L’opportunisme du PCI sur la question syndicale le conduit à sous-estimer l'ennemi de classe

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimante

mouvements sociaux de la fin 1995 présentées par le CCI, aussi bien dans la Revue internationale que dans sa presse territoriale et ses réunions publiques, ont rencontré majoritairement parmi ses lecteurs et ceux qui assistaient à ces dernières, intérêt et approbation. En revanche, elles n'ont pas été partagées par la plupart des autres organisations du milieu politique prolétarien.

Les analyses des groupes communistes

Dans le précédent numéro de la Revue, nous avons mis en évidence comment les deux organisations qui composent le BIPR, le CWO et Battaglia Comunista, s'étaient laissé piéger par la manoeuvre de la bourgeoisie en étant justement incapables d'identifier cette manoeuvre. Ces camarades, par exemple, ont reproché à notre analyse de conduire à l'idée que les ouvriers sont des imbéciles puisqu'ils se seraient laissés mystifier par les manoeuvres bourgeoises. Plus généralement, ils considèrent que, avec notre vision, la révolution prolétarienne serait impossible puisque les ouvriers seraient toujours les victimes des mystifications mises en oeuvre par la bourgeoisie. Rien n'est plus faux.

En premier lieu, le fait qu'aujourd'hui les ouvriers puissent se laisser piéger par des manoeuvres bourgeoises ne signifie pas qu'il en sera toujours ainsi.

L'histoire du mouvement ouvrier est pleine d'exemples où les mêmes ouvriers qui se laissaient embrigader derrière des drapeaux bourgeois ont été capables, par la suite, de mener des combats exemplaires, voire révolutionnaires. Ce sont les mêmes ouvriers russes et allemands qui, derrière leurs drapeaux nationaux s'étaient étripés les uns les autres à partir de 1914, se sont ensuite lancés dans la révolution prolétarienne en 1917, et avec succès, pour les premiers, et en 1918 pour les seconds, imposant à la bourgeoisie la fin de la boucherie impérialiste. L'histoire nous a appris, plus généralement, que la classe ouvrière est capable de tirer des enseignements de ses défaites, de déjouer les pièges dans lesquels elle était tombée antérieurement.

Et il revient justement aux minorités révolutionnaires, aux organisations communistes, de contribuer activement à cette prise de conscience de la classe, et en particulier de dénoncer de façon claire et déterminée les pièges tendus par la bourgeoisie.

C'est ainsi que, en juillet 1917, la bourgeoisie russe, a tenté de provoquer une insurrection prématurée du prolétariat de la capitale. La fraction la plus avancée de la classe ouvrière, le parti bolchevik, a identifié le piège et il est clair que, sans son attitude clairvoyante visant à empêcher les ouvriers de Petrograd de se lancer dans l'aventure, ces derniers auraient subi une défaite sanglante ce qui aurait coupé l'élan qui les a conduits à l'insurrection victorieuse d'Octobre.

En janvier 1919 (voir nos articles sur la révolution allemande dans la Revue), la bourgeoise allemande a réédité la même manoeuvre. Cette fois-ci, elle a réussi son coup : le prolétariat de Berlin, isolé, a été écrasé par les corps francs, ce qui a porté un coup décisif à la révolution en Allemagne et au niveau mondial. La grande révolutionnaire Rosa Luxemburg a été capable, avec la majorité de la direction du parti communiste nouvellement fondé, de comprendre la nature du piège tendu par la bourgeoisie. En revanche, son camarade Karl Liebknecht, pourtant aguerri par des années de militantisme révolutionnaire, notamment au cours de la guerre impérialiste, s'y est laissé prendre. Ce faisant, il a participé, grâce à son prestige, et malgré lui, à une défaite tragique de la classe ouvrière, qui lui a d'ailleurs coûté la vie comme à beaucoup de ses compagnons, y compris Rosa Luxemburg elle-même.

Mais même si cette dernière a tout fait pour mettre en garde le prolétariat et ses propres camarades contre le piège bourgeois, elle n'a jamais pensé que ceux qui s'y étaient laissé prendre étaient des "idiots". Au contraire, son dernier article, écrit à la veille de sa mort, "L'ordre règne à Berlin" insiste sur une idée essentielle : le prolétariat doit apprendre de ses défaites.

