouveau système.

Mattick écrit :

  • "Théoriquement et à l’exclusion de catastrophes naturelles ou politiques, l’introduction et l’extension de la cybernétique pourrait être un processus ordonné. La production pourrait être augmentée jusqu’à l’abondance, le temps de travail réduit, et même les deux processus pourraient être simultanément réalisés, bien que plus lentement. En pratique, ceci n’est pas possible étant donné que la Russie fait partie de l’économie mondiale et concurrence les autres nations en vue d’une suprématie économique et politique."
    (‘The Economies of Cybernation’, New politics)

Il semblerait alors que ce ne sont pas les "lois" économiques de ce système, mais bien la menace d’un capitalisme privé encore puissant qui empêcherait le plein développement des forces productives à l’Est; c’est la nécessité de se défendre contre l’occident qui empêche dans la pratique ce qui est possible en théorie.

Peut-être que pour Mattick, l’extension du capitalisme d'Etat à travers le globe et le triomphe du système qui "élimine l’exploitation des pays sous-développés par les pays développés" permettra finalement le plein développement de la technologie.

Toutefois, Mattick invoque encore un autre facteur, cette fois-ci un facteur interne qui limite le développement des forces productives dans le système capitaliste d'Etat.

  • "Dans le cadre d'une société où l’on pourrait réduire à un minimum le travail nécessaire, toutes les causes objectives des antagonismes sociaux disparaitraient. En revanche, dans toutes les sociétés de classes, et cela concerne les sociétés actuelles fondées sur la production de capital, le développement des forces sociales de production se voit entravé dés au’ il risque de nuire au bien-être  et à la survie de la classe socialement dirigeante."
    (‘Marx et Keynes’, page 359)

C’est apparemment la classe dirigeante qui délibérément et consciemment retarde le développement des forces productives de façon à empêcher la disparition de ses privilèges et l’effondrement, des rapports sociaux dont ils dépendent. Privilèges et rapports sociaux qu’un état d'abondance mettrait en péril.

Mais une classe dirigeante régie-t-elle consciemment le développement des forces productives de façon à empêcher la disparition ou bien ce processus est-il déterminé en dernière analyse par les lois de cette formation particulière, indépendamment de la volonté subjective de la classe dirigeante?

Dans toutes les sociétés antérieures, ce ne fut pas la capacité des forces productives à se développer, mais bien leur incapacité à se développer au-delà d'un certain point qui menaça la domination de la classe dominante. En effet, aussi longtemps que les forces productives pouvaient se développer dans le cadre des rapports existants, il n’y avait pas de possibilité de révolution sociale, et aucune menace ne se faisait jour contre la loi des exploiteurs. Le développement des forces productives prend fin lorsque les rapports de production existants ne permettent plus leur développement; c'est cette situation qui crée la nécessité objective de renversement des rapports de production.

Ce ne sont pas les capitalistes qui empêchent un développement plus grand des forces productives; ce sont les rapports de production capitalistes qui ne sont plus un cadre adéquat à un tel développement.

Mattick renverse cette relation causale, -base du matérialisme historique- lorsqu’il traite du socialisme d'Etat : pour lui, ce serait dans ce cas, la volonté subjective de la classe dominante qui empêcherait le développement des forces productives, bien que les rapports sociaux permettent un tel développement.

(A SUIVRE)

MAC INTOSH

(Reproduit du n° 2 d’Internationalism New York - sept 72)



[1] Le fer et l’acier ont été dénationalisés en 1951; et ensuite nationalisés de nouveau et réorganisés sous le nom de British Steel Corporation, sous le gouvernement de Wilson.

 

[2] Voir le refus opposé par le gouvernement- français à la vente du trust électronique Jeumont-Schneider par’ le groupe bancaire Empain, à Westinghouse et 1 ‘imposition gouvernementale de réorganisation et rationalisation du secteur électronique. Voir aussi les efforts du gouvernement italien pour empêcher la vente de Ercole Marelli et Franco Tosi, à Westinghouse conjointement aux négociations récentes en vue de la création d’un trust électronique national avec capital privé (Fiat, Marelli, Franco Tosi) et capital étatique (Finmeccanica) ; nous citons ces 2 exemples parmi les nombreux cas existants.

[3] (1) Edition française chez Gallimard Fév. 1972 -

 

See also :