Une journée de rencontre et de discussions à Anvers

Afficher une version adaptée à l'édition sur imprimanteEnvoyer cet article par mail

Fin août, une «journée de rencontre et de discussion organisée par le CCI», se déroulant pour la troisième fois en Belgique à Anvers, a eu lieu autour de deux thèmes de discussion choisis par les participants; une première session a traité, à l’occasion de l’année Darwin, du thème «Darwinisme et marxisme» et une seconde de «Comment et pourquoi la classe ouvrière s’organise-t-elle?».

Cette journée regroupant des participants de tous âges fut particulièrement marquée par une participation active de tous, par des discussions animées exprimant la volonté de chacun de vouloir comprendre et approfondir ce dont il était question. Et ceci dans une ambiance cordiale et chaleureuse qui a été présente non seulement lors des discussions mais aussi pendant les pauses, particulièrement pendant le barbecue qui a clôturé cette journée et qui a été l’occasion pour beaucoup de poursuivre la discussion, d’apprendre à se connaître et d’échanger des idées.

Cette journée est loin d’être un évènement isolé. Elle s’inscrit pleinement dans une dynamique internationale:

-déroulement de rencontres similaires en France (Marseille, Paris), Italie (Naples), Grande-Bretagne (Londres), Etats-Unis (New York), ....;

- apparition de cercles de discussion et de groupes en recherche de clarification politique de part le monde (de l’Allemagne au Brésil, du Nicaragua à la Corée ou au Japon);

- conférence de groupes internationalistes en Amérique Latine.

Comment expliquer une telle dynamique internationale? Elle est née principalement de deux besoins fondamentaux:

- un besoin de comprendre : l’évolution du monde amène à réfléchir aux causes de sa détérioration (catastrophes écologiques, crise économique, chômage, misère, de perspective économique et sociale, guerres, , famines,…), car sans diagnostic précis, pas de remède efficace…;

- un besoin de faire quelque chose : comment faire pour empêcher la catastrophe qui s’annonce, pour avancer une alternative à cette société agonisante? Quelles sont les forces qui peuvent réaliser cette alternative? Comment s’organiser et établir un rapport de force en notre faveur? Questions difficiles mais qu’il est capital d’aborder pour éviter les actions stériles, qui ne mènent qu’à l’épuisement et au découragement.

Les réponses à ces questions, nous ne pouvons les trouver qu’ensemble et pas chacun dans notre coin, dans l’isolement, l’individualisme, le «chacun pour soi» que cette société veut nous imposer. Réfléchir collectivement, apprendre à tirer les leçons des expériences du passé, des nombreuses réflexions et des contributions théoriques produites car nous ne sommes pas les premiers, loin de là, à chercher ces réponses: ceci n’est possible qu’en créant un espace pour ce processus de réflexion politique. Créer un tel espace signifie:

- aller le plus possible à la rencontre des questionnements existants en abordant un large éventail de sujets;

- que chacun peut, sans obligation, participer et contribuer selon ses capacités et ses intérêts;

- que les participants doivent avoir pleinement l'occasion de discuter librement ensemble, dans un climat ouvert, fraternel où chacun peut sans crainte mettre en avant ses questions, ses réflexions mais aussi ses doutes, et ainsi contribuer au débat de façon consciente et collective;

- aussi que l’espace en question n’est qu’un maillon d’une chaîne, qu'un moment de tout un processus de réflexion, et doit être compris ou conçu dans une continuité à la fois historique et internationale.

C’est pourquoi le CCI prend l’initiative d’organiser et de participer activement à des journées de rencontre et de discussion, comme il l’a fait dernièrement à Anvers. Dans les numéros d’Internationalisme, nous aurons l’occasion de revenir sur les apports de cette journée.

Bien évidemment, une seule journée de discussion ne suffit pas pour traiter et éclaircir toutes les questions posées. Parce que bien d’autres thèmes mis en avant par les invités n’ont pas pu être mis à l’ordre du jour, parce que la situation mondiale pose la question de l’avenir de la société capitaliste, il est nécessaire que le débat se poursuive.

A cette fin, en plus de nos permanences et réunions publiques régulières, un autre moment de rencontre et de discussion organisé par le CCI se déroulera en France, à Lille, au mois d’octobre, dans la continuité de la journée du mois d’août à Anvers.

DM /8.09.09