Misère et colère explosent en Grèce

See also :

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

En Grèce, la misère et l’injustice sont en passe de devenir tout simplement insupportables aux yeux des exploités. Les plans d’austérité, tous d’une incroyable brutalité, se succèdent les uns aux autres à un rythme infernal. Chaque nouvelle mesure prise par le gouvernement pour écarter temporairement le pays de la faillite se traduit par de nouveaux sacrifices pour toute la population. Et malgré tout, l’économie nationale n’en finit pas de plonger. Résultat, la misère et la colère explosent!

 Un pays symbole de la faillite historique du capitalisme

 Le pays croule sous les dettes. L’Etat, les banques et les entreprises sont au bord de l’asphyxie. Et toutes les mesures prises par le gouvernement socialiste de Papandréou pour éviter le défaut de paiement ne font qu’empirer la situation et préparer des lendemains encore plus douloureux. Pour obtenir de l’argent frais de l’Union européenne, sans lequel l’Etat ne pourrait tout simplement plus fonctionner, les conditions de travail et de vie de la population sont littéralement sacrifiées. Le nombre de fonctionnaires ne cesse de se réduire, tout comme les salaires. Les pensions de retraite, les allocations chômage et sociales, les aides pour les soins sont en train de disparaître. Mais cette explosion de la misère ne fait que plonger le pays un peu plus profondément dans la récession, ce qui aggrave… l’endettement! Il s’agit d’un cercle vicieux duquel la Grèce ne pourra pas sortir.

La bourgeoisie grecque pointe d’un doigt accusateur le FMI, l’Union européenne, les agences de notation, l’Allemagne… Elle veut faire croire que ce sont eux et eux seuls les responsables de cette situation économique désastreuse. Dans le reste du monde, le discours tenu est l’exact opposé: la Grèce serait dans une situation “exceptionnelle” et “particulière” du fait du laxisme de ses dirigeants, de la corruption généralisée de la société hellénique (la triche fiscale est présentée comme un sport national) et de la fainéantise des salariés grecs (selon les propos à la mi-juin de la chancelière allemande Angela Merkel). Cette propagande mensongère et nauséabonde a un certain succès puisque dans les manifestations à Athènes, le nationalisme est souvent exacerbé (les drapeaux grecs flottent sur les cortèges, des slogans comme “FMI go home!” ou “Allemagne go home!” sont scandés…), et dans certains pays comme l’Allemagne l’idée “nous ne voyons pas pourquoi nous paierions pour les Grecs” se répand dans la population. Autrement dit, la classe dominante dresse les exploités les uns contre les autres!

En réalité, la Grèce est le symbole de la faillite historique du capitalisme; d’un point de vue économique, elle indique la direction que vont prendre une à une toutes les autres économies nationales. L’Espagne ne va d’ailleurs pas tarder à suivre.

 La lutte s’inspire du mouvement des “Indignés” d’Espagne

 Si le nationalisme est un poison qui touche aujourd’hui de façon assez importante les ouvriers en Grèce, il y a aussi des lignes de force qui apparaissent peu à peu dans le mouvement de contestation.

En particulier, la jeunesse précarisée a su regarder au-delà des frontières nationales pour s’inspirer du mouvement des Indignés d’Espagne. Dès la fin du mois de mai, sur la place Syntagma d’Athènes, des milliers d’Aganaktismeni (ce mot grec signifie autant l’indignation que la colère (1)) ont commencé à se réunir pour discuter et construire collectivement la lutte. Comme en Espagne, la marque de ce mouvement est, là aussi, l’immense méfiance envers les partis (en particulier le Parti socialiste qui est au pouvoir) et les syndicats (le GSEE, principal syndicat national, est même dénoncé par beaucoup comme un agent de la bourgeoisie). La similitude de la réflexion qui traverse la jeunesse précarisée vivant en Espagne et en Grèce est frappante. Le 25 mai, sur la place Syntagma, par exemple, il y a eu trois bonnes heures de discussion où 83 personnes se sont exprimées. Certains intervenants ont mis en avant l’importance de l’auto-organisation de la classe ouvrière et la nécessité d’une lutte révolutionnaire. Cette réflexion, même si elle est encore exprimée par une toute petite minorité, est très significative. Le simple fait que certains osent tenir ainsi publiquement des propos en faveur de la révolution révèle que le climat est en train de changer. Ils trouvent le courage d’exprimer tout haut, certainement de façon diffuse, ce que bon nombre pensent. D’ailleurs, dans toutes les assemblées des Indignés d’Europe, en Grèce comme en Espagne, en France ou en Angleterre, ces interventions pour l’auto-organisation des masses et pour l’abolition du capitalisme sont souvent parmi les plus applaudies.

Alors, non, la Grèce n’est pas un cas à part! La crise qui y fait rage est celle qui secoue tout le système capitaliste mondial. Et la lutte qui est en train de se développer est l’un des multiples maillons de la chaîne du combat de la classe ouvrière à l’échelle internationale n

 

Laurence /1.07.2011

 

(1) Et la colère est d’autant plus grande qu’à la pauvreté s’ajoute une répression féroce et meurtrière.