De même, en affirmant que les ouvriers de France ou de Belgique ont été victimes d'un piège tendu par la bourgeoisie, à la fin de l'année 1995, le CCI n'a jamais laissé entendre, ou pensé, que les ouvriers seraient des "idiots". En réalité, c'est tout le contraire qui est vrai. En effet, si la bourgeoisie s'est donnée la peine d'élaborer un piège particulièrement sophistiqué contre la classe ouvrière, un piège auquel ont contribué toutes les forces du capital, le gouvernement, les patrons, les syndicats et même les groupes gauchistes, c'est justement parce qu'elle ne sous-estime pas la classe ouvrière. Elle sait parfaitement que le prolétariat d'aujourd'hui n'est pas celui des années 1930, que contrairement à ce dernier, la crise économique, loin de l'enfoncer encore dans la démoralisation, ne peut que le conduire à des combats de plus en plus puissants et conscients.

En fait, pour comprendre la nature et la portée de la manoeuvre bourgeoise de la fin 1995 contre la classe ouvrière, il est nécessaire, au préalable, d'avoir reconnu que nous ne sommes pas à l'heure actuelle dans un cours historique dominé par la contre-révolution, dans lequel la crise mortelle du capitalisme ne peut aboutir qu'à la guerre impérialiste mondiale, mais dans un cours aux affrontements de classe. Une des meilleures preuves de cette réalité se trouve dans la nature des thèmes et des méthodes mis en avant par les syndicats dans cette récente manoeuvre.

Au cours des années 1930, les campagnes idéologiques de la gauche et des syndicats dominées par l'antifascisme, la "défense de la démocratie " et le nationalisme, c'est-à-dire des thèmes parfaitement bourgeois, ont réussi à dévoyer la combativité du prolétariat dans des impasses tragiques et à l'embrigader, ouvrant la porte à la boucherie impérialiste (le meilleur exemple en est donné par les grèves de juin 1936 en France et par la guerre civile en Espagne). Si, à la fin 1995, les syndicats ont été très discrets sur ce genre de thèmes, s'ils ont adopté au contraire un langage "ouvrier", proposant eux-mêmes des revendications et des "méthodes de lutte" classiques de la classe ouvrière, c'est qu'ils savaient parfaitement qu'ils ne pouvaient pas réussir une mobilisation massive derrière eux, redorer leur blason aux yeux des travailleurs, en se contentant de mettre en avant leurs discours habituels sur "l'intérêt national" et autres mystifications bourgeoises. Là où le drapeau national ou la défense de la démocratie pouvaient être efficaces dans l'entre-deux guerres pour mystifier les ouvriers, il faut maintenant des appels à "l'extension", à "l'unité de tous les secteurs de la classe ouvrière", à la tenue d'assemblées générales souveraines. Mais il faut bien constater que si les récents discours syndicaux ont réussi à tromper la grande majorité de la classe ouvrière, ils ont réussi également à tromper des organisations qui se revendiquent de la Gauche communiste.

Le meilleur exemple nous en est probablement donné par les articles publiés dans n°435 du journal Le Prolétaire, organe du Parti communiste international (PCI) qui publie en italien Il Comunista, c'est-à-dire un des nombreux PCI de la mouvance bordiguiste.

Les divagations du Prolétaire

Ce numéro du Prolétaire consacre plus de 4 pages sur 10 aux grèves de la fin 1995 en France.

On y donne beaucoup de détails sur les événements, et même des détails faux qui prouvent, soit que l'auteur était encore mal informé, soit, ce qui est plus probable, qu'il a pris ses désirs pour la réalité[1]. Mais le plus frappant dans ce numéro du Prolétaire c'est l'article de deux pages intitulé "Le CCI contre les grèves". Ce titre, déjà, en dit long sur la tonalité de l'ensemble de l'article. En effet, nous y apprenons, par exemple, que :

  • le CCI serait l'émule de Thorez, le dirigeant stalinien français, qui déclarait au lendemain de la seconde guerre que "la grève est l'arme des trusts" ;
  • qu'il s'exprime comme "n'importe quel jaune" ;
  • que nous sommes des "proudhoniens modernes" et des "déserteurs (souligné par Le Prolétaire) de la lutte prolétarienne".

