Afrique du Sud: la classe ouvrière résiste aux attaques

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Au mois de juin, une grève de quatre semaines a eu lieu en Afrique du Sud1 . Entre 600 000 et 1 million d'ouvriers ont cessé le travail, entraînant la fermeture de la plupart des écoles et de nombreux bureaux, l'arrêt de certains transports publics et le remplacement du personnel des hôpitaux par du personnel militaire. Ce mouvement de la classe ouvrière est le plus important depuis la fin de l'apartheid en 1994. Durant ces grèves, le syndicat COSATU et le SACP (Parti Communiste d'Afrique du Sud), qui font partie de la coalition gouvernementale au pouvoir avec l'ANC. se sont efforcés de briser les forces ouvrières et de faire passer les attaques contre le pouvoir d'achat.

La fin de l'apartheid n'a rien changé

Les conditions de vie et de travail en Afrique du Sud se sont terriblement détériorées pour la majorité de la population. L'espérance de vie, le degré d'alphabétisation, l'accès aux soins ont décliné. Il y a maintenant, en Afrique du Sud, 5,5 millions de patients atteints du Sida, le chiffre le plus élevé au monde.

Les syndicats et les commentateurs de gauche et gauchistes accusent régulièrement la politique "pro-business" et particulièrement cupide du président Thabo Mbeki. Mais ce n'est pas à cause de la cupidité ou de politiques économiques particulières que le gouvernement ANC/SACP/COSATU attaque les conditions de vie des ouvriers et des autres couches non exploiteuses en Afrique du Sud. Un gouvernement capitaliste ne peut être autre chose que "pro-business" et donc contre la classe ouvrière. La seule "libération" qui soit survenue en 1994 a été celle d'un petit nombre d'activistes politiques noirs pour occuper une position plus importante dans l'appareil politique de la classe dominante et mieux tromper la classe ouvrière. Les élections qui ont eu lieu depuis ont ainsi renforcé l'idée que quelque chose de fondamental avait changé dans la société sud-africaine avec l'arrivée d'une plus large démocratie. Le Socialist Worker (9 mai 2007) a rapporté les propos d'un ouvrier dans une manifestation à Pretoria : "Nous pensions que le gouvernement nous soutiendrait comme ouvriers parce que nous les avons mis au pouvoir, mais c'est comme s'il nous avait oubliés." Cette sorte d'illusions est constamment nourrie par les syndicats et les gauchistes, qui sont heureux de parler des concessions de l'ANC au néo-libéralisme mais qui ne l'étiquette jamais ouvertement comme étant une partie pleine et entière de la bourgeoisie.

Perspectives pour les luttes futures

Quelques commentateurs, en Afrique du Sud, ont vu la récente grève comme un signe que les syndicats allaient jouer un rôle plus indépendant et que cela encouragerait les ouvriers à entrer dans de futures actions. En réalité, c'est à cause du mécontentement croissant parmi la classe ouvrière que les syndicats essaient de prendre leur distance vis-à-vis du gouvernement. Dans Socialist Workers (23 juin 2007), un membre de l'organisation gauchiste South Africa's Keep avance l'idée selon laquelle cette "ambiance ouvre la porte à une renaissance de l'auto-activité durant les grèves". Ce qui est certain, c'est que tous les prétendus défenseurs de la classe ouvrière (syndicats et autres) s'opposeront de toutes leurs forces à l'émergence d'une réelle auto-activité des ouvriers. Une réelle lutte autonome signifierait que les ouvriers seraient parvenus à prendre en charge eux-mêmes leurs luttes, hors des syndicats. Cela n'a pas été les cas.

La lutte présente, bien que significative, n'est nullement un fait inédit depuis 1994. En août 2005, 100 000 ouvriers des mines d'or ont fait grève pour des revendications salariales. En septembre 2004, il y a eu la plus importante journée en nombre de grévistes de l'histoire de l'Afrique du Sud, impliquant 800 000 à 250 000 ouvriers selon qu'il s'agit des chiffres fournis par les syndicats ou ceux du gouvernement. Les enseignants étaient particulièrement en colère puisqu'ils n'avaient pas eu d'augmentation salariale depuis 1996. En juillet 2001, il y avait une vague de grèves dans les industries minières et énergétiques. En août 2001, il y a eu une grève de trois semaines impliquant 20 000 ouvriers de l'automobile. En mai 2000, les grèves dans l'industrie des mines se sont étendues au secteur public. Durant l'été 1999, il y a eu une vague de grèves incluant les ouvriers des postes, des mines d'or et du secteur public avec les enseignants, les hospitaliers et d'autres travailleurs du public.

Implicitement, toutes ces luttes ont amené les ouvriers à se dresser contre l'ANC et le gouvernement sud-africain. Mais la dernière vague de grèves a montré la nécessité pour la classe ouvrière de développer une prise de conscience de la véritable nature bourgeoisie de ses faux-amis et de la signification globale de ses propres luttes.

D'après World Revolution
section du CCI en Grande-Bretagne

 1) Une version plus détaillée de cet article est disponible sur notre site : internationalism.org.

See also :