Salut au "Comité Communiste de Réflexion" de Toulouse

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Comme
nous l'avons mentionné au sein de précédentes publications, dans un certain
nombre de villes ou de régions du monde1, des éléments, souvent jeunes, indignés par les
conditions actuelles et à venir d'existence de l'humanité, se retrouvent pour
échanger leurs réflexions et forment ainsi des cercles de discussion. Certaines
fois, il s'agit pour les éléments qui créent de tels cercles de comprendre
comment et pourquoi la société actuelle s'enfonce dans la barbarie guerrière et
plonge une part toujours croissante de l'humanité dans la misère. D'autres
fois, de tels cercles se créent pour tirer les leçons des luttes qui ont été
menées, pour comprendre ce qui les a limitées ou carrément faites échouer. Le
but est alors de défendre et promouvoir, dans les prochaines luttes, les moyens
de leur développement.

C'est en suivant cette seconde voie qu'une poignée d'étudiants de la
faculté du Mirail, à Toulouse, a formé un cercle de discussion sous le nom de «
Comité de Réflexion Communiste ». En effet, une partie de ces étudiants avait
été partie prenante des luttes qui s'étaient menées en France en novembre 2007.
Marqués par cet esprit combatif, ils se réunirent d'abord en pensant qu'il
était possible que la lutte ne soit pas finie et qu'il fallait examiner les
moyens qui pouvaient éventuellement être employés pour la relancer. Mais
rapidement, il est apparu évident que le redémarrage de la lutte n'était pour
l'instant pas possible et que le but des discussions du comité était donc,
surtout, de faire le bilan de cette lutte de novembre pour préparer l'avenir.

Les
questions soulevées par le Comité de réflexion communiste

 Dans toute cette phase de la vie de ce cercle, toute une série de
questions ont été posées et discutées. Il était évident pour tous - mais encore
fallait-il faire la narration des événements pour que tout le monde prenne
connaissance de la réalité des faits - que les syndicats étaient les principaux
responsables du fait que la lutte n'avait pas pu se développer. Ainsi, le
comité s'est posé la question de savoir pourquoi « le comité de lutte » des
étudiants de l'université était devenu le champ clos des batailles des
différents syndicats qui sont animés par des groupes politiques différents, ce
qui avait écœuré les étudiants qui n'appartenaient pas à telle ou telle
organisation ou à un syndicat et qui, de ce fait, désertaient le comité de
lutte (et parfois la lutte elle-même). De même, pourquoi les syndicats ont-ils
saboté la jonction entre les étudiants et les cheminots en lutte2 de la
même manière qu'ils ont clairement empêché celle des cheminots et des gaziers
et électriciens ? Les syndicats en sont même arrivés à stigmatiser les
étudiants (qui font partie du comité) qui étaient allés intervenir dans les
assemblées générales de cheminots sous le prétexte qu'ils n'avaient pas été
mandatés ! Ces événements ont été le point de départ d'une des premières
questions que s'est posée le comité : pourquoi les syndicats mènent-ils une
telle politique? Seraient-ils incompétents pour mener la lutte ? Est-ce que
cela viendrait de l'orientation des organisations politiques qui les noyautent
(le PS pour l'UNEF, le PC pour la FSE et la LCR pour SUD) ? Enfin, une telle
politique ne viendrait-t-elle pas du fait que la forme syndicale est
définitivement inadaptée dans la période actuelle comme arme de combat de la
classe ouvrière ?

Cette discussion a mené à un questionnement sur les manifs organisées
par les syndicats : faut-il participer à ces manifestations que beaucoup de
membres du comité ressentaient comme des processions défouloirs, organisées par
les syndicats, n'ayant aucun moyen de faire reculer l'Etat ? Pour d'autres
membres du comité, ces manifestations sont appelées par les syndicats parce
qu'ils ne peuvent pas faire autrement et pour empêcher que la colère n'explose
dans des dimensions qu'ils ne pourraient plus contrôler ; ces manifestations
sont donc des moments pendant lesquels les ouvriers en lutte peuvent se
retrouver et exprimer leur solidarité - y compris contre les syndicats qui
voudraient que, à la fin des manifestations, tout le monde rentre chez soi avec
l'idée que l'on a fait tout ce que l'on pu et qu'il ne reste plus maintenant
qu'à les laisser négocier.