Evidemment, le milieu parasitaire pour qui tout est bon pour dénigrer le CCI s'est immédiatement réjoui de cet article. En ce sens, Le Prolétaire apporte aujourd'hui sa petite contribution (volontaire ? involontaire ?) aux attaques actuelles de ce milieu contre notre organisation.

Evidemment, et nous l'avons toujours démontré dans notre presse, nous ne sommes pas contre les polémiques entre les organisations du milieu révolutionnaire. Mais la polémique, aussi véhémente soit-elle, veut dire que nous nous situons dans le même camp de la guerre de classe. Par exemple, nous ne polémiquons pas avec les organisations gauchistes ; nous les dénonçons comme des organes de la classe capitaliste, ce que le Prolétaire est incapable de faire puisqu'il définit un groupe comme Lutte Ouvrière, fleuron du trotskisme en France, comme "centriste". Ses pointes les plus acérées, Le Prolétaire les réserve aux organisations de la Gauche Communiste comme le CCI : si nous sommes des "déserteurs", c'est que nous avons trahi notre classe ; merci de nous l'apprendre. Merci également de la part des groupes parasites dont le leitmotiv est que le CCI serait passé au stalinisme et autres turpitudes. Il faudra quand même qu'un jour, le PCI sache dans quel camp il se trouve : dans celui des organisations sérieuses de la Gauche communiste, ou bien dans celui des parasites qui n'ont de raison d'être que de les discréditer au seul avantage de la classe bourgeoise.

Cela dit, si Le Prolétaire se propose de nous faire la leçon concernant nos analyses des grèves de la fin 1995, ce que démontre avant tout son article c'est :

  • son manque de clarté, pour ne pas dire son opportunisme, sur la question, essentielle pour la classe ouvrière, de la nature du syndicalisme ;
  • son ignorance crasse de l'histoire du mouvement ouvrier conduisant à une incroyable sous-estimation de la classe ennemie.

La question syndicale, talon d'Achille du PCI et du bordiguisme

Pour bien charger la barque, Le Prolétaire parle de "l'anti-syndicalisme de principe"du CCI. Ce faisant, il démontre que, pour le PCI, la question syndicale n'est pas une question "de principe". Le Prolétaire veut se montrer très radical en affirmant :

  • "Les appareils syndicaux sont devenus, à l'issue d un processus dégénératif accéléré par la victoire internationale de la contre-révolution, des instruments de la collaboration de classe" ; et encore plus : "si les grandes organisations syndicales se refusent obstinément à utiliser ces armes [les moyens de lutte authentiquement prolétarien], ce n 'est pas simplement à cause d'une mauvaise direction qu 'il suffirait de remplacer : des décennies de dégénérescence et de domestication par la bourgeoisie ont vidé ces grands appareils syndicaux des derniers restes classistes et les ont transformé en organes de la collaboration des classes, marchandant les revendications prolétariennes contre le maintien de la paix sociale... Ce fait suffit à montrer la fausseté de la perspective trotskiste traditionnelle de conquérir ou de reconquérir à la lutte prolétarienne ces appareils d agents professionnels de la conciliation des intérêts ouvriers avec les exigences du capitalisme. Par contre mille exemples sont là pour démontrer qu'il est tout à fait possible de transformer un trotskiste en bonze..."

En réalité, ce que le PCI met en évidence c'est son manque de clarté et de fermeté sur la nature du syndicalisme. Ce n'est pas ce dernier qu'il dénonce comme arme de la classe bourgeoise, mais tout simplement les "appareils syndicaux". Ce faisant, il ne réussit pas, malgré ses dires, à se dégager de la vision trotskiste : on peut maintenant trouver dans la presse d'un groupe comme Lutte Ouvrière le même type d'affirmations. Ce que Le Prolétaire, se croyant fidèle à la tradition de la Gauche communiste italienne, refuse d'admettre c'est que toute forme syndicale, qu'elle soit petite ou grande, légale et bien introduite dans les hautes sphères de l'Etat capitaliste ou bien illégale (c'était le cas de Solidarnosc pendant plusieurs années en Pologne, des Commissions Ouvrières en Espagne sous le régime franquiste) ne peut être autre chose qu'un organe de défense du capitalisme.

