Comment aider le CCI ?

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

La gravité de la situation à laquelle l’humanité est confrontée est de plus en plus évidente. L’économie capitaliste mondiale, après quatre décennies d’efforts pour amoindrir les effets de la crise ouverte, est en train de s’effondrer sous nos yeux. Et les perspectives posées par la destruction de l’environnement apparaissent à chaque enquête scientifique toujours plus sombres. La guerre, la famine, la répression et la corruption sont aussi le lot quotidien de millions de gens.

En même temps, la classe ouvrière et les autres couches opprimées de la société commencent à résister aux exigences du capitalisme pour plus de sacrifices et d’austérité. Révoltes sociales, occupations, manifestations et mouvements de grève ont surgi dans toute une série de pays de l’Afrique du Nord à l’Europe et de l’Amérique du Nord à l’Amérique du Sud.

Le développement de toutes ces contradictions et conflits confirme plus que jamais le besoin d’une présence active des organisations révolutionnaires, capable d’analyser une situation qui évolue rapidement, capable de parler clairement d’une voix unifiée au-delà des frontières et des continents, de participer directement aux mouvements des exploités et d’aider à clarifier leurs méthodes et leurs buts.

Il ne faut pas cacher que les forces du CCI sont extrêmement limitées en regard des énormes responsabilités auxquelles nous devons faire face. Nous voyons l’émergence au niveau mondial d’une nouvelle génération en recherche de réponses révolutionnaires à la crise de ce système. Il est essentiel pour ceux qui sympathisent avec les buts généraux de notre organisation de prendre contact avec le CCI et de faire leur propre contribution à cette capacité d’agir et de grandir.

Nous ne parlons pas seulement ici de rejoindre notre organisation, bien que nous reviendrons sur ce sujet. Nous donnons toute sa valeur à toutes sortes de soutien et d’assistance que tous ceux qui sont en accord général avec nos positions politiques peuvent offrir.

Comment pouvez-vous aider ?

Premièrement, en discutant avec nous. En nous écrivant par courrier, e-mail, ou en prenant part à notre forum de discussion en ligne. En venant à nos réunions publiques et aux réunions organisées pour les contacts. En soulevant des questions sur nos positions, nos analyses, notre façon d’écrire, la manière dont fonctionne notre site web, etc..

Ecrivez pour notre site et nos journaux, que ce soit des comptes rendus sur des meetings auxquels vous avez assisté, ce qui se passe sur votre lieu de travail, votre secteur ou celui d’à côté, ou encore des articles plus développés, des contributions théoriques, etc..

Aidez-nous à traduire à partir de ou dans les différentes langues dans lesquelles nous écrivons : le CCI a différentes pages web de tailles variées en anglais, français, espagnol, allemand, hollandais, italien, portugais, hongrois, suédois, finlandais, russe, turc, bengali, coréen, japonais, chinois et philippin. Il y a toujours beaucoup trop d’articles à traduire dans toutes les langues, y compris certains des textes de base de notre organisation. Si vous pouvez traduire dans telle ou telle langue, faîtes-le nous savoir.

Participez à nos activités publiques : en vendant la presse dans la rue, en discutant et en distribuant notre presse et nos tracts aux piquets de grève, dans les manifestations et les occupations. Aidez-nous à intervenir dans les réunions politiques, allez-y vous-mêmes et défendez les idées révolutionnaires  ; contribuez aux forums de discussion Internet dans lesquels nous participons régulièrement comme par exemple, pour la langue anglaise, sur www.libcom.org, ou www.revleft.com (1) www.red-marx.com, etc..

Si vous connaissez d’autres personnes qui sont aussi intéressées à discuter de la politique révolutionnaire et de la lutte de classe, mettez en place des cercles de discussion, des comités de lutte de classe ou des regroupements similaires, que nous serions très satisfaits à vous aider à démarrer et à y prendre part nous-mêmes.

Contribuez aux techniques et aux ressources techniques : photos, travaux d’art, informatique…

Aidez-nous à augmenter nos finances très restreintes en faisant des dons réguliers, en souscrivant à notre presse, en prenant des exemplaires supplémentaires de notre presse pour les vendre autour de vous, ou pour les déposer dans des librairies locales.

