II - L'analyse marxiste du fascisme

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Expression de la tendance générale au développement du capitalisme d'Etat résultant de l'entrée du capitalisme dans sa période de décadence, le fascisme est aussi le produit de conditions particulières : le cours général des années trente à la guerre et, suite à la défaite de la vague révolutionnaire de 17-23, la profondeur prise par la contre-révolution dans des pays comme l'Allemagne où le prolétariat s'était justement trouvé à l'avant-garde du combat révolutionnaire. Le fascisme a donc constitué l'instrument par lequel la classe ouvrière en Allemagne, cette fraction du prolétariat mondial décisive pour le rapport de force entre les classes au niveau international, après avoir été laminée par les défaites successives infligées par la gauche et la démocratie, se trouvait soumis sous un talon de fer pour endurer les sacrifices de la guerre. En faire l'analyse la plus claire est de la plus haute importance, en particulier pour comprendre la nature même de l'antifascisme qui n'est autre que l'idéologie au moyen de laquelle les pays impérialistes rivaux de l'Allemagne enchaînèrent le prolétariat des pays démocratiques à la défense de l'Etat capitaliste en vue de la guerre impérialiste.

Depuis le début de ce siècle, c'est aux fractions de gauche issues des anciens partis ouvriers (les PS d'abord et ensuite les PC) passés à l'ennemi de classe qu'est revenue la tâche d'assurer la continuité politique, théorique et organisationnelle du mouvement révolutionnaire. Ce sont elles qui ont enrichi la théorie du prolétariat des expériences nouvelles qu'il avait effectuées ainsi que de l'analyse des conditions nouvelles de la lutte de classe. L'analyse du fascisme fait partie du leg des fractions de gauche à l'actuel milieu révolutionnaire. Nous rendons compte, dans ce chapitre, de l'effort et des contributions théoriques réalisées sur cette question par les différentes composantes de la Gauche communiste. Dans ce cadre et pour illustrer la clarté particulière de la Gauche communiste d'Italie, nous republions un article des années trente de Bilan.