Le Prolétaire accuse le CCI d'être hostile "à toute organisation de défense immédiate du prolétariat". Ce faisant, il révèle soit son ignorance de notre position, soit, plus probablement, sa mauvaise foi. Nous n'avons jamais dit que la classe ouvrière ne devait pas s'organiser pour mener ses luttes. Ce que nous affirmons, à la suite du courant de la Gauche communiste que le bordiguisme couvre de son mépris, la Gauche allemande, c'est que, dans la période historique actuelle, cette organisation est constituée par les assemblées générales des ouvriers en lutte, des comités de grève désignés par ces assemblées et révocables par elles, des comités centraux de grève composés de délégués des différents comités de grève. Par nature, ces organisations existent par et pour la lutte et sont destinées à disparaître une fois que la lutte est achevée. Leur principale différence avec les syndicats c'est justement qu'elles ne sont pas permanentes et qu'elles n'ont pas l'occasion, de ce fait, d'être absorbées par l'Etat capitaliste.

C'est justement la leçon que le bordiguisme n'a jamais voulu tirer après des décennies de "trahison" de tous les syndicats, quelle que soit leur forme, leurs objectifs initiaux, les positions politiques de leurs fondateurs, qu'ils se disent " réformistes " ou bien "de lutte de classe", voire "révolutionnaires". Dans le capitalisme décadent, où l'Etat tend à absorber toutes les structures de la société, où le système est incapable d'accorder la moindre amélioration durable des conditions de vie de la classe ouvrière, toute organisation permanente qui se propose comme objectif la défense de celles-ci est destinée à s'intégrer dans l'Etat, à devenir un de ses rouages. Citer, comme le fait Le Prolétaire en espérant nous clouer le bec, ce que disait Marx des syndicats au siècle dernier est loin de suffire pour s'auto-accorder un brevet de "marxisme". Après tout, les trotskistes ne manquent pas de ressortir d'autres citations de Marx et d'Engels contre les anarchistes de leur époque pour attaquer la position que les bordiguistes partagent aujourd'hui avec l'ensemble de la Gauche communiste : le refus de participer au jeu électoral.

Cette façon de faire du Prolétaire ne démontre qu'une chose, c'est qu'il n'a pas compris un aspect essentiel du marxisme dont il se revendique : celui-ci est une pensée vivante et dialectique. Ce qui était vrai hier, dans la phase ascendante du capitalisme : la nécessité pour la classe ouvrière de former des syndicats, comme de participer aux élections ou bien de soutenir certaines luttes de libération nationale, ne l'est plus aujourd'hui, dans le capitalisme décadent. Prendre à la lettre des citations de Marx en tournant le dos aux conditions auxquelles elles s'adressent, en refusant d'appliquer la méthode de ce grand révolutionnaire, ne démontre que l'indigence de sa propre pensée. Mais le pire n'est pas cette indigence en elle-même, c'est qu'elle conduit à semer dans la classe des illusions sur la possibilité d'un "véritable syndicalisme", c'est qu'elle conduit tout droit à l'opportunisme. Et cet opportunisme, nous en trouvons des expressions dans les articles du Prolétaire lorsqu'il affiche la plus grande timidité pour dénoncer le jeu des syndicats :

  • "Ce que l'on peut et que l'on doit reprocher aux syndicats actuels..." Les révolutionnaires ne reprochent rien aux syndicats, comme ils ne reprochent pas aux bourgeois d'exploiter les ouvriers, aux flics de réprimer leurs luttes : ils les dénoncent.
  • "... les organisations à la tête du mouvement, la CGT et FO, qui selon toute vraisemblance avaient négocié dans la coulisse avec le gouvernement pour en finir..." Les dirigeants syndicaux ne "négocient" pas avec le gouvernement comme s'ils avaient des intérêts différents, ils marchent la main dans la main avec lui contre la classe ouvrière. Et ce n'est pas "selon toute vraisemblance" : c'est sûr ! Voilà ce qu'il est indispensable que sachent les ouvriers et que Le Prolétaire est incapable de leur dire.