Rejoindre le CCI

Nous saluons avec enthousiasme les demandes de camarades qui veulent élever leur soutien à l’organisation à un plus haut niveau en devenant membres.

Alors que chaque sympathisant ne rejoint pas l’organisation, nous pensons qu’en devenir membre signifie prendre part à l’histoire de la lutte de classe prolétarienne dans le plein sens du terme. Le prolétariat est par nature une classe dont la force réside dans sa capacité à l’organisation collective, et cela est particulièrement vrai pour ses éléments révolutionnaires, qui ont toujours cherché à s’unir dans des organisations pour défendre la perspective communiste contre l’énorme poids de l’idéologie dominante. Devenir membre du CCI permet aux camarades de participer directement à la réflexion et aux discussions qui traversent constamment l’organisation et de contribuer le plus efficacement à notre intervention dans la lutte de classe. Pour affûter les analyses et la politique de l’organisation, la place la plus utile d’un militant individuel est de se trouver en son sein, car pour l’organisation dans son ensemble, ses membres sont une source irremplaçable sur laquelle elle peut compter et à travers laquelle elle peut développer son activité à une échelle mondiale.

Avant de rejoindre le CCI, il est essentiel pour chaque camarade d’avoir une discussion en profondeur sur nos positions politiques fondamentales, qui sont liées à une cohérence marxiste générale et contenues dans notre plate-forme, afin que ceux qui vont être membres le deviennent avec une véritable conviction et soient capables d’argumenter nos positions politiques parce qu’ils en ont une réelle compréhension. Il est également important de discuter de nos statuts organisationnels et d’être en accord avec les principes et les règles de base qui guident notre fonctionnement : comment nous sommes organisés au niveau local, national et international, le rôle des congrès et des organes centraux, comment nous conduisons nos débats internes, ce qui est attendu des membres en termes de participation dans la vie de l’organisation, etc.. L’approche de base contenue dans nos statuts peut être lue dans ce texte : “Rapport sur la structure et le fonctionnement de l’organisation révolutionnaire” (2).

En ce sens, nous vivons dans la tradition du parti bolchevik, selon lequel un membre était quelqu’un qui, non seulement était en accord avec le programme du parti, mais le défendait activement à travers les activités de l’organisation, et était donc prêt à adhérer à sa méthode de fonctionnement incluse dans ses statuts.

Ce n’est pas un processus d’une nuit et cela prend du temps et de la patience. Contrairement aux groupes gauchistes, trotskistes ou autres, qui se réclament faussement du bolchevisme, nous ne cherchons pas à “recruter” à tout prix, et donc à avoir des membres qui ne sont rien de plus que des pions dans le jeu d’une direction bureaucratique. Une réelle organisation communiste ne peut fleurir que si ses membres ont une profonde compréhension de ses positions et de ses analyses et sont capables de prendre part à l’effort collectif pour les appliquer et les développer.

La politique révolutionnaire n’est pas un hobby : elle implique un engagement à la fois intellectuel et émotionnel pour faire face aux exigences de la lutte de classe. Mais ce n’est pas non plus une activité de moine, coupée de la vie et des inquiétudes que connaît le reste de la classe ouvrière. Nous ne sommes pas une église, cherchant à réguler chacun des aspects de la vie de nos membres, en façonnant des fanatiques incapables de pensée critique. Nous n’attendons pas non plus que chaque membre soit “expert” de tous les aspects de la théorie marxiste, ou d’entrer dans nos rangs avec des techniques hautement développées d’écriture ou des talents d’orateur. Nous reconnaissons que les camarades, les individus, ont des capacités variées dans différents domaines. Nous travaillons sur le principe communiste que chacun contribue selon ses moyens – que c’est la tâche du collectif de renforcer toutes les énergies individuelles de la façon la plus efficace.

La décision d’entrer dans une organisation révolutionnaire n’est pas à prendre à la légère. Mais rejoindre le CCI signifie devenir une partie de la fraternité mondiale luttant pour un but commun – le seul but qui offre un réel futur pour l’humanité. n

CCI/11.2011

 

(1)En particulier sur ce dernier, le forum de la Gauche communiste http ://www.revleft.com/vb/group.php ?groupid=9.

 

(2) Paru dans notre Revue internationale no 33 (disponible sous forme papier sur demande ou à consulter sur notre site Internet).