Le Comité a aussi tenté de répondre aux questions qui s'étaient posées
dans la lutte en prenant le problème par un tout autre bout : si les sections
syndicales des différentes corporations n'ont pas rejoint les étudiants,
n'est-ce pas parce que la situation des membres de ces corporations est en fait
assez confortables ? La lutte des cheminots, celle des enseignants...
n'étaient-elles pas celles de catégories socio-économiques voulant garder leurs
acquis et non des expressions de la lutte de la classe ouvrière ? En d'autres
termes le comité s'est posé la question de savoir si l'on ne devait pas
comprendre la classe ouvrière comme seulement composée des précaires, des
chômeurs et des habitants des banlieues. La discussion qui a eu lieu sur ce
thème a permis de conclure que l'appellation « classes moyennes » était en fait
une astuce idéologique de la classe dominante pour qu'une grande partie des
prolétaires ne se considèrent pas comme ouvriers. Et pourtant, quels que soient
les secteurs, dans le privé comme dans le public, dans les ateliers ou dans les
bureaux, au chômage ou à la retraite, c'est bien la même classe, la classe
ouvrière, qui est exploitée et attaquée, c'est bien la même classe qui est de
plus en plus précarisée et qui a de plus en plus de difficultés à « joindre les
deux bouts ». De même, le comité a pu affirmer clairement que ce n'est pas le
très bas niveau de salaire ou le fait de ne pas être propriétaire de son
logement qui permet de qualifier tel ou tel être humain de prolétaire, mais le
fait qu'il n'a que sa force de travail (manuelle ou intellectuelle) à vendre.
Sur cette base, la discussion nous a permis d'établir que les habitants des
banlieues, que le capitalisme a marginalisés, sont des prolétaires tout autant
que la plupart des membres des prétendues « classes moyennes ». Que l'atroce
misère et la marginalisation dans laquelle les a poussés le capitalisme les
amène à se lancer dans des révoltes isolées - et malheureusement suicidaires -
ne change rien à cette réalité et cela signifie que l'avenir de leur lutte ne
passe pas par ces émeutes mais par la lutte solidaire avec les autres
prolétaires.

Le rôle des syndicats comme frein ou saboteurs du développement de la
lutte a amené le « Comité » à se demander pourquoi l'assemblée générale n'avait
pas su s'opposer à leur politique. Plusieurs sortes de réponses ont été
apportées par les membres du Comité : pour certains, il est nécessaire qu'une
minorité dirige l'assemblée générale pour que cette dernière puisse se donner
les moyens de développer la lutte ; pour d'autres, la prise de décisions par
une minorité à la place de l'assemblée générale ne peut en aucun cas aboutir à
renforcer la lutte. Comme pour toute lutte ouvrière, ce sont les ouvriers
eux-mêmes et eux seuls qui peuvent développer la lutte et donc le décider ;
dans un tel cadre, les minorités qui ont une meilleure compréhension des moyens
de développer la lutte doivent tout faire pour convaincre l'ensemble des
ouvriers réunis en assemblée générale de l'orientation qui permettra de
développer la lutte. Cette discussion a permis de débattre sur la manière dont
évoluait la conscience des ouvriers et des étudiants individuellement et
collectivement.

Un
outil de réflexion communiste

Toutes ces questions étant à la base de différences d'appréciation
réelles entre les membres du comité, il a été décidé de lire et discuter un
certain nombre de textes anciens du mouvement ouvrier qui donnent un éclairage
important. C'est donc en cherchant à répondre aux questions posées par la lutte
que le Comité a été amené à discuter le livre de Rosa Luxembourg Grève de
masse, parti et syndicats
qui permet non seulement de comprendre
l'évolution des syndicats, mais aussi de voir quel est le rôle des communistes
dans la lutte. Suite à la discussion de ce premier livre, le Comité discute en
ce moment celui de Léon Trotski Bilan et perspectives .

Enfin, le comité a décidé à ne pas se limiter à ces questions et a
décidé de discuter d'autres questions qui touchent à ce que nous savons tous
comme nécessaire : la nécessité du changement de la société. C'est en ce sens,
par exemple, que le Comité a décidé d'examiner la réalité et les conséquences
de la politique menée par H. Chavez au Venezuela.

Comme nous l'avons dit précédemment, ce comité n'est pas isolé, dans
bien d'autres pays, des ouvriers et des étudiants élaborent de telles
discussions. Bien sûr, comme on peut le voir dans ce qui précède, tous ces
débats ne se terminent pas par un accord au sein du comité, mais le CCI salue
et encourage la création et le développement de tels regroupements parce que
c'est par de telles discussions que des questions essentielles sur les causes
de l'état catastrophique du monde actuel, sur les moyens qu'il faut utiliser
pour le développement de la lutte et sur la perspective de l'avènement du
communisme se clarifient. C'est pour cela et avec cet état d'esprit que le CCI
participe chaque fois qu'il le peut à ce type de débat.

Ces regroupements participent du fait que la classe ouvrière se forge
les armes pour les inévitables combats qui sont à venir.

Paul / 28.03.08

 

1Lire notamment nos articles
sur des cercles de discussion aux Midlands et à Bruxelles et Anvers (disponible
sur notre site Web).

2 Les membres de ce cercle
de discussion de Toulouse avaient d'ailleurs dénoncé par écrit, dans le feu de
la lutte, ce sabotage de l'unité par les syndicats étudiants et cheminots,
témoignages que nous avons publiés, sur notre site web, sous le titre : «
Comment les syndicats ouvriers et étudiants pourrissent la lutte et la
réflexion (témoignages dans la lutte) ».