Le danger de la position opportuniste du Prolétaire sur la question syndicale éclate enfin lorsqu'il écrit : "Mais si nous écartons la reconquête des appareils syndicaux, nous n'en tirons pas la conclusion qu'il faut rejeter le travail dans ces mêmes syndicats, pourvu que ce travail se fasse à la base, au contact des travailleurs du rang et non dans les instances hiérarchiques, et sur des bases classistes". En d'autres termes, lorsque de façon absolument saine et nécessaire des ouvriers écoeurés par les magouilles syndicales auront envie de déchirer leur carte, il se trouvera un militant du PCI pour accompagner le discours du trotskiste de service : "Ne faites pas cela, camarades, il faut rester dans les syndicats pour y faire un travail". Quel travail, sinon que celui de redorer un peu, à la base, le blason de ces organismes ennemis de la classe ouvrière ?

Car il n'y a pas d'autre choix :

  • ou bien on veut réellement mener une activité militante "sur des bases classistes", et alors un des points essentiels qu'il faut défendre est la nature anti-ouvrière des syndicats, pas seulement de leur hiérarchie, mais comme un tout ; quelle clarté le militant du PCI va-t-il apporter à ses camarades de travail en leur disant : "les syndicats sont nos ennemis, il faut lutter en dehors et contre eux maisje reste dedans" ?[2]
  • ou bien on veut rester " en contact " avec la " base " syndicale, " se faire comprendre par les travailleurs qui la composent, et alors on oppose " base " et " hiérarchie pourrie ", c'est-à-dire la position classique du trotskisme ; certes on fait alors " un travail ", mais pas " sur des bases classistes " puisqu'on maintient encore l'illusion que certaines structures du syndicat, la section d'entreprise par exemple, peuvent être des organes de la lutte ouvrière.

Nous voulons bien croire que le militant du PCI, contrairement à son collègue trotskiste, n'aspire pas à devenir un bonze. Il n'en aura pas moins fait le même "travail" anti-ouvrier de mystification sur la nature des syndicats.

Ainsi, l'application de la position du PCI sur la question syndicale a apporté, une nouvelle fois, sa petite contribution à la démobilisation des ouvriers face au danger que représentent les syndicats. Mais cette action de démobilisation face à l'ennemi ne s'arrête pas là. Elle éclate une nouvelle fois au grand jour quand le PCI se livre à une sous-estimation en règle de la capacité de la bourgeoisie à élaborer des manoeuvres contre la classe ouvrière.

La sous-estimation de l'ennemi de classe

Dans un autre article du Prolétaire, "Après les grèves de cet hiver, Préparons les luttes à venir" on peut lire ce qui suit : "Le mouvement de cet hiver montre justement que si, dans ces circonstances, les syndicats ont fait preuve d'une souplesse inhabituelle et ont laissé s'exprimer la spontanéité des grévistes les plus combatifs plutôt que de s'y opposer comme à leur habitude, cette tolérance leur a permis de conserver sans grandes difficultés la direction de la lutte, et donc de décider dans une très grande mesure de son orientation, de son déroulement et de son issue. Lorsqu'ils ont jugé que le moment était venu, ils ont pu donner le signal de la reprise, abandonnant en un clin d'oeil la revendication centrale du mouvement, sans que les grévistes ne puissent opposer aucune alternative. L apparence démocratique et basiste de la conduite de la lutte a même été utilisée contre les besoins objectifs du mouvement : ce ne sont pas les milliers d'AG quotidiennes des grévistes qui à elles seules pouvaient donner à la lutte la centralisation et la direction dont elle avait besoin, même si elles ont permis la compacité et la participation massive des travailleurs. Seules les organisations syndicales pouvaient pallier à cette carence et la lutte était donc suspendue aux mots d ordre et aux initiatives lancées centralement par les organisations syndicales et répercutées par leur appareil dans toutes les AG. Le climat d unité régnant dans le mouvement était tel que la masse des travailleurs non seulement n'a pas senti ni exprimé de désaccords avec l'orientation des syndicats (mis à part bien sûr les orientations de la CFDT) et leur direction de la lutte, mais a même considéré leur action comme l'un des facteurs les plus importants pour la victoire."

