Sur les manifestations contre les coupes budgétaires en Grande-Bretagne

See also :

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Le premier samedi après l'annonce de la révision gouvernementale des dépenses publiques, le 23 octobre, se sont déroulées un certain nombre de manifestations contre les coupes budgétaires, partout dans le pays, appelées par divers syndicats. Le nombre de participants, variant de 300 à Cardiff à 15 000 à Belfast ou 25 000 à Edimbourg, montre que les ouvriers en Grande-Bretagne sont profondément en colère, tout comme le sont les ouvriers en France.

Cependant, les manifestations syndicales ne fournissent pas un cadre viable pour lutter contre les coupes dans les emplois, les salaires et les services, bien au contraire. C'est pourquoi nous avons soutenu l'appel « à tous les anarchistes et ouvriers militants à se joindre à nous pour former un « Bloc Ouvrier Radical »1 dans la manifestation, non pour prier les bureaucrates syndicaux de prendre des mesures, mais pour faire valoir que nous luttons contre les coupes budgétaires en nous fondant sur les principes de solidarité, d'action directe, et de contrôle de nos propres luttes ». Ceci émane de la SF-IWA2 de Londres Sud (voir le site libcom.org).

Le problème avec l'approche des syndicats et de leurs partisans, c'est qu'ils polarisent la question sur les « coupes des conservateurs », accusés de creuser le déficit par le renflouement des banquiers, par la spéculation financière, alors que tout ceci ne constitue que les symptômes de la crise du capitalisme. Les coupes budgétaires ne seraient liées qu'à un certain choix politique opéré par un « gouvernement de millionnaires » (tract du SP) alors que « Le gouvernement aurait pu taxer les riches » (Karen Reissman, militante du domaine de la santé et membre du SWP3, lors du rassemblement à Manchester). Ces menteurs professionnels savent parfaitement qu'en réalité, jusqu'il y a 6 mois, le gouvernement travailliste, incluant des députés parrainés par des syndicats, imposait les mêmes coupes et les mêmes sacrifices. Les tracts distribués à la manif de Londres pouvaient même nous le rappeler - mais uniquement dans le but d'essayer de nous attirer à nouveau dans la version alternative des mêmes vieilles politiques derrière les syndicats ou quelque bloc électoral alternatif (par exemple, la TUSC4).

 Après tous les discours radicaux sur l’action commune au TUC5 cette année, la campagne sur les coupes budgétaires s’est focalisée sur une manifestation prévue à la fin du mois de mars de l'année prochaine. Aussi, le message que nous entendons est « Nous devons bombarder le TUC et les dirigeants syndicaux de demandes pour agir maintenant » (d'après le NSSN6), « Poussons les dirigeants syndicaux à appeler à des grèves locales et nationales » (Socialist Worker7 en ligne). En premier lieu, si nous devons faire tous ces "bombardements", ces demandes et ces pressions en direction du TUC et des dirigeants syndicaux, cela soulève vraiment la question de savoir pourquoi nous avons besoin d'eux ; après tout, de très nombreux ouvriers se sont mis en lutte sans le moindre soutien d'un quelconque syndicat en Chine et au Bangladesh, et les ouvriers de Vestas sur l'île de Wight ont occupé l'usine sans appartenir au préalable à un syndicat.

 La réalité est que les syndicats ne sont pas seulement inutiles pour l'organisation des luttes ; ce n'est pas simplement une question de « léthargie » de leur part comme le prétend le tract de la SF-IWA de Londres Sud. Non ! En fait, ils nous divisent volontairement et consciemment. Par exemple, ils ont maintenu séparés les stewards et hôtesses de l’air de British Airways et les ouvriers de la British Airports Authority alors même qu'ils luttaient au même moment. La manifestation de Londres a été un autre exemple de ce que font vraiment les syndicats. Appelée par les syndicats RMT, FBU et UCU, aux querelles incessantes, la manifestation n'a attiré que 2000 personnes, moins d'un dixième du chiffre atteint à Edimbourg. Il est clair que les syndicats n'ont pas mobilisé leurs membres, de peur de ce qui pourrait arriver si les grévistes s'unissaient dans les rues. C'est ainsi que nous comprenons l'appel de Bob Crow8 pour que le TUC agisse rapidement afin d’organiser une action de masse contre les coupes budgétaires, comme moyen d'empêcher les ouvriers de prendre leur lutte en main.

Le Bloc Ouvrier Radical a attiré entre 50 et 100 personnes, d'après les estimations parues sur le site libcom.org, démontrant qu'une minorité dans la classe ouvrière remet les syndicats en question, même ici où ils sont traditionnellement si forts. Ceux du Bloc ont fait des efforts pour faire entendre leur voix distinctive en amenant mégaphone, tracts et presse, bien que cela ait été difficile étant donné la myriade de groupes concurrents syndicaux, trotskistes et « anti-coupes ». A la fin, un camarade du CCI a discuté avec quelqu'un de l‘AF9 pour savoir si le Bloc devait essayer de prendre la parole, concluant qu'il le devait, la prochaine fois. La prochaine fois aussi, nous pourrons apprendre de l'exemple des récentes luttes en France où des anarchistes internationalistes et des communistes de gauche ont travaillé ensemble pour appeler à des réunions à la fin des manifestations où, au lieu d'écouter les discours syndicaux, les véritables enjeux de la lutte ont été discutés. Comme la SF-IWA le dit : « Nous ne pouvons pas mettre notre confiance en autre chose qu’en notre solidarité et notre capacité à nous organiser ».
World Revolution, organe du CCI en Grande-Bretagne n°339, novembre 2010.

 


1 Radical Workers’ Block, NDT.

2 La Solidarity Federation - International Workers Association (SF-IWA ou SolFed) est la section en Grande-Bretagne de l’AIT anarchosyndicaliste, NDT.

3 Le Socialist Party (SP) et le Socialist Workers Party (SWP) sont des organisations trotskistes, NDT.

4 La Trade Unionist and Socialist Coalition (TUSC) est une alliance électorale regroupant principalement des organisations trotskistes (dont le SP et le SWP) et des syndicalistes, NDT.

5 Le Trades Union Congress (TUC) est une confédération affiliant la majorité des syndicats britanniques, NDT.

6 Le National Shop Stewards Network (NSSN) est un réseau national regroupant des délégués radicaux de différents syndicats, NDT.

7 Le Socialist Worker est le journal hebdomadaire du SWP, NDT.

8 Bob Crow est le secrétaire général du syndicat RMT et est membre du conseil général du TUC, NDT.

9 L’Anarchist Federation (AF) est une organisation anarchiste des îles britanniques, membre de l’Internationale des Fédérations Anarchistes, NDT.

 

See also :