Ici, Le Prolétaire nous livre le secret de l'attitude des syndicats dans les grèves de la fin 1995. Peut être est-ce le résultat de sa lecture de ce que le CCI avait déjà écrit auparavant. Le problème, c'est que lorsqu'il faut tirer les enseignements de cette réalité évidente, Le Prolétaire, dans le même article, nous dit que ce mouvement est "le plus important du prolétariat français depuis la grève générale de mai-juin 68", qu'il salue sa "force" qui a imposé "un recul partiel du gouvernement". Décidément, la cohérence de la pensée n'est pas le fort du Prolétaire. Faut-il rappeler que l'opportunisme aussi la fuit comme la peste, lui qui essaye en permanence de concilier l'inconciliable ?

Pour notre part, nous avons conclu que ce mouvement qui n'a pu empêcher le gouvernement de faire passer ses principales mesures anti-ouvrières et qui a aussi bien réussi à redorer le blason des syndicats, comme le montre très clairement Le Prolétaire, ne s'est pas fait contre la volonté des syndicats ou du gouvernement, mais qu'il a été voulu par eux justement pour atteindre ces objectifs.

Le Prolétaire nous dit que le trait de ce mouvement qui "doit devenir un acquis pour les luttes futures, a été la tendance générale à s'affranchir des barrières corporatistes et des limites d'entreprises ou d'administrations et à s'étendre à tous les secteurs". C'est tout à fait vrai. Mais le seul fait que se soit avec la bénédiction, ou plutôt, bien souvent, sous l'impulsion directe des syndicats, que les ouvriers aient reconquis des méthodes vraiment prolétariennes de lutte, ne constitue nullement une avancée pour la classe ouvrière à partir du moment où cette conquête est associée pour la majorité des ouvriers à l'action des syndicats. Ces méthodes de lutte, la classe ouvrière était, tôt ou tard destinée à les redécouvrir, au long de toute une série d'expériences. Mais si cette découverte s'était faite à travers la confrontation ouverte contre les syndicats, cela aurait porté un coup mortel à ces derniers alors qu'ils étaient déjà fortement discrédités et cela aurait privé la bourgeoisie d'une de ses armes essentielles pour saboter les luttes ouvrières. Aussi, il était préférable, pour la bourgeoisie, que cette redécouverte, quitte à ce qu'elle intervienne plus vite, soit empoisonnée et stérilisée par les illusions syndicalistes.

Le fait que la bourgeoisie ait pu manoeuvrer d'une telle façon dépasse l'entendement du Prolétaire :

  • "A en croire le CCI «on» (sans doute TOUTE LA BOURGEOISIE) est extraordinairement rusé : pousser «les ouvriers» (c'est ainsi que le CCI baptise tous les salariés qui ont fait grève) à entrer en lutte contre les décisions gouvernementales afin de contrôler leur lutte, de leur infliger une défaite et de faire passer plus tard des mesures encore plus dures, voilà une manoeuvre qui aurait sans doute stupéfié Machiavel lui-même.

Les proudhoniens modernes du CCI vont plus loin que leur ancêtre puisqu 'ils accusent les bourgeois de provoquer la lutte ouvrière et de lui faire remporter la victoire pour détourner les ouvriers des vrais solutions : ils se frapperaient eux-mêmes pour éviter d'être frappés. Attendons encore un peu et nous verrons dans la lanterne magique du CCI les bourgeois organiser eux-mêmes la révolution prolétarienne et la disparition du capitalisme dans le seul but d'empêcher les prolétaires de la faire."[3]

Le Prolétaire se donne sûrement l'illusion d'être très spirituel. Grand bien lui fasse ! Le problème c'est que ses tirades dénotent avant tout la totale vacuité de son entendement politique. Alors, pour sa gouverne, et pour qu'il ne meure pas complètement idiot, nous nous permettons de rappeler quelques banalités :

  • Il n'est pas nécessaire que toute la bourgeoisie soit "extraordinairement rusée" pour que ses intérêts soient bien défendus. Pour exercer cette défense, la classe bourgeoise dispose d'un gouvernement et d'un Etat (mais peut être que Le Prolétaire ne le sait pas) qui définit sa politique en s'appuyant sur les avis d'une armée de spécialistes (historiens, sociologues, politologues,... et dirigeants syndicaux). Qu'il existe encore aujourd'hui des patrons qui pensent que les syndicats sont les ennemis de la bourgeoisie, cela ne change rien à la chose : ce ne sont pas eux qui sont chargés d'élaborer la stratégie de leur classe comme ce ne sont pas les adjudants qui conduisent les guerres.
  • Justement, entre la bourgeoisie et la classe ouvrière il existe une guerre, une guerre de classe. Sans qu'il soit nécessaire d'être un spécialiste des questions militaires, n'importe quel être doté d'une intelligence moyenne et d'un peu d'instruction (mais est-ce le cas des rédacteurs du Prolétaire ?) sait que la ruse est eue arme essentielle des années. Pour battre l'ennemi, il est en général nécessaire de le tromper (sauf à disposer d'une supériorité matérielle écrasante).
  • L'arme principale de la bourgeoisie contre le prolétariat, ce n'est pas la puissance matérielle de ses forces de répression, c'est justement la ruse, les mystifications qu'elle est capable d'entretenir dans les rangs ouvriers.
  • Même si Machiavel a, en son temps, jeté les bases de la stratégie bourgeoise pour la conquête et l'exercice du pouvoir aussi bien que dans l'art de la guerre, les dirigeants de la classe dominante, après des siècles d'expérience, en savent maintenant beaucoup plus que lui. Peut-être les rédacteurs du Prolétaire pensent ils que c'est le contraire. En tout cas, ils feraient bien de se plonger un tout petit peu dans les livres d'histoire, particulièrement celle des guerres récentes et surtout celle du mouvement ouvrier. Ils y découvriraient que le machiavélisme que les stratèges militaires sont capables de mettre en oeuvre dans les conflits entre fractions nationales de la même classe bourgeoise n'est encore rien à côté de celui que celle-ci, comme un tout, est capable de déployer contre son ennemi mortel, le prolétariat.
  • En particulier, ils découvriraient deux choses élémentaires i que provoquer des combats prématurés est une des armes classiques de la bourgeoisie contre le prolétariat et que dans une guerre, les généraux n'ont jamais hésité à sacrifier une partie de leurs troupes ou de leurs positions pour mieux piéger l'ennemi, en lui donnant, éventuellement, un sentiment illusoire de victoire. La bourgeoisie ne fera pas la révolution prolétarienne à la place du prolétariat pour l'empêcher de la faire. En revanche, pour l'éviter, elle est prête à des prétendus "reculs", à des apparentes "victoires" des ouvriers.
  • Et si les rédacteurs du Prolétaire se donnaient la peine de lire les analyses classiques de la Gauche communiste, ils apprendraient enfin qu'un des principaux moyens avec lesquels la bourgeoisie a infligé au prolétariat la plus terrible contre-révolution de son histoire a été justement de lui présenter comme des "victoires" ses plus grandes défaites : la "construction, du socialisme en URSS", les "Front populaires", la "victoire contre le fascisme".

Alors on ne peut dire qu'une chose aux rédacteurs du Prolétaire : il faut recommencer votre copie. Et avant, il faut essayer de réfléchir un peu et de surmonter votre ignorance affligeante. Les phrases bien tournées et les mots d'esprit ne suffisent pas pour défendre correctement les positions et les intérêts de la classe ouvrière. (...)

oOo

Ainsi, c'est bien à l'échelle mondiale que la bourgeoisie met en oeuvre sa stratégie face à la classe ouvrière. L'histoire nous a appris que toutes les oppositions d'intérêt entre les bourgeoisies nationales, les rivalités commerciales, les antagonismes impérialistes pouvant conduire à la guerre, s'effacent lorsqu'il s'agit d'affronter la seule force de la société qui représente un danger mortel pour la classe dominante, le prolétariat. C'est de façon coordonnée, concertée que les bourgeoisies élaborent leurs plans contre celui-ci.

Aujourd'hui, face aux combats ouvriers qui se préparent, la classe dominante devra déployer mille pièges pour tenter de les saboter, les épuiser et les défaire, pour faire en sorte qu'ils ne permettent pas une prise de conscience par le prolétariat des perspectives ultimes de ces combats, la révolution communiste. Rien ne serait plus tragique pour la classe ouvrière que de sous-estimer la force de son ennemi, sa capacité à mettre en oeuvre de tels pièges, à s'organiser à l'échelle mondiale pour les rendre plus efficaces. Il appartient aux communistes de savoir les débusquer et de les dénoncer aux yeux de leur classe. S'ils ne savent pas le faire, ils ne méritent pas ce nom.

' "Revue Internationale" n°86

(3ème trimestre 1996)


[1] Un des exemples frappants de cette réécriture des faits est la façon dont est rapportée la reprise du travail à la fin de la grève : celle-ci n'aurait commencé que près d'une semaine après l'annonce du "recul" du gouvernement, ce qui est faux.

[2] C'est vrai que les bordiguistes ne sont pas à une contradiction près : vers la fin des années 1970, alors que s'était développée en France une agitation parmi les ouvriers immigrés, il était courant de voir des militants du PCI expliquer aux immigrés éberlués qu'ils devaient revendiquer le droit de vote afin de pouvoir... s'abstenir. Plus ridicule qu'un bordiguiste, tu meurs ! C'est vrai aussi que lorsque des militants du CCI ont essayé d'intervenir dans un rassemblement d'immigrés pour y défendre la nécessité de ne pas se laisser enfermer dans des revendications bourgeoisies, ceux du PCI ont prêté main forte aux maoïstes pour les en chasser...

[3] Il faut noter que le n° 3 de L'esclave salarié (ES), bâtard parasitaire de l'ex-Ferment Ouvrier Révolutionnaire, nous donne une interprétation originale de l'analyse du CCI sur la manoeuvre de la bourgeoisie : "Nous tenons à féliciter le cci [ES trouve très spirituel d'écrire en minuscules les initiales de notre organisation] pour sa remarquable analyse qui nous laisse béats d'admiration et nous nous demandons comment cette élite pensante fait pour infiltrer la classe bourgeoise et en retirer de telles informations sur ses plans et ses pièges, C 'est à se demander si le cci n 'est pas invité aux rendez-vous de la bourgeoisie et à l'étude de ses menées anti-ouvrières concoctées dans le secret et les rites de la franc-maçonnerie." Marx n'était pas franc-maçon et il n'était pas invité aux rendez-vous de la bourgeoisie mais il a consacré une grande partie de son activité militante à étudier, élucider et dénoncer les plans et les pièges de la bourgeoisie. Il faut croire que les rédacteurs de l'ES n'ont jamais lu Les luttes de classe en France ou La guerre civile en France, Ce serait logique de la part de gens qui méprisent la pensée, laquelle n'est pas le monopole d'une "élite". Franchement, il n'était pas nécessaire d'être franc-maçon pour découvrir que les grèves de la fin 1995 en France résultaient d'une manoeuvre bourgeoise ; il suffisait d'observer de quelle façon elles étaient présentées et encensées par les médias dans tous les pays d'Europe et d'Amérique, et jusqu'en Inde, en Australie et au Japon, C'est vrai que la présence dans ces pays de sections ou de sympathisants du CCI lui a facilité son travail, mais la véritable cause de l'indigence politique de ES ne réside pas dans sa faible extension géographique. Ce qui est provincial, chez lui, c'est avant tout son intelligence politique, provinciale... et "minuscule".

Vie du CCI: 

Situations territoriales: 

Courants politiques: